SHARE

Info du 24 mars 2015

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, dans une interview donnée au journal Makor Rishon, a avoué avoir l’intention de conserver le statut quo en ce qui concerne le Mont du Temple, également appelé l’Esplanade des Mosquées, en particulier par les islamistes (« Je ne peux pas autoriser les prières juives sur le Mont du Temple »).

En effet, depuis peu courait la rumeur selon laquelle l’Homme le plus puissant d’Israël avait le souhait de rendre à César ce qui est à César, à savoir la permission des autorités israéliennes pour les juifs d’aller se recueillir sur le lieu exact du défunt Temple de Jérusalem, détruit par deux fois dans le passé.

La Jordanie, officiellement garant des lieux (pourtant en territoire israélien, en plein cœur de Jérusalem), a mis la pression sur le gouvernement d’Israël par le biais de ses responsables politiques et de son roi Abdallah II afin d’empêcher cette autorisation.

Le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas a appelé les « palestiniens » à empêcher par tous les moyens possibles les juifs de se rendre sur le lieu saint le plus important du Judaïsme.

Le monde musulman dans son ensemble, déjà à cran, se révolterait très probablement contre les juifs si ces derniers allaient se recueillir en toute liberté au Mont du Temple.

Voici la déclaration de Netanyahu : « Nous étions très proche de glisser vers une guerre de religions sur le sujet. Nous avons évité de peu, de nous retrouver avec l’ensemble du monde musulman contre nous. Je suis obligé de prendre en considération tous les paramètres même si le Mont du Temple est cher à mon cœur ».

Il s’agit d’une soumission supplémentaire inacceptable, l’Islam imposant une fois de plus au Judaïsme le statut de Dhimmi, et souhaitant montrer au monde qu’il est le maître des lieux.

Le Temple, construit une première fois par le roi Salomon au Xème siècle avant notre ère et détruit par Nabuchodonosor II en -586 (ce qui avait entraîné l’exode forcé des juifs en Babylonie officiellement jusqu’en -538), avait été reconstruit 70 ans plus tard en -516 (Hérode 1er y avait fait construire une extension, le fameux Temple d’Hérode) pour être à nouveau détruit par les romains en 70 de notre ère lors de la première guerre judéo-romaine.

Plus tard, sur les ruines du temple, l’impérialisme islamique fit construire 2 mosquées sur ces mêmes ruines (Al-Aqsa et le Dôme du Rocher) en signe de conquête et de domination sur ce qu’ils (les musulmans) percevaient comme une foi d’infidèle.

Ces mosquées sont depuis considérées comme étant l’un des 3 lieux saints de l’Islam (elles constituent l’Esplanade des Mosquées), ce qui tend à rendre « éternel » l’occupation islamique en terre juive.

Il importe ainsi de savoir combien de temps encore cette situation durera avant que cela ne dérape.

Le choc des civilisations à la Samuel Huntington est-il inévitable ? Est-ce que l’Islam acceptera de se réformer et d’être plus tolérant afin d’éviter le pire, à savoir la guerre ?

La réponse à ces questions déterminera le futur de la région, sans aucun doute. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les détracteurs de Bibi, le décrivant comme un dirigeant sanguinaire, sont bien dans l’erreur, car en effet, ce dernier est bien gentil d’accepter un tel affront.

© Tom pour Europe Israël News
http://www.europe-israel.org

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email