SHARE
Vivre une tragédie quelconque vous permet d’utiliser chaque petite partie de la foi pour vous envelopper de émouna comme une seconde peau…

par Yehudit H’anan

Il faut une énorme émouna pour faire face à un drame. Sans foi en Dieu, c’est presque impossible. C’est pourquoi tant de groupes de soutien sont de nature spirituelle. Pendant les moments difficiles, nous devons nous entourer de personnes qui croient en Dieu, peu importe comment. Lorsque la vérité de notre situation est trop effrayante à accepter, nous vivons dans le déni mais grâce à la Emouna, nous pouvons nous appuyer sur Hachem et jeter un premier coup d’œil sur ce qui ressemble à un cauchemar.

karate

En même temps, que Dieu ébranle notre univers, Il nous jette une corde de foi ; n’osons pas la refuser.

N’importe quel drame est une opportunité d’utiliser tous les bribes de foi, pour faire de la Emouna, une seconde peau ; Elle redonne espoir, préserve la santé mentale et rend courageux.

Je me rappelle combien de temps il m’a fallu pour accepter que ma fille ait subit une lésion cérébrale anoxique à la suite d’une crise cardiaque. Je ne pouvais pas regarder cette réalité en face. Je refusais d’effleurer cette pensée. Je me cachais derrière Hachem, comme une petite fille se blottie derrière son père, sortant ma tête de temps à autre pour regarder hâtivement le film effrayant sur l’écran de ma vie.

J’étais terrifiée de ma propre réaction face à l’état de ma fille; Je pensais perdre la tête. Il m’a fallu des années pour pouvoir dire à haute voix les mots «lésions anoxique du cerveau» et même maintenant, alors que je l’écris, j’ai un petit pincement à la poitrine.

Sans Emouna, je serais devenu folle. Mais lentement, j’ai pu pleinement accepter sa maladie et, au fil du temps, j’ai commencé à aller de l’avant et en apprendre davantage. Ma emouna m’a beaucoup aidée et toutes les prières pour son rétablissement ont eu un impact visible. Aujourd’hui, nous sommes heureux de son rétablissement et, si vous la voyiez, vous ne soupçonnerez jamais qu’il y a onze ans, elle ne savait pas où elle était.

Chaque fois que je me sens dépassée à propos de tout, j’aime m’imaginer tenant la main de Hachem ou même être attaché à lui par l’un de ces harnais que des parents utilisent pour ne pas perdre leur enfant dans certains endroits.

L’Emouna c’est cette sangle qui m’attache à mon Papa Céleste, m’empêche de me perdre dans l’intense douleur, à l’heure du péril.

Quand j’étais jeune et « pas religieuse », j’admirais les gens pour leur apparence, leur popularité ou leur richesse. Je voulais être talentueuse, belle, riche et célèbre (quel originalité). Pour moi, c’était ça réussir : être quelqu’un !

Maintenant, j’admire les gens biens, ces Juifs qui mènent une vie de la Torah et pratiquent la bonté ; quand ils sont frappés par des épreuves « incompréhensibles » ils deviennent encore plus fervents. Ce sont mes modèles, je les admire. Ce sont mes célébrités spirituelles, je veux les imiter.

Non, je ne cherche pas de grandes épreuves ; mais si nous devons être éprouvés nous prions pour avoir de toutes petites épreuves : raté un bus, ne pas trouver ces clés, un léger rhume … c’est assez bon pour moi et c’est très bien.

Mais ce que je recherche, c’est le courage la foi, la emouna que je rencontre chez les personnes avec qui je travaille, je les aime pour leur combativité et leur force Ils ont décidé de renoncer aux questions lancinantes, comme «Pourquoi moi? Pourquoi lui? Pourquoi maintenant? Et tout simplement, pourquoi?  »

C’est toujours bien de nourrir notre d’emouna, et d’être reconnaissant de ne pas avoir à appeler les renforts.

Cela me rappelle mon frère Chaim, qui est une ceinture noire de cinquième degré de karaté. Il pourrait tuer quelqu’un à mains nues, à Dieu ne plaise, et cela ne prendrait qu’une seconde. Quand nous étions adolescent, je lui demandais: «tu as tabassé quelqu’un aujourd’hui?» Je pensais qu’il était un super-héros, qui chassait le mal, luttait contre les méchants et aidait les gens.

Il m’a finalement expliqué: «J’essaie d’éviter les combats, je ne cherche pas des occasions pour me battre et frapper des gens mais savoir que je peux me défendre me conforte. « 

J’ai compris alors que maîtriser l’art de la légitime défense était le but, posséder cette discipline, en affiner les compétences, tout en espérant ne jamais en avoir besoin.

J’ai remarqué que mon frère, qui était un homme assez dur, était devenu plus doux au cours des années, raffiné et extrêmement poli. La seule fois où je l’ai vu en œuvre, c’est quand il a pris des planches de bois contre les marches du seuil de la maison et les a rapidement coupées en blocs avec ses mains pour un barbecue.

Nous devons tous devenir des ceintures noires en emouna.

Nous devons être prêts à tout, mais prions tous les jours pour la santé, la paix et la prospérité et certainement pas pour de grandes épreuves.

Lorsque nous devons utiliser notre arsenal personnel pour réagir au contrecoup d’une nouvelle réalité, notre emouna sera la principale défense.

Il est essentiel de savoir, que la Emouna est encore plus forte que la réalité elle crée une nouvelle réalité, et empêche d’être la pauvre victime des circonstances de la vie. Elle nous transforme en géant spirituel qui vaincra le dragon du désespoir. Chop chop!

Traduction Simha Benchaya

http://www.breslev.co.il/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2017/Terre Promise



Print Friendly, PDF & Email