SHARE

Histoire du royaume juif romain de Calalus en Amérique du Nord

On découvrit dans les années 1920 à Tucson, dans l’Arizona, « des objets et des écrits en latin, en grec et en hébreu, avec des objets rituels et des symboles catholiques et juifs ». Un certain Cyclone Covey décrivit sa découverte dans son livre « Calalus: colonie judéo-romaine en Amérique depuis le temps de Charlemagne jusqu’au roi Alfred le Grand. »

cal
Nehushtan de Calalus

Apparemment ces objets viendraient des exilarques de Babylone qui adoptèrent une forme de catholicisme juif, alors que d’autres membres de leur famille « restèrent extérieurement » des juifs orthodoxes. Ils auraient quitté la Septimanie en 775 EC pour aller s’établir dans l’Arizona.

Tuscon-Artifacts-674x450

On y apprend que les Amérindiens de peau blanche sont les descendants des Chevaliers du Cygne.

L’auteur reconnaît que certains experts ont cherché à discréditer les découvertes de Tucson, en prétendant que les objets de culte seraient l’œuvre d’un groupe franc-maçon, mais « il convient de se rappeler qu’il y a beaucoup de forces antisémites qui refusent de voir la connexion juive dans l’histoire de l’Amérique ».

Les marchands aventuriers des rois de Rhoda

Depuis qu’ils ont été révélés il y a près de cent ans, les artefacts de Tucson avec leurs écrits en latin et en hébreu ont été qualifiés de falsifications, bien qu’aucun faussaire n’ait été découvert.

Donald Yates, un médiéviste du Colorado, relie les découvertes à l’exploitation minière de turquoise de la région.

Il réfute totalement la thèse de la falsification et offre une masse de preuves, allant des chartes marchandes juives aux relevés minéralogiques de l’Arizona. Reliant le tout à une épave indonésienne datée de 838 et des documents dynastiques du Mexique précolombien.

Les premiers Européens de l’Ouest auraient manifestement traversé l’océan Pacifique à la suite d’une extension de la route commerciale des épices vers la Chine, au minimum vers l’an 560, première date mentionnée par les artefacts.

Rhoda, était le centre commercial indo-toltèque de ces européens ce qui correspond à Tucson, alors appelé la ville rouge, Tlapallan, la maison de Quetzalcoatl».

« Pendant la Pâque et les autres grands jours saints, nous pouvons imaginer des prières hébraïques dérivant à la tombée de la nuit depuis les tombes des rois juifs sur la colline de Tumamoc. » dit Donald Yates.

« Si un dixième de l’histoire enregistrée sur les artefacts peut être vérifiée, cela brise complètement ce que nous croyions savoir à la fois sur ‘les Indiens’ et les premiers Juifs du Moyen Âge. »

Ils ont navigué en 775, sont allés à Calalus, une terre inconnue, et Theodore était roi au-dessus des peuples

18B.obv_.cle_.det_.doc

Le nehushtan, un losange, sous la forme d’une croix celtique avec un serpent à sonnettes qui constitue l’Artifact 18, est considéré comme la plus belle des productions d’une série d’objets de plombs, inhabituels,  trouvés à Tucson dans les années 1920.

« Les colons ont navigué de Rome, d’où ils se sont rendus à Calalus, dans la Terra Incognita. »

Donald Yates identifie les colons avec les forces expéditionnaires romani de Bretagne et de la Gaule franque, menés par des Juifs comme le Breton Oliver, qui a signé les inscriptions sur les croix qui enregistrent les annales d’une colonie dans la province Tolteque du Mexique, aujourd’hui en Arizona.

Donald Yates relie Theodore avec la famille de Makhir, l’exilarque Natronaï ben Zabinaï, nassi, et fondateur du Royaume juif de Narbonne.

Les dates 765-900 de cet épisode exotique et unique de la civilisation occidentale correspondent bien à celles des artefacts de Tucson

Des événements extraordinaires eurent lieu à l’époque où Bagdad était la capitale du monde, et formait, pour la première fois dans l’histoire, une zone de commerce unifiée.

A ce moment précis, un groupe de marchands gallo-romains et des forces expéditionnaires franques comprenant des Juifs de Bretagne, du Pays de Galles et de Gaule appelés Rhadanites quittèrent le port de Rome sur le Tibre pour se rendre en Égypte, en Palestine et en Perse.

Les Juifs ont partout cherché l’apparition du Messie: C’était sept cents ans après la chute de Jérusalem et la destruction du Temple sous les Romains. La Terre Sainte était alors un protectorat sous Charlemagne, le fils de Pépin. Le commerce était en plein essor. La connaissance et la science étaient sur le point d’entrer dans une renaissance. Les États pontificaux ont vu le jour.

Voici donc la partie centrale d’une chronologie plus large destinée à aider les gens à comprendre et à situer les Artefacts de Tucson dans les développements mondiaux, y compris l’histoire bretonne et franque, la navigation et le commerce, la montée de l’Islam et l’âge d’or du judaïsme.

img-tucson-artifacts
Collection de croix de plomb coulées, d’épées et de lances découvertes à Tucson dans les années 1920 et conservées au Arizona Historical Society Museum
Les artefacts de Tucson portent des dates fiables dans le calendrier chrétien (560, 705, 775, 800, 880, 885, 900).

Ils documentent les annales et la prosopographie d’une entité géopolitique distincte, un royaume militaire de style romain en Toltec au Mexique avec des dirigeants juifs de Bretagne, le cœur carolingien ou franque sur la Seine, et la Gaule, qui a existé pendant plus d’un siècle (890-900 ).

Ils sont directement composés en latin, la langue officielle des disques au Moyen Age. Ils sont clairement écrits dans un script destiné à un examen public. Les circonstances de leur fabrication à partir du plomb local et leur récupération du sol du désert les localisent à l’endroit où ils ont été excavés. Enfin, ils sont parfaitement conservés, complets, inaltérés.

Ce sont des documents diplomatiques, reconnaissables comme étant signés et scellés par un notaire public (OL). Ils n’ont pas besoin d’être reconstitués, déchiffrés ou datés. Pour toutes ces raisons, ces témoins uniques de l’histoire sont capables de jeter une lumière considérable sur les études amérindiennes, en particulier pour les huitième et neuvième siècles.

La reconquête de l’antique Empire américain de Calalus en 775

En 775 AD Nehemiah Theodoric a reconquis l’Empire américain de Calalus.

Calalus a été gouverné par le «Silvanus Tolteczus» [Salomon le constructeur] le dirigeant héréditaire de cette ancienne colonie juive dirigée par les juifs.

Calalus aurait été fondée au 1er siècle avant JC par l’Exilarch de Babylone connu sous le nom de Silvanus Ogam ou Silvanus Brabo (Exilarch de Babylone de Salomon II, Nassi de Mara, souverain de Sumer (Somerset) en Grande-Bretagne) un grand dirigeant juif romain, soldat et ancêtre du Cygne Chevaliers (Barbur haKatzin). 

Il avait aussi une flotte de navires commerciaux connus sous le nom de navires de Salomon ou des bateaux Swan.

Les navires ont la forme d’un cygne avec ses voiles comme les ailes d’un beau cygne blanc glissant. Après la défaite du Silvanus Toltezus, les membres de la famille royale furent renvoyés en Europe où ils étaient sous la protection de Nehemiah Theodorus et de sa famille.

Les légendes de Doon et Ogier sont basées sur les activités de cette famille descendante de Duon (Duon) Antigoon (Ogier) et Silvanus Brabo (Solomon Barbur).

Les légendes d’Ogier le Dane [fils de Godfred (Cadrod)] et Doon de Mayence se réfèrent en réalité aux Tuatha de Danaan ou Dunann qui sont aussi connus comme Mananaan ou Maine d’Amérique où se trouvent les têtes géantes d’Ogre des Olmèques. La légende irlandaise de Regamon fait également allusion à cette famille.

Les Juifs de cet ancien royaume juif romain de Rhoda étaient également connus sous le nom de Rhodans ou Radhanites et étaient de grands marchands juifs qui contrôlaient les anciennes routes commerciales. 

La vallée du Rhône et la rivière ont été nommés d’après ces marchands Radhanites juifs qui ont utilisé la vallée du Rhône comme base pour leur empire commercial.

Beaucoup d’entre eux s’installèrent en Irlande aux premiers siècles après Jésus-Christ, s’unissant à leurs cousins, descendants de saint Joseph d’Arimathie.

Isaac Kalonymus le fils de Néhémie Théodoric [de Ripaurien] était aussi connu sous le nom d’Isaac le Radhanite. Le récit des Radhanites par Ibn Khordadbeh souligne leur source quelque part au-delà de la mer occidentale et de la terre des Francs.

swanboat

Au cinquième siècle Calalus faisait partie de l’Empire occidental revivifié du roi Arthur un descendant des chevaliers de cygne.

Au huitième siècle, en raison du mélange avec les Indiens d’Amérique, l’État était revenu au paganisme. 

Néhémie Théodore mena une expédition en 775 pour ramener Calalus à la domination juive et romaine. Il a conquis l’ancienne ville de Rhoda et la loi juive a été restaurée.

Après 4 ans en 779 après JC, Nehemiah Theodorus quitta Calalus pour son royaume en France qu’il avait laissé entre les mains de son frère Guillaume de Gellone.

Il a ensuite nommé un prince Davidique britannique Jacob comme le roi juif de Calalus comme régent pour son jeune fils Israël qui était marié à la fille de Jacob.

Le chevalier juif de Saint-Guilhem-le-Désert et le Cycle du roi Arthur

Le monde perdu des artefacts de Tucson

51kwS+eqVgL._SX348_BO1,204,203,200_

Les artefacts de Tucson documentent les annales d’un gouverneur militaire oublié de style romain à Chichimec Toltec, au nord-ouest du Mexique. Parfaitement conservés, complets et inaltérés, ils sont directement composés en latin, la langue officielle des disques au Moyen Age. Ils n’ont pas besoin d’être reconstitués, reconstitués, déchiffrés ou datés. Cette collection éclairante de lectures traduites du latin, grec, arabe, chinois, nahuatl, hébreu et d’autres langues par le médiéviste Donald N. Yates fournit les contextes culturels pour comprendre ces témoins uniques de l’histoire du monde.

Les objets proviennent des années 1920 et sont constitués d’objets cérémoniels en cire perdue, en plomb coulé, inscrits avec des textes historiques médiévaux latins et des mémoriaux de dirigeants avec des noms tels que Jacob, Israël, Benjamin, Joseph, Saul, Isaac et Théodore.

Certains contiennent également des phrases hébraïques comme « huit divisions » et « une grande nation », tandis que d’autres affichent des portraits de dirigeants commémorés, des navires, des marques de fabrique, des temples, un glyphe méso-américain, un feu sacrificiel, une ancre anges dans la gloire et d’autres dessins. Leur iconographie comprend les dix commandements et des objets de culte comme les cuillères à épices, la place du charpentier, les haches franques, les serpents et les trompettes. Il y a aussi des hymnes militaires et des devises.

Une série de doubles croix épaisses unilatérales, jointes comme des albums scellés, présentent ce qui est clairement des disques signés par OL (Oliver), avec des dates allant de 560 à 900 AD.

La provenance globale est déclarée romaine par les fabricants des artefacts eux-mêmes ( Romani, monogramme R), un terme équivalent à ce moment européen. Cette revendication de nationalité est divisée en Lévites (L) et Israélites (I). L’un des emblèmes distinctifs représentés est un triple diadème.

http://www.calalus.com/

http://alternativegenhist.blogspot.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email