SHARE

Par David Lellouche

Equinoxes et cycles

Les équinoxes de printemps tombent le 21 22 ou 23 mars, celles d’automne les 22 23 ou 24 septembre en fonction des années si elles sont bissextiles une fois tous les 4 ans ou non.

Elles sont de 365, 365, 365 et 366 jours; il est vrai que comme l’année n’est pas de 365 un quart exactement, il faut retrancher un jour tous les cent ans; il y a eu des différences sur des centaines d’années qui n’ont pas étés corrigées; c’est pourquoi on a rajouté dix jours en 1582, tu peut consulter le site, http://pages.infinit.net/histoire/calendrier.html

zodiaqueLe mieux; c’est de repartir du premier jour de l’an un du calendrier hébraïque et de procéder ni en Julien; ni en Grégorien; mais selon l’astronomie Chaldéenne qui était la plus juste pour procéder a ces calculs, c’est celle des Louhot d’Abraham héritées d’Enock; qui avait donné a tous les peuples leurs calendriers.

Les Egyptiens procédaient en années de 360 jours, et rajoutaient une année supplémentaire tous les 360 ans pour rattraper, la raison en était les cycles d’un 72ième de la sphère, pour les procession des génies célestes se relayant tous les 5 ans, et tous les 72 ans donc tous les 360 ans = 5 x 72, on retournait au point de départ, pour l’excès ils rajoutaient des jours de fêtes supplémentaires, tout les un certains nombres d’années, selon les Pharaons en place.

Les Egyptiens n’étaient pas les meilleurs, mais bien les Chaldéens, simplement leur Astrologie était fataliste, Abraham l’a donc apprise mais y a reçu les règles du libre arbitre, qu’il y a inséré, dans la tradition qui nous est parvenu par la Kabbale, a travers le Sepher Yétsirah.

Les Aztèques avaient un calendrier a 18 mois de 20 jours chacun, et récupéraient le temps intervalle tout les 360 ans, comme les égyptiens, mais ils avaient aussi un calendrier sacré de 260 jours basé sur le cycle de Vénus, qu’ils réajustaient avec le calendrier solaire.

Les Chinois avaient un calendrier sacré basé sur le Soleil de 365 jours, et comblaient le: Un peu moins qu’un quart de jour, et la précession des équinoxes tous les douze ans en rajoutant des jours supplémentaires tous les 4 ans, ils en enlevaient un tous les 72 ans. Ils avaient aussi un calendrier soli lunaire, basé sur le cycle d’or, de 19 ans aussi, qui ressemble énormément au notre, et qui est très ancien, etc.

Les celtes considéraient l’année en 21 mois, non égaux, leurs signes astrologiques étaient des arbres.

Si ces calendriers semblent contradictoires, ils sont cependant sortis d’une même source, venue par l’intermédiaire du grand et suprême initiateur de l’humanité aux mystères du temps, il se nomme : Enock.

Ainsi tous ces calendriers diffèrent, mais se donnent la main, pour ponctuer le temps et mettre en valeurs certains des effets de sa trame dans l’histoire.

Selon moi, les prophètes d’Israël les connaissaient tous, et David et Salomon, plus encore, car le Royaume Malkhout est la clé du temps.

Le calendrier de 28 ans marquait le retour du même jour Dimanche, lundi, etc., avec le soleil au même point dans l’espace zodiacal, le quart de jour de chaque année récupéré et réajusté sept fois, remettait tout en accord, a part la précession des équinoxes et le jour a retrancher tous le cent ans, et celui a rajouter tous les quatre cent ans. Et outre cela le calendrier de 28 ans était la clé du système des ‘’Etim’’ Temps, au nombre de 28 énumérés dans ‘’Kohélet’’ l’Ecclésiaste par Salomon.
Ecclésiaste 3

  • 1. Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux:
  • 2. un temps pour naître, et un temps pour mourir; un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté;
  • 3. un temps pour tuer, et un temps pour guérir; un temps pour abattre, et un temps pour bâtir;
  • 4. un temps pour pleurer, et un temps pour rire; un temps pour se lamenter, et un temps pour danser;
  • 5. un temps pour lancer des pierres, et un temps pour ramasser des pierres; un temps pour embrasser, et un temps pour s’éloigner des embrassements;
  • 6. un temps pour chercher, et un temps pour perdre; un temps pour garder, et un temps pour jeter;
  • 7. un temps pour déchirer, et un temps pour coudre; un temps pour se taire, et un temps pour parler;
  • 8. un temps pour aimer, et un temps pour haïr; un temps pour la guerre, et un temps pour la paix.
  • 9. Quel avantage celui qui travaille retire-t-il de sa peine?
  • 10. J’ai vu à quelle occupation Dieu soumet les fils de l’homme.
  • 11. Il fait toute chose bonne en son temps; même il a mis dans leur coeur la pensée de l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’oeuvre que Dieu fait, du commencement jusqu’à la fin.

Ces 28 temps, sont la base du destin du monde, la clé du Tikun ‘’Réparation’’, celles des 28 camps de la Lune, et celle des 28 camps de la Shékhinah ‘’Présence Divine dans le temps’’.

Qui ont du être réajustés par les Hakhamim au cours des temps.

Il faut voir dans les livres de Rabbi Abraham Iben Ezra zal, et dans le corps de tradition des  »Péoulot hashem’‘, qui n’est plus réimprimé, ou dans le  »Etim Labinah » du Rav Moshéh Aharon Ginsbourg zal.

Pour ce qui est de la synthèse des calendrier, il faut se référer a:  »La leçon de Platon’‘, de Neroman,  »Le zodiac et ses symboles », a: Astrologia Universalis de Gustave Arcivaux, a:  »L’astrologie des peuples », un ouvrage épuisé tapé a la machine a écrire, d’un auteur inconnu, le dédiant a celui entre les mains de qui tombera son ouvrage, dont je possède BH un exemplaire.

Tu vois la providence a bien préparé les choses, cet ouvrage est tombé entre les mains de celui qui se veux disciple d’Enock, et qui se préparait a reconstituer les fameuses: Louhot Avraham héritées d’Enock.

Le jour que l’on découvrira, l’importance des quatre types de Séah = 66 —–> 6 + 6 = 12, on comprendra peut être qu’il est le secret du Galgal ‘’Roue, sphère du temps’’ = 66, du zodiac et des différents calendriers, de l’élasticité du temps, celle de la respiration du cercle, et peut être même du voyage dans le temps, pour y accomplir : L’acte de Tikun ‘’Réparation’’ réel.

Mais cela semble être un des secret détenu dans les mains de : Ben David = 66. Car si la conscience, ou sensibilité au temps, est sorti de l’eau, et que le Mikvé ‘’Bain de purification existe, pour les quarante Séah et plus, le constituant, il doit exister en parallèle au Mikvéh de l‘eau : Un Mikvéh du Temps.

Mais cela est un programme pour l’avenir. Ce qui fait qu’il existe en Kabbalah, le Tikoun simple, celui de la Techouvah simple. Et un Tikun supérieur appelé: Gmar Hatikun ‘’Réparation Ultime’’, qui est le mystère suprême auquel je fais allusion.

Dans la notion du Mikvéh, la notion de mesure de l’eau est calculée en volumes d’œufs ‘’Beytsim’’ = 152 = Mikvéh (avec le total de son mot) = Hazmanim ‘’Les Temps’’ = 152.

Curieux mais le nombre 152 est celui de Kelim Ben ‘’Réceptacles du Ben ; ou du Nom de l’Eternel programmant l’enfant dans le monde l’action’’, mais Ben c’est aussi le Messie.

C’est aussi le nombre de BaKen ‘’Dans le nid d’oiseau’’, notion qui selon le Zohar désigne l’Etoile dans laquelle le Messie a reçu, reçoit et recevra son initiation, qui est la clé du monde Futur ‘’Haba’’ = 8, comme : 1 + 5 + 2, valeur contractée de 152.

C’est la raison pour laquelle : David avait déjà prédit ce dont je fais mention, déjà avant même la chute du premier temple de Jérusalem, et avant le retour de l’exil de Babel, dans le psaumes 126 et 137 qui sont complémentaires pour nous montrer, l’illusion de l’exil, lorsque point la délivrance, la vanité du labyrinthe du temps lorsque, point l’aube de l’éternité.

Ainsi la torpeur d’Adam, endormi dans le Jardin, la faute de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, l’expulsion de l’Eden, finiront un jour pour laisser place à : L’Eveil de la torpeur, LA REPARATION SUPREME ; le retour au Jardin de l’Eden, la résurrection des morts, au fruit de l’Arbre de Vie ; et le Monde Futur.

Le nombre 126 est celui de Yanin + le Vav pour faire Yinon, symbolisant le nom secret du Messie, ainsi : Hinéh Ben David « Voici le fils de David » = 126 ; mais laissons parler David dans le psaume 126 :

  • 1. Cantique des degrés. Quand l’éternel ramena les captifs de Sion, Nous étions comme ceux qui font un rêve.
  • 2. Alors notre bouche était remplie de cris de joie, Et notre langue de chants d’allégresse; Alors on disait parmi les nations: L’éternel a fait pour eux de grandes choses!
  • 3. L’éternel a fait pour nous de grandes choses; Nous sommes dans la joie.
  • 4. éternel, ramène nos captifs, Comme des ruisseaux dans le midi!
  • 5. Ceux qui sèment avec larmes Moissonneront avec chants d’allégresse.
  • 6. Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, Revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes.

Le nombre du psaume est 137 = LaBeytsah ‘’A l’œuf’’ (symbolique), de l’année du retour de l’Exil, a laquelle il a consacré ce psaume:

  • 1. Sur les bords des fleuves de Babylone, Nous étions assis et nous pleurions, en nous souvenant de Sion.
  • 2. Aux saules de la contrée, nous avions suspendu nos harpes.
  • 3. Là, nos vainqueurs nous demandaient des chants, Et nos oppresseurs de la joie: Chantez-vous quelques-uns des cantiques de Sion!
  • 4. Comment chanterions-nous les cantiques de l’éternel Sur une terre étrangère?
  • 5. Si je t’oublie, Jérusalem, Que ma droite m’oublie!
  • 6. Que ma langue s’attache à mon palais, Si je ne me souviens de toi, Si je ne fais de Jérusalem Le principal sujet de ma joie!
  • 7. éternel, souviens-toi des enfants d’édom, Qui, dans la journée de Jérusalem, Disaient: Rasez, rasez Jusqu’à ses fondements!
  • 8. Fille de Babylone, la dévastée, Heureux qui te rend la pareille, Le mal que tu nous as fait!
  • 9. Heureux qui saisit tes enfants, Et les écrase sur le roc!

C’est une des grandes clés du Psaume 137, et du nombre 137, la voici : Beytsah YihYéh « L’œuf de ce qui Sera » = 137 = Kabbalah = Mégaléh Séah « Dévoile un Groupe de 144 œufs ».

Ainsi dans l’intervalle, d’un groupe de 144 années, l’humanité accèdera véritablement au mystère suprême du Mikvéh du Temps, et accèdera au processus de Gmar Hatikun « REPARATION SUPREME », et de Teshouva ‘Ilaah « REINTEGRATION COSMIQUE », au stade primordial, alors nous serons comme sortant d’un rêve, et nos bouches s’empliront de joie, et d’allégresse.

Mais une question reste à poser : Le compte des 144 ans a-t-il commencé ? Si oui, depuis quand ? si non, quand commencera-t-il ?

Il semblerait cependant, que l’année de récupération de Jérusalem, en 1948 en première partie et de 1967 en seconde partie, soient mentionnée, en code dans ces deux psaumes.
Hasard? Concordance significative? Attraction simultanée, plan de la Providence?

Pour ma part je préfère la dernière de ces options car elle rime avec: Evidence .

Extrait de : http://melkitsedek.org/index.php?option=com_content&view=article&id=139&catid=55&Itemid=74&lang=fr

David Lellouche

http://melkitsedek.org

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2015/Terre Promise



Print Friendly, PDF & Email