SHARE

Dans cet article, nous allons démontrer que la connaissance est véritablement cachée, et que les gouvernements s’entendent finalement très bien pour dissimuler au grand public des vérités qui feraient pâlir l’Unesco et le soit disant « peuple palestinien » inventé….. Mais quelles sont les véritables raisons du maintien de cette omerta, organisée par les Nations avec le concours de l’Etat d’Israël lui-même ? Nul ne sait, nous ne pouvons que supposer qu’il s’agit d’intérêts politiques et financiers, et vous offrir ces bribes de vérités retrouvées au fil de nos recherches…

Après dix ans d’arrêt, l’Université de Tel-Aviv a repris les fouilles à Massada…!

Une équipe dirigée par le Dr. Guy Stiebel de l’Institut d’archéologie de l’Université de Tel-Aviv a repris les fouilles qui avaient cessé depuis 2006 sur le célèbre site de l’héroïsme juif. La mission archéologique s’est déroulée du 5 février au 3 mars 2017, et avait pour but de mettre au jour les zones encore inexplorées de la colline.

cropped-masada-3

Entre 66 et 74 de notre ère, des rebelles juifs prirent Massada à la garnison romaine qui y était stationnée. Ils construisirent sur le plateau des habitations, une synagogue, un bain rituel et d’autres bâtiments nécessaires à la vie quotidienne.

Quand la forteresse fut reprise par les Romains, ceux-ci n’y trouvèrent pratiquement que des cadavres montrant que les rebelles avaient préféré la mort à la captivité. Le site est inscrit depuis 2001 au patrimoine mondial de l’UNESCO et il est le symbole de la soif de liberté du peuple juif.

Israel-2013-Aerial_21-Masada-300x400-300x400
VUE SUR LA FORTERESSE DE MASSADA SURPLOMBANT LA MER MORTE (PHOTO : ANDREW SHIVA/WIKIPEDIA).

Massada est situé sur l’un des emplacements les plus spectaculaires d’Israël, en bordure de la rive occidentale de la mer Morte. Il a abrité Hérode le Grand qui a construit l’extravagant palais de la forteresse, et a été le dernier bastion de la résistance des rebelles juifs pendant la première guerre contre les Romains.

Cet hiver, les fouilles ont repris, pour la première fois sous les auspices de l’Université de Tel Aviv (la dernière saison de fouilles avait été dirigée par le Prof. Ehud Netzer de l’Université hébraïque de Jérusalem). Elles offrent une opportunité unique pour les étudiants de BA et du programme international de maîtrise de l’Université, de s’exercer sur le terrain, et de suivre de nombreuses conférences de spécialistes invités. L’expédition comprend également de nombreux bénévoles du monde entier, qui participent aux fouilles pendant la journée et suivent les conférences et des visites guidées l’après-midi et le soir.

« Bien que Massada ait fait l’objet de plusieurs saisons de fouille, il reste encore beaucoup à faire » explique le Dr. Stiebel.

« L’expédition de 2017 intégrera un large éventail de technologies mises au service de l’archéologie et de nouvelles méthodes de fouille. Entre autres, nous fouillerons des sections d’habitations des rebelles ainsi que le jardin encore inexploré du roi Hérode.

Nous voulons également investiguer davantage une mystérieuse structure souterraine qui avait été détectée sur les premières photographies aériennes du site en 1924. Le bâtiment est jusqu’à présent resté inexploré ».

De Massada aux grottes de Bar-Kochba, qu’allons nous découvrir de plus?

Tout d’abord, un peu d’histoire…

rome_antique_carte_palestine
Eretz Israël au début de la « Guerre des Juifs ».
rome_antique_carte_palestine
La fin du Royaume juif. La Judée est renommée Palestine par les vainqueurs romains.

Bar Kochba qui fut un candidat au titre de « Messie », était soutenu par Rabbi Akiva. Il fut le chef de la révolte contre le règne romain en Palestine à partir de 132- 135.

Nous n’avons que peu d’informations sur la révolte de Bar Kokhba, ses origines, son cours et ses résultats. La source principale consiste en les petites déclarations de l’historien romain Dio Cassius dans la 69ème partie de son histoire de Rome qu’il a écrit entre 194 et 216 CE. Quant aux documents de Bar Kokhba, ils ne contiennent rien de précis sur la guerre elle-même ou sur ses aspects politiques, l’importance militaire, économique et administrative.

Dio Cassius déclare qu’Hadrian avait établi une nouvelle ville à Jérusalem, appelée Aelia Capitolina (après son nom Aelius et en l’honneur de Jupiter Capitolinus). Il a construit un temple à Jupiter dans la nouvelle ville, Exaspérant ainsi les Juifs et provoquant «une guerre féroce et prolongée».

D’autre part, Eusèbe déclare qu’Aelia Capitolina a été créée après la révolte. Hadrian a probablement commencé à construire Aelia Capitolina avant la révolte, et son caractère non juif enflamme les Juifs contre Rome, mais le travail n’a été achevé qu’après la guerre…

Au cours de 129-132 CE Hadrien est resté en Israël et ses environs, et son départ pour la Grèce à l’été 132 était le signal pour le déclenchement de la révolte. Il y avait d’autres facteurs qui aggravaient la situation, par exemple, la dure règle de Tinneius Rufus, le nouveau gouverneur romain de Judée, et surtout, la désillusion des juifs qui avaient espéré qu’Hadrian rétablirait les ruines de Jérusalem. Lorsque les rumeurs selon lesquelles il reconstruisait le Temple ont favorisé les attentes messianiques, leurs espoirs, rapidement détruits, ont été remplacés par un profond ressentiment.

L’agitation contre Rome avait, semble-t-il, existé en Judée plusieurs années avant le déclenchement de la révolte, et les sages ont peut-être essayé de l’atténuer, comme on peut en déduire du récit de l’assemblée dans la vallée de Rimmon, à laquelle Joshua b. Hananiah a calmé l’humeur turbulente des gens (Gen. R. 64:10).

En fin de compte, cependant, la révolte a été une continuation des soulèvements des Juifs de la diaspora contre Rome en 115-117 CE , qui comprenait « la guerre de Quietus » se terminant par 117. Même si Hadrian ne voulait aucune inimitié particulière contre les Juifs et se comportait en Judée avec le même degré d’universalisme culturel qu’il adoptait dans d’autres endroits, ses innovations ne furent pas saluées par la population….

bach kochba
Carte 1. Étendue de la révolte de Bar Kokhba dans sa première année, 132 CE Après Y. Aharoni, Atlas de la Bible de Carta , Heb. Ed., 1966.
bar kochba
Carte 2. Étendue de la révolte de Bar Kokhba dans ses troisième et quatrième années. Après Y. Aharoni, l’ Atlas de la Bible de Carta , Heb. Ed., 1966

Dio Cassius donne un bref récit du déroulement de la révolte.

En accumulant des armes, en trompant les autorités romaines, les Juifs attendirent une opportunité appropriée, et quand Hadrian est parti, ils se rebellent ouvertement.

Au début, les Juifs ne se sont pas battus dans les batailles. Au lieu de cela, ils saisirent des villes qu’ils fortifiaient avec des murs et des passages souterrains.

Dans un nombre croissant d’affrontements, les rebelles ont infligé des pertes aux Romains. Hadrian était obligé d’envoyer rapidement l’un de ses généraux les plus habiles, Julius Severus, qui venait spécialement de la Grande-Bretagne à la Judée.

En raison du grand nombre de rebelles et de leur fureur désespérée, Severus s’est abstenu de faire la guerre ouverte et a préféré entourer leurs forteresses et les immerger pour éviter que les aliments ne les atteignent. Peu à peu, il réussit à porter plusieurs coups aux combattants de la Judée, sur lequel il a ensuite infligé des coups bien plus lourds, et cela sans répit, jusqu’à ce qu’il les réduise à un état de soumission complète.

Dio Cassius raconte que les Romains ont démoli 50 forteresses, ont détruit 985 villages et ont tué 580 000 personnes en plus de ceux qui sont morts de faim, de maladie et de feu.

Il ajoute que beaucoup de Romains ont péri aussi, et quand Hadrian a informé le Sénat de sa victoire, il n’a pas commencé par la formule habituelle: «Moi et mon armée sont bien.»

Dio Cassius déclare que l’insurrection fut préparée en détail, jusqu’à ce que « toute la Judée était en révolte » … (il s’est référé apparemment à la plupart d’Ereẓ Israël, y compris la Galilée et le Golan).

Il affirme en outre que les Juifs « dans le monde entier » ont soutenu le soulèvement comme les non-Juifs aussi, et c’était « comme si le monde entier faisait rage ».

Dans sa portée et sa véhémence, la révolte a pris les dimensions d’une guerre qui constituait une menace pour l’empire. Comme d’habitude avec les historiens romains, Dio Cassius cite un présage surnaturel, pour montrer que la destruction de la Judée était prédestinée, lorsqu’il déclare que le tombeau «sanctifié» de Salomon était tombé de lui-même.

Les inscriptions grecques et romaines mentionnent la participation à la guerre des détachements de légions apportés de toutes les parties de l’empire, d’Egypte et aussi loin que la Grande-Bretagne : le dixième « Fretensis », le troisième « Cyrenaica, » le Quatrième « Scythique, » le Deuxième « Trajana », les vingt-deuxième légions « Diotrajana », et peut-être aussi la sixième légion « Ferrata ».

La marine syrienne a probablement participé à la guerre. Bien que les chiffres exacts ne puissent pas être calculés car il s’agissait de troupes auxiliaires et de détachements de légions, l’ampleur de l’armée romaine indique les dimensions de la guerre.

Des preuves isolées : une inscription sur une tombe, des références talmudiques du troisième siècle à la destruction de la Galilée ( BK 80a, TJ , Pe’ah 7: 1, 20a), les remarques de Sulpicius Severus (quatrième siècle CE ) sur la rébellion des Juifs en Syrie et en Palestine aux jours d’Hadrien – montre que la révolte s’est répandue au nord d’Ereẓ Israël, à Beth-Shean et à la Galilée. Cependant, le conflit principal a eu lieu en Judée, au Shephelah, dans les montagnes et enfin dans le désert de Judée.

La guerre a apparemment duré environ trois ans et demi, au cours de laquelle Jérusalem a été prise par les rebelles, comme cela ressort de l’inscription לחרות ירושלים sur les pièces de la révolte et peut-être aussi des documents du désert de Judée.

Appian, contemporain de la révolte, Eusèbe, dans son De Theophania , et Jérôme (cinquième siècle après J.-C. ), dans son commentaire sur Jérémie 31:15, tous déclarent que Jérusalem a été détruite aux jours d’Hadrien. Il semblerait donc que Bar Kokhba ait capturé la ville et, seulement après sa défaite militaire, Hadrian a réussi à le contrôler et à le détruire.

Il peut y avoir une allusion à cela dans les Midrashim qui racontent l’entrée d’Hadrien à Jérusalem et sa profanation du Mont du Temple (Tan. B., Ex. 128, Ex. R. 5: 5, Deut. R. 3:13).

maxresdefault

Certains soutiennent que le design sur les pièces de monnaie de l’époque de la révolte, représentant un bâtiment à quatre colonnes surmonté d’une étoile, symbolise le Temple, et si les pièces non datées portant l’inscription לחרות ירושלים ou simplement ירושלים doivent effectivement être assignées à la troisième année de la révolte.

Jérusalem était toujours dans les mains de Bar Kokhba vers la Fin de la révolte, dans la troisième année de la guerre, c’est-à-dire à Tishri 134 CE. Ceci est confirmé par l’un des documents du désert de Judée daté שנ) ת תלת לחרות יר (ו) שלים) (« la troisième année de la guerre Liberté de Jérusalem « ).

Cette faible preuve montre que pendant la révolte de Bar Kokhba, Jérusalem a non seulement symbolisé l’envie de la liberté, mais aussi l’expression politique de la consolidation de la révolte et de son influence en Judée. Il n’y a cependant aucune preuve que le Temple a été reconstruit à cette époque, Il n’y a pas non plus de preuve que Bar Kokhba était sur le point de reconstruire le Temple. Cependant, un autel a été érigé pour un culte sacré.

Bar Kokhba a pris une dernière position à Bethar dans les collines de Judée, mais des découvertes dans le désert de Judée semblent qu’après la chute du dernier bastion, la flamme de la révolte a continué à scintiller dans le désert et dans les environs de la mer Morte…

betar illit
Bethar dans les collines de Judée… est aujourd’hui appelée une COLONIE au sein d’un territoire palestinien.

Néanmoins, dans les sources talmudiques et midrashiques, Bethar représente la forteresse dans laquelle les rebelles ont trouvé refuge, et sa chute, ainsi que la défaite de Bar Kokhba qui a rencontré sa mort, symbolise la fin de la révolte.

L’endroit était apparemment choisi comme le bastion principal des rebelles en raison de sa situation stratégique au bord d’une montagne surplombant la vallée de Sorek et dominant la route importante de Jérusalem-Bet Guvrin et peut-être aussi à cause de son sol fertile.

Comme elle n’était pas fortifiée de manière adéquate, Jérusalem ne pouvait pas servir de forteresse.

Le siège de Béthar a commencé apparemment après la reprise de Jérusalem. Le fait que les hommes de Bar Kokhba l’aient voulu dès le départ, être leur principale forteresse ou être conduit par la force des circonstances ne peut pas être connu.

Même pendant le siège, ceux de Béthar ont maintenu le contact avec des camps de combattants dans le désert de Judée.

L’un des documents indique: « Près du puits de Ben Koseva, Nassi d’Israël, dans le camp », se référant probablement au camp de Bethar, qui n’est cependant pas mentionné dans les documents de la Mer Morte. (le Nassi est le prince, descendant du Roi David)

La stratégie de Severus était d’intensifier le siège sur la forteresse, et un mur de siège ( circumvallatio ) a été construit à cet effet. Il a été attaqué par les assiégés dans des sallies désespérés, tandis que le blocus devenait plus serré.

Un rappel clair de la présence des armées romaines à Béthar lui-même a été conservé dans une inscription latine qui a été gravée sur une roche près du puits de Béthar et mentionne les détachements de la Cinquième Macédoine et de la onzième Légions « Claudia ». L’inscription est maintenant illisible.

Eusèbe déclare que Bethar a été assiégée à la 18 e année du règne d’Hadrien, c’est-à-dire en 134 CE , environ deux ans après le déclenchement de la révolte, et que sa chute était causée par la faim et la soif.

Selon le récit talmudique ( TJ , Ta’an 4: 8, 68d, Lam. R. 2: 2, n ° 4), Hadrian a vaincu sans succès à Bethar pendant trois ans et demi, jusqu’à ce qu’un samaritain ait prétendu que Eleazar de Modi’in (ha-Moda’i) avait conspiré avec lui pour rendre la ville aux Romains. Encensé à cela, Bar Kokhba a tué Eleazar. « Immédiatement, Bethar a été capturé et Ben Koziva a rencontré sa mort ». Il est présumé qu’une grande importance a été attachée à Bethar assiégé à des sages tels que Eleazar de Modi’in, l’un des principaux rabbins de sa génération, Mais s’il est identique avec l’Eleazar dont le nom apparaît sur les pièces de la révolte ne peut être déterminé. (Dans une de ses lettres, Bar Kokhba mentionne un רבנו בטניה בר מיסה, qu’il a considéré comme un grand homme.)

Ces circonstances suggèrent que, finalement, un conflit éclata entre les sages et le commandant en chef et se répandit parmi les assiégés. En tout état de cause, ces rapports, comme la déclaration d’Eusèbe, indiquent que la capture de Bethar était difficile et a été réalisée dans des circonstances inhabituelles.

bar kochba
Le nom Bar Kokhba (fils de l’étoile) fait probablement allusion aux espoirs messianiques placés en lui par Rabbi Akiva. Son vrai nom semble avoir été Ben ou Bar Koseva, qui apparaît sur des documents contemporains.

La mort de Bar Kokhba est enveloppée dans un halo légendaire

Les récits du massacre perpétré à Bethar attestent de la férocité de la lutte (Git. 56a-b, Song, R. 2:17, cf. ARN 138, 115: « Pas une âme s’est échappée »). Les sages affirment que, le 15 avril, l’inhumation des morts était autorisée (Ta’an 31a).

La tradition veut que Bethar ait été pris à Ticha be Av – le 9 Av. ( Ibid. , 29a), et Jérôme ( cit. Cit. ) dit aussi que cela s’est produit en août: in hoc mense (scil. Augusto ). Sur la base de la dernière date – la quatrième année de la libération d’Israël – mentionnée dans l’un des documents, la règle de Bar Kokhba a duré plus de trois ans.

La population juive de Judée a été en grande partie exterminée dans la période de répression qui a suivi la chute de Bethar.

La subjugation a été associée à des massacres et à des persécutions religieuses, à la vente de juifs à l’esclavage et au déracinement des gens du sol. Le centre de gravité juif s’est maintenant déplacé vers le nord, principalement vers la Galilée. Ainsi s’est terminée la dernière et peut-être la plus grande guerre de libération des Juifs dans l’Antiquité. L’indépendance de la Judée avait pris fin.

Les documents du désert de Judée

Les découvertes, datant des jours de Bar Kokhba et mis en lumière dans le désert de Judée en 1952-1961, contiennent des faits supplémentaires d’une grande importance pour la compréhension des conditions sociales et économiques en vigueur pendant la guerre Bar Kokhba en 132-135 CE.

Les premiers documents ont été trouvés en 1952 à Wadi Muraba’at environ 11 mi. (18 km) au sud-ouest de Qumran. Parmi ceux-ci figurent des contrats commerciaux, des lettres de divorce, deux lettres de Bar Kokhba et une des administrateurs de la communauté adressée à Jeshua b. Galgolah.

Murabbaat

Une expédition archéologique réalisée dans le désert de Judée au sud d’En-Gedi en 1960-61 a révélé la découverte de preuves matérielles, telles que des squelettes, du lin, des restes de vêtements, des vases en métal et en verre et des restes de nourriture, et de nombreux documents de l’époque de la guerre de bar Kokhba.

Les lettres, écrites apparemment au nom de Bar Kokhba mais pas personnellement par lui, traitent des questions quotidiennes. Certains d’entre eux ne sont pas tout à fait clairs. Les dates qui y sont mentionnées vont de la deuxième à la quatrième année de la libération d’Israël (132-134 CE ). Les lettres s’ouvrent avec une formule presque identique:

[…] « De Simeon ben Koseva à Jeshua ben Galgolah et les hommes de sa forteresse! »; « De Simeon à Jeshua ben Galgolah, paix! »; « Simeon, bar Kosevah, le Nasi [‘prince’] d’Israël à Jonathan et Masbela, paix! »; « De Simeon, bar Koseva, aux hommes d’En-Gedi à Masbela (et) à Jonathan B (ar) la paix Ba’ayan! » « Simeon à Judah Bar Manasseh à Kiryat Araviyah ».

Dans une lettre à Jeshua b. Galgolah, l’un de ses commandants de l’armée, Bar Kokhba se réfère aux גללאים ( gll’ym ), qui doivent être protégés et, en rappelant sévèrement à ses hommes, les menace de fers: «J’appelle le Ciel pour témoigner contre moi … que je mettrai Vos pieds dans les fers.  » 

L’occasion réelle et l’identité des גללאים ne sont pas claires de la lettre. Dans une autre lettre à Jeshua, Bar Kokhba lui ordonne d’offrir l’hospitalité du shabbat aux hommes qui amenaient du blé au camp et à leur fournir un logement jusqu’à «après le shabbat».

Dans d’autres lettres trouvées dans Naḥal, le nassi écrit à Masbelah b. Simeon et Jonathan b. Bayahu, qui était apparemment au commandement du front d’En-Gedi, sur l’approvisionnement en blé, la récolte des céréales, la confiscation de la propriété, la surveillance des hommes et la mobilisation des hommes de Tekoa à la frontière du désert de Judée.

Son langage est sévère et il les menace fréquemment de punir s’ils manquent à ses ordres (« et si vous ne le ferez pas, vous serez punis »). Dans une lettre hébraïque à Jonathan et Masbelah d’En-Gedi, Bar Kokhba les ordonne d’assister au chargement d’un bateau ancré dans le port.

Les lettres et autres documents découverts dans le désert de Judée ne contiennent rien de précis sur l’attitude des sages vers la règle de Bar Kokhba, et il n’y a aucune mention de Bethar et de la guerre. Néanmoins, il est possible de comprendre d’eux explicitement et d’abord à propos de la personnalité agressive de Bar Kokhba et de son statut, les difficultés économiques dans lesquelles se trouvaient les combattants de Judée et l’étendue géographique de la révolte.

Le Nassi était préoccupé par les problèmes d’approvisionnement, les aliments pour son camp et les questions relatives à l’immobilier. Les documents économiques trouvés dans Wadi Muraba’at montrent que les baux ont été faits au nom et avec la sanction de Bar Kokhba: « Sur les instructions de Simeon b. Koseva. « 

Apparemment, le terrain appartenait nominalement à la nassi , Il est clairement indiqué dans un bail: « Vous avez loué le terrain de Simeon, le Nassi d’Israël ». En son nom, les bailleurs ont fixé le quota de grain qui leur serait accordé. Comme on pouvait s’y attendre en temps de guerre, les autorités insistaient sur la culture des champs et confisquaient les terres de ceux qui négligent de les cultiver. Ils ont été dépossédés de la terre et ont tout perdu.

En effet, Bar Kokhba se considérait comme l’autorité de l’empereur romain et a transféré les terres de la Judée libérée à sa propre possession. Ses ordres concernant les baux, les ventes et les confiscations ont été fondés sur une succession juridique à la domination romaine, en vertu de laquelle il a été habilité à exercer le contrôle sur les terres de Judée et à confisquer des biens pour le bien public.

D’après les noms des établissements mentionnés dans ces documents, les hommes de Bar Kokhba ont apparemment contrôlé de vastes zones, dans les régions frontalières des montagnes de la Judée : dans le quartier de Bet Guvrin (Ir-Nahash) et dans le désert de Judée, et ont maintenu le contact, Il semble, avec des régions à l’est et au sud de la mer Morte, comme Ma’aleh ha-Luḥit dans le district d’Eglatin à Moab et Zoar dans l’Aravah. Herodium, la ville d’Herod environ 6 mi. (10 km) au sud-est de Jérusalem et mentionné dans les documents, est devenu un centre économique dans lequel les représentants de la nassi étaient stationnés…

En-Gedi était un important port d’approvisionnement pour les rebelles. Les colonies de Tekoa et Kiryat Araviyah dans les environs de Bethléem sont mentionnées dans les documents.

(Selon la reconstruction de ב … שלים comme Jérusalem, proposé par JT Milik qui a fait une étude sur les documents de Wadi Muraba’at, cette ville est mentionnée dans deux d’entre eux, l’une datant de la seconde et l’autre de la quatrième année « de la libération d’Israël » Elul, 133 et Tishrei, 134, respectivement).

Après la défaite, les fugitifs de la guerre en Judée se sont rassemblés dans le désert de Judée, qui devint alors le centre rebelle. Les restes des camps militaires romains trouvés au-dessus des grottes de Naḥal montrent que les légions ont assiégé les restes des combattants qui, avec leurs familles, se sont réfugiés dans ces cachets. Entourés par les Romains, ils ont rencontré leur mort.

Depuis l’écriture de ce qui précède à la fin des années 1960, de nouvelles informations archéologiques concernant la révolte de Bar Kokhba ont émergé de l’enquête intensive de centaines de grottes de refuges et de complexes cachés souterrains.

Les grottes de refuge se trouvent principalement dans le désert de Judée et dans les falaises surplombant la mer Morte et ont été utilisées comme abris pour des réfugiés juifs à la fin de la révolte de Bar Kokhba.

Cependant, les complexes cachés souterrains étaient des bancs souterrains creusés artificiellement sous ou près de bâtiments résidentiels dans des villes et des villages juifs (environ 125 sites selon un nombre récent). Ils ont été trouvés dans le Shephela de Judée, et dans les montagnes de Beth-El et d’Hébron, et reflètent les limites générales de la région qui était sous l’administration de Bar Kokhba.

Les fouilles de la grotte d’Abi’or dans le désert de Judée en 1986 et plus tard en 1993 ont mis en lumière de nombreux fragments de nouveaux documents écrits sur les papyrus en grec et en araméen. Des découvertes supplémentaires de la grotte étaient des textiles, des cordes et des parties de sandales. Ces objets ont été amenés à la grotte et cachés vers la fin de la révolte.

Divers artefacts datant du moment de la révolte ont été déterrés sur un certain nombre de sites et dans des complexes souterrains, notamment diverses formes de poterie, de vaisseaux en pierre et de pièces de monnaie.

Une découverte importante était celle d’un poids de plomb trouvé à Horvat ‘Alim au Shephela, portant le nom et le titre de Bar Kokhba, qui était évidemment utilisé à des fins administratives.

Un anneau de signalisation portant le nom de Bar Kokhba est également signalé dans les environs de Quneitra dans le Golan, et peut-être été amené à cette destination par des Juifs fuyant la persécution à la fin de la révolte Bar Kokhba.

Un certain nombre de pièces de monnaie ont été connues, dont beaucoup par le creusement clandestin, contenant des pièces juives mélangées à celles produites chez Aelia Capitolina. De toute évidence, Aelia Capitolina a été fondée avant le déclenchement de la révolte. Il n’y a aucune preuve que Bar Kokhba ait tenu à tout moment Jérusalem (voir ci-dessus pour une vue contraire).

Les pièces issues de la révolte de Bar Kokhba ont également commencé à apparaître à partir de fouilles contrôlées, en particulier dans les grottes de refuge et les complexes cachés souterrains.

Les Grottes de Bar Kochba

Les Grottes de Bar Kochba

En 2015, Yaron Rosenthal, directeur du département de la protection de la nature, a déploré que l’armée israélienne ait cessé de fournir une protection aux sites comme cette grotte – laissant la voie libre aux Arabes qui cherchent à détruire le patrimoine juif antique pour effacer le lien entre les Juifs et la Terre d’Israël.

Le site archéologique abritant la plus grande grotte existante datant de l’époque de la révolte judéenne menée par Bar Kohba , a été démolie par des agriculteurs arabes et leurs tracteurs.

Cette grotte, déclare Rosenthal, était l’une des plus grandes grottes secrète utilisée par les révolutionnaires juifs combattant contre les Romains durant la grande révolte de Bar Kochba entre 132 et 136 de notre ère.

La grotte, est l’entrée d’un réseau de passages souterrains qui courent sur plusieurs kilomètres sous les collines de Judée, qui a abrité des centaines de rebelles juifs et de grandes quantités de vivres et matériel.

Une grande partie du réseau est situé sous le village arabe de Arabiya, qui est situé sur les ruines d’une grande ville juive de la période michnique, datant de plus de 2.000 ans.

Ce site qui se situe à 300 mètres de El Aroub et à un kilomètre au sud du carrefour central Goush Etsion (sud de Jérusalem), a servi de cachette aux combattants juifs de la révolte contre les Romains. Cette grotte gigantesque, utilisée il y a presque 2000 ans par les soldats de Bar Kohba, a été creusée sous l’antique ville de Erabya.

Qu’est ce qui relie Massada aux grottes de bar Kochba?

Massada a été construite par le roi Hérode comme une forteresse dans le désert de Judée près de la mer Morte.

En 70 CE, les Romains ont capturé Jérusalem et les survivants chanceux et les soldats juifs qui ont refusé de passer au contrôle romain ont fui de Jérusalem à Massada. La révolte juive a duré deux ans à Massada mais finalement, les murs de Massada ont été violés.

L’historien Josephus l’a enregistré dans son livre The Jewish War. « Les Romains ont pris les armes au lever du jour pour leur assaut. De tous les côtés de Massada, rien que du silence. Massada était ainsi prise, le général romain est parti, et il n’y avait plus un ennemi de Rome dans le pays.

100 ans après Masada, un autre groupe de fanatiques juifs commença à organiser une révolte contre les occupants romains.

Un homme nommé Simon Bar Kochba (Fils d’une étoile) était un jeune chef courageux qui avait une force et un esprit énormes. À partir de 132 CE, Bar Kochba a mené des raids réussis à partir de sites secrets sécurisés dans les vallées et les grottes de la Judée. Il a construit et conçu une structure de grotte élaborée où il et ses camarades juifs ont vécu pendant plusieurs années.

Similaire aux victoires des Maccabées, en 135 CE, Bar Kochba a poussé l’armée romaine hors du Judée et ils ont eu deux courtes années d’indépendance locale.

Une histoire d’Israël dont on entend pas parler, pourquoi?

Toute cette partie de l’histoire d’Israël reste éminemment cachée au grand public francophone, et peu d’articles sur le sujet peuvent être trouvés en anglais.

Il est bien évident que des résolutions comme celles qui sont prises par l’Unesco s’avèrent complètement ridicules face à la masse de preuves accumulées par ces découvertes archéologiques qui, on le constate, ne datent pas d’hier… Alors quelle est la raison de ce silence d’Israël, pourquoi ne clame-t-on pas la vérité sur tous les toits? Cela reste une énigme…

Cette énigme aura-t-elle été résolue lors des fouilles récentes sur le site de Massada? Aura-t-on trouvé de nouvelles preuves de notre histoire, dans ces tunnels qui ont relié, du nord au sud, du Golan à la mer morte, la plus grande partie des territoires soit disant « occupés » …?

Serait-il possible que notre propre gouvernement cache des preuves irréfutables et se contente de négocier, selon divers intérêts, notre légitimité?

Ceci ne saurait nous étonner, sachant que les fouilles archéologiques ont pu également mettre au jour, des documents compromettant concernant la vie et la mort du Christ et sa véritable identité… Ainsi, chrétiens et musulmans, ensemble, n’ont aucun intérêt à voir se révéler la nature de certaines découvertes et ne peuvent qu’espérer que les divers intérêts qui préoccupent l’Etat actuel d’Israël restent plus importants que la divulgation de la vérité, quelle qu’elle soit…

Ce dont on est absolument sûrs, c’est qu’à l’issue de cette « Guerre des Juifs », les romains ont finalement gagné la bataille, ils ont définitivement imposé le nom de PALESTINE à notre pays, et se sont finalement débrouillé pour organiser notre exil…

Heureusement, nos sages ont veillé à assurer la continuité de notre unité en tant que peuple, et ont construit le système qui va nous faire traverser la période de l’exil d’Edom, où nous sommes encore prisonniers…

Rabbi Akiba artisan de la « continuité »…

rabbi akiba 3

Rabbi Akiba était l’un des leaders spirituels des Juifs au temps de Bar Kochba qu’il a véritablement soutenu….

Rabbni Akiba  a aimé le peuple juif et la tradition juive et a travaillé avec diligence pour protéger les enseignements juifs et pour maintenir la flamme juive vivante.

Au moment où la plupart des Juifs ont quitté le judaïsme et ont commencé à pratiquer la religion romaine et d’autres religions étrangères, Rabbi Akiba ben Natan a conservé l’histoire du judaïsme en créant la Mishnah.

Rabbi Akiba est un modèle juif qui nous montre les différentes façons de maintenir une tradition en vie. Il n’a pas utilisé son corps pour se défendre physiquement contre les ennemis, il a utilisé son esprit pour écrire la Mishnah pour enregistrer la tradition et pour aider les gens à pratiquer le judaïsme dans une nouvelle ère.

On dit de Rabbi Akiba: « Comment était Rabbi Akiva? – Un travailleur qui sort avec son panier. Il trouve du blé – il le met, l’orge – il le met, l’épeautre – il le met, les haricots – il le met, les lentilles – il le met. Quand il arrive à la maison il sort le blé par lui-même, l’orge Par lui-même, épelé par lui-même, les haricots par eux-mêmes, des lentilles par eux-mêmes. De même, Rabbi Akiva; Il arrangea les anneaux de Torah par des anneaux. – Avot deRabbi Natan

Réalisé à partir de plusieurs sources, dont :

Photo de présentation : Détail d’une lettre écrite sur papyrus et attribuée à Bar-Kokhba.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2017/Terre Promise



Print Friendly, PDF & Email