SHARE
Preuves par l’ADN, l’archéologie, l’analyse des migrations et des archives publiques et familiales…

quand l'ecosse etait juive

Un livre de Elizabeth Caldwell Hirschman et Donald N. Yates.

LIRE LA 1ère PARTIE – 2ème PARTIE 3ème PARTIE

Chapitre III

Généalogies de la première vague de familles juives, 1100-1350

Dans ce chapitre, nous nous concentrons sur un ensemble de familles nobles qui sont entrées en Écosse de 1050 à 1350 et que nous affirmons être juives. Il s’agit des Bruce, Campbell, Forbes, Leslie, Douglas, Gordon et Stewart. Nous présentons des preuves généalogiques et historiques pour documenter l’ascendance juive de ces familles.

Bruce

La famille des Brusse des Flandres et de Normandie est entrée en Angleterre en 1050 dans le cadre du programme de conquête avec l’entourage du duc Richard Ier de Normandie. La famille est restée en Grande-Bretagne après la conquête de l’Angleterre par le fils de Richard, Guillaume le Conquérant, en 1066.

Robert de Bruce (1094) a épousé une normande, Agnes St. Clair, et il était le fils d’une normande, Emma de Bretagne. D’autres membres de la famille de Brusse/Brousse en France ont émigré, non seulement à l’Angleterre, mais aussi dans ce qui est maintenant la Hongrie, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Allemagne et la Pologne. Certains membres de cette famille étaient et sont encore, des Juifs pratiquants (M. Stern 1991).

La question de notre recherche est de savoir si la famille de Brusse en Angleterre, et plus tard en Écosse, étaient aussi des Juifs pratiquants.

Comme le montre leur généalogie, plusieurs prénoms hébraïques et méditerranéens se trouvent parmi les premiers Bruces, parmi lesquels Adam, Emma, Isabel, Agnes, Agatha, Euphemia, David, Matilda et Eleanor.

Au début des années 1300, la famille Bruce en Écosse avait produit Robert Ier (de Bruce), roi d’Écosse, qui régna de 1306 à 1329. Robert Ier, roi d’Écosse, a épousé Isobel de Mar (1295), produisant un enfant, Marjory de Bruce. La famille de Mar (c’est-à-dire « de la mer/océan ») était également d’origine méditerranéenne française. Robert a ensuite épousé Elizabeth de Burgh (également d’origine française), ayant également une fille avec elle, Matilda (Maud). Robert a également eu un fils, David (né en 1325), par Elizabeth ou une maîtresse, et deux autres enfants, Elizabeth et Robert, avec des maîtresses.

Ce qui devrait attirer notre attention à ce stade, ce sont les conjoints des enfants de Robert Ier.

Matilda/Maud a épousé Thomas Isaac, un homme dont le nom de famille est indéniablement hébreu, comme, par exemple, Jacobs (1902-1911) qui s’est avéré être le nom de famille le plus répandu parmi les Juifs britanniques à cette époque.

De cette union est née Joanna, qui a épousé John de Ergardia (d’origine française), Isabel, qui a épousé Sir John Stewart : c’est de cette union qu’est né le Stewarts de Cardney. De plus, la fille de Robert Ier, Elizabeth, qu’il a eu d’une maîtresse inconnue, a épousé Sir Walter Oliphant, un nom de famille également connu pour être séfarade.

Les preuves d’ADN d’une origine juive venant du sud de la France ou d’Espagne pour cette lignée des Bruces (voir 3ème partie), suggère fortement que cette famille était consciente de son héritage judaïque et a choisi des partenaires maritaux et des prénoms conçus pour perpétuer cet héritage.

Lorsque les Bruces d’Écosse sont arrivées dans les colonies américaines au cours des années 1600 et 1700, les schémas matrimoniaux de certains membres suggèrent que la pratique crypto-judaïque a été transposée dans le Nouveau Monde (Stern 1991).

Généalogie de Robert de Bruce

Nous avons visité plusieurs sites en Écosse associés à Robert Ier.

Robertthebruce

À Bannockburn, le Centre culturel écossais montre un modèle reconstitué de la tête de Bruce. Apparemment, Bruce souffrait de lèpre et la maladie avait défiguré sa bouche et son nez. Bruce est enterré à l’abbaye de Dunfermline. On dit que son squelette, découvert en 1819, montre un sternum fendu, où son cœur a été enlevé à la mort pour être transporté à Jérusalem par un Douglas. Malheureusement, Douglas a été tué par les Maures en Espagne alors qu’il se rendait à Jérusalem. Le cœur de Bruce a été récupéré de la bataille et inhumé soit à la cathédrale Dunfermline, soit à la chapelle Rosslin.

Comme on le verra plus tard, Bruce était très probablement un templier, par son mariage avec une Sainte-Claire. Des symboles de franc-maçon sont présents sur certaines pierres du cimetière de l’abbaye de Dunfermline. Les Templiers se sont largement transmutés dans l’ordre du franc-maçon après 1306.

Les armoiries royales de Bruce représentent un lion central (lion de Juda), un symbole largement répandu et reconnu comme celui de la lignée royale judaïque de David.

Les armoiries royales de Bruce

Les armes du frère de Robert Ier, Edward, montrent non seulement  un lion rampant, mais placent également un croissant islamique sur le cœur du lion, suggérant peut-être une ascendance musulmane ou arabe en plus du juif.

Les armes des familles de Mowbray, Plantagenet, Bohun et Beaumont portent également le symbole du Lion de Juda. Toutes ces familles originaires de France se croyaient d’origine Davidique.

Campbell

Le nom de famille Campbell semble avoir vu le jour entre le milieu et la fin des années 1300 (Smout 1969).

Nous pensons que les premiers membres de cette famille sont arrivés en Ecosse à la suite de pogroms anti-juifs en France et en Espagne au milieu du XIVe siècle (Benbassa 1999).

Cette famille née en dehors de l’Ecosse, a subi un processus de naturalisation »gaélique » visant à déguiser ses racines françaises et sémitiques. Mais, comme nous l’avons vu précédemment, certaines familles écossaises de Campbell vivant en Amérique latine se considéraient comme ayant « toujours été juives ».

Le nom de famille Campbell, très probablement dérivé du gaélique cambeul (bouche torsadée), est l’un des plus anciens des Highlands. Une charte de la couronne de 1368 reconnaît Duncan Mac-Duihbne comme fondateur des Campbells qui furent établis en tant que seigneurs du Loch Awe.

Le fondateur de la lignée Argyll était Cailean Mor (d. 1294), dont le descendant, Colin Campbell (d. 1493), 1er comte d’Argyll, a épousé Isabel Stewart de Lomé…

Sir John Campbell (1635-1716), 11e Laird de Glenorchy, a été créé comte de Breadalbane. en 1681. Décrit comme étant « rusé comme un renard, sage comme un serpent et souple comme une anguille…. [il] ne connaissait ni l’honneur ni la religion, mais où ils sont mêlés d’intérêt.. »  Sa lignée a été fondée par le croisé coloré « noir » Colin Campbell (d. 1498), qui reçut la médaille d’argent Glenorchy en 1432 de son père, Sir Duncan Campbell. Les Campbells de Loudoun sont les suivants descendant de Sir Duncan Campbell, deuxième fils du premier MacCailean Mor, qui a épousé un Crauford de Loudoun.

Sir John Campbell (1635-1716)

Les divisions du Clan Campbell comprennent plusieurs noms avec une connexion apparente en hébreu :

Divisions: Arthur, Bannatyne, Burnes, Burness, Burnett, Burns, Connochie, Conochie, Denoon, Denune, Gibbon, Gibbon, Gibson, Harres, Harris, Hawes, Hawes, Haws, Hawson, Hawson, Isaac, Isaacs, Isaacs, Iverson,

Keilar, Keller, Kissack, Kissock, Lome, MacArtair, MacArthur, MacColm, MacColmbe, MacConchie, MacConchie, MacEller, MacElvie, MacGibbon, MacEver, MacGlasrich, MacGubbin, MacGure, Maclsaac, Maclver, Maclvor, MacKellar, MacKelvie, MacKerlie, MacKerlie, MacKerlich, MacKessack, MacKessock, MacKissoch, MacLaws, MacLehose, MacNochol, MacNocaird, MacOran, MacOwen, MacPhedran, MacPhun, MacTause, MacTavish, MacThomas, MacThomas, MacUre, Moore, Muir, Ochiltree, Orr, Pinkerton, Taweson, Tawesson, Thomas, Thomason, Thompson, Thompson, Thomson, Ure.

Le mot gaélique duibne signifie « noir » ou « sombre », or une telle désignation est probablement liée, puisque les premiers portraits des Campbells montrent qu’il s’agit de gens à la peau foncée ou au teint olivâtre avec des cheveux et des yeux foncés. Le matériel généalogique récolté auprès des Melungeons illustre que plusieurs lignées de Campbell dans les colonies américaines, avaient des prénom hébreux, comme par exemple, Israël, Orra et Tabitha.

Un ancêtre de la marquise d’Argyll, Archibald Campbell était étroitement allié à la maison royale Stewart, épousant même une Stewart. Pourtant, à la fin du XVIe siècle, le Clan rompt dramatiquement avec les Stewart, qui étaient devenus des catholiques ardents (bien qu’ils se croyaient juifs par descendance) et, soutient la Réforme protestante.

Le principal porte-parole des protestants en Écosse, John Knox, est venu à « Castle Campbell », prêcher aux Campbell et à d’autres partisans. La dénomination Campbellite mentionné au chapitre 2 semble avoir été le fruit de l’aversion des Campbell à l’égard de l’histoire du catholicisme et l’embrassement partiel du presbytérianisme de Knox. Nous pensons que leur soutien précoce et fort pour Knox a été fondé sur une orientation crypto-judaïque, qui les enjoignait à constater que le protestantisme est plus sympathique que le catholicisme.

Les armoiries de Campbell ne portent pas de lion rampant. Ainsi, ils ne se considèrent pas comme ayant des ancêtres davidiques. Il comporte un voilier à voiles enroulées, non pas un navire de type Viking ou celtique, mais un navire marchand de style méditerranéen. L’iconographie suggère qu’ils sont arrivés en Écosse en provenance de la Méditerranée et qu’ils ont choisi de s’y installer.

Les armoiries de Campbell

Forbes

Les noms de famille Forbush, Fawbush et Fawbushbus semblent tous être des orthographes alternées de Forbes. Nous croyons que le nom de famille était à l’origine dérivé du nom de famille séfarade marocain, Farrabas, qui est lié à Phoebus.

Plusieurs membres coloniaux de la famille Forbes vivant à Charleston, S.C., et Savannah, Ga., étaient ouvertement juifs, appartenant aux synagogues hispano-portugaises et étant enterrés dans des cimetières séfarades (M. Stern 1991).

Ce qui suit est un message informatif du GenForum d’un descendant de Forbes/Forbush/Farrabas :

Daniel Forbes/Forbush Par Michael Forbush (Tiré de « Forbes et Forbush Genealogy : Les Descendants de Daniel Forbush » par Frederick Clifton Pierce)

Le premier enregistrement de Daniel Forbes, ou Forbush, ou Farrabas, que je peux trouver dans ce pays est à Cambridge, Massachussets. Il s’est marié, le 26 mars 1660, avec Rebecca Perriman, qui est censée être la sœur de Thomas Perriman. L’épouse de Daniel, Rebecca, est décédée le 3 mai 1677 et il a épousé Deborah le 23 mai 1679, qui était la fille de John Rediat de Sudbury, un homme libre à l’époque.  John Rediat est probablement né en Angleterre en 1612 et est arrivé en Amérique dans le navire « Confidence » de Londres, dont John Jobson était le maître.

Daniel Farrabas était un résident de Cambridge, il a eu les enfants suivants avec Rebecca (Perriman): 

1. Daniel, né à Cambridge, le 20 mars 1664 ; marié à Dorothy Pray.
2. Thomas, né à Cambridge, le 6 mars 1667 ; marié à Dorcas Rice.
3. Elizabeth, née à Cambridge, le 16 mars 1669
4. Rebecca, née Concord, 15 février 1672 ; épouse Joseph Byles.
5. Samuel, né environ 1674 ; marié à Abigail Rice.

Daniel a eu les enfants suivants avec Deborah (Rediat) :

6. Jon né en 1681 ; marié à Martha Bowker.
7. Isaac est né le 30 octobre 1682 ;
8. Jonathan né le 12 mars 1684 ; marié à Hanna Farrar Holloway.

Notons dans la description ci-dessus l’enchevêtrement de plusieurs noms méditerranéens et séphardes, les noms de famille : Rediat, Jobson, Perriman, Rice (Reiss), Farrar ; ainsi qu’une prépondérance de prénoms hébraïques et méditerranéens, par exemple Hannah, Jonathan, Dorcas, Daniel et Deborah.

Ci-dessous, les divisions du Clan Forbes

Remarquez les différentes permutations du nom de famille et aussi son lien avec les noms Berry (séfarade), Walters et Watts.

  • Bannerman
  • Fordice
  • Meldrum
  • Berrie/Berry
  • Fordyce
  • Michie
  • Boyce
  • Furbush
  • Middleton
  • Boyes
  • Lumsden
  • Walter
  • Faubus
  • Macouat
  • Walters
  • Fobes
  • Macowatt
  • Watson
  • Forbess
  • MacQuattie
  • Watt
  • Forbis
  • Mac Watt
  • Watters
  • Forbus
  • Mechie
  • Wattie
  • Forbush
  • Mekie
  • Watts
Fraser

Les Frasers d’Ecosse reconnaissent leurs origines ancestrales médiévales en France, Lady Saltoun a récemment précisé que le nom Fraser est « probablement venu d’Anjou » (Fraser1997, p. 1).

Les divisions du Clan Fraser, telles qu’énumérées ci-dessous, comprennent plusieurs noms de famille juifs séfarades. Parmi ces derniers sont Bissett, Frizell, Frew, Olivier, Sim, Sim, Simon, Simpson et des variations de ce dernier.

  • Bissett
  • Mackim
  • Simon
  • Brewster
  • Mackimmie
  • Simpson
  • Cowie
  • Macsimon
  • Sims
  • Frizell
  • Mactavish
  • Syme
  • Frew
  • Oliver
  • Twaddle
  • Macgruer
  • Sim
  • Tweedie

Les Fraser seraient originaires de l’Anjou en France. Le nom de Fraser dériverait de Fredarius, Fresel ou Freseau. Une autre interprétation montrerait qu’ils sont issus d’une tribu vivant en Gaule dont l’emblème est un fraisier. Le premier Fraser s’installe en Écosse autour de 1160 lorsque Simon Fraser choisit les terres de Keith dans l’East Lothian..

blason des fraser

Les Frasers ont déménagé à Tweeddale au 12e et l13ème siècle et de là, sont allés dans les comtés de Stirling, Angus, Inverness et Aberdeen. Cinq générations après le premier Simon Fraser, un autre Simon Fraser se battant pour Robert Ier d’Écosse fut capturé et exécuté en 1306 par le roi Édouard Ier d’Angleterre.

Les Fraser de Philorth (Lord Saltoun) :

La lignée descend de Sir Alexander Fraser, qui a épousé la sœur de Robert le Bruce, Lady Mary. Son petit-fils, Sir Alexander Fraser de Cowie, a acquis le château et les terres de Philorth par mariage avec Lady Joanna, fille cadette et cohéritière du comte de Ross en 1375. Huit générations plus tard, Sir Alexander Fraser, 8e laird of Philorth, a fondé Fraser’s Burgh par des chartes royales obtenues en 1592 et a également construit le château de Fraserburgh. Son fils, le 9ème laird, épousa l’héritière des Abernethies, devenant Lord Saltoun, et en 1669 leur fils, Alexander Fraser, devint le 10ème Lord Saltoun. Le chef actuel du nom de Fraser est Flora Marjory Fraser, 20è Lady Saltoun, qui est un membre actif de la Chambre des Lords. Le siège de la famille est Fraserburgh, dans l’Aberdeenshire.

Les Frasers de Lovat (Lords Lovat) :

Les Frasers de Lovat descendent de Sir Simon Fraser qui a épousé Lady Margaret Sinclair. Des documents datés du 12 septembre 1367, connectent  un Fraser avec les terres de Lovat et de Aird…. Beauly a été fondée vers 1320 par John Bisset, qui a aussi construit le château de Lovat. Vers 1460, Hugh Fraser, 6e Laird de Lovat, devint le 1er Lord Lovat.

300px-BishopWilliamFraserSealLe sceau de William Fraser, évêque de St. Andrews (1279)

La lignée des évêques de Andrews comprenait des personnes qui, selon nous, sont probablement d’origine juive, notamment, outre Fraser, William Malvoesin (1202-1230), David de Bernham (1239-1253), Abel de Golin (1254), Gamelin (1255-1253), James Ben (1328-1332) et William Scheves. (1478-1497). Le cimetière St. Andrews contient plusieurs tombes avec le symbole franc-maçon.

De plus, au musée de la cathédrale sont exposés plusieurs sarcophages très anciens marqués d’images templières. Andrews, cependant, est un grand sarcophage en pierre sculptée datant de la fin des années 700 et représentant le roi juif : David combattant des lions. Nous dirons que c’est à cette époque qu’un saint homme juif, Machir de Narbonne (France), en personne ou par l’intermédiaire de représentants, a visité l’Écosse et a converti ses habitants à la foi juive.

Lire aussi:

Le « roi juif » de Narbonne

Leslie

Les Leslies sont l’une des rares familles écossaises à avoir reconnu des origines autres que celtiques ou françaises.

D’après l’histoire du clan et les résultats de notre recherche ADN, leur ancêtre était un homme nommé Bartholomew Ladslau de Hongrie qui s’est aventuré en Écosse avec l’entourage de la reine Margaret (Klieforth 1993). Bartholomew devint plus tard chambellan de la reine Margaret (Smout 1969).

Le rôle de chambellan ou d’intendant était souvent tenu par des Juifs séfarades en Angleterre, en France, au Portugal et en Espagne, car ils étaient bien éduqués, multilingues et avaient voyagé à l’étranger (Benbassa 1999 ; Benbassa et Rodrique 1995 ; Stern 1950).

Historiquement, les origines du mot « chambellan », comme de nombreux titres courtois de la royauté européenne, viennent du persan, et reflètent l’idée du haut rang et de la vie palatiale luxueuse, notamment poursuivies par les califes et autres dirigeants de l’islam.

Les Leslies sont devenus les comtes de Leven et de Rothes, deux appellations juives et hébraïques.

Comme c’est le cas pour les autres familles, les Leslies d’origine écossaise présentaient des résurgences depratiques judaïques  dans les colonies américaines, et les membres du groupe familial basé en Ecosse pratiquaient ouvertement le judaïsme à Charleston, S.C. et Savannah, Ga, où les hommes étaient aussi des figures de proue dans les temples des francs-maçons (Stern 1991).

Panton, Leslie and Company à Pensacola, en Floride, a été à une certaine époque la plus grande entreprise commerciale. du monde occidental. Elle a été fondé par des Séfarades écossais qui avaient tous été commerçants à Charleston et Savannah et dont les familles se sont multipliées et croisées, à la fois par le mariage et par les relations d’affaires.

Grâce à des contacts avec Basil Cowper et John Gordon de Charleston, William Panton, John Forbes et plusieurs associés juniors de Leslie. ont repris l’établissement écossais Spalding et Kelsall basé à Frederica sur la rue St. Simon’s Island, en Géorgie (Braund 1993, p. 56).

Il y a également eu une alliance mouvante avec diverses filiales et sociétés affiliées de Clark et Cie, dont le siège social se trouve à Augusta, en Géorgie. Les nouveaux partenaires ont développé Pensacola en Floride occidentale espagnole en tant qu’entrepôt. De là, Panton, Leslie et Cie ont fait du commerce avec le monde entier.

Ils avaient des intérêts économiques dans chaque ville indienne majeure de Creek sur l’ensemble du territoire de Choctaw et aussi loin à l’ouest que l’Arkansas et le Texas. Leurs navires ont navigué sans interférence entre les ports espagnols dans les Caraïbes jusqu’à et de Cadix, Lisbonne, Glasgow, Londres, Amsterdam, Hambourg, Hambourg, Le Havre, et même les Ports turcs, marocains et barbares. Les chefs indiens ont commandé du vin français et du whisky écossais, les chapeliers et les fourreurs de Hambourg et de Londres ont reçu des peaux et des fourrures, de la farine et d’autres produits de base distribués à Cadix et à La Havane.

Avec le décès de l’associé principal en 1805, Panton, Leslie and Co. a été réorganisé sous le nom de John Forbes and Company.

La guerre Creek et l’annexion américaine de la Floride en 1813, ont amorcé le long déclin de l’entreprise. Elle a été dissoute au cours de procédures qui ont duré des décennies et qui ont été menées en vertu du droit espagnol, napoléonien, américain, britannique, de l’équité, de l’amirauté et du droit international (Coker 1986)

Douglas

Cette noble famille écossaise apparut pour la première fois en Grande-Bretagne vers 1300 et s’installa sur l’île, à la frontière écossaise (Brown 1998). Un livre de référence observe que les « Douglas étaient l’une des familles écossaises les plus puissantes, et il est donc remarquable que leurs origines restent obscures (Way et Squire 1998, p. 384).

Nous avons vu au chapitre 2 que les Douglas ont beaucoup de branches, mais tous semblent d’accord pour être d’origine Goths, la majorité des correspondances ADN se trouvant dans la péninsule ibérique. Le nom Douglas signifie « étranger sombre » en gaélique et peut provenir du teint méditerranéen des fondateurs de la famille (M. Brown 1998). Les douglas noirs (ainsi nommés en raison de leur couleur sombre) ont été la force dominante aux frontières entre l’Angleterre et l’Écosse de 1300 à 1455 (M. Brown 1998). Les portraits de famille témoignent de leur physionomie méditerranéenne ancestrale.

Les divisions du clan Douglas comprennent les Blackstock, Blalock, Brown, Drysdale, Forrest, Inglis, Kilgore, Kirkpatrick, Lockerbie, McGuiffie, Morton, Sandilands, Soule, Symington, Troup et Young.

La généalogie suivante est basée sur les Douglas Noirs (1998) :

William Douglas est le premier du nom, pour lequel nous avons trouvé certaines pistes. On pense qu’il est né en 1174 ou avant. William était sûrement lié à Freskin le Flamand, qui est venu en Écosse avant la fin du règne de David Ier. » On pense que William de Douglas et Freskin le Flamand sont venus de Flandre avec leurs familles, « peut-être liés aux Flouse de Boulogne.

Outre le lien possible avec le Flamand, l’épouse de Guillaume de Douglas est inconnue. Il avait cependant un fils connu :

  • 1. Archibald Douglass, qui a reçu des terres à Hermiston dans le Lothian.

Archibald Douglas est né in peu avant 1198 et est mort vers 1240. Bien que ses mariages soient inconnus, il avait deux fils connus :

  • 1. Sir William Douglas
  • 2. Sir Andrew Douglas, ancêtre des Douglas de Morton.

Sir William Douglas, connu sous le nom de « Longleg », est né vers 1200 et est mort quelque temps après 1274. Il avait deux fils :

  • 1. William « le Hardi » Douglas
  • 2. Hugh Douglas

Sir William Douglas « le Hardi » est né vers 1240. Alors qu’il était gouverneur de Berwick, il a été capturé lorsque la ville fut assiégée par les Anglais. Il passé du temps dans une prison anglaise. Il n’a été relâché que plus tard, après avoir accepté de reconnaître le roi anglais Edward Ier en tant que seigneur de l’Ecosse. Cependant, il se battit plus tard aux côtés de William Wallace. Il a d’abord épousé Elizabeth Stewart, puis Eleanor de Louvaine.

Il a eu un enfant de chacune et un autre, dont la maternité est incertaine :

  • 1. Sir James Douglas, « le Bon », de Elizabeth Stewart.

James était un ami et un partisan de Robert le Bruce, roi d’Écosse. Après la mort de Bruce, Sir James était le « Black Douglas » chargé d’emmener le cœur de Robert Bruce à Jérusalem. Sir James est mort au combat en Espagne pendant la croisade contre les Maures. Il en avait un fils connu (illégitime) :

a. Archibald Douglas, « le Sinistre », qui a combattu pour la défense du château d’Edimbourg contre le roi anglais Henry IV en 1400, et a atteint le rang de Lieutenant Général d’Ecosse. Il a été tué au combat avec son fils alors qu’il combattait les Anglais en France.

  • 2. Sir Archibald Douglas, enfant d’Eleanor de Louvaine.
  • 3. Hugh Douglas (Lord of Douglas)

Sir Archibald de Douglas est né vers 1297. Il a épousé vers 1328 Béatrice Lindsay, et ils avaient deux enfants connus :

  • 1. Eleanor Douglas
  • 2. Guillaume de Douglas

Sir Archibald Douglas a défait Edward de Baliol, roi d’Écosse, en 1332 et fut nommé Régent d’Ecosse pendant la minorité du roi David II. Il a été tué le 19 juillet 1333.

William Douglas, 1er comte de Douglas, est né vers 1323. Son premier mariage fut avec Margaret, comtesse de Mar (fille de Donald, 8e comte de Mar). Que ce soit par la mort, une liaison ou un divorce, avant ou après Margaret de Mar, il était aussi associé et peut-être marié à Margaret Stewart. Il a également eu au moins un autre enfant par mariage ou par liaison.

Enfants par Margaret de Mar :

  • 1. James Douglas de Drumlanring
  • 2. inconnu (m. Alexander Montgomerie)

Enfant de Margaret Stewart :

  • 3. George Douglas

Enfant de mère inconnue :

  • 4. Margaret Douglas (m. Sir Herbert Herries)

George Douglas, 1er comte d’Angus, né vers 1376, est à l’origine de la branche « Red Douglas » (Douglas Rouges) de la famille Douglas. Il s’est marié le 24 mai 1387 Lady Mary Stewart (fille du roi Robert III d’Écosse). Ils ont eu trois enfants :

  • 1. Elizabeth Douglas (né vers 1397 ; m. Alexander Forbes)
  • 2. William Douglas
  • 3. Mary Douglas, m. Sir David Hay (1421/34 – avant le 1er mars 1478) ; fils :

a. John Hay (1er Lord Hay of Yester)

Sir William Douglas, 2e comte d’Angus, est né vers 1399. En 1425, il a épousé Margaret. Hay et a eu deux enfants :

  • 1. George Douglas
  • 2. Helen Douglas, m. par 1460 William Graham (ca. 1448-1472)

George Douglas, 4e comte d’Angus, est né après 1425. Il était marié à Isabel Sibbald et ils ont eu deux enfants connus :

  • 1. Archibald Douglas
  • 2. Jane Douglas, M. David « the Younger » Scott, qui d. 1492

Archibald Douglas est né vers 1454 et était le 5e comte d’Angus. Il s’est marié le 4  Mars 1467/8 Elizabeth Boyd et a eu trois enfants :

  • 1. George Douglas
  • 2. Sir William Douglas
  • 3. Lady Marjory Douglas (née après 1467/8, M. Cuthbert Cunningham)

George Douglas, maître d’Angus, est né vers 1469. Il s’est marié en mars 1487/8. à Elizabeth Drummond (née vers 1460) et a eu cinq enfants :

  1. 1. Alison Douglas
  2. 2. Archibald Douglas, 6e comte d’Angus, né après 1488, m. 1. Margaret Hepburn, affaire.
    avec Stewart (prénom inconnu), m. 2. la princesse Margaret Tudor, m. 3. Margaret.
    Maxwell
  3. 3. Elizabeth Douglas, b. vers 1489, m. John Hay
  4. 4. George Douglas, vers 1490-août 1522, m. Elizabeth (Isabella) Douglas
  5. 5. Janet Douglas, vers 1495-17 juil. 1537, m. John Lyon

Dans cette généalogie, il y a eu des mariages relativement fréquents avec la famille royale Stewart (qui se considérait comme étant d’origine juive), des mariages avec des cousins de la famille royale Stewart (qui se considérait comme étant d’origine juive), et des alliances avec d’autres familles que l’on croit d’origine juive. (par exemple, Forbes, Hay et Lyon). Nous pourrions également attirer l’attention sur la perpétuation de l’histoire du nom grec George, un nom tiré de l’antiquité et du monde byzantin.

Gordon

Les Gordons se sont d’abord distingués dans le centre-sud de l’Écosse au cours des années 1300. La famille s’est ensuite installée à Aberdeen sur la côte nord-est de l’Écosse (Smout 1969). Ils y sont entrés dans plusieurs guildes normalement occupées par des personnes d’ascendance juive, comme l’orfèvrerie, la banque, le commerce international, le travail de l’étain et le tannage du cuir (McDonnell 1998). Les Gordons semblent être originaires de France, où le nom était probablement Jardine, signifiant « jardin » ou « jardinier », qui fut peut-être plus tard confondu avec le nom Jordan.

Cependant, il existe une forte tradition familiale d’origine macédonienne (nord de la Grèce), un séjour en Espagne et l’immigration vers le sud de la France. Si c’est le cas, alors la famille est probablement venue en Grande-Bretagne avec Guillaume le Conquérant en 1066.

Les divisions du clan incluent les noms de famille Jardine, Gardner et Gardener en plus de Gordon. D’autres noms de famille associés à ce clan sont donnés ci-dessous. Plusieurs d’entre eux sont Blair, Davidson, Hay, Lyon, Napier, Napier, Hebron, Pollack).

  • Aiken
  • Henderson
  • Bisset
  • Hepburn/Hebron
  • Blair
  • Jardine
  • Broun/Brown
  • Lyon/Leon
  • Burnett
  • MacBean/Bean
  • Carnegie
  • Mhoir
  • Chisholm
  • Moubray
  • Davidson
  • Muir
  • Eaken
  • Napier
  • Fleming
  • Oliphant
  • Gardyne
  • Pollock/Pollack
  • Glass
  • Wemyss
  • Hay
  • Wier/Weir

Comme pour les autres familles que nous avons étudiées, les portraits de Gordon montrent qu’ils ont la peau foncée avec des traits méditerranéens. De plus, nous avons remarqué que l’oncle du poète Lord (George Gordon) Byron pratiquait ouvertement le judaïsme en Angleterre au cours des années 1700 (voir chapitre 2).

Stewart

Nous avons déjà discuté de la famille Stewart en détail au chapitre 1. Le site Web du clan Stewart (Stuart) déclare ce qui suit

Les Stewart descendent des sénéchaux de Dol en Bretagne (France). Ils sont venus en Angleterre avec Guillaume le Conquérant.

Walter l’intendant est venu en Écosse avec le roi David Ier. Walter a créé les Steward d’Ecosse et a donné des domaines dans le Renfrewshire et l’East Lothian…

James, 5e Grand Intendant, jura fidélité à Edward Ier d’Angleterre, mais rejoignit plus tard William Wallace dans sa quête d’indépendance écossaise. A la mort de Wallace, il a rejoint la cause de The Bruce. Walter Steward a épousé la fille de Bruce, Marjorie, assurant ainsi la royauté de son fils à la mort du fils unique de Bruce, David II. Le fils de Sir Walter et le petit-fils de Bruce, Robert Stewart, est devenu le roi Robert II… La lignée royale a continué avec des héritiers mâles jusqu’à Mary, Reine d’Ecosse. Les Stewarts tinrent le trône écossais (et plus tard le trône anglais) de Robert II jusqu’en 1714.

Parmi les divisions du Clan Stewart, il y en a plusieurs qui ont des liens séfarades, et incluent Lombard/Lumbard, Lyle, DonLevy, Leay, Levack, Lay, Lea, Lew, Lewis, Lewis, Robb, Mitchell, Glass, Jameson et Jamieson.

Les noms de famille Lev proviennent de la tribu hébraïque de Levi, Robb de Rueben, Mitchell de Michal, Jameson de Chaim, et Glass de la production de verre, une compétence séfarade.

Lombard/Lumbard (de Langobardi, les envahisseurs du 6ème siècle en Italie) était un nom médiéval précoce pour les changeurs de monnaie d’Italie, beaucoup, si ce n’est pas la plupart d’entre eux, étaient des juifs d’Angleterre.

Leur nom est devenu synonyme de « banquier » et a donné son nom à la rue principale de la City de Londres où la Bourse a pris forme (Adler 1939, pp. 211-12). Dans l’Oxford médiévale, Lombard Hall a été nommé d’après le nom de son propriétaire juif (Tovey, p. 8).

Comme nous l’avons exploré au chapitre 1, Son Altesse Royale le Prince Michael Stewart (2000) affirme être de Descendance juive davidique. Dans le chapitre 5, nous présenterons la documentation concernant les communautés juives vivant en France avant l’arrivée des Normands.

Pour compléter le tableau des familles juives-écossaises, il est probablement plus approprié d’inclure dans ce chapitre plusieurs généalogies liées aux Stewart qui suggèrent une forte ascendance juive venant de familles normandes, franques, françaises, hongroises et flamandes, qui ont fait leur chemin vers l’Angleterre – et ensuite vers l’Écosse – au cours de la période 1050-1150.

La généalogie de Maud (Matilda) de Lens montre que le fils de Malcolm et Margaret, David Ier d’Écosse, semblait aussi épouser une femme d’origine juive, Maud de Lens.

Parmi ses ancêtres, Louis le Pieux, roi des Francs (d. 840), fut marié à une Judith. La même généalogie indique également que la grand-mère de Guillaume le Conquérant était une femme française nommée Judith – et que la mère de Maud de Lens, était aussi appelée Judith.

Bien qu’il puisse sembler étrange de mettre autant l’accent sur le prénom de la femme, Judith, gardez à l’esprit que le Moyen-Âge, était une époque où l’identité ethnique des prénoms était d’une importance capitale. Il est très improbable qu’une femme de naissance noble puisse s’appeler Yehudah à moins qu’elle ne soit, en effet, Juive, et qu’il a été souhaité par ses parents qu’elle soit reconnue comme telle.

Le degré de consanguinité dans la famille du Conquérant devient également apparent dans cette généalogie.

Le Vatican a essayé d’empêcher son mariage avec Matilda de Flandre, pour cette raison. Maud de Lens aussi était sa cousine, au même degré. Ses enfants sont allés encore plus loin : Henry Beauclerc’s dont la deuxième épouse était Adelicia, fille d’Ida et Geoffrey de Brabant, était une cousine au 3e degré par l’un des parents et une cousine du 4e degré par l’autre. Albert II de Namur et sa femme la Princesse Regulinde étaient cousins au 4ème degré, ce qui était clairement illégal aux yeux de l’église.

Isobel de Mar, qui a épousé Robert I Bruce,était la mère de Marjorie Bruce et la grand-mère de Robert II, le premier Roi Stewart. Par la mère d’Isobel, Helen, sa lignée continue jusqu’à Iago (Jacob) ap. Idwal, roi de Gwynedd (Pays de Galles). Par le même raisonnement utilisé avec Judith, nous pouvons en déduire, étant donné le contexte historique, que le nom de Jacob  vient prouver qu’il était juif.

Lorsque nous examinons l’ascendance de Marie de Guise, épouse de Jacques V d’Écosse, nous voyons l’entrée massive de l’ascendance moyen-orientale et méditerranéenne dans la famille royale, la lignée des Stewart. Des personnes comme Isaac Angelos, Hasan Artsume, Stephen d’Arménie, John (Isaac) Comnenos, Isabella de Chypre, Esther, Judith Bonne de Bohême et Louis le Duc de Saxe ont certainement contribué non seulement à l’héritage judaïque, mais aussi à l’héritage de l’Asie centrale et de la Méditerranée de la famille royale écossaise.

Et finalement nous voyons que l’ascendance de l’ancêtre de la Maison de Boulogne et des rois de Jérusalem, à laquelle appartiennent beaucoup de nos clans écossais, sont liés.

Nous commençons avec Dagobert I, Roi des Francsn un Mérovingien. Nous suivons cette ligne jusqu’à Theodoric, nommé Makir Theodoric (voir le Roi juif de Narbonne), dont nous parlerons bientôt lorsque nous nous tournerons vers St. Machar of Scotland. Dans la même ligne, juste en dessous de lui, on trouve William de Toulouse de Gellone, chef de l’Etat juif de Septimanie, dans le sud de la France et fondateur de l’Académie Judaïque de Gellone (791-828 c.E.). Nous en discuterons aussi longuement, dans un prochain chapitre.

Lire aussi :

Le chevalier juif de Saint-Guilhem-le-Désert et le Cycle du roi Arthur

Il est significatif que nous voyons des schémas de noms judaïque parmi les Mérovingiens et les Carolingiens.

Charlemagne nomme une de ses filles Dhuada (= Davida, forme féminine de David), et un de ses fils, Louis le Pieux (d. 840), comme nous l’avons déjà remarqué, a épousé Judith de Bavière. D’une manière poignante, ces lignées se poursuivent jusqu’aux Bouillons et aux Baudouins (Baldwins) qui ont servi comme rois de Jérusalem pendant la Seconde Croisade.

Aller vers la 5ème partie

Traduit avec www.DeepL.com/Translator, à partir du pdf en anglais

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email