SHARE
Après plus de vingt ans de recherches et plusieurs ouvrages polémiques, Roger Sabbah fait une découverte bouleversante qui remet en question notre civilisation, notre lecture classique de la Bible, notre connaissance de l’ancienne Egypte : la terre des pharaons était la terre historique d’Israël, le verus Israël.

Après Les Secrets de l’Exode, sorti en 2000 et énorme succès publié dans plusieurs pays, Roger Sabbah crée sa propre maison d’édition, Mystères & Découvertes, et publie Le Secret du 3e millénaire.

OSIRIS = IS(IS) RÂ ËL

A travers l’archéologie, la Bible, la Cabale, les Evangiles et le Coran, l’auteur nous révèle la plus grande énigme de tous les temps.

Dans l’Antiquité, la terre de la vallée du Nil, dite « d’Égypte » n’a en fait jamais porté ce nom : elle portait le nom divin de SA-RÂ (ou Osiris en grec), affirment les textes en hiéroglyphes. Mais on découvre qu’Osiris possédait également un nom secret qui se lisait IS-RÂ-(DIEU), comme Israël…

Ce nom fut usurpé au 3e siècle avant JC par les conquérants grecs, les pharaons Ptolémées, qui rebaptisèrent le pays ÉGYPTE, ÆGYPTOS tandis que les rois SA-RÂ furent nommés PHARAONS.

Cette usurpation fut judicieusement orchestrée par le pharaon Ptolémée II vers 300 av. JC. Ce dernier, qui ordonna à son armée de recueillir la totalité des livres du monde, ne restituera que des copies falsifiées.

La Septante, la traduction de la Bible en grec par 72 sages juifs, n’y échappera pas et le roi l’imposera aux Juifs, faisant ainsi disparaître leur véritable histoire, laquelle était soudée à la civilisation de la vallée du Nil et à ses rois.

Le Coran, sourate 2, verset 75 accuse les Juifs d’avoir falsifié la Torah mais dans la sourate 26, 57- 59 : Allah nomme les fils d’Israël héritiers de toute la terre d’Egypte, voire de toute la terre (17, 103- 105)…

Les Enfants d’Israël sont-ils les héritiers de la civilisation d’Osiris, dite des pharaons, sont-ils les vrais anciens Égyptiens?

Sont-ils les bâtisseurs des pyramides, des temples, de la ville sainte d’Héliopolis comme l’affirme un cours passage de la Septante ? Ptolémée a-t-il bouleversé l’histoire de l’humanité, détruisant et falsifiant la Bible originelle des Juifs et les livres des historiens?

La découverte ISRAËL = OSIRIS est capitale pour la lutte contre l’obscurantisme, le terrorisme et pour la paix, la réconciliation entre Juifs, Chrétiens et Musulmans, tous héritiers d’une même religion, la religion universelle d’Osiris = Israël.

Interview de l’historien Roger Sabbah

Jadis, Freud avait pensé que Moïse n’était peut-être pas hébreu, mais plutôt égyptien. Depuis lors, les progrès de la recherche archéologique ont ratifié cette audacieuse hypothèse. Pour les auteurs du présent ouvrage, non seulement Moïse n’était pas hébreu mais Abraham ne l’était pas davantage. L’un et l’autre, de surcroît, étaient des pharaons.

Les Hébreux ne furent jamais esclaves des Egyptiens et le  » peuple élu  » était tout simplement composé des habitants (égyptiens) de la ville sainte d’Akhet-Aton. Messod et Roger Sabbah montrent bien que la Genèse reproduit la cosmologie égyptienne, que l’alphabet hébreu tire son origine des hiéroglyphes égyptiens et que les personnages historiques de l’Ancien Testament sont en fait des personnalités de l’histoire égyptienne.

En creusant l’histoire du monothéisme, les auteurs ont exhumé des épisodes fort romanesques : récits d’amour et d’aventures, de meurtres et de trahison, non exempts de fanatisme, qui se déroulèrent dans le grand royaume de la Vallée du Nil. Les Secrets de l’Exode nous convient à une lecture nouvelle de l’Ancien Testament et à la découverte de l’histoire véritable, incluse au sein de la tradition biblique

L’histoire de l’Exode décrite dans l’Ancien Testament ne serait qu’une sorte de « calque » superposée à une vérité ignorée : le peuple égyptien et le peuple hébreu ne seraient qu’un.

Pour audacieuse qu’elle puisse paraître, cette thèse part d’un premier constat : en nul endroit dans l’Égypte antique n’est mentionnée la présence d’un peuple hébreu. Messod et Roger Sabbah accumulent éléments et preuves aux fins d’authentifier leur découverte. Ainsi sont comparés rites traditionnels égyptiens et hébraïques ; de même pour les noms qui permettraient de retrouver Joseph dans le pharaon Aï ou de lire le nom de Jéthro dans un cartouche royal.

Les auteurs poursuivent leur démonstration en analysant les points communs entre l’alphabet hébreu et les hiéroglyphes, voient des analogies entre les habits de cérémonie de pharaon et ceux des rites sacrés hébraïques (kippa, téfilines, etc.). À chaque chapitre, la Bible est comparée mot à mot avec l’histoire de l’Égypte.

Après avoir démontré dans Les Secrets de l’Exode l’origine égyptienne des Hébreux, Roger Sabbah va plus loin encore sous le texte apparent, la Bible cache une autre histoire, bien plus extraordinaire encore, et confirmée par les dernières découvertes archéologiques.

Deux mille sept cents ans après, c’est une remise en cause profonde. C’est aussi un message de paix offert à l’humanité.

Le temps est venu de le comprendre. Roger Sabbah nous éclaire la Bible à partir des textes de la tradition juive.

Descendant d’une longue lignée de rabbins, il lit l’hébreu biblique, connaît l’araméen et dévoile le sens caché des hiéroglyphes égyptiens. Pour ses recherches, il a séjourné en Egypte à plusieurs reprises, d’où il a rapporté une importante documentation photographique.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email