SHARE
Un chrétien maronite d’origine libanaise et un druze se sont exprimé sur ce sujet qu’on dit controversé…

Le premier c’est Shadi Khalloul, un chrétien maronite qui vit en Israël, il nous explique ce qu’il s’est passé au Liban :Shadi Khalloul

« L’État moderne du Liban a été établi par les chrétiens maronites, comme un abri pour eux et d’autres communautés chrétiennes persécutées au Moyen-Orient. L’objectif des fondateurs de l’État libanais, expérimentés dans la persécution et le génocide, était de protéger et de cultiver, dans leur propre État, leur langue, l’araméen, et leur unique culture phénico-araméenne.

La population musulmane du Liban n’était pas un partenaire de cette vision nationale et, en raison de divergences d’opinions, les Maronites ont été contraints d’abandonner leurs ambitions nationales. N’ayant pas d’autre choix, ils acceptèrent la création d’un Etat de tous les citoyens qui, à leur grand regret, rejoignirent la Ligue arabe.

Malheureusement, non seulement cette solution n’a pas apporté la paix et le calme, mais elle a créé des tensions entre les principaux groupes nationaux et ethniques au Liban jusqu’à ce que la situation se détériore finalement en une guerre sanglante. Les musulmans ne se considéraient pas du tout comme faisant partie d’un pays libanais indépendant et ils nourrissaient plutôt leur rêve de s’unir à leurs frères tout en coopérant avec les Arabes de la région environnante.

Ces processus ont provoqué une augmentation de l’extrémisme dans la population arabe musulmane au Liban, affaiblissant les institutions étatiques et poussant de nombreux chrétiens à émigrer de la terre de leurs ancêtres dans laquelle ils avaient prospéré pendant des générations.

De plus, les tensions religieuses-nationales au Liban ont créé une discorde parmi les communautés chrétiennes, elles-mêmes, qui jusqu’à la fin des années 1950 avaient constitué la majorité de la population et aujourd’hui – après d’innombrables guerres et tragédies –elles sont devenues une minorité persécutée dans leur propre pays. 80% des chrétiens dans les années 1930 ne représentent plus que 35% de la population libanaise contemporaine.

Quelle est la leçon à tirer de l’histoire libanaise en ce qui concerne la loi nationale en Israël? En tant que chrétien araméen maronite israélien, appartenant à la minorité et jouissant de la liberté en Israël, je comprends réellement l’importance de cette loi. Oui, nos ancêtres ont soutenu, pour des raisons idéologiques, la réalisation de la nation juive en Terre d’Israël. Mais mon soutien à la loi nationale découle aussi de l’amère expérience libanaise: je crois que le nationalisme juif déclaré par la loi israélienne garantit en fait qu’elle continuera à être une démocratie, et elle me promet aussi que je resterai en sécurité en tant que membre d’une minorité religieuse.

L’expérience nous enseigne que la majorité juive en Israël apprécie la démocratie et est fidèle à ses principes.Par contre, l’état de tous ses citoyens (c’est-à-dire l’état de tous ses groupes nationaux) est susceptible de reproduire la tragédie libanaise ici en Israël.L’histoire récente prouve qu’il y a de bonnes raisons de penser que sans la fortification de la loi de la nationalité juive, les tensions nationales et religieuses augmenteraient et s’intensifieraient. Soutenus par des éléments extérieurs au pays, les musulmans arabes d’Israël chercheraient à se joindre à leurs frères palestiniens et, par la suite, à s’unir avec le monde arabe plus large qui nous entoure.

Il faut souligner que l’Etat juif est basé sur les Juifs en tant que peuple et non sur la loi religieuse. Par conséquent, Israël est très différent des États religieux tels que les républiques islamiques qui sont régies par la charia.Pour les Juifs, il y a le droit à l’autodétermination nationale, tout comme le Royaume-Uni, la Pologne ou l’Irlande. La loi nationale est nouvelle, mais son essence est ancienne: elle est l’aboutissement de l’ambition historique et de la réalité contemporaine; cette loi fondamentale, ainsi que les lois fondamentales antérieures promettent de maintenir la nature démocratique d’Israël.

Contrairement à ceux qui s’opposent à la loi, je crois aussi que mettre l’accent sur la nationalité juive favorisera la solution des deux États, parce que cette loi met l’accent sur la valeur de la nationalité – et pas seulement la religion – sur l’identité d’un État. C’est une base importante sur laquelle construire la stabilité civique, se tenir ferme contre tous les éléments niant la judéité de l’état – à la fois en Israël et à l’extérieur.

En outre, j’espère que dans l’état du peuple juif, que nos ancêtres ont soutenu, il y aura un moyen d’expression personnelle pour des minorités loyales comme nous, qui préfèrent la plupart du temps vivre et s’intégrer en elle. Et en même temps, je prévois qu’on trouvera un moyen de maintenir, en Israël, notre identité, notre culture et notre langue araméenne. Contrairement à de nombreux Palestiniens, nous cherchons à l’accomplir pacifiquement et en fraternité aux côtés de la majorité juive et non à la place de celle-ci. Vos frères, les Maronites-Araméens de Kfar Baram attendent l’accomplissement de la juste promesse de l’Etat d’Israël, et je suis convaincu que maintenant que la nationalité du Peuple Juif est codifiée dans une Loi Fondamentale, les conditions vont mûrir pour l’établissement d’un règlement pour ma propre communauté. »

Capitaine (réserviste) Shadi Khalloul, du Mouvement Araméen-Chrétien d’Israël, fondateur du Programme Pré-Arménien Chrétien-Juif, Kinneret.

Le second c’est Aata Farhat, chef du Conseil sioniste druze. Il a ses propres raisons de soutenir la loi, même si beaucoup de druzes ont exprimé des doutes à ce sujet:

druze

« Je me tourne d’ici vers mes frères druzes et vers tout Israël. Ces derniers jours, nous avons assisté à la tentative malveillante des organisations de gauche et du New Israel Fund, qui tentent de creuser un fossé dans l’importante alliance entre les citoyens druzes d’Israël et nos frères juifs. Une alliance qui remonte aux jours de Jéthro, notre prophète et Moïse.

Il n’y a pas de druzes dans le monde qui puissent prétendre à une vie meilleure et plus libre que les citoyens druzes d’Israël.

Je demande à tous mes frères druzes de ne pas tomber dans ce piège des fous et de soutenir la loi de la nation telle qu’elle est. La loi ne nous prive en rien et préserve Israël en tant qu’État-nation du peuple juif. C’est dans notre intérêt évident.

Parce que la gauche a faim de pouvoir, qui aspire à détruire l’Etat juif et à le transformer en un état de tous ses citoyens et de ses habitants, nous ne sommes pas comptés aujourd’hui et nous ne comptons pas dans le futur. Ils vont nous utiliser et nous jeter. »

Je suis Aata Farhat, chef du Conseil sioniste druze, un druze israélien et un fier partisan de la loi.

Ces deux non-Juifs comprennent la vérité: la loi est le moyen de préserver la démocratie, pas de la détruire.

Parce que sans Israël étant un état juif, alors il est sur la pente glissante pour devenir finalement un autre état arabe raté, quelque chose qui est le but non déclaré de nombreux opposants à la loi.

Source : https://infos-israel.news

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email