SHARE
Il y a trente ans, Medellín était connu comme la capitale de los sicarios, la capitale des assassins. Pablo Escobar, le chef du cartel de Medellín, a inondé la majeure partie du monde de sa cocaïne, y a recruté plusieurs de ses sicaires dans le quartier de Bello en les payant pour éliminer ses adversaires. C’était surtout des adolescents montés sur des motos qui priaient La Virgen María Auxiliadora, et qui tuaient leurs victimes dans les rues!

Aujourd’hui, on y trouve la communauté juive de Bello, la synagogue la mieux organisée d’Amérique Latine car Juan Carlos a converti sa méga church colombienne d’ex-assassins au judaïsme orthodoxe.

Bello_panoramica

Ses cousins étaient des assassins ainsi que ses voisins à Medellín. Tout ce qu’il savait tournait autour de la drogue; il a échappé à la mort au contraire de ses 7 camarades abattus sur place 5 minutes après son départ.

C’est son engagement auprès d’une église pentecôtiste qui le fait basculer du bon côté de la barrière. Juan Carlos devient donc un pasteur évangélique! Grâce à ses talents de prédicateur, il a attiré de nombreux sicaires dans son église qui est passée de 300 adeptes à 3 000 en seulement quatre ans.

Juan Carlos est ainsi à la tête d’une mégachurch pentecôtiste colombienne.

En 1998, le gouvernement colombien a dénombré 3 800 jeunes hommes morts violemment dans le quartier de Bello au cours de la décennie précédente.

Le constat a poussé les autorités à régler le problème.

Et comment? le pasteur se rend à la mairie avec une proposition étonnante: rassembler le pire et le meilleur du quartier et les envoyer en Israël dans le désert du Néguev pour les extirper de leur environnement violent et gagner leur resocialisation instantanée.

Leur passage à Yad vashem les bouleverse

Les chefs des plus meurtriers gangs de Medellín sont envoyés en Israël. Pendant la première semaine en Israël, privés de drogues, les sicaires ont difficilement vécu la transition. Mais c’est dans la chambre des enfants assassinés de Yad Vashem que ses caïds éclatent en sanglots convulsifs. Ils pleuraient, non pas pour les 6 millions de Juifs assassinés mais en prenant conscience de toutes les personnes qu’ils avaient eux-mêmes tuées!

Juan Carlos participe la même année à une convention pentecôtiste en Israël où il rencontre un mouvement bizarre, d’un nouveau genre: les Juifs messianiques qui se disent chrétiens avec une identité juive. Ils portaient des vêtements religieux juifs traditionnels, tels que les kippot, les tzitzit. Ils appelaient leur pasteurs des rabbins… et déclaraient que Jésus-Christ était juif. Juan Carlos est hypnotisé.

De retour à Medellín, il organise la fête juive de Souccot et parodie lui-même les rites traditionnels du judaïsme avec sa communauté. Mais dans la nuit du 28 avril 2002, Juan Carlos est kidnappé par les guérilleros marxistes-léninistes de l’ELN. Après un mois séquestré dans la jungle, à dormir sous la pluie et à manger une portion de riz par jour, il a été libéré contre 50 000 $. Cette expérience le fait réfléchir sur le sens de sa vie. Il ne pense plus qu’à une seule chose: la vérité et Israël!

Il matraque les rabbins de questions

En 2004, il retourne à Jérusalem. Il se rend au Kotel et il cherche des rabbins juifs orthodoxes qui parlent espagnol. Quand il les trouve: il les matraque de toutes les questions qui le tourmentent: comment expliquez-vous le Messie? Pourquoi les Juifs n’acceptent pas Jésus? Comment interprétez-vous les prophéties?

Juan Carlos a été impressionné par ces rabbins et leurs réponses. Ils ne ressemblaient en rien aux pasteurs qu’il avait connus. Ils étaient intelligents, ils étaient les héritiers d’une tradition ancienne, les membres d’une culture plus riche que celle qu’il connaissait. Voilà ce qu’il avait cherché!

Juan Carlos est donc décidé à embrasser le judaïsme et à convertir sa congrégation à la vérité.

Ses fidèles l’accusent de trahison. Mais Juan Carlos n’a pas reculé. Il est allé de porte en porte, appelant tous les membres de sa communauté. La plupart d’entre eux avaient trouvé une nouvelle église ou ont complètement abandonné la religion. Pourtant, à la surprise de Juan Carlos, 600 paroissiens ont déclaré qu’ils avaient confiance en lui et qu’ils le suivraient vers le judaïsme!

Il devient rabbin

Quelle ne fut pas la surprise de la minuscule communauté juive de Medellín! Un groupe d’environ 300 membres très unis, qui avait un peu gardé la casherout et les services à la synagogue ont envoyé un email au Grand Rabbin de Colombie, Alfredo Goldschmidt, pour lui demander de l’aide. Juste avec l’aide de livres de halakha, Juan Carlos a présenté à son assemblée les changements les plus critiques à savoir: Shabbat, la cacherout et la circoncision.

Les membres ont cessé de travailler le shabbat, ont cessé de manger du porc et des crustacés et n’ont plus mélangé le lait avec la viande…

Et finalement, le groupe d’hommes est allé à l’hôpital pour se faire circoncire! Sur les 600 convaincus, seuls 200 ont tenu le coup… Moshe Ohana, un rabbin ultra-orthodoxe marocain et un kabbaliste basé à Miami a accepté de les convertir: Juan Carlos devient donc Elad et après des études poussées sous la direction des rabbins israéliens ultra-orthodoxes, David et Yitzhak Goldstein, il acquiert le titre rabbinique: il est Rabbi Elad Villegas, le leader de la communauté juive de Bello, à Medellín.

Aujourd’hui, le rabbin vit à Karmiel en Israël où il a pris le nom de Caro sur sa Téoudat Zéhout, en l’honneur de Joseph Caro, ce sage juif du 16ème siècle qui a écrit le Choul’han Aroukh, le principal code juridique du judaïsme.

https://www.coolamnews.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2017/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email