SHARE
Preuves par l’ADN, l’archéologie, l’analyse des migrations et des archives publiques et familiales…

Un livre de Elizabeth Caldwell Hirschman et Donald N. Yates.

quand l'ecosse etait juive

Ce livre est un voyage en corsaire dans des eaux très fréquentées, qui propose qu’une grande partie de l’héritage historique traditionnel de l’Écosse repose sur des erreurs d’interprétation fondamentales. Ces erreurs ont été perpétuées dans le but de fabriquer et de maintenir une histoire d’origine, qui affirme l’identité écossaise en tant que société celtique et chrétienne.

Mais, comme son titre l’indique, une grande partie de l’histoire et de la culture écossaise ainsi que de toute la région de l’Atlantique, était juive, il y a 1100 ans…

Une grande partie de sa population, y compris celle de plusieurs pays d’Europe centrale et orientale, les héros, les méchants, les dirigeants, les nobles, les commerçants, les marchands, les évêques, les membres de la guilde, les bourges et les ministres étaient tous, de descendance juive.

Ce livre décrit comment les ancêtres de ces personnes ont vu le jour, en France et en Espagne, puis se sont rendus sur les côtes écossaises, les landes, les bourgs et les castles du règne de Malcolm Canmore jusqu’à l’après-guerre de l’Inquisition espagnole.

Nous nous attendons à ce que nos revendications soient vigoureusement contestées, en particulier par les personnes qui sont très attachés à l’idée que l’Écosse est le cœur des Celtes. On s’attend à ce que l’anti-Sémite soit furieux que nous ayons osé coopter l’un des principaux archétypes du WASP (White Anglo-Saxon Protestant), son iconographie, et la greffer au judaïsme.

Nous nous attendons aussi à ce que les Juifs et les philo-sémites soient confus – cela veut-il dire qu’ils devraient s’arrêter pour reconnaître Edin-Burgh (Edimbourg) lors de leur prochain voyage à Jérusalem? Nous espérons aussi que les musulmans seront heureux d’apprendre que nous avons également identifié des vestiges de la culture islamique en Écosse.

Nos propositions de recherche, aussi improbables qu’elles puissent paraître, sont fondées sur des documents de recensement, des artefacts archéologiques, des châteaux, des sculptures, des inscriptions de cimetière, des sceaux religieux, des pièces de monnaie, des bourges et des listes de membres de la guilde,  la généalogie des nobles, les écussons de famille, les noms de lieux géographiques et les portraits d’huile. 

En effet, la majorité des preuves était si accablante que nous avons été étonnés que personne n’ait jamais eu a présenter la thèse avant nous.

Comment – ou plutôt pourquoi – des noms de famille comme Izatt, Hyatt, Abell, Oliphant, Elphinstone, Isaac, Sharon, Lyon, Mamluke et Yuell n’ont pas été reconnus comme juifs et islamiques par des enquêteurs précédents ?

Comment la présence du Tétragramme, sur le blason de la page de titre d’un psautier de Glasgow datant de 1623 a pu être négligé pendant près de 400 ans?

Pourquoi n’a-t-on pas remis en question la présence de croissants et d’étoiles islamiques gravés dans tout le château de Fyvie?

Pourquoi la présence des étoiles de David sur les pièces écossaises qui datent de 1200 n’ont pas fait l’objet de commentaires auparavant?

Est-ce que le fait que le château du Marquis d’Argylle est situé dans le village de Succoth (une grande fête juive) ne semble pas étrange aux historiens antérieurs?

N’y avait-il personne pour s’étonner, du teint sombre, sémitique et méditerranéen de la famille royale des Stuart, et en particulier du comte de Moray, James Stuart, ou de John Knox, d’Archibald Campbell ou d’Allen Ramsey, dont les portraits étaient accrochés au mur de la « National Portrait Gallery of Scotland »?

Disons-le franchement, pourquoi ces incohérences avec un passé celtique présumé n’a jamais été remis en question?

Bien que nous attirons l’attention sur ces pièces inconfortables du dossier historique, nous savions que les défenseurs de l’histoire traditionnelle de l’Écosse resteront sur leurs positions. C’est pourquoi nous avons également utilisé une source de preuve qui n’était pas disponible pour les chercheurs antérieurs : les tests ADN.

Ainsi, à partir de 1998, les tests de l’ADN paternel et maternel ainsi que les allotypes, sont devenus accessibles au public. En 2000, nous avons profité de cette nouvelle technologie, et avons commencé à examiner les lignées de certains des principaux « clans » en Ecosse que nous avions repérés sur la base de preuves historiques, comme étant d’origine juive.

Tel qu’il est discuté en détail dans le présent travail, toutes les lignées que nous avons examinées montrent des preuves de l’existence d’origines méditerranéennes, ayant des correspondances avec les Juifs pratiquants d’aujourd’hui.

De plus, l’ADN indépendant des tests effectués par d’autres chercheurs sur des populations écossaises a confirmé la présence de gènes de la Méditerranée et du Moyen-Orient dans la population écossaise.

Nous espérons vivement que les lecteurs s’embarqueront dans ce voyage avec un esprit ouvert et une volonté d’envisager la possibilité que les origines de l’Ecosse puissent en effet nécessiter une révision. Nous croyons que vous constaterez, comme nous l’avons fait, qu’il y a énormément de preuves d’une forte présence juive en Écosse et que vous ne reverrez plus jamais l’Écosse – son peuple ou son histoire – comme vous le faisiez auparavant.

Chapitre I

Les origines de l’Écosse

L’Ecosse est aujourd’hui un pays plus petit que l’état de Caroline du Sud, avec environ 5 millions d’habitants, dont les deux tiers vivent à Edimbourg, Glasgow, Dundee, Aberdeen, Inverness et Stirling, ses six villes. Bien qu’elle ne fasse que la moitié de la taille de l’Angleterre, l’Ecosse présente un meilleur taux d’alphabétisation et d’éducation, et possède autant de centres urbains et d’universités que son voisin du sud. L’Écosse est située à la même latitude nord que le Labrador, la Norvège et Moscou. La température estivale moyenne est de 20°. On a coutume de dire : « En Ecosse, il y a deux saisons : juin et l’hiver. »

Bien que l’Ecosse abrite l’un des plus anciens parlements depuis l’existence du Royaume Uni, sa position politique en tant que partie intégrante de ce dernier, reste ambiguë. « Le sens de l’identité nationale semble avoir émergé beaucoup plus tôt ici, qu’ailleurs en Europe « , selon une autorité de premier plan (Cunliffe 2001, p. 546).

L’Office national du tourisme expose cette distinction avec beaucoup de délicatesse lorsqu’il dit que « pour les Écossais, la culture civique et le statut de Nation sur sa Terre ne sont pas facilement définis, mais facilement identifiables « . Donc
la question se pose de savoir pourquoi l’influence de cette nation plutôt petite, inclémente et éloignée, devrait être si grand.

Il est important de noter que l’histoire originelle et la culture autochtone, de l’Ecosse, ont longtemps été interdites. Les autorités anglaises ont exclu l’histoire écossaise du programme politique national d’éducation.

En 1949, Lord Cooper s’est plaint à la Scottish Historical Société qu’il était possible pour un étudiant écossais de prendre un diplôme en histoire sans aucune connaissance de l’histoire écossaise. « Il y a un sujet appelé l’histoire britannique, » dit-il, « qui à l’examen s’est avéré être l’histoire de l’Angleterre, avec des regards occasionnels sur l’Ecosse, au travers de lunettes anglaises, à chaque fois que l’Ecosse croise le chemin de l’Angleterre » (L. Kennedy 1995,  p. 7-8).

Si l’histoire moderne de l’Écosse n’est pas réhabilitée, il y a encore moins d’accord sur  la période médiévale qui l’a précédée. Comme le fait remarquer un historien américain,  » L’histoire écossaise souffre d’une profusion d’enquêtes très générales, d’une multitude d’étalons spécialisés et de monographies, et pas assez de bons livres entre les deux » (Herman 2001, p. 431).

Cette appréciation s’applique avec une pertinence particulière à la première période de l’histoire écossaise, où les spécialistes et les généralistes ont du mal à faire face à l’émergence de l’Écosse dans le contexte de l’histoire européenne. La dynastie des Stuart reste particulièrement mystifiée.

Jusqu’à l’apparition d’une compilation généalogique « officielle » dans les années 1990 (et certains diraient même après), les origines de la famille royale écossaise n’étaient tout simplement pas connues.

Les auteurs d’un article de l’Encyclopédie Britannique sur l’Écosse (édition de 1911) suggèrent que les causes historiques qui ont maintenu l’Angleterre et l’Écosse séparées pendant 700 ans étaient principalement raciales, bien qu’ils affirment de façon quelque peu contradictoires que, dès le tout début, la majorité des Écossais étaient, sinon purement anglais par le sang, anglicisés dans la langue et, dans une large mesure, dans les institutions ». 

D’autres énigmes apparaissent au fur et à mesure que nous approfondissons les premières périodes de développement de l’Écosse : 

En 78-82 après l’ère commune, Agricola, portant les Aigles de Rome au-delà de la ligne de la frontière historique, a rencontré des tribus et des confédérations de tribus qui, probablement [c’est nous qui soulignons], parlaient …. des variétés de la langue celtique.

Que la langue ait été imposée, à un âge lointain, par des envahisseurs de langue celtique, à une population non celtique antérieure, est assez probable, mais n’est pas démontrée. Il existe en Ecosse quelques inscriptions sur pierres, en Ogham, qui n’ont aucun sens dans aucune langue indo-européenne connue.

Il y a aussi des traces de la persistance de la descendance dans la lignée féminine, en particulier dans le cas de la famille royale Pictes, mais de telles survivances d’institutions sauvages, ou une telle modification de la descendance masculine dans le but d’assurer la pureté du sang royal, ne donnent aucun motif ferme pour décider si les Pictes étaient aryens ou non aryens.

Les auteurs concluent qu’il n’est pas nécessaire de discuter ici du problème Picte, au sujet duquel, comme nous le verrons, aucune solution satisfaisante n’a été acceptée jusqu’à ce jour.

Curieusement, les bourses européennes, centrées sur le thème de l’éducation et de la recherche, au sujet du renouveau des lettres sous le règne de Charlemagne (768-814) a été, en grande partie, inspiré par une élite internationale d’érudits irlandais et écossais (Moss 1998, pp. 249-50, 288 ; Laistner 1957). Ce sont des moines irlandais et écossais qui ont sauvé la flamme de la civilisation de l’effondrement provoqué par Rome et ont transporté les arts et les sciences sur le continent pendant l’âge des ténèbres.

L’Église celtique a fondé Luxeuil, Fontenelle et Corbey en France ; Bobbio et Susa en Italie ; Saint-Gall, Fulda, Salzburg et Wurzburg en Allemagne, et la plupart des autres lieux d’apprentissage qui, à leur tour, ont généré l’efflorescence de la culture de l’époque carolingienne et, plus tard, la renaissance du XIIe siècle, avec sa  » découverte de l’individu «  (Sud 1961 ; Haskins 1957).

Le mathématicien écossais Michael Scot ( ? 1175-1234) a été considéré comme l’esprit le plus brillant de son époque. Il a étudié la philosophie et les sciences à Oxford, Paris, Bologne et Rome, a acquis la connaissance de l’arabe en Espagne et en Italie, et a produit une nouvelle traduction et un commentaire sur la philosophie d’Aristote, ainsi que des ouvrages influents sur la science et la médecine (J. W. Brown 1897). Son compatriote John Duns Scotus, décédé en 1308, fut le fondateur et le chef du fameux Scotist School (T. Williams 2003).

Qui étaient ces porteurs de culture écossais?

Dans cette brèche érudite et historique arrivent deux chercheurs avec une ascendance prétendument écossaise, et une thèse qui semble, à première vue, absurde : l’Écosse était juive. Cette affirmation ne va pas seulement à l’encontre de « l’histoire reçue (le peu qu’il y a), mais s’attaque aussi aux deux stéréotypes culturels existant de longue date sur ce que sont les Écossais et ce que sont les juifs.

Dans l’imaginaire populaire, les Écossais sont de grandes personnes aux cheveux roux ou blonds, de comportement féroce, qui portent des kilts de laine à carreaux, brandissent des épées et des haches de guerre, boivent de la bière et du whisky, et recherchent avec empressement des forums où exposer leurs prouesses en tant que guerriers. Ce sont des maraudeurs sauvages, non scolarisés, loyaux envers le clan, et les liens familiaux.

Les Juifs, d’autre part, sont généralement considérés comme originaires de shtetls d’Europe de l’Est, timides, livresques, aux cheveux foncés, vêtus de vêtements foncés, et généralement penchés sur des manuscrits hébraïques anciens.

Hormis la juxtaposition, disons, des Esquimaux et des Parisiens, il est difficile d’évoquer deux autres stéréotypes ethniques opposés.

Alors pourquoi proposons-nous cette hypothèse que beaucoup d’Écossais étaient juifs ? Pour la simple raison que c’est vrai…!

Dans les chapitres qui suivent, nous présentons des données probantes provenant de plusieurs des éléments suivants : sources empiriques – ADN, archives publiques, observations anthropologiques, architecture,  fouilles archéologiques, documents généalogiques des familles et des clans, recensements, inscriptions de cimetière, listes de membres de bourgades et de guildes, rapports ethnographiques et listes de membres de synagogues.

Ces documents présentent l’affirmation apparemment incroyable selon laquelle l’Écosse était, et demeure, un pays peuplé en grande partie de personnes d’origine juive. 

Les preuves présentées ne suggèrent pas une ancienne visite juive basée sur une théorie des « tribus perdues », en d’autres termes, qu’une tribu juive s’est dispersée depuis la Judée/Palestine dans l’Antiquité et s’est en quelque sorte déplacée vers l’Ecosse, se transformant au fil du temps en une population de guerriers gaéliques. Non, notre argument est fondé sur des données historiques documentées.

Les migrations vers l’Écosse se firent en provenance de divers pays européens, principalement la France, les Pays-Bas, la Hongrie et l’Allemagne. Ces migrants, étaient des personnes de confession ethnique juive, dont les descendants constituent aujourd’hui la majorité de la population actuelle de l’Écosse.

De plus, nous soutenons également que la plus grande partie des 4 millions d’Écossais estimés, et des Écossais-Irlandais qui ont immigré dans le Nouveau Monde étaient issus de cette même ethnie et ont donc la même ascendance. 

Les Melungeons

Notre histoire commence avec un groupe ethnique auquel appartiennent les deux auteurs.

Les Melungeons sont un peuple qui vit dans les Appalaches du sud-est des États-Unis depuis 300 à 500 ans. Leurs origines a fait l’objet d’intenses spéculations pendant au moins trois siècles (Ball 1984 ; Bible 1975 ; Elder 1999 ; Gallegos 1997, 1998 ; Mira 1998). Ils sont généralement décrits comme ayant une peau foncée, des cheveux raides noirs ou brun foncé, des yeux bruns ou bleus et des traits européens (Ball 1984 ; Bible 1975).

L’un des facteurs qui a retardé l’identification ethnique précise des Melungeons est que plusieurs portaient des noms de famille écossais ou écossais-irlandais, comme Caldwell et Kennedy, et avaient immigré d’Écosse ou d’Irlande du Nord vers les colonies américaines au cours des années 1600 et 1700.

L’opinion conventionnelle étant qu’il y avait extrêmement peu de Juifs vivant en Écosse ou en Irlande avant le début des années 1800 (Smout 1998), cela semblait être une anomalie.

Les noms de famille d’origine des Melungeons avaient-ils été modifiés ou anglicisés pour les aider à se fondre avec les colons écossais, irlandais et anglais? C’est ce que croyaient de nombreux Melungeons eux-même, ainsi que les chercheurs sur le sujet (p. ex., Elder 1999).

Nous sommes arrivés à une hypothèse alternative, quoique apparemment absurde :

Que dire, si  les noms de famille portés par les Melungeons n’avaient pas été altéré? Et si leurs noms de famille ancestraux étaient Caldwell, Kennedy et Fraser, et Bruce et Campbell et Skene?

Et si ces soi-disant écossais-irlandais et ces colons anglais venaient techniquement de ces pays d’origine, quelles étaient leurs origines ethniques? Etaient-ils d’ascendance séfarade juive et mauresque?

Eliyahu Skean était un pionnier Appalachien « écossais-irlandais », dont la famille était très metissée avec d’autres Melungeon de l’est du Kentucky. Selon ses enfants et petits-enfants, ses traits sémitiques étaient pour lui, un point de fierté, et il racontait avec tendresse les souvenirs de la famille écossaise, de la patrie et du clan.

Compte tenu de nos fonds limités, nous avons décidé d’entreprendre une série de tests, pour valiser notre thèse, en prenant des échantillons d’ADN du chromosome Y des personnes dont l’origine Melungeon nous était connues au sein de nos propres ancêtres (qui peuvent ou non avoir effectivement émigré d’Ecosse) et  nous avons découvert neuf Clans écossais dont les noms de famille se trouvent parmi les populations de ces Melungeon.

Pour ce faire, nous avons communiqué avec un groupe de descendants des Melungeons (suite à des demandes faites sur un site internet de généalogie), sur des forums nous avons contacté  des personnes de sexe masculin descendants en ligne directe de ces neuf clans écossais. Il s’agissait d’Alexander (un des sep sous-clan, associé à MacAlister. et MacDonald), Bruce, Campbell, Douglas, Forbes, Fraser, Gordon, Leslie, et Stewart/Stuart.

Suite à notre demande, nous avons reçu de la documentation généalogique et avons sélectionné deux donneurs de chaque clan. Les résultats furent stupéfiants.

Dans tous les cas où des correspondances exactes de 12 marqueurs ont pu être obtenues pour un individu, on a constaté que le locus ADN était centré en Espagne et au Portugal. De plus, certains donneurs du clan Melungeon et du clan écossais avaient des correspondances exactes avec des Juifs vivants, et tous les donneurs avaient des correspondances ponctuelles ou doubles avec des Juifs d’aujourd’hui.

Les réponses à ces énigmes, en termes très simples, semblent être que :

  • En premier lieu, les premiers juifs qui vivaient en Écosse pratiquaient une forme de judaïsme souterrain ou secret appelé Crypto-Judaïsme.
  • En second lieu, une minorité des descendants de ces premiers Crypto-Juifs revinrent, dans certains cas, à la pratique ouverte de leur foi, dès leur arrivée aux États-Unis.
  • Et, troisièmement, la majorité des descendants de ces Juifs ne sont pas au courant de l’existence de ces colonies juives en Ecosse, et des pratiques religieuses de leurs ancêtres, parce qu’il y a eu de nombreuses conversions au protestantisme et d’assimilation au cours des siècles.

Au cours de ce livre, nous traçons une voie possible de développement de ces événements. Nous fournissons également des documents suggérant que la majorité des Écossais, en particulier ceux du sud-ouest et du nord-est de l’Écosse, sont d’origine juive sépharade.

Et nous soutenons que beaucoup de ces mêmes Écossais continuent aujourd’hui à pratiquer un judaïsme de type « réformé ». C’est ce qu’on appelle le presbytérianisme. 

Une révision majeure de l’histoire de l’Écosse

La plupart des Américains, et certainement la plupart des Écossais, croient probablement qu’ils en savent beaucoup sur l’histoire de l’Écosse. Mais en tant qu’auteur du récent livre In Bed with an Elephant, les pires caractéristiques de l’anglicisation étaient l’exclusion de l’histoire et de la littérature écossaise dans les programmes scolaires  » (L. Kennedy 1995, p. 7).

En l’absence de versions officielles écrites et approuvées par les Écossais, la plupart d’entre nous puisent des notions de l’histoire écossaise dans des films comme Braveheart et Rob Roy – peu importe que le premier ait pu être une « distorsion hollywoodienne sauvagement grossière de l’histoire de Wallace » (Ascherson, 2002, p. 2). 41) et ce dernier est basé sur l’œuvre de Sir Walter Scott, inventeur romantique du roman historique et promoteur (largement discrédité) du « grand renouveau des Highlands » du début des années 1800 (Herman 2001, pp. 291-319).

Sept Écossais célèbres en photo : 

220px-John_Knox_statue,_Haddington
John Knox, réformateur presbytérien, érudit.

Cette sculpture sur bois du réformateur presbytérien John Knox,
(1512-1572) nous le montre avec sa grande barbe et les traits sémitiques de son visage. Nous disons que Knox était le fils ou le petit-fils d’un émigré juif séfarade.

George_Buchanan_by_Arnold_van_Brounckhorst
George Buchanan, né en février 1506 près de Killearn et mort le 28 septembre 1582 à Édimbourg, est un humaniste, historien, poète latinisant et dramaturge écossais.
Archibald_Campbell,_1st_Marquess_of_Argyll_by_David_Scougall
Archibald Campbell (mars 1607 – 27 mai 1661), 8e comte puis 1er marquis d’Argyll, fut un seigneur écossais de la famille des Argyll, du clan des Campbell.
robert-kerr-ou-carr-1er-comte-de-ancram-1578-1654-un-noble-ecossais-et-ecrivain-g93j40
Robert Kerr ou Carr, 1er comte de Ancram, 1578-1654, un noble écossais et écrivain

allan_ramsay

mw85343
James Carnegie – comte de Southesk

Les Stuart de la famille royale écossaise avaient le teint mat et des traits sémitiques.

330px-Charles2p
Charles II d’Ecosse

C’est Charles II, dont la mère Henrietta Maria écrivait que son enfant était si brun et mat, qu’elle avait honte de lui… Il fut rapidement surnommé « le noir ». Ses ennemis faisant valoir qu’il était un bâtard engendré par un « black Scotsman » (MacLeod 1999,  p. 219).

Nous suggérons que la plupart des écossais d’aujourd’hui, descendent des mêmes types d’ancêtres qui ont produit ces personnages. Leurs ancêtres étaient des Juifs méditerranéens venant de France, d’Espagne et du Portugal. Cependant, nous savons que nous devons fournir une documentation plus solide qu’une série de portraits.

Nous passons maintenant à l’analyse de certains faits importants, oubliés de l’histoire écossaise, par la plupart des gens. Pour cela, nous allons passer en revue cinq livres bien connus, et comme nous le montrerons, l’Écosse n’était en aucun cas un pays à prédominance celtique, et son histoire ethnique n’est même pas connue avec précision.

The Lords of the Isles, Ronald Williams  ( 1984 / 1997 )

9147vBtqHaL

Dans son récit historique du clan Donald et du premier royaume écossais, Williams (1997) raconte ce que l’on appelle le mythe de l’origine des colons Dalriadiques d’Écosse et d’Irlande.

Ce qui est remarquable, c’est que cette histoire ne commence pas dans le nord ou l’ouest de l’Europe, mais raconte plutôt l’histoire d’un peuple venu de Scythie, à l’est de la mer Baltique en Asie centrale, et qui a migré à travers ce qui est maintenant la Grèce du nord (Thrace), l’Afrique du nord (Egypte), l’Espagne et le Gothland (aujourd’hui l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Angleterre) avant d’atteindre finalement leur « île de la Destinée », que nous appelons maintenant l’Irlande.

Le chef de ce peuple migrateur, qui s’appelait lui-même Gaels, était d’abord Goidal Glas, puis Miled. Selon la légende, Miled épousa en Espagne une princesse égyptienne, Scota, qui apporta avec elle en Irlande un rocher de marbre noir, la Pierre de la Destinée, sur laquelle étaient gravées des runes ou des hiéroglyphes.

Williams continue ensuite et rejette, ce conte romantique, et localise fermement l’origine de l’histoire des celtes/gaéliques près du Danube en Europe centrale, bien qu’il affirme que ces Celtes ont ensuite étendu leur domaine de ce centre vers l’est jusqu’à la Baltique et vers le sud jusqu’à l’Italie et l’Espagne.

Ainsi, le mythe de l’origine romantique et le récit de Williams ne sont pas si éloignés. Ce que Williams semble vouloir écarter, peut-être inconsciemment, c’est l’idée que les premiers colons écossais et irlandais ont pu être quelque chose d’autre que de purs occidentaux, aux cheveux clairs, aux yeux bleus et à la peau claire. Il n’y aurait pas d’Espagnols, d’Italiens, de Grecs ou d’Africains du Nord inclus dans ce groupe de « race noble » revendiquant l’Irlande et l’Ecosse, ceci dans un effort subtil mais omniprésent, pour blanchir l’histoire écossaise et la rendre, pour ainsi dire « incolore »…

Toutefois, aux fins du présent document, nous n’allons pas nous soucier de savoir si la Reine Scota et sa Pierre du Destin de l’Egypte et de l’Espagne existaient vraiment,  car ce n’est pas l’histoire de l’origine que nous allons présenter.

L’examen de Williams sur l’histoire écossaise se poursuit par l’abandon progressif du rituel druidique païen jusqu’à l’arrivée de Saint Columba (560 de l’ère chrétienne) et l’établissement de l’Église celtique. Plusieurs points doivent être clarifiés, et nous y reviendrons dans la revue des travaux d’autres historiens.

Tout d’abord, les églises écossaise (et irlandaise) à cette époque n’étaient pas dirigées par le pontife catholique de Rome, ni même en contact avec lui. Ils n’étaient pas catholiques romains. Ils n’étaient peut-être même pas entièrement chrétiens, mais syncrétiques, comme beaucoup de religions médiévales primitives.

Les observateurs modernes qui regardent 1500 ans en arrière et identifient l’église écossaise primitive comme « catholique romaine » pendant l’ère suivant 500 ans après Jésus-Christ fondent des hypothèses fausses, tendancieuses et très trompeuses. En effet, à l’exception d’artefacts chrétiens tels que le Livre de Kells et les croix celtiques sculptées, il y a peu de preuves suggérant une forte présence chrétienne précoce en Écosse.

Comme nous le verrons plus tard, les soi-disant saints écossais (par exemple, saint Machar d’Aberdeen) ne sont même pas prouvés comme étant chrétiens en soi. Les contemporains les décrivent comme des « saints hommes » ou des « enseignants religieux » non spécifiés. Aucun compte rendu écrit de leurs enseignements ou de leurs doctrines religieuses ne survit. C’est seulement des siècles plus tard, qu’ils ont été étiqueté comme chrétien.

Selon Williams, « l’église celtique de St. Columba …. a développé un certain nombre de caractéristiques indépendantes qui lui sont propres. Elle n’avait pas d’autorité centrale et ses dirigeants étaient les  » saints  » et les abbés qui ont fondé des communautés monastiques et des sanctuaires selon le modèle d’Iona. Beaucoup de membres du clergé ont conservé un mode de vie séculier et ont eu des fils qui leur ont succédé…….. L’église celte a aussi eu ses fanatiques – une secte appelées les Culdees qui  se désignent eux-mêmes comme  » les amis de Dieu’ et ont choisi de vivre en tant qu' »anachorètes » (pp. 50-51).

Williams décrit l’arrivée subséquente de la reine Margaret, l’épouse du roi écossais Malcolm Canmore, au milieu des années 1OOO.

A partir de maintenant, il se passe quelque chose de très important pour notre thèse.

L’histoire de [Margaret] …. a commencé dans les premières guerres dynastiques de l’Angleterre. A la mort d’Edmund Ironside en 1016, ses deux fils …. se sont enfuis en Suède et de là en Hongrie, où l’aîné, Edward, a épousé Agota, une fille du roi Étienne de Hongrie…….. Edward et Agota ont eu trois enfants – Edgar, Margaret et Christina. Des années plus tard, Edward le Confesseur du roi d’Angleterre …. a envoyé Ailred, évêque d’York, pour aller chercher les réfugiés à l’étranger, en Hongrie.

Edgar et ses sœurs …. en 1068 s’échappèrent en Écosse où Margaret devint la seconde… femme de Malcolm Canmore. Une dame profondément pieuse, qui a trouvé la société écossaise grossière et incivilisée, et conçut une mission pour convertir les Écossais de leur barbarie. Coutume celtique…….. [Malcolm Canmore] a abandonné le gaélique pour la langue de sa femme, et remplacé l’hydromel par du vin. Il a accueilli à sa cour les étrangers de son choix, il s’agit notamment d’un certain nombre de hongrois qui avaient accompagné la famille en Grande-Bretagne et à qui Malcolm avait maintenant donné des terres en Ecosse……… Après la conquête, l’afflux d’étrangers s’est encore amplifié avec des aventuriers normands …. dont un Breton plein d’espoir appelé Walter Fitzalan… qui… est devenu plus tard Steward of Scotland, ancêtre de la famille royale d’Ecosse, les Stuart.

Donald Bane [vers 1033-1099] était le dernier monarque celtique digne de ce nom. Ceux qui ont suivi, bien que métis par le sang, étaient par disposition anglo-normands, et la normalisation graduelle de l’Ecosse s’est poursuivie par des règnes successifs.

donald ban
Donald III (en langue gaélique Domnall mac Donnchada) dit le blond (Domnall Bán), est roi d’Écosse de 1093 à 1094 puis de 1094 à 1097. Il est aussi connu sous les noms Donaldbane, Donald Ban, Donald Bane, et Donald Bain

Des noms maintenant familiers vont émerger : Bruce, Soulis, de Morville, Cunningham, Hay, Mowbray, Sinclair, Menzies, Fraser, Grant – et d’autres d’origine normande ou bretonne.

Au milieu du IXe siècle, les Hébrides et les côtes de l’ancienne Dalriada avaient été effectivement perdues [par les Celtes] au profit du royaume émergent du centre de l’Écosse, et une autre race plus terrible d’immigrants avait atteint les îles et dominaient maintenant la mer Celtique. Les Gaëls de l’ouest ont été engloutis par la marée Viking de Scandinavie [pp. 60-61].

Ainsi périt le substrat celtique de l’Ecosse : Avec les Vikings au nord, les Hongrois et les Français au sud, les Gaels celtiques ont été emportés.

Williams nous fournit quelques informations sur ce à quoi ressemblait la nouvelle population écossaise après 1100. Un envahisseur viking, Thorfinn II le Noir, (mort vers 1060), était réputé pour être extrêmement grand et laid, avec des cheveux noirs hérissés (p. 102). Mis à part sa taille énorme, Thorfinn n’était pas exactement le beau guerrier viking blond qu’on pourrait imaginer.

Deux autres points soulevés par Williams méritent notre attention.  

Le premier concerne les Beatons, une famille dont les membres sont héréditairement médecins (p. 216). Nous apprenons qu’ils étaient traditionnellement les médecins du Seigneur des Îles. La famille était venue d’Irlande sous le règne d’Angus Og (1299-1330) et était célèbre pour son enseignement et ses connaissances exceptionnelles.

« Ils auraient suivi les enseignements d’Avicenne le Persan, dont le canon a été la base de la pratique médicale européenne pendant plus de cinq cents ans. À une époque où il devenait à la mode de penser que les îles étaient analphabètes et barbares, les Beatons possédaient une copie de l’œuvre d’Avicenne du XIe siècle bien avant qu’elle ne soit traduite en anglais, ou que des facultés de médecine soient établies dans les universités d’Écosse et d’Angleterre.

Les membres de la famille sont également devenus seannachies (noblesse terrienne) à Mull et dans les Hébrides extérieures. Leur bibliothèque était connue pour inclure la première traduction dans une langue européenne d’un récit de la chute de Troie. »

Or, les principaux centres de science médicale de l’époque étaient la Perse et la péninsule ibérique, pays gouvernés par des musulmans et peuplés en grande partie de Juifs. (Avicenne était de mère juive et de père musulman).

Comme nous le verrons plus loin, il est probable que la civilisation judéo-islamique est à l’origine de la famille Beaton et de ses connaissances médicales. Leur présence en Écosse est une indication des courants intellectuels importants dans le milieu professionnel.

Deuxièmement, Williams fait remarquer que la cornemuse – les instruments de musique les plus associés dans l’imaginaire populaire aux Celtes et à l’Écosse – a d’abord gagné en popularité en Écosse au début des années 1500. C’était à l’époque où la culture celtique était éclipsée dans le monde entier, mais c’était une époque qui a vu l’expulsion massive des Juifs et des Maures d’Espagne en raison de l’Inquisition espagnole.

Ce qui est significatif, c’est l’origine de la cornemuse, née dans l’ancienne Mésopotamie.  Il s’agit d’un instrument de musique du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, et non d’un instrument indigène des îles britanniques.

Aller vers la 2ème partie

Traduit avec www.DeepL.com/Translator, à partir du pdf original en anglais.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email