SHARE

Par Laly Derai

Rabbi Israël Abou’hatsira est né le jour de Roch Hachana de l’année 5650 (1889) à Rissani, dans la province du Tafilalet, à l’est du Maroc, près de la frontière avec l’Algérie. Son père, rabbi Massoud, était le fils du Tsaddik, le Abir Yaacov, rabbi Yaacov Abou’hatsira.

BabaSale1Ce nom de famille tient son origine de l’ancêtre de la famille, rabbi Chmouel Elbaz qui, selon la tradition, parvint à s’enfuir des ennemis qui le pourchassaient grâce à un tapis, ou plutôt une natte qui, miraculeusement le porta sur les eaux. En arabe, Abou’hatsira signifie : le père de la natte…

Alors qu’il est encore très jeune, Israël se distingue des autres enfants par son assiduité, accumulant 18 heures de limoud consécutives. Il fait le vœu, très jeune, de ne manger de viande ou de poisson que le Chabbat et prend sur lui de jeûner chaque jour de la semaine durant la période des Chovavim, qui sépare le Chabbat de la Parachat Chémot du Chabbat de la Parachat Michpatim.

À 13 ans, il se marie avec sa nièce Far’ha mais celle-ci décède quelques années plus tard, après avoir donné naissance à trois enfants, Méïr, Sarah et Ma’hchi. À 16 ans, il se marie avec Myriam Amsallem, qui décèdera en 1985, mère de Barou’h, Pnina et Aliza. À 18 ans, après le décès de son père, il est nommé roch yéchiva à sa place, un poste qu’il occupera durant les treize années à venir.

1919 est une année difficile pour les Juifs du Maroc. La famille Abou’hatsira est accusée par les Arabes de coopérer avec l’occupant français et, le 6 décembre, le frère de Baba Salé, rabbi David, est condamné et mis à mort. Suite à cet évènement tragique, une grande partie la communauté juive du Tafilalet s’exile, majoritairement dans la ville de Boudnib, où Baba Salé est promu au poste de roch Av Beth-Din (président du tribunal rabbinique) puis, alors qu’il est à peine âgé de 30 ans, rav de toute la région du Tafilalet.

En 1922, il décide de monter en Israël. Il s’installe à Jérusalem et étudie à la yéchiva des kabbalistes Beth El, dans la Vieille ville. Ce séjour ne durera guère longtemps puisque son rav, le rav Tordjman, le force à revenir pour reprendre son poste, au Maroc.

En 1933, il tente à nouveau de monter en Israël et s’installe à Tibériade, puis à Jérusalem où il étudie avec rabbi Ezra Attia de la yéchiva Porat Yossef. Mais il retourne à nouveau au Maroc et, en 1940, il est nommé président du tribunal rabbinique d’Arfoud.

En 1952, il se rend en Israël et visite Ashdod et Ashkelon avant de retourner au Maroc via la France et la Tunisie. À l’âge de 65 ans, Baba Salé se marie avec Simi, qui lui donnera une fille, Esther.

Il lui faudra attendre 1964 pour qu’il s’installe définitivement en Israël, tout d’abord à Jérusalem, puis à Yavné, Ashkelon, et enfin, en 1970, à Nétivot où il finira ses jours et où il sera enterré, le 4 Chevat 5744.

Anecdotes

A Pourim de l’année 5738, la joie était très grande chez notre Maître Baba Sale זיע »א.
De nombreuses personnes participaient a la fête.
La maison était pleine.
Brusquement, quelqu’un fit tomber un lustre en dansant. Celui-ci fut totalement brisé.
Pour ne pas mettre ses invites mal a l’aise, notre Maître déclara :
« Ce n’est pas grave, dans quelques instants, on va nous offrir un lustre et celui qui s’est casse constituera une expiation pour nous.  »
En effet , un quart d’heure plus tard, un homme vint offrir un lustre au Rav. Il lui confia  » Je l’ai acheté il y a déjà quelque temps mais j’attendais Pourim pour vous l’offrir « 

Un jour Baba Sale זיע »א avait besoin de vérifier ses Tefilin ,
il demanda a son gendre de le faire ..
Il lui donna , puis le lendemain , son gendre lui dit qu’il n ‘y avait aucun probleme dans les Tefilin et qu’ils sont « Cacher »
Baba Sale זיע »א lui dit , « reverifie-les »
le gendre écouta ce que son beau pere lui dit, et alla les vérifier.
Puis le lendemain le gendre lui dit : « Voila maintenant c’est sur qu’il y a plus d’erreur ,
ils sont Cacher.
Baba Sale זיע »א lui dit « non va encore les vérifier »
Le gendre étonné et persuade qu’il avait bien vérifier le Tefilin de son saint beau-père,
mais il écouta…
Puis le gendre vérifie les Tefilin et aperçoit une grande erreur dans les lettres ..
Baba Sale זיע »א sentit qu’il y avait une faute dans ses Tefilin ,
car un Tsadik ressent la sainteté , et sait quand elle est la ou pas.

Un Chabbath Baba Sale זיע »א etait a table avec des invites,
une femme vit que la Tafina (plat marocain) n’etait pas bien cuite ,
elle prit le plat et fit un travail interdit du Chabbath , personne n’avait vu , car elle etait la seule dans la cuisine .
Lorsque le plat arriva a table , tout le monde se mit a manger sauf Baba Sale זיע »א ,
on lui demanda <<>>
Baba Sale זיע »א leur repondit : <<>>
Regardez la grandeur de ce Tsadik qui fait les commandements de D’.

Sources

http://www.hamodia.fr
http://familleabihssira.blogspot.co.il/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2015/Terre Promise



Print Friendly, PDF & Email