SHARE

Par Alan Baker ex-ambassadeur

La campagne de dénigrement menée par lesdits Palestiniens les a amenés à demander l’annulation de la « Déclaration Balfour », comme élément d’une politique niant aux Juifs le droit à un foyer national en tant que peuple indigène de la région.

15783271-declaration-balfour-une-promesse-passee-presque-inapercue

Déjà lors de l’anniversaire de cette déclaration le 2/11/1943, une cérémonie à Berlin au siège de la Luftwaffe réunit l’élite nazie avec le collaborateur nazi Haj Amin al Husseini, le moufti de Jérusalem qui demanda l’abrogation de la Déclaration Balfour, tout en clamant son soutien au génocide du peuple juif.

Aujourd’hui, les chefs palestiniens utilisent les organismes internationaux où ils sont assurés d’une majorité automatique grâce à 57 états arabo-musulmans et leurs fidèles alliés pour dénigrer tout lien du peuple juif avec la Terre Sainte.

Ces efforts ont culminé récemment avec des résolutions à l’Unesco en octobre 2016 et le 7/7/17 où Hébron a été inscrite dans la liste de l’Héritage mondial comme site palestinien sans connexion avec le peuple juif.

Ces chefs palestiniens ont demandé à la Grande Bretagne des excuses officielles pour avoir émis cette Déclaration.

Or « le politiquement correct » occidental hésite aujourd’hui à défendre la réalité légale et historique.

– Or pendant plus de 2 millénaires le peuple juif a toujours été considéré comme le peuple aborigène dans le pays de ses ancêtres et les racines de son existence sont largement documentées, citées et reconnues.

– La Chrétienté est fille du Judaïsme et les indices de l’existence et de l’établissement des premiers Chrétiens en terre sainte sont des prémisses prouvant l’existence juive et son établissement sur cette terre.

Un rapport britannique de la « Commission Rotale sur la Palestine » datant de 1937 précise :

« De plus les Chrétiens ne peuvent oublier que Jésus était Juif et qu’il vivait sur une terre juive où il a établi les Evangiles sur la base de la vie et des idées juives».

De même, les 3 textes saints la Torah juive, les Evangiles Chrétiens et le Coran musulman se réfèrent clairement au peuple juif et à son lien à la Terre Sainte, et depuis l’Antiquité à aucun moment les Juifs n’ont été absents de cette Terre.

Pendant plus 26 siècles, même si la population juive a diminué, la Terre sainte a toujours été le foyer de rabbins et d’éminentes études rabbiniques connues à travers le monde. Il y a une continuité identitaire ininterrompue liant le peuple juif à sa terre ancestrale.

Le Coran ne se contente pas d’indiquer le lien du peuple Juif avec la Terre Sainte, mais il précise aussi sa légitimité jusqu’à la fin des jours.

Pour les auteurs païens grecs et romains Jérusalem a toujours été une ville juive du fait que ses habitants étaient juifs, qu’elle a été fondée par des Juifs qui y ont construit le Temple, centre de la foi juive.

– Les chefs arabes et palestiniens essaient de diffuser un nouveau narratif mythique selon lequel le « peuple palestinien » a existé dans le passé avant les Juifs, comme peuple indigène, et était établi sur cette terre.

Ce narratif a commencé avec la création de l’OLP en 1963 par Yasser Arafat, un égyptien.

– Saeb Erekat, secrétaire Général de l’OLP revendique en 2014 d’être le descendant direct des tribus de Canaan, vivant en Terre Sainte, il y a 9000 ans. Or, selon la page FaceBook du même Erekat, cet homme appartient à un clan d’Arabie du Nord qui ne s’est installé en Terre Sainte à Abou Dis qu’en 1860… !

Par Alan Baker ex-ambassadeur américain à l’Onu
Résumé adapté par Albert Soued, écrivain, http://symbole.chez.com

L’ambassadeur Alan Baker: Israël a le droit historique de construire en Samarie et en Judée et une légitimité stratégique dans son rôle de défense d’Israël

judee samarie

« J’insisterai que les Hébreux ont fait plus pour civiliser l’homme que n’importe quelle autre nation. »

Si j’étais athée d’une autre secte, qui croit ou prétends croire que tout est ordonné par hasard, je devrais croire que le hasard avait ordonné aux Juifs de conserver et de propager à tous les hommes la doctrine d’un suprême, intelligent, sage, Tout-Puissant Souverain de l’Univers, que je crois être le grand principe essentiel de toute morale et par conséquent de toute civilisation « .

L’ambassadeur Alan Baker est reconnu comme l’un des principaux experts en droit international d’Israël, a été conseiller juridique et directeur général adjoint du ministère israélien des Affaires étrangères entre 1996 et 2004. Il a été suivi par quatre ans (2004-2008) en tant qu’ambassadeur d’Israël au Canada. Il est actuellement le Directeur de l’Institut des affaires contemporaines du Centre des affaires publiques de Jérusalem.

Plus récemment, Alan Baker a été invité à devenir membre du comité dirigé par le juge Edmond Levy à tous les documents juridiques internationaux, fils, la légalité de la réglementation de la construction de communautés en Judée-Samarie. Ce comité sur ce que l’on appellerait le «rapport Levy» finira par convenir qu’Israël serait pleinement en droit de le faire

Selon Alan Baker, la tâche du Comité Levy était d’évaluer la construction mondiale de villes, d’industries et de maisons dans la région de Shomron et de Judée et de faire des recommandations au gouvernement sur la manière de procéder à ces recommandations. Le but était d’établir les procédures juridiques appropriées sur la façon d’autoriser une telle construction conformément à la loi, car les exigences de planification et de zonage dans la région de règlement du Judée et de Samarie étaient essentielles pour l’État d’Israël.

L’une des raisons essentielles d’un tel rapport a été que le seul document directeur du gouvernement utilisé par le gouvernement israélien était le rapport de 2004 rédigé par un avocat de gauche israélien, Talia Sasson, qui a recommandé que le gouvernement de l’État d’Israël démantele beaucoup de nouvelles communautés appelées «avant-postes» en Judée-Samarie. Plus tard, Talia Sasson a couru pour la fonction publique en tant que MK dans la Knesset d’Israël dans le cadre du « Grand groupe Meretz ».

Le problème, selon Baker dans son discours à l’organisation Women in Green, était dû à l’idée fausse du fait qu’il avait été demandé par l’ancien Premier ministre d’Israël, Ariel Sharon, de préparer un rapport sur les « avant-postes non autorisés ». Lorsque le rapport a été achevé, les «avant-postes non autorisés» sont devenus soudainement des «avant-postes illégaux» qui ont fait de chaque citoyen israélien pionnier la construction d’une maison en dehors des zones de régions restreintes pour les communautés juives en «criminels» dans lesquels ils étaient véritablement «patriotes d’Israël».

C’est alors, après que le rapport de Sasson ait été publié que les présidents américains George Bush et plus tard Barak Obama ont adopté ce mantra que toutes ces communautés étaient illégales. Comme Baker l’a déclaré; « Ne pas avoir d’autorisation n’est pas un crime … Ou la mission était de clarifier la situation et de faire des recommandations appropriées ».

Le comité a examiné avec diligence tous les droits légaux de l’État d’Israël pour construire le Judée et la Samarie.

Au cours de ces audiences, les groupes de gauche qui ont présenté leurs documents au comité ont uniquement l’intention de prouver que seuls les Palestiniens arabes avaient le droit de construire sur des terres non privées dans la région. Ces demandes ont été rejetées par le comité selon Baker.

C’est alors à ce moment-là que le Comité Levy, selon Baker, a conclu ses conclusions juridiques:

«après une enquête approfondie, nous avons déterminé que la Judée et la Samarie n’étaient pas légalement occupées».

Au cours des années 1948-1967 lors du mandat britannique,  le mandat faisait « force de loi » selon la Société des Nations….

La couronne jordanienne  a déclaré qu’ils avaient des droits souverains à la domination de la région de la Cisjordanie, cela n’a jamais été reconnue par une organisation internationale comme les Nations Unies. Par conséquent, la Jordanie n’était pas un «ancien souverain».

En plus du conflit international sur le contrôle israélien sur Shomron et le Judée, Baker a déclaré que « la construction par Israël en Judée et Samarie ne viole pas la Convention de Genève ».

En tant que telle, la position actuelle des Nations Unies qui prétend représenter l’avis juridique de la communauté internationale est vraiment une mauvaise interprétation des objectifs des rédacteurs fondateurs de la Convention de Genève.

Ambassadeur Alan Baker
Ambassadeur Alan Baker

Projet de Convention internationale contre l’antisémitisme par Alan Baker

Le fléau de l’antisémitisme continue malheureusement de frapper dans le monde entier de façon récurrente. Bien qu’il soit condamné par des organisations et des institutions, nationales et internationales, évidemment par les communautés juives à travers le monde, et même d’une manière limitée dans certaines résolutions et déclarations de l’ONU, ou qu’il soit criminalisé par certains États dans leur propre législation, l’antisémitisme n’a jamais été considéré par la communauté internationale comme un crime international.

Elle ne l’a jamais été, comparé à la criminalisation du génocide, du racisme, de la piraterie, de la prise d’otages, des crimes contre l’Humanité, ou des crimes de guerre et du terrorisme.

À la lumière des terribles tragédies qui ont frappé l’Humanité dans l’Histoire, et face au récent réveil de l’antisémitisme, on aurait pu penser que des efforts allaient été accomplis par la communauté internationale pour criminaliser l’antisémitisme et ce, en vue d’assurer que les auteurs, les instigateurs, et tous ceux qui en sont responsables soient punis et traités comme tous autres criminels à travers le monde.

Le temps est en effet propice car la communauté internationale est de plus en plus soucieuse d’étendre la juridiction pénale pour lutter contre l’impunité des criminels. Elle a créé des tribunaux ad hoc pour juger les atrocités commises dans divers conflits régionaux, comme en ex-Yougoslavie, au Rwanda, en Sierra Leone, ou au Cambodge. La Cour pénale internationale a également été créée, conformément à son statut de 1998, pour traiter des « crimes les plus graves qui touchent la communauté internationale dans son ensemble. » (1)

En raison de la longue et sombre histoire de l’antisémitisme depuis le début de l’ère chrétienne jusqu’à ce jour, ce fléau unique et singulier ne peut pas et ne doit pas être assimilé ou lié à un traité comme toute autre forme de discrimination raciale ou xénophobe.

Dès lors, les tentatives avortées de la communauté internationale, principalement à la demande des pays musulmans, de lier par exemple l’islamophobie à diverses résolutions et déclarations internationales, et notamment à la tristement célèbre Conférence de Durban sur le racisme organisée par les Nations unies en 2001, sont artificielles et nettement transparentes politiquement.

Afin de corriger ce qui est clairement une grande injustice internationale, le projet de ce document est de criminaliser l’antisémitisme au sein de la communauté internationale, sur la base d’une « Convention internationale sur la prévention et la répression des crimes à caractère antisémite ».

Cette convention a été rédigée sur le modèle de nombreuses conventions internationales de l’ONU condamnant notamment le génocide, la discrimination raciale et le terrorisme.

Elle comprend les éléments suivants :

En préambule, les jalons de l’Histoire de l’antisémitisme et ses références dans les diverses institutions internationales, dans des documents et déclarations officielles et dans les résolutions adoptées par les organismes compétents ;

Une définition globale de la criminalité de l’antisémitisme et de ses éléments constitutifs, sur la base des différentes définitions qui ont été adoptées au cours des dernières années par divers groupes et institutions, y compris l’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC), le Centre Européen pour le Contrôle du Racisme et de la Xénophobie, la Déclaration de 2004 de l’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération Européenne), le rapport du Département d’État des États-Unis de 2005 sur l’antisémitisme mondial, et le Forum de Coordination pour la Lutte contre l’Antisémitisme (FCLA) dans son rapport de 2014;

Le principe de base de ce projet de convention est que toute manifestation d’antisémitisme qui entraîne, ou soit destinée à inciter à la violence doit être criminalisée sur le plan international;

L’obligation des États de criminaliser l’antisémitisme dans leur propre législation et de poursuivre les auteurs, ou de les extrader;

Un engagement à coopérer et à échanger des informations sur les auteurs et les mesures prises;

Un engagement à instituer des programmes nationaux d’étude pour lutter contre l’antisémitisme;

La création d’un Forum international de suivi sur les actions prises en coordination avec les États et les organisations internationales.

Avec avoir dûment rempli le texte il sera alors nécessaire de lancer le document dans le cadre d’une série de conférences à l’ONU, au sein d’organisations internationales et dans certaines capitales, et bien entendu, de rassembler le soutien et le parrainage des États et des organisations juives. L’objectif serait de pouvoir encourager les États à parrainer le projet de convention et de le présenter aux organes compétents des Nations unies pour le traiter comme toute autre convention internationale.

Le projet pourrait aussi être présenté à une conférence ou à un forum international dédié exclusivement à l’antisémitisme, autonome et distinct de l’ONU, en vue de son adoption formelle en tant que projet de traité et sa soumission aux États pour signature et ratification.

Compte-tenu de la nature complexe et juridique de ce projet, et l’idée novatrice de la criminalisation de l’antisémitisme à l’échelle internationale, il est prévu que ce texte fasse l’objet de discussions et de débats au sein des organismes compétents, ainsi que dans l’arène internationale qui se focalisera, à n’en pas douter, sur ses aspects plutôt politiques.

Ce projet devrait être considéré comme une base de discussion. Les commentaires et suggestions sont donc bienvenus.

Sources :

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email