SHARE
génération du piedRester connecté à la Terre nous renvoie au magnifique parallèle que l’on peut faire avec l’électricité. Nous savons que ce n’est pas le flux électrique qui éclaire, mais l’ampoule au sein de laquelle se trouve une résistance, dont l’aptitude va être de ralentir le passage du flux. Dans le cas d’appareil nécessitant un plus fort ampérage, il est impératif de connecter à un « puits de Terre » qui va sécuriser le passage du flux.

Nous sommes la génération de la fin des temps, appelée « génération du pied ». Pourquoi ?

Lorsque l’on parle de spiritualité ou de Lumière Divine, le principe est identique à celui qui gère les lois de l’électricité. Pour recevoir une petite lumière afin d’être éclairé, une résistance à nos instincts suffit, mais lorsqu’il s’agit de recevoir une plus grande lumière, il faut résister mille fois plus au désir égoïste qui nous pousse à nous déconnecter de ce monde, en espérant rejoindre les sphères supérieures.

Comme la statue de la Prophétie de Daniel, notre « génération du pied » est mêlée d’argile et de fer. A la fois forts et fragiles, nous résistons tant bien que mal à la séduction de « la bête écarlate » qui nous suggère d’accepter les vicissitudes de ce monde ou de fuir pour n’avoir plus à les regarder…. « Soyez matérialistes ou New age, mais ne vous avisez pas de marcher à contre courant » nous crient de concert les 10 Rois de ce monde !

Mais il y a une alternative sur laquelle ils ne peuvent escompter : notre Foi en la Volonté d’Hachem de régner dans Son monde. C’est pourquoi notre mission est de créer le réceptacle (Kéli ), qui va recueillir Sa Lumière. Comme un roc indestructible, ce Kéli sera la pierre qui se détache sans le secours d’aucune main.

Mikhal

La Paracha

Moses_w_Jethro_1116-80Le beau-père de Moïse, Yitro, a eu connaissance des grands miracles accomplis par D.ieu pour les enfants d’Israël. Il quitte Midiane pour rejoindre le camp des Hébreux, accompagné de l’épouse de Moïse et de ses deux fils.

Yitro conseille à son gendre d’établir une hiérarchie de magistrats et de juges qui l’assisteront dans sa tâche d’administrer le peuple et de rendre la justice.

Le peuple campe face au mont Sinaï. Moïse monte vers D.ieu et rapporte Sa parole : « Vous serez pour Moi un royaume de prêtres et une nation sainte ». Et le peuple répond « Tout ce que l’É-ternel a dit nous le ferons ».

Le sixième jour du troisième mois (le mois de sivan), sept semaines après la Sortie d’Egypte, le peuple d’Israël est tout entier rassemblé au pied du Mont Sinaï sur lequel D.ieu descend au milieu du tonnerre, des éclairs, d’une lourde nuée, au son du chofar, la corne de bélier.

D.ieu appelle Moïse au sommet de la montagne.

don de la TorahIl proclame les Dix Commandements : croire en D.ieu, rejeter l’idolâtrie, ne pas invoquer le nom de l’É-ternel à l’appui du mensonge, sanctifier le jour du Chabbat, honorer son père et sa mère, ne pas commettre d’homicide, ne pas commettre d’adultère, ne pas commettre de vol, ne pas porter un faux témoignage, ne pas convoiter ce qui appartient à son prochain.

Les Israélites s’écrient à Moïse que l’intensité de la révélation est trop intense pour eux et lui demandent de recevoir la Torah de D.ieu et de la leur transmettre.

La paracha Yitro est assurément une des sections les plus importantes de la Tora (Bible) puisque c’est la paracha du don de la Tora au peuple d’Israël. Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi elle portait le nom d’un converti?

Et en l’occurrence, il ne s’agit pas de n’importe quel converti : il s’agit du prêtre Yitro, le prêtre idolâtre le plus important au monde à cette époque ! Le Zohar nous apprend qu’au moment où Yitro – le beau-père de Moché Rabbénou – est venu pour se convertir, la gloire de D-ieu a atteint son apogée et s’est dévoilée dans tous les mondes, du plus bas au plus élevé. Selon le commentateur Rachi, Yitro s’est converti parce qu’il avait entendu que la mer rouge s’était ouverte et que les juifs avaient vaincu ‘Amaleq, deux évènements qui furent rendus possibles grâce à la prière du Tsadiq Moché.

L’identité de Yitro

Seules quelques Parachiot sont nommées du nom d’individus et, quand le fait se produit, il réclame une attention toute particulière. Qui était Yitro ? La Torah le décrit comme le Cohen de Midian. Nos Sages donnent deux définitions du mot Cohen :

  • a) « Gouverneur » : en effet, Yitro gouvernait la terre de Midian.
  • b) « Prêtre ». Il conduisait le peuple de Midian dans son culte. Et de fait, nos Sages relatent que Yitro avait reconnu toutes les fausses divinités du monde.

Le lien entre la première interprétation et le don de la Torah est évident car il reflète la portée de l’engagement de Yitro : bien qu’il ait vécu dans la richesse et le confort, il se trouva prêt à voyager dans le désert pour écouter les paroles de la Torah. Mais la seconde interprétation est problématique. Nos Sages enseignent en effet qu’il est interdit de dire à un converti : « Rappelle-toi tes actes antérieurs. »

Pour résoudre cette difficulté, il est nécessaire de comprendre la source de l’idolâtrie. Le Rambam écrit :

« A l’époque d’Enoch, les hommes commirent une grave erreur… Ils dirent que D.ieu avait créé les étoiles et les sphères à travers lesquelles Il contrôlerait le monde. Il les avait placées dans les cieux et les traitait avec honneur… En conséquence, ils estimaient correct [pour l’homme] de louer et glorifier [ces entités] et de les traiter avec honneur. »

Ainsi, l’adoration de fausses divinités prend-elle ses racines dans une mauvaise compréhension du fait que D.ieu influence ce monde à travers des intermédiaires.

Nos Sages commentent  : « Il n’existe pas un brin d’herbe dans ce domaine [matériel] qui n’ait pas une force spirituelle l’obligeant à pousser. »

Cependant, les idolâtres confèrent une autorité indépendante à ces intermédiaires, pensant qu’ils contrôlent l’influence qu’ils dispensent. En réalité, ces « dieux » ne sont rien d’autre qu’une « hache entre les mains du bûcheron », ne possédant aucune importance ou volonté propres et c’est pourquoi il est incorrect et interdit de les servir.

Lorsque nos Sages ont déclaré que Yitro avait reconnu toutes les fausses divinités du monde, cela signifie qu’il connaissait tous les vecteurs par lesquels D.ieu achemine Son énergie dans le monde. Malgré sa conscience de ces forces spirituelles, il rejeta leur culte et déclara : « Béni soit D.ieu… Maintenant je sais que D.ieu est plus grand que tous les divinités. »

La reconnaissance de D.ieu par Yitro ne constitua seulement un événement personnel. Ses mots de louange suscitèrent « la révélation de D.ieu dans Sa gloire, dans les royaumes supérieurs et inférieurs. Après cela, Il donna la Torah, dans une parfaite [confirmation de] Sa domination sur toute existence. »

La reconnaissance individuelle de D.ieu par Yitro exprimait le but du don de la Torah. Elle prépara le macrocosme, soit le monde entier, pour une telle révélation.

Le Rambam statue : « La Torah n’a été donnée que pour faire la paix dans le monde. »

La paix signifie l’harmonie entre des opposés. À un niveau absolu, elle désigne la résolution de la dichotomie entre le physique et le spirituel, le mouvement qui permet à un monde, dans lequel la présence de D.ieu n’est pas extérieurement manifeste, de reconnaître la vérité de Son Être et d’en être imprégné.

Le Zohar relie la transformation de l’existence matérielle au verset : « J’ai vu un avantage de la lumière sur l’obscurité. »

Le mot Yitaron, qui a la même racine que le nom Yitro, signifiant « avantage » peut aussi être traduit par « qualité supérieure ». Ainsi ce verset peut être interprété comme indiquant que la lumière qui provient de la transformation de l’obscurité possède une qualité supérieure.

Deux idées découlent de cela.

D’abord, que la transformation de l’obscurité résulte en une lumière supérieure à celle qui se révèlerait naturellement, et ensuite, que cette lumière supérieure n’est pas opposée au monde matériel. Au contraire, c’est l’obscurité du monde qui est sa source.

C’est dans ce monde que nous devons faire luire la lumière d’Hachem.

« Sois un Homme mon fils ! »

Le but est de faire descendre le Divin sur Terre et non de monter jusqu’à Lui

La paracha avec le rav Dynovisz

SOURCES :

Extrait de : « Les ondes d’un mouvement intérieur » par Eli Touger sur chabad.org
http://www.fr.chabad.org/
Extrait de Le peuple juif est né dans la mer – Yitro   
http://www.breslev.co.il/
Vidéo : Sois un homme mon fils !
http://www.ravdynovisz.tv/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email