SHARE
Singapour : c’est une cité-état qui est formée de 64 petites îles ou îlots au Sud de la Malaisie. C’était une colonie britannique qui obtiendra son indépendance le 9 août 1965.

La république de Singapour est surtout connue pour sa réussite économique.

L’arrivée des premiers juifs, principalement d’Inde, d’Iran et d’Irak, à Singapour remonte à 1830.

En 1833, il y avait 20 juifs à Singapour.

Une première synagogue est inaugurée le 4 avril 1878 et une autre en 1905.

En 1919, il y a avait 500 familles juives à Singapour.

En 1942, l’arrivée des troupes japonaises interrompit (provisoirement) l’activité des membres de la ″communauté″ dont certains se retrouvèrent dans un camp d’internement.

Depuis 1994, avec l’arrivée aux États-Unis du Rav Mordékhaï Abergel, la communauté juive n’a cessé de renforcer le niveau de pratique religieuse.

Aussi, avec le concours d’un noyau de familles dévouées, elle a développé ses activités : cours de Torah quotidiens, organisation de repas communautaires le Chabbat, mise en place d’un Talmud Torah du dimanche, et d’un programme « learn and lunch » où les jeunes se retrouvent pour déjeuner et étudier à la pause du midi.

Le grand événement annuel qui réunit 700 fidèles, est, curieusement la célébration de Lag Baomer.

Aujourd’hui, tous les services religieux et communautaires sont assurés: l’instruction juive, l’alimentation casher, mais aussi une maison de retraite et bien entendu, une ‘Hévra Kadicha. Un nouveau centre communautaire a été fondé, il comprend, entre autres, une salle de fêtes, un restaurant casher mais aussi un nouveau Mikvé, dont la construction a été supervisée par un expert en la matière, le rav Méïr Pozen de Londres.

Les autorités locales et la communauté juive

Quant aux autorités locales, déclare le Rav Abergel, « elles nous défendent, nous considèrent avec beaucoup d’égard et subventionnent les services de culte ».

De même, le climat général entre les différentes franges de la population, est marqué par le respect mutuel. L’un des exemples manifestes est, sans doute, la grande ‘Hanoukia située en pleine zone commerciale, sur la « Orchard Road ».

De telle sorte que des milliers de touristes ou d’hommes d’affaires juifs qui passent chaque année a Singapour peuvent profiter de l’ensemble de ces infrastructures juives et religieuses et peuvent ainsi passer sur place un séjour particulièrement agréable.

singapour synagogue dedicace

Manger cacher ?

En ville, nombre d’immeubles portent sur leur façade affiché un symbole du judaïsme comme des magen David (étoiles de David) affirmant ainsi l’origine relieuse du propriétaire.

La nourriture cachère est disponible à Singapour dans une épicerie située au Centre communautaire. Le repas du chabbat est servi après l’office à la synagogue … repas chinois et malais.

Une Sunday School est également opérationnelle au centre communautaire pour les jeunes.

Deux rabbins, l’un représentant la communauté Loubavitch par le rabbin Mordehaï Abergel, un autre rabbin d’origine israélienne natanel Moshe Rivni se partagent les charges du culte.

https://www.coolamnews.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email