SHARE
ARIEL, Judée Samarie – Les leaders Israéliens se sont réjouis dimanche de l’avancée de l’enseignement supérieur en Judée Samarie lors de la cérémonie d’inauguration de la nouvelle faculté de médecine de l’université d’Ariel.

ariel

Le président Reuven Rivlin, le ministre de l’Education Naftali Bennett et le vice-ministre à la Santé Yaakov Litzman ont figuré parmi les différents représentants de l’Etat qui se sont rendus au sein de l’université située en Judée Samarie (baptisée à tort Cisjordanie) pour rendre hommage aux financiers milliardaires, Miriam et Sheldon Adelson, qui ont permis la mise en place de la faculté.

Rivlin et Bennett ont tous deux reconnu les obstacles variés qu’ont rencontré la création et la gestion d’une institution d’enseignement supérieur sur ce territoire disputé.

L’université d’Ariel est boycottée par certains universitaires étrangers et ses enseignants ont déploré une discrimination à leur encontre de la part d’autres facultés israéliennes qui, selon eux, refusent de reconnaître la légitimité de l’établissement en raison de sa localisation en Judée Samarie.

Image-from-iOS-2-2-e1534693995968-640x400De gauche à droite, le président Reuven Rivlin, le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzman, le ministre de l’Education Education Naftali Bennett, Sheldon Adelson, Miriam Adelson. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Saluant les dirigeants et les soutiens de l’université qui persévèrent toutefois dans les efforts d’élargissement de l’institution, Rivlin s’est extasié, disant : « Voyez combien vous avez peiné, voyez combien vous avez rêvé de manière à ce que nous puissions tous aujourd’hui nous tenir ici, à l’université d’Ariel ».

« Lorsque d’autres ont levé les yeux au ciel, vous avez construit. Lorsque d’autres ont boycotté, vous avez prouvé qu’une académie de l’excellence pouvait être créée ici – une académie qui accueille tous les étudiants, indépendamment de la race, de la couleur, de la religion ou du genre », a dit le président.

Evoquant la localisation de l’établissement, qui se trouve en Judée Samarie, Rivlin a déclaré que la légitimité de l’institution pouvait être directement s’inspirer d’une citation faite par l’ancien président Ephraim Katzir: « Là où il y aura des Juifs, il y aura des études ».

Même si elle est ouverte aux étudiants palestiniens, l’université accueille essentiellement des élèves Juifs israéliens, avec un petit nombre d’Arabes israéliens et de Druzes.

La nouvelle faculté de médecine ne devrait pas attirer de candidats palestiniens, pour lesquels la perspective d’étudier dans une implantation juive de Cisjordanie reste un tabou social.

Bennett a comparé la création de la faculté de médecine à « un arrachage de dent ». Il s’est référé au conseil de l’enseignement supérieur comme à un « cartel universitaire » pour son effort présumé, a-t-il suggéré, de bloquer l’adhésion de l’université d’Ariel.

Le ministre de l’Education a tenu un rôle essentiel dans l’adoption d’une législation par le Knesset, au mois de février, qui a placé les collèges et les universités en Judée Samarie au même niveau que les institutions situées sur le territoire israélien et sous les auspices du Conseil de l’enseignement supérieur.

Ce texte aura permis à l’université d’Ariel de concrétiser l’établissement de sa nouvelle faculté de médecine, qui devrait accueillir ses 70 premiers étudiants à l’automne prochain.

L’université d’Ariel, située dans la ville d’Ariel, dans le centre de Judée Samarie, prévoit, grâce à un plan promu par Bennett, de doubler sa taille au cours des cinq prochaines années (elle accueille actuellement 15 000 étudiants).

Le couple Adelson, qui soutient des projets au sein des implantations en Judée Samarie depuis longtemps, offrira approximativement 20 millions de dollars pour cette expansion majeure.

Ce projet – qui comprendra également 10 à 12 structures d’enseignement supplémentaires – la création de cette faculté de médecine de quatre ans, porte le nom du couple.

Miriam Adelson a également souligné l’opposition à la création de cette faculté lors du discours qu’elle a prononcé devant 200 personnes.

IMG_5705-640x400Sheldon Adelson s’exprime lors d’un dîner suite à l’inauguration de la nouvelle faculté de médecine de l’université d’Ariel, le 19 août 2018 (Crédit :Jacob Magid/Times of Israel)

« Il peut sembler étrange que l’on s’oppose à l’établissement d’une nouvelle faculté de médecine dans un pays où il y a une pénurie de docteurs… Mais peut-être les Israéliens se sont-ils habitués à cette étrangeté particulière », a-t-elle dit.

« Le vrai sionisme, c’est de savoir ce qui nous appartient en raison et de l’utiliser au bénéfice du monde entier », a ajouté Adelson, se référant à ce qu’elle a expliqué être le droit des Juifs à développer la Judée Samarie.

S’exprimant lors d’un dîner qui a suivi la cérémonie, Sheldon Adelson a déclaré que cette nouvelle faculté aiderait à rectifier une tendance actuelle selon laquelle un certain nombre de médecins israéliens choisissent de pratiquer leur spécialité à l’étranger, ce qui crée une pénurie de professionnels médicaux au sein de l’Etat juif.

« Qui y aurait pensé ? Un Etat juif qui manque de médecin alors que toutes les mères se vantent que leur enfant le deviendra », a-t-il plaisanté. « C’est fou. C’est assurément fou ».

Adelson, qui a donné de l’argent à la campagne présidentielle de Donald Trump, a alors paru utiliser la rhétorique du leader américain.

« Il est décidément approprié qu’ici, dans la Shomron [Samarie], qu’ici, dans ce grand Israël, nous aidions Israël à devenir plus grand encore ».

D’après l’article vu sur http://www.europe-israel.org/

Adapté par Terre Promise

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email