SHARE
La compagnie minière bitcoin chinoise prévoit de recruter plus de 40 personnes, triplant ainsi l’effectif du centre de Ra’anana.

En Chine, le Bitcoin n’est pas une monnaie virtuelle, comme on le dit trop vite. Il a même une existence très matérielle.

En septembre dernier, le Washington Post publiait un reportage fascinant sur une mine de Bitcoin située dans les montagne du Tibet. Car oui, le Bitcoin, bien que monnaie sans métal, a besoin de mines.

Une mine de Bitcoin, ce n’est pas un trou dans le sol dont on extrairait des Bitcoin. Non, une mine de Bitcoin c’est un hangar plein de microprocesseurs qui tournent et effectuent des calculs mathématiques pour le réseau Bitcoin ; sachant que la mine qui effectue le calcul plus vite que les autres reçoit en récompense des Bitcoins qui sont générés à un rythme qui a été défini dans le programme initial…

C’est assez beau le Bitcoin quand on y réfléchit : à la question de l’espace dans le minage traditionnel (trouver le bon filon), a été substitué la question du temps (calculer le plus vite possible), à celle de la puissance physique et mécanique du minage traditionnel (avoir des hommes et des machines qui creusent) s’est substitué la puissance de calcul (la preuve, il faut une dizaine de personnes pour faire tourner une mine chinoise de Bitcoin).

De l’or au Bitcoin, c’est une page du monde qui a été tournée.

Bitmain étend son centre de développement à Raanana

Le refroidissement du marché de la cryptomonnaie, dont la valeur a chuté de 60% jusqu’à présent cette année à 250 milliards de dollars, a effrayé de nombreux investisseurs. Il se trouve, cependant, que les grandes entreprises dans ce domaine voient la situation comme une opportunité.

La société chinoise Bitmain, par exemple, la société leader dans la gestion de matériel et de bases de données pour l’extraction bitcoin, prévoit d’étendre son centre de développement en Israël, et triplera bientôt la taille de l’équipe là-bas.

Bitmain a déclaré qu’elle recruterait plus de 40 chercheurs, programmeurs, ingénieurs et spécialistes du marketing pour son centre de développement à Raanana, géré par Gadi Glikberg, pour rejoindre les 15 personnes qui y travaillent actuellement.

BitCoin, la principale crypto-monnaie, a une part de marché de 43% d’une valeur de 108 milliards de dollars, selon CoinMarketCap.

Bitcoin est actuellement négocié à 6 300 $, après avoir chuté de 7% la semaine dernière. Le prix actuel de Bitcoin est de 68% inférieur au sommet de 20 000 $ atteint en décembre 2017, mais toujours trois fois plus élevé que son prix d’il y a un an, qui était d’environ 2 000 $.

Glikberg, qui est également vice-président de Bitmain, a déclaré en février que « l’exploitation minière bitcoin atténue quelque peu la chute du taux de change bitcoin ».

Bitcoin Mining crée de nouveaux bitcoins à un taux prédéfini régulier, prévu pour se terminer en l’an 2140 après l’émission de l’ensemble des 21 millions de bitcoins prédéfinis dans le protocole du programme bitcoin.

L’industrie minière bitcoin mondiale est estimée à 4,5 milliards de dollars par an, selon le site Digiconomist. Le coût annuel de l’exploitation minière Bitcoin est estimé à 3,5 milliards de dollars, de sorte que le marché fonctionne sur une marge bénéficiaire moyenne d’environ 20%.

Sources : israelValley – Globes – France Culture

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email