SHARE
Preuves par l’ADN, l’archéologie, l’analyse des migrations et des archives publiques et familiales…

quand l'ecosse etait juive

Un livre de Elizabeth Caldwell Hirschman et Donald N. Yates.

LIRE LA 1ère PARTIE – 2ème PARTIE – 3ème PARTIE – 4ème PARTIE – 5ème PARTIE – 6ème PARTIE 7ème PARTIE

Chapitre VII

Les Écossais de Stirling, Ayr et Glasgow

Dans ce chapitre, nous nous concentrons sur la partie occidentale de l’Écosse. Notre première tâche sera de voir qui vivait dans cette région entre 1500 et 1750. Il serait très utile d’avoir des documents antérieurs, mais à notre connaissance, ces documents n’existent pas. Par conséquent, nous allons nous baser sur des listes de bourgades, des inscriptions de cimetières, des listes de membres de guilde et des recensements, dont le plus ancien remonte à la fin des années 1500.

Documents des cimetières

Les personnes que nous pensons être d’ascendance séfarade sont enterrées dans des cimetières locaux dans l’ouest de l’Écosse.

(Une liste complète de toutes les personnes inhumées dans ces cimetières est disponible dans les œuvres originales- Listes 1 à 8)

En commençant par le cimetière de Cluny (liste 1), nous trouvons plusieurs noms de famille qui sont soit liés à des clans déjà abordés comme ayant des origines séfarades – par exemple.., Kennedy (fr. Candiani « de Crète, Candy ou Turkish Khandey « administrateur du roi »), Forbes (Phoebus/Pharabee, un nom de l’antiquité juive) et Gordon (une version de Cohen, « prêtre » hébreu) ou sont dérivés d’une tribu hébraïque ou d’un prénom (par exemple Davidson, Daniel, Robbie, Abel, Adam, Lawrey, Lyon).

D’autres semblent avoir des noms arabes ou araméens – Carnegie, Ferries, Sherif, Cassie, Malcolm, Norrie (« lumière, lampe, bougie »).

Une autre catégorie d’intérêt est celle des noms de couleur qui étaient habituellement attribués aux personnes au teint foncé (Black, Greig (= gris), Brown).. Il y avait aussi des noms dérivés du français : Ramage, Norvel, Rae (“king”), Gall, Gauld, Moir (= Moor), Harvey, Bissett, Barron, Riddell, Noble), et d’autres souvent portés par des personnes d’origine juive : Bannerman (= héraut), Copland, Wyness, Slesser (« de Silésie », Money, Cattanach, Proctor  (= administrateur, prieur),, Horne (hébreu shofar), Cromar, Kellock.

À l’exception des noms de clan, on ne s’attendrait guère à trouver ces noms dans d’un cimetière écossais.

A proximité se trouve le cimetière de Symington (liste 2), fondé en 1160 par Simon Loccard, un émigré français, dont le nom (« famille de Lock ») est devenu Anglicisé à Lockhart.

Ce cimetière contient des noms qui sont étonnamment juifs ou séfarades : par exemple, Arbell, Pirie (Hébreu « poirier » ; cf. Perry, Perez), Yuille (Hebrew Jehuqiel), Samson, Cown (Cohen), Gemmell (Gamiel, ou Gammel, la lettre hébraïque), Corseina, Rose, Wharrie, Orr (= or), Pollock (« de Pologne »), Speirs (= une ville d’Allemagne d’où les Juifs ont été chassés en 1180), Currie (arabe), Hornal, Sangster (Cantor), Akers (fr.). Acre, la capitale des Croisés dans le Levant).

Et encore une fois, nous voyons aussi des personnes appartenant à des clans dont il a été question plus tôt comme étant susceptibles d’être juifs : Campbell, Douglas, Kennedy, Fraser, McDougal et Stewart/Stuart, ainsi que les noms de famille dont on sait qu’ils sont originaires de Flandre ou de France : Ritchie (« enrichi »), Ramage (« branche de vigne »), Galt (« argent »), Fleming (« de Flandre »), Moffatt (hébreu pour « excellent » et arabe pour « conseiller »), Wallace (de Walys, c’est-à-dire de Gaule, du Pays de Galles ou de Bretagne, ou peut-être aussi arabe, comme indiqué ci-dessus), Nisket, Colville, Heneage, Bannatine et Kilgour.

Le cimetière de Girvan (liste 3) est situé au sud et contient quelques noms trouvés dans les deux autres, mais aussi dans d’autres cimetières. On retrouve Brown, Davidson, Campbell, Law, Murray, Stewart, Orr et Bissett, ainsi que de nouveaux noms de famille français et séfarades.

Parmi eux, on trouve Paton, Alexander (voir chapitre 4), Muir, Lees, Donell, Lamb (comme dans Passover), Diamond (un monopole commercial juif de l’antiquité à nos jours), McKissock (Isaacson), Caruths, Niven, Bone (Bon français), Laurie, Tarbett, Hasack, Wasson, Hart (cf. Hirsch en allemand), Sinclair, Hannah (hébreu pour Ann), Waddell, Ryrie, Jardine, Robinson (« fils de Rueben »), Austin, Marshall/Marischal, Cotes (français pour Costa, une ancienne famille juive), et Gardiner.

Le cimetière de Monkton (liste 4) est nommé en l’honneur de la famille Monck/Mank/Monk/Monk/Mock qui est juif et a des ramifications en Europe de l’Est ; il y a eu de nombreuses correspondances de ce nom de famille avec Caldwell et Kennedy ; le nom peut être un dérivé français de Mag (magyar) la désignation commune pour « hongrois ».

Les noms de clans bien connus sont Kennedy, Gordon, Stewart, Campbell et Sinclair. Les noms français/Sepharadiques montrent un mélange de nouveau et d’ancien : Brown, Muir, Moore, Gray, Law, Blackly, Cowan, Dalmahoy ( » d’Almohad « , le nom d’une dynastie berbère en Espagne), Bone ( » bon « , un nom de famille espagnol séfarade comme Buen), Purdie, Goldie, Porteous, Hannah, Legge, Gemmell, Tinnion, Alexander, Marr, Lees, Weylie, Howie, Highet (= Hyatt, « vie » en arabe), Nisbet, Bissett, Harvey, Wallace, Dalziel, Frew (« tôt » en flamand), Darroch, Currie (arabe) Khoury), Currans, Seaton, Rae, McHarrie, Smellie (I’smaeli), Smee et Howat.

Si nous nous dirigeons vers le nord vers les cimetières de Geddes (Cadix) (liste 5), Lochaber et Skye (liste 6), nous trouvons plusieurs des mêmes noms de famille : Fraser, Cameron, Sinclair, Garden, Campbell, Davidson, Morice (Maurice, la forme française de Moïse), mais avec quelques nouvelles entrées franco-sépharades : Falconer, Rose (une adaptation de l’hébreu Rosh « tête »), McGlashan, de Moynes, de Glastalich, de Morenge, de Boath, Dollas (D’Allas), de Badzet et Ellis (= Elias). Ce cimetière a été établi par un certain Hugh Rose en 1473 et bien que situé dans le nord de l’Écosse, il possède des pierres plates et des dalles indiquant les pratiques d’enterrement des Juifs.

Les plus au nord de nos cimetières, Skye et Lochaber, ne contiennent pas seulement nos clans juifs Fraser, Cameron, Kennedy, Stewart, Gordon, mais aussi l’ensemble remarquable des noms de famille séfarades suivant : McTurk, McMartine, Dow (- Dau, David), Rankin, Rose, Parr. (poire), Barnet (« fils de Nat »), Fleming, Hannah, Scobie, Matheson, Dallas (= d’Allas, probablement musulman), Davidson, Sansoury, Imry et Tolmie (égyptien). Et, pour couronner le tout, il y a une pierre tombale pyramidale de 1699 dédiée à Simon, Lord Fraser de Lovat.

De retour à Ayr dans le sud-ouest (listes 7 et 8), nous trouvons trois des mêmes noms de clans séfarades, Kennedy, Caldwell et Stewart. Cependant, ce qui impressionne ici, c’est le nombre et la diversité des noms juifs français et séphardes.

Considérez ceci : Noir, Ross, Semple, Currie, Vass, Steele (Castille), Givans, Armour, Brown, Hannay, Gouldie, Norvall, Orr, Stobo, Alexander, Jamieson, Wharrie, Cowan, Wise (cf. Weis allemand « sage »), Savage, Love (Lowe, « lion »), Izat (arabe), Meikle, Bone, Frew, Hazle, Adams, Doustie, Goudie, Cossar, Affleck (français « with spots/freckles »), Mair, Templeton, Norris (= Noor, « light » en arabe), Hague (ville néerlandaise), Eccles, Ritchie, Kilgour, Kilgour, Pringle, Samson, Spiers, Peddie, Beaton, Fogo, Purdie, Nimmo (« de Nîmes, dans le sud de la France »). France), Agneau, Porteous, Eaton (= Eitan, Hébreu), Wyllie, Dawson, Lash, Bantine, Telfer. « ( » forgeron « ), Gemmell, Highet, Simson, Span ( » Espagne « ), Fleck, Boag, Belfon, Greage, Greage.  (= gris), Pollock (« de Pologne »), Adam, Bone, Paton, Gross (allemand « grand, grand »), Arbuckle (hébreu), Noble, Herkes, Vine, Wharrie, Laurie (= Lurie, Luria, a famous  Rabbinic line), Lammie, Imrie, Napier, Goldie, Bowie, Kelso, Guild, Law, Tannock, Tannock. (Hébreu), Lowrie, Beveridge, Muirhead (Moorhead), Perrot (Perrot), Corsane, Ratter, Ratter « ( » conseiller « ), Tarbet, Smellie (Ismailie) et Ferriel ( » ferrailleur « ).

L’apparition fréquente de noms se terminant en EL, ne peut que nous frapper et mérite qu’on s’y attarde. Jacobs (1906-1911) remarque que les premiers noms hébreux incorporent généralement le nom de Dieu, comme dans Samuel, Nathanael, Daniel et autres. La plupart de nos noms écossais semblent appartenir à des serviteurs normands qui sont venus avec le Conquérant.

Avant de se concentrer en Flandre et en Normandie, ces familles vivaient probablement dans le sud de la France, soit dans les régions de Narbonne, Toulouse ou Aquitaine, à une époque où l’ensemble de la frontière sud venait tout juste d’être difficilement reconquise par les Arabes. Nous pensons que le suffixe EL, est un signe des racines judéo-arabes du sud de la France. Dans l’Islam, le mot alah ou Al- est ajouté aux noms, désignant indifféremment « homme » et « Dieu ».

Ainsi, en ce qui concerne les enterrements et sur la base des noms de famille masculins, il nous a semblé avoir une couverture importante de personnes d’ascendance juive (et probablement aussi mauresque), du nord au sud, dans l’ouest de l’Écosse.

Bourgeois et contribuables

Mais un échantillon d’inscriptions de cimetière ne peut pas nous mener très loin. De nombreuses personnes vivant dans l’ouest de l’Écosse n’ont peut-être pas été enterrées dans l’un de ces cimetières et toutes les inscriptions ne sont pas déchiffrables.

Ainsi, les listes 9, 10 et 11 montrent les noms tirés des listes de bourgeois des villes de Stirling et Tron. Un bourgeois était à l’origine un habitant d’un bourg qui y détenait un morceau de terre de la Couronne (ou plus). Plus tard, le nom bourgeois a désigné un marchand ou un artisan influent dans les affaires de la ville.

Ici, nous trouvons encore plus de noms de famille de la période 1600-1799 qui semblent indiquer une descendance juive parmi les bourgeois de la ville. Par exemple, à Stirling entre 1600 et 1699, on trouve des personnes appelées Arral, Ana, Bachop, Cassilis, Gaston, Jak (Jacques, Jacob), Lyoum, Lyon, Mushet (Moïse), Orrock, Reoch (« vent » en arabe), Savin, Shirray (cf. arabe ; cf. shi’ir, Shiraz, une ville en Perse), Touch (une lettre hébraïque), et Yaire (hébreu), ainsi que beaucoup d’autres précédemment rencontrés.

Pour la période 1700-1799, la liste comprend Corbet, Corsar, Clugstone, Cassels (Kassel, une ville d’Allemagne), Hosie (Hosie), Hassock, Jaffray (Geoffrey), Oliphant (de « éléphant »), Peacock, Runciman, Rattray, Salmond (Soloman) et Yoole (Yehuiel hébraïque).

Dans la paroisse voisine de Tron en 1694 (la première année du recensement), les contribuables comprenaient un Basilly (roi grec), Veatch, Berrie, Pouries, Chartres (ville au centre de Chartres). France), Pyot, Smellum, Mannas (Manasse hébraïque), Hackets, Dejet (de Jette, Yates),  Rouart (« de Rouen »), Tarras, Arnot (Hébreu Aaron), Lune (Luna, la famille de Dona Gracia de la Maison de Nasi, 1510-1569), Cave, Scougall, Baptie, Antous, Cubie, Cubie, Bemeny, Lendo, Elphinstone (d’Elephantine, une colonie juive en Egypte), Moncrief, Jolly (Français) « Montray (Montagne royale : espagnol), Cant, Buris (hébreu : Baruch), Riddell (de l’arabe ridda « guerrier »), 10 Scrimjours (Clan Scrymgeour), 11 Eizat (arabe) Izod, Izot), Blau (« bleu »), Tailfer (Talliaferro en espagnol, « forgeron »), et Picaris (de Picardie) – ce ne sont pas des noms que l’on associe habituellement à l’Ecosse!

Artisans et marins

Les Juifs venus de la péninsule ibérique jusqu’en Écosse au cours des années 1400 et 1500 (et plus tard) ont emporté avec eux un vaste stock de ce que les sociologues appellent « capital culturel » (Bourdieu 1993).

Ils possédaient des connaissances et des compétences précieuses qui constituaient des atouts incalculables pour les pays où ils se sont installés, notamment dans les domaines médical, métallurgique, minier, minier, maritime, maroquinerie, verrerie et commercial.

A la différence des cohortes chrétiennes, les Européens et les intermédiaires juifs orientaux, même modestes au début de la période moderne, possédaient un bon niveau de connaissance en écriture et calcul, les deux conditions nécessaires à l’exploitation d’une entreprise. Quelques-unes des guildes d’artisans dans l’ouest de l’Écosse ont tenu des registres à partir des années 1600, et c’est à l’ouest de l’Écosse, avec un examen de ces derniers, que nous tournons maintenant.

Orfèvres

Pratiquement tous les orfèvres à partir du Moyen Âge étaient Juifs ou Maures.

En effet, le nom de famille Goldschmidt ou Goldschmidt appartenait presque toujours à une personne d’ascendance juive. Dans l’Angleterre victorienne, Isaac Lyon Goldsmid fut le premier Juif à recevoir un titre héréditaire en 1841 ; il devint baronnet.

Lorsque nous examinons la liste des orfèvres écossais (liste 12), nous sommes frappés par le nombre de ceux qui sont de prime abord, d’origine juive : Aitken (« d’Aix »), Aldcorne, Annand, Argo, Arnot, Bannerman, Bogie (turc ottoman), Burrell, Davidson, Dalzell, Falconer, Gillett, Green, Hector, Houre, Izat, Low, Mossman, Orrock, Pollock, Symonds, Vogil (« oiseau » en yiddish), et Zieglar (« marin » en yiddish), entre autres.

Nous voyons aussi les noms de famille de plusieurs des clans précédemment identifiés comme juifs d’ascendance : Campbell, Christie, Douglas, Gardyne, Gordon, Leslie et Stewart.

Nous pensons que les membres de ces clans possédaient soit des compétences dans l’orfèvrerie. lorsqu’ils ont émigré pour la première fois de France et de Flandre, ou qu’ils ont adopté ces compétences, qui ont donné ensuite le nom de famille du clan.

Horlogerie 1576-1800 – Verriers et imprimeurs

L’horlogerie et la bijouterie étaient, comme l’orfèvrerie, pratiquement un monopole exercé par les Juifs et les Maures, qui protégeaient étroitement leurs précieux secrets commerciaux. Les noms de famille dans cette industrie en Ecosse (liste 13) s’avèrent également suggérer une origine séfarade ou juive française : Adams, Alexander, Corrie, Currie, Davidson, Gardiner, Given, Jamieson, Low, Muir, Orr, Saveli, Seiffert, Sim et Yuill.

Les premiers verriers (liste 14) présentent le même motif : Davidson, Dow, Barrat, Wothersponn, Rowan, Gardner et Waddell.

Bien que l’imprimerie n’ait été développée en Europe qu’au cours de la deuxième moitié du XVIIe siècle et que l’impression n’ait été mise au point en Europe qu’au cours de la deuxième moitié du XVIIe siècle, et ne s’est pas répandu dans de nombreuses régions avant les années 1500, en 1507 le roi Jacques d’Ecosse avait mis en place Andro Myllar et Walter Chepman comme imprimeurs à Edimbourg. En 1520, Thomas Davidson (d’Aberdeen) installe une deuxième presse à Edimbourg. Nous croyons que les trois hommes étaient d’origine juive.

Registres de commerce à St. Andrews, Kircaldy, Dunfermline, Fife

La liste 15 indique les noms et les dates des personnes qui se sont vu accorder un permis de constitution en société commerciale dans le centre de l’Écosse. Il existe plusieurs noms juifs (et mauresques) : Alison, Boyack, Ferrier, Leuchars, Syme, Annal, Balmanno, Corsar, Cowan, Norrie, Patie, Sabez, Beaucher, Deas, Davidson, Bruce, Coventrie, Nobel, Balcase, Forbes, Muir et Rennie.

Registres des métiers et de l’apprentissage à Fife

Fife est dans le centre-est de l’Écosse, donc nous nous dirigeons vers Aberdeen et pourtant, nous trouvons toujours le même schéma.

Les listes 16 et 17 donnent les noms de famille de certaines des personnes à qui un permis a été délivrés. Ces noms sont  Arnot, Lessels, Davidson, Eizatt, Flukour, Simers, Martyne, Angell, Porteous, Douglas, Annan, Bone, Hannah, Riddell, Macara, Balmanno, Pigot, Low, Yule, Salmond, Salmond. et Scobie. Ainsi, nous voyons qu’un ensemble relativement commun de noms de famille français et séfarades, ont été trouvé dans le centre de l’Écosse.

Marins de l’ouest de l’Écosse

Une autre compétence précieuse que les Juifs français et espagnols ont apportée à l’Écosse était leur sens aigu de la navigation.

De la rivière Clyde, près de Glasgow, en Écosse, la liste partielle des marins écossais de 1600 à 1800 (liste 18) montre de nombreux noms reconnaissables comme provenant de Français, d’Espagnols, de Juifs, de Mauresques, d’Hébreux ou d’Arabes : Alexander, Allason, Bisset, Davidson, Dougall, Gemmell, Hammill, Landells, Moor, Pollock, Paltoun, Yoole, Sleiman, Spainzea, Caldwell, Cowan, Glaister (glazier), Gordon, Jargon, Lyon, Nimmo, Sheron (hébreu : Sharon), Sabaston (Sebastian) et Ure (gold).

Glasgow

Glasgow a été fondée dès le sixième siècle et est devenue un bourg royal au douzième siècle sous le roi David Ier. L’Université de Glasgow a été fondée en 1451 en tant que quatrième plus ancienne université des îles britanniques et compte parmi ses intellectuels : l’économiste Adam Smith, le romancier-physicien Tobias Smollett et le chimiste Joseph Black.

À Glasgow, nous nous concentrons sur le petit groupe de familles de commerçants qui, au début de l’histoire de Glasgow, au milieu du XVIIe siècle, a fait fortune dans le commerce international et la banque. Ils faisaient du commerce avec les colonies du sud-est de l’Amérique, achetant du tabac, le négociant en courtage en France et en Hollande, et ont mis en place une série de magasins côtiers et frontaliers, du Maryland à la Floride.

Autour de Glasgow, le commerce maritime marchand était un oligopole très concentré (50 %-80 %) entre les mains de quelques familles.

Parmi ceux-ci se trouvaient les Cunninghames, Glassfords, Dunlops, Oswald, Donalds, Murdochs, Ritchies, Bogles (turc), Speirs, Nisbets et Riddells. Comme Devine (1975) le note dans son ouvrage détaillé The Tobacco Lords, ces hommes étaient tous des fils de marchands de Glasgow, et non pas de la noblesse régionale.

The Tobacco Lords,

La plupart avaient été envoyés par leurs familles pour vivre et travailler pendant un certain temps dans les colonies afin d’y établir des liens d’affaires. En temps voulu, ils se sont incorporés dans des partenariats qui à leur tour ont formé des réseaux, le commerce du vin de Lisbonne et de Madère, du riz et du lin de Caroline du Sud, du blé, du poisson et du tabac du Maryland, de Virginie et de Caroline du Nord et, plus tard, du sucre et du coton de l’Amérique du Nord, des Caraïbes.

Pour établir un tel empire commercial, il fallait non seulement d’importantes sources de capital, mais aussi des garants qui honoreraient les lettres de crédit, les notes d’assurance et les déclarations en douane au Portugal, en Espagne, dans les Caraïbes et dans les colonies néerlandaises, danoises, françaises et britanniques, ainsi qu’en Écosse.

Toutes ces activités n’étaient ni transparents, ni même légales. La Chambre de commerce et les commerçants officiellement affranchis de Londres et de Liverpool ont alternativement fermé les yeux et décrié ces opérations extrêmement rentables, en particulier la sous-cotation répétée des prix aux planteurs captifs et l’obtention par la société Bogle du grand contrat annuel de l’Etat français pour le tabac au Havre.

Les commerçants écossais perspicaces se sont évidemment inspirés de la « Vieille Alliance » avec la France, mais nous sommes convaincus qu’une autre raison probable du succès d’un tel réseau était les liens du sang et l’ethnicité juive partagée des principaux intervenants de ces entreprises de Glasgow.

Ce même ensemble de partenaires marchands a formé la Glasgow Arms and Ship Bank au début des années 1750 et, une décennie plus tard, la Scottish Thistle Bank. De cette façon, leurs entreprises pourraient être mieux capitalisées et protégées de la concurrence. Les banques ont également permis aux seigneurs du tabac du Clyde, de prêter de l’argent. Par exemple George Boyle, un propriétaire de banque, a accordé des prêts à John Shaw, Lord Cathcart, John Napier et Lady Pollock, entre autres (Devine 1975).

Comme c’était typique des familles juives françaises et espagnoles, les mariages ont été presque exclusivement endogames ; ils n’ont eu lieu qu’entre les membres du groupe. Le mariage a aidé à consolider le capital, préserver le pouvoir politique et maintenir les liens et l’identité culturelle.

Vers le milieu du XVIIIe siècle, la plupart de ces familles de commerçants avaient acquis suffisamment d’argent pour acheter des biens et services, et de grandes étendues de terre dans la campagne environnante. Une fois qu’ils sont devenus propriétaires fonciers, ils ont ont pu choisir leurs propres ministres et leurs maîtres d’école, afin de perpétuer leur héritage crypto-juif.

Une fois la Révolution américaine commencée, le commerce du tabac a été perturbé. Les marchands norvégiens ont donc commencé à se tourner vers la fabrication. Un groupe, composé d’Andrew Buchanan, William French, John Campbell et George Coats, s’est organisé et ont exploité plusieurs projets miniers réussis, dont le charbon, le minerai de fer et l’argile – trois. spécialités des Juifs séfarades et des Maures de l’Espagne musulmane.

Ce même groupe, qui comprend maintenant James Milliken, s’est par la suite aventuré avec succès dans le tannage du cuir et le raffinage du sucre. Apparemment, aucun grand effort n’a été fait pour cacher leur religion ou leur identité : une ville à la campagne, près de certaines manufactures, s’appelait Succoth. Cette ville est la maison ancestrale des Campbells d’Argyll. Le portrait d’Archibald Campbell, duc d’Argyll, est présenté au chapitre 1.

Aussi connu sous le nom de la Fête des Tabernacles, Succoth célèbre l’errance des Juifs dans le désert, c’était la fête des Tabernacles, l’emblème parfait pour une voie migratoire à une grande distance d’Israël.

Un extrait de Devine (p. 37) décrit la complexité de ces partenariats financiers :

Des trois usines de fonte du XVIIIe siècle en Écosse, les deux situées dans la région de Glasgow ont été financées par des marchands de tabac. La première de ces entreprises a été fondée en 1734 lorsqu’un certain nombre de commerçants ont érigé un moulin à refendre sur les rives de la rivière Kelvin pour fabriquer des clous ; cette première entreprise s’est ensuite transformée en une grande entreprise produisant des « clous, herminettes, haches, houes, houes, pelles, pelles, burins, marteaux, soufflets et enclumes » pour le marché colonial.

Trente-cinq ans après la fondation de la Smithfield Company, Islay, Campbell de Succoth, avocat et député de Glasgow Burghs, a cédé des parties des terres de Dalnottar à trois riches marchands, les frères Peter et George Murdoch et William Cunninghame, qui étaient déjà associés dans une firme de Virginie, qui l’ont gardé quarante quatre ans jusqu’en 1813, où ce fut vendu à William Dunn, un maître cotonnier de premier plan, le Dalnottar Co. ayant été financée par une série de marchands de tabac….

En 1781, la Muirkirkirk Iron Co. a été créée par les marchands qui contrôlaient Smithfield et Dalnottar, avec les partenaires de Cramond Iron Co. afin de maintenir un approvisionnement sûr en barres de fer bon marché à une époque où les prix suédois et russes augmentaient. C’est par un processus d’intégration similaire qu’au cours des trente dernières années du XVIIIe siècle, un groupe restreint d’importateurs de tabac a obtenu le contrôle de la quasi-totalité de l’industrie du verre de l’ouest de l’Écosse et d’une proportion non négligeable de ses développements dans le domaine de l’extraction du charbon.

Toute cette activité oligopolistique a été soutenue en partie par un réseau commercial triangulaire. à travers les Caraïbes séfarades :

Le commerce des Antilles était un corollaire nécessaire au commerce du tabac. La plupart des maisons de Glasgow avaient des correspondants qui leur fournissaient du sucre, du rhum et de la mélasse pour leurs points de vente en Amérique du Nord.

Parfois, les navires en partance du Clyde étaient d’abord dirigés vers les Caraïbes avant de se diriger vers les colonies de tabac ; d’autres fois, des marchands en attente d’une cargaison de tabac étaient envoyés aux Antilles pour charger les provisions des entrepôts…

Comme les planteurs payaient souvent pour leurs articles importés en blé et en maïs, les commerçants ont trouvé sur le marché des Antilles un débouché rentable pour le grain. Par exemple, Neil Jamieson, le représentant colonial en chef de John Glassford and co. a fait un commerce important avec les Caraïbes, en particulier Antigua, et avec les Açores et la Méditerranée, dans la vente de provisions, de bois d’œuvre et de vin. Il a également financé la construction navale et la navigation côtière et a été impliqué dans le commerce du sel de Bordeaux à Lewiston et dans la traite des esclaves des Carolines [p. 62].

Tout aussi remarquable était le fait que l’origine du marché pour tout le tabac écossais séfarade n’était autre que leur patrie d’origine, la France. Ce marché lucratif et leurs propres contacts financiers ont fourni aux seigneurs du tabac juifs écossais non seulement de la richesse, mais aussi de la stabilité sur une longue période de temps.

Il ne fait aucun doute que l’élément majeur provenait des ventes en vrac aux agriculteurs français, les acheteurs, les plus importants, dans ce commerce… Fait significatif, lors de la crise du crédit de 1772, Sir Robert Herries, l’acheteur français a été « reçu à bras ouverts » par les grands négociants de Clyde…. et, en 1762, alors qu’il était difficile de se procurer du crédit et que les ventes étaient léthargiques, William Alexander and Sons, agissant pour le compte des Français, a avancé de l’argent comptant pour les droits de douane à Lawson, Semple and Co…. 

L’actif le plus précieux que possédait l’homme d’affaires du XVIIIe siècle n’était peut-être pas son capital, mais plutôt sa réputation et ses connexions.

Le prestige et l’influence des familles connues dans le commerce du tabac de Glasgow signifiait qu’elles avaient peu de difficulté pour obtenir des crédits auprès de contacts dans d’autres parties du Royaume-Uni ou de l’Europe.

L’un des Bogles a emprunté librement à Londres dans les années 1720 parce que le crédit de son père « était aussi bon que jamais » et par conséquent son fils « ne peut jamais vouloir de l’argent quand on pense à l’emprunter et cela sans payer d’intérêts. » James Lawson a obtenu des sommes d’argent plus ou moins élevées de la part de ses collègues. les commerçants de Bristol, de Liverpool et de Londres en tirant des billets à ordre de six à douze. mois [p. 96].

Une maison de culte à Glasgow : Ramshorn Kirk

Ramshorn Kirk

Pour les Juifs, la corne de bélier ou shofar a une signification particulière. Il est utilisé pour rallier les gens, les appeler à la célébration et leur rappeler qui ils sont et qui est Dieu. C’est en parfaite harmonie avec ces traditions qu’une maison de culte juive portait le nom de la corne de bélier (ram’s horn).

Ramshorn Kirk une église sur Ingram Street, dans l’ancienne ville marchande de Glasgow, représente parfaitement une telle maison de réunion de Crypto-Juifs. Créé en 1720, c’était le lieu de culte des marchands de la ville. Ses pasteurs ont été choisis parmi les leurs, et les membres de la congrégation sont enterrés autour de sa cour extérieure.

Le bâtiment original a été remplacé par une nouvelle structure en 1828, il a été reconstruit après la mort de ses fidèles et l’acquisition éventuelle par l’université, mais même les nouveaux vitraux sont principalement des scènes de l’Ancien Testament : Abraham et Isaac, Jérémie, David et Salomon.

Cependant, c’est le cimetière qui est le plus remarquable, il est différent de la plupart des cimetières, il n’y a pas de pierres tombales droites (coutume chrétienne), pas de croix d’aucune sorte, pas de citations du Nouveau Testament et pas d’invocations de Jésus. Au lieu de cela, nous voyons des rangées et des murs de tablettes plates indiquant avec austérité les noms et les activités des défunts.

Fait significatif, les seules images utilisées sur l’une des tombes sont leLivre de Vie et l’Arbre de Vie, deux insignes hébreux. Les noms de ceux qui sont enterrés dans les terres de Ramshorn Kirk chevauchent ceux qui sont mentionnés. ci-dessus, avec l’ajout de noms de famille explicitement juifs comme Pirie et Davidson.

Et maintenant : Stirling

La ville de Stirling a été gouvernée par la famille Alexander, dont nous avons prétendu qu’elle était d’origine juive.

Au cours d’un voyage à l’été 2002, nous avons visité la ville de Stirling et le château de Stirling et fait deux découvertes notables. Le premier fut l’hôpital de Cowane, fondé en 1637 avec l’argent laissé par le marchand et doyen de la guilde John Cowane. Comme nous l’avons vu au chapitre 2, le nom Cowane est analogue à Kohane, le nom de famille porté par les membres de la caste des prêtres juifs descendants de Aaron, frère de Moïse. Très probablement que M. Cowane était un Kohane.

Deuxièmement, l’hôpital était en fait utilisé comme maison de charité pour les membres indigents de la guilde, leur fournissant gratuitement chambre et pension. Une telle dotation n’était pas courante en Angleterre à l’époque, mais était de rigueur pour les communautés juives, qui cherchaient toujours à subvenir aux besoins des veuves, des orphelins, des femmes célibataires, des retraités et d’autres membres dans le besoin.

Les exemples abondent à Bayonne, Bayeux, Amsterdam, Brême, Copenhague, Curaçao, Hambourg, Barbade et ailleurs pendant la diaspora séfarade. La coutume est fondée sur plusieurs mitzvoth (commandements) concernant l’aumône « zedaka », et devint plus tard une pierre angulaire de l’église Presbytérienne écossaise, ainsi que l’a noté Herman (2001, p. 17) :

La congrégation était le centre de tout, elle a élu son propre conseil des anciens ou de presbytres, et a même choisi son ministre. Le conseil des anciens de la congrégation, le consistoire, s’occupait des pauvres et des malades, il nourrissait et habillait les orphelins de la communauté. Les filles qui étaient trop pauvres pour avoir une dot pour se marier en obtenaient une du consistoire.

Jacobs (1911) écrit à propos des Juifs de Londres :

L’asile des orphelins séfarades avait été créé dès 1703, et une société composite, dont le titre commençait par « Honen Dalim », a été fondée en 1704 pour aider les femmes alitées, soutenir les pauvres et donner des parts de mariage aux filles sans père. En 1736, une Société de Mariage a été fondée, et onze ans plus tard, le Beth Holim, ou hôpital, est arrivé, suivi en 1749 par l’institution connue sous le nom de « Mahesim Tobim. »

Grâce à ces institutions et à d’autres institutions mineures, la vie d’un juif sépharade à Londres. recevait de l’aide à toutes les étapes, de la naissance, en passant par la circoncision, jusqu’au mariage, et par la suite à l’accouchement. Les filles de la communauté étaient aidées pour leurs dots.

Un guide de Stirling (« Stirling’s Talking Stones », 2002) fournit les informations suivantes sur John Cowane (1570-1633) : le plus grand bienfaiteur de Stirling né en 1570, un contemporain de William Shakespeare… Son père était un marchand, un bourgmestre, un habitant de Stirling et un homme important. Lui et sa femme ont fourni des marchandises au Palais Royal de Stirling et leurs locaux auraient été ceux du prestigieux magasin Harrods d’aujourd’hui. John était en affaires avec son père jusqu’à la mort de ce dernier en 1617, lorsque John a repris toutes les affaires de son père, y compris la gestion de son kiosque ou de son atelier dans ce qui est devenu Broad Street.

Les dossiers montrent également que John Cowane faisait plus que de la simple vente de marchandises dans son kiosque. Il était un important propriétaire dans la ville et n’était pas opposé à l’expulsion des locataires si le loyer n’était pas payé. Il a été membre du conseil municipal et à plus d’une occasion doyen de la Guilde, véritable source de pouvoir dans le bourg à cette époque.. Il était aussi le principal banquier/prêteur d’argent de la ville…

En plus de ses activités politiques (il était membre de l’ancien Parlement écossais), John Cowane était très impliqué dans le transport maritime. Il était toujours nécessaire pour un marchand d’atteindre les principaux marchés d’exportation écossais des Pays-Bas. Il ne pouvait pas toujours compter sur le commerce pour s’enrichir. Et, avec des navires vides, il a également agi comme corsaire – qui était essentiellement un pirate avec un licence… Les dossiers de l’église montrent qu’il a eu au moins un enfant d’une servante.

Encore plus intéressant, cependant, que l’apparente description des affaires et des activités caritatives liées au judaïsme de John Cowane , c’est de savoir pour quel culte particulier, la Guilde de Stirling et lui se réunissaient pour prier à l’autel de la « Kirk ». (Morris 1919, p. 132)

Il n’y a aucune preuve que la Fraternité du Saint-Sang (Holy Blood) de Stirling, était la Guilde Marchande, mais les faits suivants justifient la suggestion :

  • (1) Il y avait un autel du Saint-Sang dans l’église paroissiale de Stirling, et ces autels étaient à Stirling, comme ailleurs, soutenus par des Fraternités de Guilde.
  • (2) Il y avait une Fraternité du Saint-Sang à Stirling.
  • (3) D’après l’analogie avec d’autres villes, on peut présumer que la Stirling Merchant Guild a maintenu un autel dans l’église paroissiale.
  • (4) Le 12 octobre 1556, le conseil municipal de Stirling a ordonné que les revenus de l’autel du Saint-Sang soient recueillis par le doyen de la Guilde. (Extraits. Vol. I., p. 70).

A Dundee, la Merchant Gild constituait la Fraternité du Saint-Sang et a maintenu l’autel de ce nom dans la paroisse Kirk, leur obligation écrite de le faire étant encore préservée. (Old Dundee, Alexander Maxwell, p. 25, 127). (6)

A Edimbourg aussi, la guilde des marchands étaient la Fraternité du Saint-Sang, et étaient les patrons de l’autel du Saint-Sang à Saint-Giles. (Extraits de Edinburgh Records. 10 décembre 1518, 25 avril 1561).

Il y avait des autels du Saint-Sang dans les églises paroissiales, avec les Fraternités correspondantes, dans les villes suivantes, où il y avait aussi des Guildes Marchandes, bien que la connexion dans les villes suivantes n’est que déduction : Dunfermline, Linlithgow, Haddington, Lanark, Peebles, Aberdeen …

Des lettres de réversion d’Androw Cowane, marchand, père de John Cowane, bienfaiteur de Stirling, accordées en 1580 indiquent le fait qu’Androw Cowane était un marchand et a choisi la voie du Saint-Sang comme lieu de rachat, ce qui suggère une association entre les marchands et l’autel du Saint-Sang.

Bien sûr, ce qui est remarquable dans ce témoignage, c’est que, ajouté au dossier historique que Cowane a fourni des biens à la famille Royale des Stewart, il révèle un lien étroit entre la famille Cowane et la monarchie Stuart, qui prétendait descendre du « sang sacré » (« Sang Real« ) du roi David. Ainsi, plutôt que chrétien, nous suggérons que l’autel du Saint-Sang et la fraternité des marchands et des guildes étaient, en fait, des Crypto-Juifs.

La salle de guilde de l’hôpital de Cowane a trois grandes sculptures de coquilles Saint-Jacques à l’intérieur au-dessus de ses entrées, ce qui suggère fortement que nous entrons dans un endroit qui était Jacobite, un endroit fréquenté par les partisans des Stuart et de la lignée davidique incarnée par cette famille royale.

Comme nous le verrons au chapitre suivant, le culte du Saint-Sang ( » Sang Real « ) était à l’origine une pratique templière, puis maçonnique, avec des racines dans la Kabbale (Mythe du Saint Graal).

Le Maassé Merkaba à l’origine de la légende du GRAAL, va révolutionner le IIIème Reich

Au passage, observons aussi que les Cowanes de Stirling épousaient fréquemment des Alexanders, et que deux des filles de ces unions s’appelaient Maisie, la forme féminine de Moïse.

S’aventurer dans le Cowane’s Hospital de Stirling Castle, bâtiment royal des Stuart, s’est également révélé instructif:

Dans le bâtiment principal, un grand sanctuaire similaire datant de 1628 a été trouvé. Autour de la bordure du plafond se trouvaient des peintures murales avec l’Ancien Testament et des scènes méditerranéennes peintes par Valentine Jenkins. En les regardant, il nous est apparu que la construction des « fenêtres jumelles » à chaque extrémité de la galerie, était significative. Contrairement aux fenêtres des églises qui ont généralement trois divisions avec une haute arche centrale (pour symboliser la Sainte Trinité), celles-ci avaient deux larges diptyques arquées. Les fenêtres de gauche avaient des panneaux de vitraux géométriques coupés en croix par lignes horizontales, semblant représenter les dix commandements que Moïse a reçus de la main de Dieu au Sinaï. À toutes fins utiles, il aurait pu s’agir d’une synagogue.

(Les listes de noms ne sont pas reproduites dans cet article)

Aller vers la 9ème partie

Traduit avec www.DeepL.com/Translator, à partir du pdf en anglais

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email