SHARE
Exilarque, est un titre donné aux dirigeants des juifs de babylone qui, depuis l’époque de l’exil ,étaient désignés par le terme « golah » (voir Jer. xxviii. 6, xxix. 1 ; Ezek. passim) ou « galut » (Jer. xxix. 22).

Le chef de la golah ou prince des exilés occupait une position d’honneur qui, reconnue par l’Etat, comportait certaines prérogatives définies, et était héréditaire dans une famille qui traçait sa descendance de la maison royale davidique.

L’origine de cette dignité n’est pas connue. Les premiers documents historiques qui s’y réfèrent datent de l’époque où Babylone faisait partie de l’Empire parthe, et elle a été conservée sans interruption pendant la domination des Sassanides, ainsi que pendant plusieurs siècles sous les Arabes.

Une ascendance Davidique qui remonte à Jehoiachin

Une chronique de l’an 800 (environ) – le Seder’Olam Zuṭa—comble les lacunes de l’histoire de l’exilarchie en se basant sur un récit selon lequel le premier exilarque n’était pas moins que Jehoiachin, l’avant-dernier roi de la maison de David, que les exilarques considéraient comme leur ancêtre.

La promotion du roi captif à la cour d’Evilmerodach – curieux incident de l’exil babylonien sur lequel se termine le récit du Second Livre des Rois (II Rois xxv. 27) – était apparemment considéré par l’auteur du Seder’Olam Zuṭa comme l’origine de l’exilarquat.

Même sans connaître l’arbre généalogique authentique de la famille des exilarques, il n’est pas difficile de trouver un lien généalogique entre eux et le roi Jehoiachin, puisqu’une liste incluant les générations des descendants du roi est donnée dans I Chron. iii. 17 et seq.

Un commentaire des Chroniques (ed. Kirchheim, p. 16) datant de l’école de Saadia cité par Judah ibn Ḳuraish postule que la liste généalogique des descendants de David a été ajoutée au livre à la fin de la période du Second Temple, une vue qui a été partagée par l’auteur de la liste des exilarques dans Seder’Olarn Zuṭa.

Cette liste a été synchronisée avec l’histoire du Second Temple, Shechaniah étant mentionné comme ayant vécu au moment de la destruction du Temple.

Les personnes suivantes sont énumérées comme étant ses prédécesseurs en fonction : Salathiel, Zerubbabel, Meshullam, Hananiah, Berechiah, Hasadiah, Jesaiah, Obadiah, et Shemaiah, dont les noms se trouvent également dans I Chron. iii. (comparer la liste avec les variantes données par Lazarus dans « Jahrb » de Brüll. 1890, p. 171).

Les noms des deux exilarques pré-historiques suivants – si ce terme peut être utilisé – Ezéchias et Akkub, se trouvent également à la fin de la liste Davidique dans Chroniques.

Vient ensuite Nahum, avec qui commence probablement la partie authentique de la liste, et qui peut, peut-être, être attribué à l’époque de la persécution hadrianique (135), période dans laquelle se trouvent les premières allusions dans la littérature traditionnelle à l’existence de la dignité exilarque.

Première mention historique

Dans le récit se référant à la tentative d’un enseignant de la Loi palestinien : Hananiah (neveu de Joshua b. Hananiah), de rendre les juifs babyloniens indépendants des autorités palestiniennes, un certain Ahijah est mentionné comme chef temporel des juifs de Babylone, donc, probablement exilarque (Ber. 63a, b), tandis qu’une autre source substitue le nom « Nehunyon » à « Ahijah » (Yer. Sanh. 19a). Il n’est pas improbable que cette personne soit identique au Nahum mentionné dans la liste (Lazarus, l.c. p. 65).

Le danger menaçant l’autorité palestinienne fut heureusement écarté, et c’est à peu près au même moment que Rabbi Nathan, membre de la maison des exilarques, vint en Palestine, et en vertu de son érudition, fut bientôt admis parmi les premiers tannaïm de l’époque post-hadrienne.

Son origine davidique suggéra à Rabbi Meïr le projet de faire de l’érudit babylonien, le « nassi » du Sanhédrin, à la place de l’Hillelite Simon b. Gamaliel. Mais la conspiration contre ce dernier a échoué (Hor. 13b).

Rabbi Nathan fut par la suite parmi les confidents de la maison patriarcale, et dans des relations intimes avec le fils de Simon b. Gamaliel, Judah I.

Cependant, la tentative de Rabbi Meïr semble avoir amené Juda Hanassi, à craindre que l’exilarque babylonien puisse venir en Palestine pour réclamer le poste à la descendance de Hillel.

Il a discuté du sujet avec l’érudit babylonien Ḥiyya, un membre éminent de son école (Hor. 11b), disant qu’il rendrait hommage à l’exilarque si ce dernier venait, mais qu’il ne renoncerait pas à la fonction de nassi en sa faveur (Yer. Kil. 32b).

Lorsque le corps de l’exilarque Huna, qui était le premier titulaire de ce poste explicitement mentionné comme tel dans la littérature talmudique, a été amené en Palestine à l’époque de Juda I (Yehouda Hanassi). Ḥiyya s’est inspiré du profond ressentiment de Juda en lui annonçant le fait en disant « Huna est ici » (Yer. Kil. 32b).

Une discussion tannaitique du Gén. xlix. 10 (Sanh. 5a) qui oppose les exilarques babyloniens, gouvernant par la force, aux descendants de Hillel, enseignant en public, avait évidemment l’intention de lancer une polémique sur les exilarques.

Mais Juda I. a dû écouter, à sa propre table, la déclaration des jeunes fils du Ḥiyya mentionné ci-dessus, en référence à la même discussion tannaïtique, que « le Messie ne peut apparaître tant que l’exilarquat à Babylone et le patriarcat à Jérusalem n’auront pas cessé » (Sanh. 38a).

Succession des Exilarques

Huna, le contemporain de Juda I., n’est pas mentionné dans la liste des exilarques du Seder’Olam Zuṭa, selon lequel Nahum fut suivi par son frère Johananan ; puis est venu le fils de Johananan Shaphat (ces noms se trouvent aussi parmi les Davidiens dans I Chron. iii. 22, 24), qui a été succédé par Anan (comp. « Anani, » I Chron. iii. 24).

Du point de vue chronologique, l’identification d’Anan avec le Huna du récit du Talmud n’est pas à mettre en doute ; car au moment de son successeur, Nathan’Uḳban, s’est produite la chute des Arsacides et la fondation de la dynastie des Sassanides (226 E.C.E.), qui est notée comme suit dans Seder’Olam Zuṭa : « En l’an 166 [c. 234 C.E.] après la destruction du Temple, les Perses avancèrent sur les Romains » (sur la valeur historique de cette déclaration, voir Lazare, l.c. p. 33).

Nathan Uḳban, qui n’est autre que Mar’Uḳban, le contemporain de Rab et Samuel, occupait également une position de premier plan parmi les érudits de Babylone (voir Bacher, « Ag. Bab. Amor. » pp. 34-36) et, selon Sherira Gaon (qui cite Shab. 55a), était aussi un exilarque.

Comme le successeur de Uḳban est mentionné dans la liste, son fils Huna (Huna II.), dont les principaux conseillers étaient Rab (d.247) et Samuel (d.254), et à l’époque Papa b. Nazor détruisit Nehardea.

Le fils et successeur de Huna, Nathan, dont les principaux conseillers étaient Judah b. Ezekiel (d. 299) et Shesheth, fut appelé, comme son grand-père, « Mar’Uḳban », et c’est lui, le deuxième exilarque de ce nom, dont la curieuse correspondance avec Eleazar b. Pedat est mentionnée dans le Talmud (Giṭ. 7a ; voir Bacher, l.c. p. 72 ; idem, « Ag. Pal. Amor. » i. 9). Il a été remplacé par son frère (et non par son fils, comme indiqué dans Seder’Olam Zuṭa) ; son principal conseiller était Shezbi.

L' »exilarque Nehemiah » est également mentionné dans le Talmud (B. M. 91b) ; il est identique avec « Rabbanu Nehemiah », et lui et son frère « Rabbanu’Uḳban » (Mar’Uḳban II.) sont plusieurs fois mentionnés dans le Talmud comme fils de la fille de Rab (d’où Huna II. était le gendre de Rab) et membres de la maison des exilarques (Ḥul. 92a ; B. B. 51b).

Le Mar’Uḳbans

Selon le Seder’Olam Zuṭa, à l’époque de Néhémie, la 245e année (313 de l’ère chrétienne) après la destruction du Temple, il y a eu une grande persécution religieuse de la part des Perses, mais aucun détail n’est connu.

Nehemiah a été remplacé par son fils Mar’Uḳban (III.), dont les principaux conseillers étaient Rabbah b. Naḥmani (d. 323) et Adda. Il est mentionné comme « ‘Uḳban b. Nehemiah, resh galuta, » dans le Talmud (Shab. 56b ; B. B. 55a).

Ce Mar’Uḳban, le troisième exilarque de ce nom, était aussi appelé « Nathan », comme les deux premiers, et a été fait le héros d’une légende sous le nom de « Nathan di Ẓẓuta » (voir Shab. 56b).

La conquête de l’Arménie (337) par Sapor II. est mentionnée dans la chronique comme un événement historique survenu à l’époque de Mar’Uḳban III.

Il a été remplacé par son frère Huna Mar Huna III, dont les conseillers principaux étaient Abaye (d. 338) et Raba ; il a ensuite suivi le fils de Mar’Uḳban, Abba, dont les conseillers principaux étaient Raba (d. 352) et Rabina. Pendant le temps d’Abba, le roi Sapor conquit Nisibisibis.

La désignation d’un certain Isaac comme resh galuta à l’époque d’Abaye et Raba (Yeb. 115b) est due à une erreur d’écriture (voir « Jahrb. » vii. 115 de Brüll). Abba fut d’abord remplacé par son fils Nathan, puis par un autre fils, Mar Kahana. Le fils de ce dernier, Huna est alors mentionné comme successeur, étant le quatrième exilarque de ce nom ; il mourut en 441, selon une source digne de confiance, le « Seder Tannaim wa-Amoraim ». Il était donc un contemporain d’Ashi, le grand maître de l’école de Sura, mort en 427.

Dans le Talmud, cependant, Huna b. Nathan est mentionné comme contemporain d’Ashi et, selon Sherira, c’est lui qui a succédé à Mar Kahana, ce qui est également confirmé par le Talmud (Zeb. 19a). La déclaration de Seder’Olam Zuṭa devrait peut-être être amendée, puisque Huna n’était probablement pas le fils de Mar Kahana, mais le fils du frère aîné de ce dernier, Nathan.

Persécutions sous Peroz et Kobad

Huna a été remplacé par son frère Mar Zuṭra, dont le conseiller principal était Aḥai de Diphti, le même qui a été battu en 455 par le fils d’Ashi Ṭabyomi (Mar) lors de l’élection au poste de directeur de l’école de Sura.

Mar Zuṭra a été remplacé par son fils Kahana (Kahana II.), dont le conseiller principal était Ravina, rédacteur en chef du Talmud babylonien (d. 499).

Puis suivirent deux exilarques du même nom : un autre fils de Mar Zuṭra, Huna V., et un petit-fils de Mar Zuṭra, Huna VI, le fils de Kahana. Huna V. a été victime des persécutions du roi Peroz (Firuz), exécuté, selon Sherira, en 470 ; Huna VI. n’a été installé en poste qu’un peu plus tard, l’exilarquat étant vacant pendant les persécutions sous Peroz ; il est mort en 508 (Sherira).

Le Seder’Olam Zuṭa relie avec la naissance de son fils Mar Zuṭra, la légende qui est ailleurs racontée en relation avec la naissance de Bostanai.

Mar Zuṭra, qui est entré en fonction à l’âge de quinze ans, et a profité de la confusion dans laquelle les tentatives communistes de Mazdak (Mazdakisme) avaient plongé la Perse, pour obtenir par la force des armes, une sorte d’indépendance politique pour les Juifs de Babylone, pendant une courte période.

Le roi Kobad, cependant, le punit en le crucifiant sur le pont de Maḥuza (c. 520). Un fils lui est né le jour de sa mort, qui s’appelait aussi « Mar Zuṭra ». Ce dernier n’atteignit pas le poste d’exilarque, mais se rendit en Palestine, où il devint chef de l’Académie de Tibériade, sous le titre de « Resh Pirḳa » (‘Aρχιφεκίτησ), plusieurs générations de ses descendants lui succédant dans cette fonction.

Après la mort de Mar Zuṭra, l’exilarquat de Babylone est resté sans occupation pendant un certain temps.

Mar Ahunai a vécu dans la période qui a succédé à Mar Zuṭra II, mais pendant plus de trente ans après la catastrophe, il n’a pas osé apparaître en public, et on ne sait pas si même alors (c. 550) il a vraiment agi comme exilarque.

En tout cas, la chaîne de succession de ceux qui ont hérité de la fonction n’a pas été brisée. Les noms de Kafnai et de son fils Ḥaninai, qui étaient des exilarques dans la seconde moitié du sixième siècle, ont été préservés. Bostanai, le fils posthume de Ḥaninai, a été le premier des exilarques sous la domination arabe.

Bostanai était l’ancêtre des exilarques qui étaient en fonction depuis l’époque où l’empire persan a été conquis par les Arabes, en 642, jusqu’au onzième siècle.

Grâce à lui, la splendeur de la fonction a été renouvelée et sa position politique assurée. Sa tombe à Pumbedita était un lieu de culte jusqu’au XIIe siècle, selon Benjamin de Tudela.

On ne sait pas grand-chose sur les successeurs de Bostanai jusqu’à l’époque de Saadia, à l’exception de leurs noms ; même le nom du fils de Bostanai n’est pas connu.

La liste des exilarques jusqu’à la fin du IXe siècle est donnée comme suit dans un vieux document (Neubauer, « Mediæval Jewish Chronicles », i. 196) : « Bostanai, Ḥanina b. Adoi, Ḥasdai I., Solomon, Isaac Iskawi I., Judah Zakkai (Babawai), Moses, Isaac Iskawi II., David b. Judah, Ḥasdai II » Ḥasdai I. était probablement le petit-fils de Bostanai.

Le fils de ce dernier, Salomon, a eu une voix décisive dans les nominations à la prison de Sura dans les années 733 et 759 (Sherira, Gaon).

Isaac Iskawi I. est mort peu après Salomon. Dans le conflit entre les fils de David, Anan et Hananiah au sujet de la succession, ce dernier remporta la victoire ; Anan Ben David se proclama alors anti-exilarque, fut emprisonné et fonda la secte des Karaites. Ses descendants étaient considérés par les Karaites comme les vrais exilarques.

La liste suivante des exilarques karaïtes, le père étant toujours succédé par le fils, est donnée dans la généalogie d’un de ces « princes karaïtes » : Anan, Saul, Josiah, Boaz, Jehoshaphat, David, Solomon, Hezekiah, Ḥasdai, Solomon (voir Pinsker, « Liḳḳuṭe Ḳadmoniyyot, » ii. 53). Hananiah, le frère d’Anan, n’est pas mentionné dans cette liste.

Judah Zakkai, qui est appelé « Zakkai b. Ahunai » par Sherira, avait comme candidat rival Naṭronai b. Ḥabibai, qui, cependant, a été vaincu et envoyé à l’Ouest en bannissement.

Ce Naṭronai était un grand savant, et, selon la tradition, c’est en Espagne qu’il a écrit le Talmud de mémoire.

Note de Terre Promise : Selon d’autres sources, ce Natronaï b. Habibi, était le Makhir de Narbonne.

Le « roi juif » de Narbonne

David b. Judah a également dû faire face à un anti-exilarque, nommé Daniel. Le fait que la décision dans ce différend reposait sur le calif Al-Ma’mun (825) indique un déclin dans le pouvoir de l’exilarquat.

David b. Judah, qui a remporté la victoire, a nommé Isaac b. Ḥiyya comme gaon à Pumbedita en 833. Précédent Ḥasdai II. le nom dans la liste de son père Naṭronai doit être inséré. Tous deux sont désignés comme exilarques dans un responsum géonique (Harkavy, « Responsen der Geonim, » P. 389).

Déposition de’Uḳba

Uḳba est mentionné comme exilarque immédiatement après Ḥasdai II. Il a été déposé à l’instigation de Kohen Ẓedeḳ, gaon de Pumbedita, mais a été réintégré en 918 à cause de quelques versets arabes avec lesquels il a salué le calif Al-Muḳtadir.

Il a été de nouveau déposé peu de temps après et s’est enfui à Kairwan (Kairouan), où il a été traité avec beaucoup d’honneur.

Après un court interrègne, le neveu de Uḳba, David b. Zakkai, est devenu exilarque ; mais il a dû lutter pendant près de deux ans avec Kohen Ẓedeḳ avant d’être finalement confirmé dans son pouvoir (921).

En conséquence de l’appel de Saadia à la prison de Sura et de sa controverse avec David, ce dernier est devenu l’un des personnages les plus connus de l’histoire juive.

Saadia avait élu le frère de David Josiah (Al-Ḥasan) anti-exilarque en 930, mais ce dernier a été vaincu et banni à Chorasan.

David b. Zakkai a été le dernier exilarque à jouer un rôle important dans l’histoire.

Il mourut quelques années avant Saadia ; son fils Judah mourut sept mois plus tard. Juda a laissé un fils (dont le nom n’est pas mentionné) âgé de douze ans, que Saadia a pris dans sa maison et éduqué. Son traitement généreux du petit-fils de son ancien adversaire s’est poursuivi jusqu’à la mort de Saadia en 942. Une seule entrée a été conservée en ce qui concerne les fortunes ultérieures de l’exilarquat.

Lorsque Gaon Hai mourut en 1038, près d’un siècle après la mort de Saadia, les membres de son académie ne pouvaient trouver un successeur plus digne que l’exilarque Hezekiah, un descendant, peut-être un arrière-petit-fils, de David b. Zakkai ; il remplit ensuite les deux postes.

Mais deux ans plus tard, en 1040, Hezekiah, qui était le dernier exilarque et aussi le dernier gaon, a été victime d’une calomnie. Il fut jeté en prison et torturé. Deux de ses fils s’enfuirent en Espagne, où ils trouvèrent refuge avec Joseph, le fils et successeur de Samuel ha-Nagid.

Hezekiah lui-même, une fois libéré de prison, est devenu chef de l’académie, et est mentionné comme tel par un contemporain en 1046 (« J. Q. R. » xv. 80).

Dernières traces

Le titre d’exilarque se retrouve parfois même après la fin de l’exilarquat babylonien.

  • Abraham ibn Ezra (commentaire de Zach. xii. 7) parle de la « maison davidique » à Bagdad (avant 1140), appelant ses membres les « têtes de l’exil ».
  • Benjamin de Tudela en 1170 mentionne l’exilarque Ḥasdai, dont les élèves étaient le pseudo-Messiah David Alroy, et le fils de Ḥasdai, l’exilarque Daniel.
  • Pethahiah de Regensburg se réfère également à ce dernier, mais sous le nom de « Daniel b. Salomon » ; il faut donc supposer que Ḥasdai a également été appelé « Salomon ».
  • Al-Ḥarizi (après 1216) a rencontré à Mossoul un descendant de la maison de David, qu’il appelle « David, le chef de l’exil ».

Longtemps auparavant, un descendant de l’ancienne maison des exilarques avait tenté de faire revivre en Egypte la dignité de l’exilarquat qui s’était éteinte à Babylone.

C’était David b. Daniel ; il est venu en Egypte à l’âge de vingt ans, en 1081, et a été proclamé exilarque, par les autorités juives savantes de ce pays, qui ont voulu détourner vers l’Egypte le leadership dont jouissait autrefois Babylone.

Un document contemporain, la Megillah du « gaon » palestinien Abiathar, donne un récit authentique de cet épisode de l’exilarquat égyptien, qui s’est terminé avec la chute de David b. Daniel en 1094 (« J. Q. R. » xv. 80 et s.).

Les descendants de la maison des exilarques vivaient dans divers endroits longtemps après l’extinction de la fonction.

Descendant d’Ezéchias, « Hiyya » par son nom, avec le nom de famille Al-Da’udi, indicatif de son origine, est mort en 1154 en Castille (Abraham ibn Da’ud).

Plusieurs familles, jusqu’au XIVe siècle, remontent à Josiah, le frère de David b. Zakkai qui avait été banni à Chorasan. Les descendants des exilarchs karaïtes ont été mentionnés ci-dessus.

Développement et organisation

L’histoire de l’exilarquat se divise naturellement en deux périodes, séparées l’une de l’autre par le début de la domination arabe en Babylonie.

Comme on l’a vu plus haut, la première période n’est pas accessible à la lumière de la recherche historique avant le milieu du deuxième siècle chrétien. Il n’y a aucune donnée pour une hypothèse de travail concernant les débuts de la fonction. On peut simplement dire en général que la golah, les Juifs vivant en masses compactes dans diverses parties de Babylone, tendaient graduellement à s’unir et s’organiser, et que cette tendance, ainsi que la haute estime dans laquelle étaient tenus les descendants de la maison de David vivant à Babylone, ont amené un membre de cette maison à être reconnu comme « chef de la golah ».

La dignité est devenue héréditaire dans cette maison, et a finalement été reconnue par l’Etat, et est donc devenue une institution politique établie, d’abord de l’Arsacide et ensuite de l’empire Sassanide.

Tel était l’exilarquat, ainsi qu’il apparaît dans la littérature talmudique, principale source de son histoire durant la première période, et provenance dles seules données concernant les droits et les fonctions de l’exilarquat.

Pour la deuxième période, la période arabe, il y a une description très importante et digne de confiance de l’institution de l’exilarquat, qui sera traduite plus loin ; cette description est également importante pour la première période, parce que beaucoup de détails peuvent être considérés comme des survivants de celle-ci. Les caractéristiques de la première période de l’exilarquat, telles que recueillies à partir de passages significatifs de la littérature talmudique, seront d’abord notées.

Relations avec les Académies

Conformément au caractère de la tradition talmudique, c’est la relation des exilarques avec les chefs et les membres des écoles qui est spécialement mentionnée dans la littérature talmudique.

Le Seder’Olam Zuṭa, dans la chronique des exilarchs qui est la plus importante et, dans de nombreux cas, la seule source d’information concernant leur succession, a aussi conservé principalement les noms des chercheurs qui avaient certaines relations officielles avec les exilarques respectifs.

La phrase utilisée à cet égard (« ḥakamim debaruhu, » les érudits l’ont dirigé) est la phrase stéréotypée utilisée aussi en relation avec les exilarques fictifs du siècle du Second Temple ; dans ce dernier cas, cependant, il se produit sans la mention spécifique des noms – un fait en faveur de l’historicité de ces noms qui sont donnés pour les siècles suivants.

L’authenticité des noms des amoraim désignés comme les érudits « guidant » les différents exilarques, est, dans le cas de ces passages dans lesquels le texte est incontestable, soutenue par des preuves chronologiques internes également.

Certains des amoraim babyloniens étaient étroitement liés à la maison des exilarques, comme, par exemple, Rabba b. Abuha, que Gaon Sherira, revendiquant la descendance Davidique, a nommé comme son ancêtre.

Naḥman b. Jacob (d. 320) est aussi devenu étroitement lié à la maison des exilarques par son mariage avec Rabba b. La fille d’Abuha, la fière Yaltha ; et il devait peut-être à ce lien sa fonction de juge en chef des Juifs de Babylone.

Huna, le directeur de l’école de Sura, a reconnu Naḥman b. Jacob’s « Connaissant supérieur de la Loi » en disant que Naḥman était très proche de la « porte de l’exilarque » (« baba di resh galuta« ), où de nombreux cas ont été décidés (B. B. 65b).

Le terme « dayyane di baba » (juges de la porte), qui a été appliqué dans les temps post-talmudique aux membres de la cour de l’exilarque, est dérivé de la phrase qui vient d’être citée (comp. Harkavy, l.c.).

Deux détails de Naḥman b. La vie de Jacob a mis en lumière sa position à la cour de l’exilarque : il a reçu les deux érudits Ḥisda et Rabbab. Huna, qui était venu rendre hommage à l’exilarque (Suk. 10b) ; et lorsque l’exilarque construisait une nouvelle maison, il a demandé à Naḥman de prendre en charge le placement de la mezuzah selon la Loi (Hommes. 33a).

La « Suite » de l’Exilarque

Les érudits qui faisaient partie de la suite de l’exilarque étaient appelés « érudits de la maison de l’exilarque » (« rabbanan di-be resh galuta« ).

Une remarque de Samuel, le directeur de l’école de Nehardea, montre qu’ils portaient certains insignes sur leurs vêtements pour indiquer leur position (Shab. 58a).

Une fois une femme est venue à Naḥman b. Jacob, se plaignant que l’exilarque et les érudits de sa cour se sont assis au festival dans une soukah volée (Suk. 31a), le matériel pour cela lui ayant été pris contre son gré. Il y a beaucoup d’anecdotes sur les désagréments et les indignités que les érudits ont dû subir aux mains des serviteurs des exilarques (Giṭ). 67b, le cas d’Amram le Pieux;’Ab. Zarah 38b, de Ḥiyya de Parwa ; Shab. 121b, de Abba b. Marta).

La modification des exigences rituelles accordées aux exilarques et à leurs foyers dans certains cas concrets est caractéristique de leur relation à la loi religieuse (voir Pes. 76b, Levi b. Sisi ; Ḥul. 59a, Rab;’Ab. Zarah 72b, Rabba b. Huna;’Er. 11b, Naḥman contre Sheshet;’Er. 39b, de même ; M. Ḳ. 12a, Ḥanan ; Pes. 40b, Pappai).

Une fois, certaines préparations que l’exilarque faisait dans son parc pour alléger la rigueur de la loi du sabbat furent interrompues par Raba et ses élèves, il s’exclama, selon les mots de Jérémie iv. 22, « Ils sont sages pour faire le mal, mais pour faire le bien, ils n’ont aucune connaissance » (‘Er. 26a).

Il y a de fréquentes références à des questions, en partie halakiques et exégétiques par nature, que l’exilarque déposa devant ses érudits (à Huna, Giṭ). 7a ; Yeb. 61a ; Sanh. 44a ; à Rabba b. Huna, Shab. 115b ; à Hamnuna, Shab. 119a). Des détails sont parfois donnés sur des conférences qui ont été données « à l’entrée de la maison de l’exilarque » (« pitḥa di-be resh galuta » ; voir Ḥul. 84b ; Beẓah 23a ; Shab. 126a ; M. Ḳ. 24a). Ces conférences ont probablement été prononcées au moment des assemblées, qui ont amené de nombreux représentants du judaïsme babylonien à la cour de l’exilarque après les fêtes d’automne (le Sabbat Lek Leka, comme dit Sherira ; comp.’Er. 59a).

L’Etiquette, à la Cour de Resh Galuta

Les banquets de luxe à la cour de l’exilarque étaient bien connus.

Une vieille anecdote a été répétée en Palestine concernant une splendide fête que l’exilarque donna un jour au tanna Juda b. Bathyra à Nisibis à la veille du Jour des Expiations (Lam. R. iii. 16). Une autre histoire racontée en Palestine (Yer. Meg. 74b) raconte qu’un exilarque avait de la musique dans sa maison matin et soir, et que Mar’Uḳba, qui est devenu exilarque par la suite, lui a envoyé comme avertissement cette phrase d’Osée : « Ne te réjouis pas, ô Israël, pour la joie, comme les autres. » L’exilarque Nehemiah est dit avoir été habillé entièrement en soie (Shab. 20b, selon la lecture correcte ; voir Rabbinowicz, « Diḳduḳe Soferim »).

Le Talmud ne dit presque rien sur les relations personnelles des exilarques avec la cour royale.

Un passage relate simplement que Huna b. Nathan est apparu devant Yezdegerd I., qui l’a ceint de ses propres mains à la ceinture qui était le signe de la mission de l’exilarque. Il y a aussi deux allusions datant d’une époque antérieure, l’une par Hiyya, un Babylonien vivant en Palestine (Yer. Ber. 5a), et l’autre par Adda b. Ahaba, l’un des premièrs élèves de Rab (Sheb. 6b ; Yer. Sheb. 32d), d’où il semble que l’exilarque occupait une position de premier plan parmi les hauts dignitaires de l’Etat lorsqu’il est apparu à la cour d’abord des Arsacides, puis des Sassanides.

Un écrivain arabe du IXe siècle rapporte que l’exilarque a fait un don de 4 000 dirhams lors de la fête persane de Nauruz (voir « R. E. J. » viii. 122).

En ce qui concerne les fonctions de l’exilarque en tant que principal collecteur d’impôts pour la population juive, il y a la curieuse déclaration, conservée seulement dans le Talmud palestinien (Yer. Soṭah 20b, en bas), qu’une fois, à l’époque de Huna, le chef de l’école de Sura, l’exilarque a reçu l’ordre de fournir autant de grain que ce qui remplirait une salle de 40 m2.

Fonctions juridiques

La fonction la plus importante de l’exilarque était la nomination du juge.

Rab et Samuel ont dit (Sanh. 5a) que le juge qui ne voulait pas être tenu personnellement responsable en cas d’erreur de jugement, devrait accepter sa nomination de la maison de l’exilarque. Quand Rab est passé de Palestine à Nehardea, il a été nommé superviseur du marché par l’exilarque (Yer. B. B. B. 15b, en haut).

L’exilarque avait également compétence dans les affaires pénales.

Aḥa b. Jacob, un contemporain de Rab (comp. Giṭ. 31b), a été chargé par l’exilarque de prendre en charge une affaire de meurtre (Sanh. 27a, b).

L’histoire trouvée dans B. K. 59a est un exemple intéressant de la juridiction policière exercée par les disciples de l’exilarque à l’époque de Samuel. De la même époque date une curieuse dispute concernant l’étiquette de préséance parmi les érudits saluant l’exilarque (Yer. Ta’an. 68a). L’exilarque avait certains privilèges concernant les biens immobiliers (B. Ḳ. 102b ; B. B. B. 36a). C’est un fait particulièrement remarquable que dans certains cas l’exilarque jugeait selon la loi persane (B. Ḳ. 58b) ; et c’est l’exilarque’Uḳba b. Nehemiah qui communiquait au chef de l’école de Pumbedita, Rabbah b. Naḥmai, trois statuts persans que Samuel reconnaissait comme obligatoires (B. B. 55a).

Une prérogative synagogale de l’exilarque a été mentionnée en Palestine comme une curiosité (Yer. Soṭah 22a) : Le rouleau de la Torah a été porté à l’exilarque, tandis que tous les autres devaient aller à la Torah pour en lire un extrait.

Cette prérogative est également mentionnée dans le récit de l’installation de l’exilarque à l’époque arabe, ce qui donne de la couleur à l’hypothèse que les cérémonies, telles que racontées dans ce document, étaient basées en partie sur des usages repris de l’époque perse. Le récit de l’installation de l’exilarquat est complété par d’autres détails qui ont une grande valeur historique.

Voici une traduction d’une partie de ce récit, écrit par Nathan ha-Babli au dixième siècle, et inclus dans « Yuḥasin » d’Abraham Zacuto et dans « Mediæval Jewish Chronicles » de Neubauer, ii. 83 et seq.

Cérémonies d’installation

« Les membres des deux académies[Sura et Pumbedita], dirigés par les deux chefs [les geonim] ainsi que par les chefs de la communauté, se réunissent dans la maison d’un homme particulièrement éminent avant le sabbat où doit avoir lieu l’installation de l’exilarque.

Le premier hommage est rendu le jeudi dans la synagogue, l’événement étant annoncé par des trompettes, et chacun envoie des cadeaux à l’exilarque selon ses moyens. Les dirigeants de la communauté et les riches envoient de beaux vêtements, des bijoux et des vases d’or et d’argent.

Jeudi et vendredi, l’exilarque donne de grands banquets. Le matin du sabbat, les nobles de la communauté l’appellent et l’accompagnent à la synagogue. Ici, une plate-forme en bois entièrement recouverte d’un tissu coûteux a été érigée, sous laquelle a été placé un chœur de jeunes gens à la voix douce, bien versés dans la liturgie. Cette chorale répond à la responsable de la prière, qui commence le service avec ‘Baruk she-amar’.

Après la prière du matin, l’exilarque, qui jusqu’à présent était debout dans un endroit couvert, apparaît ; toute la congrégation se lève et reste debout jusqu’à ce qu’il ait pris sa place sur la plate-forme, et les deux géonim, celui de Sura qui précède, ont pris place à sa droite et à gauche, chacun faisant une obeissance.

« Un auvent coûteux a été érigé au-dessus du siège de l’exilarque. Ensuite, le leader dans les pas de prière devant la plate-forme et, d’une voix basse, audible seulement à ceux qui se trouvent à proximité, et accompagné de l’Amen du chœur, s’adresse à l’exilarque avec une bénédiction, préparée longtemps à l’avance.

Puis l’exilarque prononce un sermon sur le texte de la semaine ou commande au gaon de Sura de le faire. Après le discours, le leader dans la prière récite le Ḳaddish, et quand il atteint les mots  » durant votre vie et vos jours « , il ajoute les mots  » et durant la vie de notre prince, l’exilarque « .

Après le Ḳaddish il bénit l’exilarque, les deux directeurs des écoles, et les différentes provinces qui contribuent au soutien des académies, ainsi que les individus qui ont été de service spécial dans cette direction. Alors la Torah est lue.

Quand le’Kohen’ et le’Levi’ ont fini de lire, le chef dans la prière porte le rouleau de la Torah à l’exilarque, toute la congrégation se lève ; l’exilarque prend le rouleau dans les mains et lit en se tenant debout. Les deux chefs des écoles se lèvent aussi, et le gaon de Sura récite le targum au passage lu par l’exilarque.

Lorsque la lecture de la Torah est terminée, une bénédiction est prononcée sur l’exilarque. Après la prière’Musaf’, l’exilarque quitte la synagogue, et tous, en chantant, l’accompagnent jusqu’à sa maison.

Après cela, l’exilarque va rarement au-delà de la porte de sa maison, où les services pour la communauté ont lieu les jours de sabbat et les jours de fête.

Quand il devient nécessaire pour lui de quitter sa maison, il ne le fait qu’en calèche d’état, accompagné d’une grande suite. Si l’exilarque désire rendre hommage au roi, il demande d’abord la permission de le faire. Lorsqu’il entre dans le palais, les serviteurs du roi s’empressent de le rencontrer, parmi lesquels il distribue librement des pièces d’or, ce qui a été prévu à l’avance. Lorsqu’il est conduit devant le roi, son siège lui est assigné. Le roi demande alors ce qu’il désire. Il commence par des paroles de louange et de bénédiction soigneusement préparées, rappelle au roi les coutumes de ses pères, obtient la faveur du roi avec des paroles appropriées, et reçoit le consentement écrit à ses demandes ; sur quoi, se réjoui, il prend congé du roi ».

Revenu et privilèges

En ce qui concerne le compte rendu supplémentaire de Nathan ha-Babli sur les revenus et les fonctions de l’exilarque (qui ne se réfère cependant qu’à l’époque du narrateur), on peut noter qu’il recevait des impôts, s’élevant au total à 700 deniers d’or par an, principalement des provinces de Nahrawan, Farsistan et Holwan.

L’auteur mahométan du neuvième siècle, Al-Jaḥiz, qui a été mentionné ci-dessus, fait une mention spéciale du shofar, l’instrument à vent qui était utilisé lorsque l’exilarque (« ras al-jalut ») excommuniait quiconque.

La peine d’excommunication, poursuit l’auteur, est la seule que dans les pays mahométans, l’exilarque des juifs et les catholiques des chrétiens peuvent prononcer, car ils sont privés du droit d’infliger une peine d’emprisonnement ou de flagellation (« R. E. J. » viii. 122 et s.).

Un autre auteur mahométan rapporte une conversation qui a eu lieu au huitième siècle entre un adepte de l’islam et l’exilarque, dans laquelle ce dernier s’est vanté :  » Soixante-dix générations se sont écoulées entre moi et le roi David, mais les Juifs reconnaissent encore les prérogatives de ma descendance royale et considèrent qu’il est de leur devoir de me protéger ; mais vous avez tué le petit-fils [Ḥusain] de votre prophète après une seule génération «  (ib. p. 125).

Le fils d’un exilarque précédent a dit à un autre auteur mahométan : « Je ne suis jamais passé par Kerbela, l’endroit où Ḥusain a été martyrisé, sans éperonner mon cheval, car une vieille tradition disait qu’à cet endroit, le descendant d’un prophète serait tué ; c’est seulement depuis que Ḥusain y a été tué et que la prophétie s’est ainsi accomplie que je passe tranquillement par le lieu «  (ib. p. 123).

Cette dernière histoire indique que le resh galuta était alors devenu le sujet d’une légende mahométane, d’autres exemples étant également cités par Goldziher.

Le fait que le personnage de l’exilarque était familier aux cercles mahométans est également démontré par le fait que les juifs rabbinites étaient appelés « Jaluti », c’est-à-dire ceux qui appartiennent à l’exilarque, par opposition aux Karaites (ib.).

Dans le premier quart du onzième siècle, peu de temps avant l’extinction de l’exilarquat, Ibn Ḥazam, polémiste fanatique, a fait la remarque suivante au sujet de la dignité : « Le ras al-jalut n’a aucun pouvoir sur les Juifs ou sur d’autres personnes ; il n’a qu’un titre, auquel ne sont attachés ni autorité ni prérogatives d’aucune sorte «  (ib. p. 125).

Curieusement, les exilarques sont encore mentionnés dans les services du sabbat du rituel Ashkenazim.

La prière araméenne « Yeḳum Purḳan », qui a été utilisée une fois à Babylone pour prononcer la bénédiction sur les dirigeants, y compris la « reshe galwata » (les exilarques), est encore récitée dans la plupart des synagogues.

Les Juifs du rituel séfarade n’ont pas conservé cet anachronisme, pas plus qu’il n’a été conservé dans la plupart des synagogues réformatrices du XIXe siècle.

Bibliographie :

Grätz, Gesch. iv., v., v., vi.. ;
Felix Lazarus, Die Häupter der Vertriebenenen, dans Brüll’s Jahrb. 1890 ;
Jacob Reifman, Resh Galuta, à Bikkurim, 1864 ;
Abr. Krochmal, Perushim we-Haggahot le-Talmud Babli, pp. 5-68 ;
Lemberg, 1881 ;
S. Funk, Die Juden in Babylonien, Berlin, 1902 :
Goldziber, Renseignements de Source Musulmane sur la Dignité du Resch-Galuta, in R. E. J. 1884, pp. 121-125 :
Brull’s Jahrb. v. 94 et suiv.. ;
S. Jona, I. Rasce Galutà, à Vessillo Israelitico, 1883-86 ;
Seder’Olam Zuṭa, dans Mediæval Jewish Chronicles de Neubauer, ii. 68 et suiv.

Traduit du pdf de la Jewish Encyclopedia 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email