SHARE
Preuves par l’ADN, l’archéologie, l’analyse des migrations et des archives publiques et familiales…

Un livre de Elizabeth Caldwell Hirschman et Donald N. Yates.

quand l'ecosse etait juive

LIRE LA 1ère PARTIE – 2ème PARTIE – 3ème PARTIE – 4ème PARTIE – 5ème PARTIE – 6ème PARTIE – 7ème PARTIE 8ème PARTIE

Chapitre VIII

Les Chevaliers Templiers, les Francs-maçons et la Kabbala en Ecosse.

Avant de nous aventurer dans la partie nord-est de l’Écosse, nous voulons parler de plusieurs événements européens et moyen-orientaux qui aideront à mettre en perspective la migration juive vers l’Écosse.

Peu après l’invasion de l’Angleterre par les Normands en 1066, des dizaines de familles juives françaises fuient dans ce pays pour aider l’administration civile. Une guerre sainte a été déclarée dans toute la chrétienté occidentale pour regagner la Terre Sainte aux mains des Musulmans. Au cours des 300 années suivantes, de la bulle du pape Urbain de 1095 jusqu’à la fin du XIVe siècle, il y aura une série de croisades en Terre Sainte.

D’éminents chevaliers français, écossais et anglais, ainsi que plusieurs de leurs princes. et des rois, ont combattu dans les Croisades et ont établi des fiefs à travers les terres que nous du Levant, du Moyen-Orient, de la Sicile, Tripoli et Malte jusqu’à Chypre, Rhodes, Antioche, Tyr et la Macédoine.

Appelé Outremer (« Au-delà de la mer »), le domaine normand- franco-écossais était gouverné par des nobles indépendants et contrôlé militairement. par des forces de combat « chrétiennes » distinctives qui comprenaient les Chevaliers du Temple de Salomon, ou Templiers, et les Chevaliers de l’Hôpital de Saint-Jean, ou Hospitaliers.

Bien que ces deux ordres militaires aient commencé sous la forme de simples milices de soldats chrétiens, ils ne tardèrent pas à s’organiser. et se transformer en d’énormes entreprises à but lucratif qui possédaient de vastes étendues de terres, des châteaux, des prieurés, des bourgs, des moulins et des manufactures, des banques et des voies de navigation dans toute l’Europe, et au Moyen-Orient (Selwood 1999).

Les personnes qui géraient les vastes richesses de l’immense patrimoine de cet empire commercial n’étaient pas eux-mêmes des chevaliers, mais plutôt des sénéchaux (serviteurs), bien que les chevaliers eux-mêmes puissent avoir fait des vœux de chasteté ou de pauvreté, aucune exigence de ce genre n’a été imposée à la majorité des personnes associées à l’ordre – ses gestionnaires immobiliers, ses employés de bureau et ses administrateurs :

Il ne faut pas s’imaginer que des guerriers portant des armures, en grande partie analphabètes, ont passé leurs heures à décoder des messages ou à tenir des registres et à vérifier l’inventaire ou  à superviser les tondages annuels, dans la grange. Dans l’Ordre du Temple, ils étaient la classe des officiers, et ils avaient pour principale formation et occupation, la participation directe sur le champ de bataille ; l’armée d’administrateurs, de troupes autochtones et d’employés derrière eux les surpassait en nombre de cinquante pour un …….

Les clercs templiers étaient la faction alphabétisée et beaucoup plus susceptibles de se voir confier les tâches d’un gestionnaire de nature comptable, y compris la rédaction de lettres en code. D’autres administrateurs, superviseurs et des scribes n’étaient que des employés et, plus tard, un certain nombre d’entre eux furent arabophones. [Robinson 1989, pp. 77-78]

Des hommes de plusieurs familles juives écossaises (anglaises et françaises) se sont enrôlés dans les rangs des Templiers, y compris Bruces, Douglases et Sinclairs. D’innombrables autres personnes ont été impliquées dans l’administration des richesses templières. Ainsi, pour comprendre cette période en Ecosse,, nous devons examiner les Templiers, les Croisades et l’Outremer.

Les Chevaliers Templiers

En 1842, un membre des Templiers, Charles G. Addison de Londres, écrivait un livre intitulé Histoire des Templiers qui met en avant leur origine et leur histoire telle qu’il l’a comprise.

Coustumes_-_Templiers
Illustration anonyme, début du xixe siècle.

Addison (1892) écrit que les Templiers ont été formés vers l’an 1100 par « neuf chevaliers nobles » qui s’étaient engagés à protéger les pèlerins sur le chemin de Jérusalem.

A l’époque, les « Musulmans » contrôlaient la Terre Sainte et attaquaient et volaient fréquemment les pèlerins chrétiens. En 1118, le roi Baldwin II, un aristocrate français qui régnait sur Jérusalem, accorda aux chevaliers un quartier général sur le Mont du Temple. On croyait que le site était l’endroit où le Temple de Salomon se trouvait dans l’antiquité lointaine ; c’est pourquoi les chevaliers en sont venus à être connus sous le nom de Chevalerie du Temple de Salomon. Chaque chevalier faisait vœu de chasteté et de pauvreté, mais l’ordre lui-même était autorisé à accumuler des biens communs d’une ampleur illimitée.

Sur ce même site se trouvait la mosquée musulmane, le Dôme du Rocher. Au cours des siècles, musulmans et chrétiens se sont relayés pour démolir les sanctuaires les uns des autres sur ce lieu saint et ériger le leur sur les ruines du Temple juif.

En 1130, l’ordre des Templiers avait commencé à amasser d’énormes sommes d’argent ainsi que de grandes propriétés (Selwood 1999).

Les souverains de Barcelone, de Provence, de Navarre, et d’Aragon leur ont accordé des participations. Bernard de Clairvaux, l’un des plus puissants clercs chrétiens de l’époque, a fait la promotion de leurs intérêts par sa prédication et son écriture et a augmenté le nombre de chevaliers servant dans l’ordre (Selwood 1999).

En 1129, Hugh de Payens, le chef de l’ordre, est retourné en Terre Sainte avec une grande troupe de Templiers pour combattre l’armée musulmane commandée par le général, Nour-ed-deen. Les familles Balliol et Barres de France et d’Ecosse ont apporté de la terre et de l’argent pour la cause templière, tout comme William de Warrenne, Roger de Mowbray, Ralph de Hastings, Robert Marsel et Gilbert de Lacy.

En 1170, cependant, les musulmans avec Salah-ed-deen (Saladin) avaient repris la Terre Sainte avec 40000 soldats . En 1171, le pape Alexandre a émis une bulle accordant aux Templiers une exemption de poursuites devant tout tribunal religieux ou civil en échange de leur soutien pour reconquérir Jérusalem. L’ordre n’était pas seulement fantastiquement riche, mais libre de tout contrôle externe sur ses activités. La seule loi qui liait les membres de l’ordre était celle du Maître Templier.

A cette époque également, une grande partie des force templière était composée de cavaliers appelés Turcopoles, d’origine turque, syrienne et palestinienne. Il s’agissait de mercenaires qui suivaient un mode de vie moyen-oriental ; ils n’étaient pas chrétiens, mais musulmans ou juifs. De plus, les Templiers eux-mêmes avaient commencé à devenir moralement corrompus. Lorsque l’un de leurs membres, Walter du Mesnil, assassine un aristocrate musulman converti au christianisme, il se réfugie dans un prieuré templier et l’ordre refuse de le livrer aux autorités civiles. À ce moment-là, les ressources de l’ordre étaient devenues phénoménales.

556px-Forteresses_templières.svg
Forteresses Templières en Orient
Templerorden_in_Europa_1300
Possessions de l’ordre des Templiers en Europe vers 1300

En plus, il y avait aussi plusieurs commanderies en Ecosse et en Irlande, qui dépendaient du Temple de Londres…  Addington résume : Le revenu annuel de la commanderie en Europe a été estimé à environ six millions de livres sterling! Selon Matthieu à Paris, les Templiers possédaient neuf mille manoirs ou navires seigneuriaux dans la chrétienté, en plus d’un grand revenu et d’immenses richesses provenant des legs et des dons de sommes d’argent et de la constante bienfaisance de personnes pieuses…

Les principaux bienfaiteurs des Templiers parmi la noblesse étaient William Marshall, comte de Pembroke, et ses fils William et Gilbert ; Robert, Lord de Ross ; le comte de Hereford ; William, comte de Devon ; le roi d’Ecosse ; William, archevêque d’York ; Philip Philip Harcourt, doyen de Lincoln ; le comte de Cornwall ; Philip, évêque de Bayeux ; Simon de Senlis, Comte de Northampton ; Leticia et William, comte et comtesse de Ferrare ; Margaret, Comtesse de Warwick ; Simon de Montfort, comte de Leicester ; Robert de Harecourt, seigneur des Rosewarden ; William de Vernon, comte de Devon, etc.

Au fur et à mesure nous voyons au fil de cette énumération des fonds et des privilèges, que l’Assemblée des Templiers étaient une organisation énorme, extraordinairement riche et très puissante.

Essentiellement, il s’agissait de la première multinationale – une société sur laquelle aucune cour ou tribunal n’avait compétence.

Le sceau de la confrérie comportait « une tête d’homme, ornée d’une longue barbe et surmontée d’une petite casquette, et autour d’elle se trouvent les lettres Testis V. Magi » (Addington 1892, p. 106). A cette époque, les maîtres templiers en Angleterre comprenaient des personnes appelées William de La More et Amadeus de Morestello. Il est clair que les musulmans, tout comme les juifs, se trouvaient en Angleterre.

Du récit d’Addison (1892), nous passons maintenant à celui de Piers Paul Read, qui a écrit une histoire des Templiers acclamée par la critique en 1999. Le travail de Read est très bien documenté et il se penche sur l’origine ancienne du groupe, antérieure aux Croisades. Il commence par raconter l’histoire du peuple juif. Au moment où le roi David conquiert Salem, aux mains des Jébusiens, on nous donne beaucoup de détails concernant l’assemblage par David des matériaux pour un centre de culte juif, le Premier Temple, construit par le fils de David, Salomon vers 950 avant Jésus-Christ.

Après la mort de Salomon, l’État juif est entré en déclin et a été conquis successivement par plusieurs nations orientales. En 586 av. J.-C., le roi Nebucadnetsar, un Chaldéen, détruisit le temple de Salomon et réduisit la population juive en esclavage, emmenant beaucoup d’entre eux (y compris ceux de descendance davidique) à Babylone. Cependant, en 515 av. J.-C., les Perses, sous la direction de leur roi Cyrus, avaient vaincu les Chaldéens et permis aux Juifs de revenir. en Judée, où ils ont reconstruit leur temple. Au IVe siècle av. J.-C., les macédoniens, les Grecs sous Alexandre le Grand avaient balayé l’empire persan et conquis Judea. A la mort d’Alexandre, son empire fut divisé, et les Juifs eurent le droit d’avoir un grand prêtre héréditaire, qui a servi à la fois comme souverain séculier et spirituel.

En 167 av. J.-C., les Juifs sous l’égide des trois frères macchabées, se révoltèrent avec succès contre le gouvernement séleucide qui contrôlait la Judée et fondèrent la dynastie hasmonéenne sur la terre d’Israël. Les Romains conquirent alors Jérusalem et l’empereur romain déclara Hérode Antipas, un iduméen qui s’était converti au judaïsme, roi de Judée et semi-indépendant de l’Empire romain.

Hérode n’a pas seulement reconstruit le temple sacré de Jérusalem en une structure plus grande et plus magnifique, mais il a également étendu l’influence de l’État d’Israël à des villes aussi éloignées que Beyrouth, Damas, Antioche et Rhodes. Malheureusement, dans ses dernières années, il est devenu fou et a assassiné beaucoup de membres de sa propre famille.

En 70, les Juifs de Judée se rebellent à nouveau. contre la domination romaine. Les Romains ont brutalement réprimé la révolte, tuant un million de personnes. à Jérusalem et réduisant les autres en esclavage. Pour effacer la mémoire d’un État juif, ils ont changé le nom du pays, en l’appelant Palestine, et l’ont réduit au statut de province romaine.

Parallèlement à cette agitation entre Juifs et Romains sur le contrôle de la terre d’Israël, Jésus, un juif de Galilée, serait né, aurait prêché et aurait été crucifié. Sa bande de disciples, connue par la suite sous le nom de chrétiens parce qu’ils considéraient Jésus comme le Messie annoncé,  ont tout d’abord commencé à prêcher en tant que juifs hérétiques, mais la doctrine a évolué au cours des décennies suivantes et sous Paul de Tarse, elle est devenu une secte religieuse indépendante. En l’an 400 (environ), Rome elle-même s’est convertie au christianisme et a commencé à envoyer des missionnaires pour convertir les tribus païennes.

La domination romaine a commencé à décliner rapidement après 200, ce qui a donné lieu à un patchwork de villes-états affaiblies, à travers l’Europe. Les gouvernements européens de la période allant de l’an 200 à l’an 800 étaient violents, corrompus et traîtres. Il n’y avait pas de loi ou d’ordre qui l’emportait réellement.

europe 600
Europe en l’an 600

La papauté à Rome était également corrompue et décadente, comme le rapporte Read (1999). Après la dernière et la plus dévastatrice invasion des Langobards en Italie, des villes entières ont été anéanties, et on pense que la population de la capitale romaine elle-même a sombré jusqu’à ne plus comporter que quelques centaines de personnes. De puissantes familles romaines sélectionnaient des papes qui obéissaient à leurs ordres ; souvent, ceux qui étaient choisis étaient non seulement mentalement incompétents, mais aussi sexuellement pervers. Certains sont morts de mort violente, étranglés ou poignardés par leurs gardes du corps. Les prieurés et les évêchés étaient généralement contrôlés par des familles locales puissantes, qui ont placé leurs fils plus jeunes, ou fils illégitimes, dans des officines sacrées. Les revenus provenant de ces églises et autres bénéfices ont été détournés vers les familles nobles qui les contrôlaient.

C’est dans un tel contexte politique que les Normands et leurs alliés sont entrés en Europe.

Une image sociologique choquante mais probablement réaliste des Croisés est dessinée par Charles Mackay (1841, p. 360) : La seule religion qu’ils ressentaient était la religion de la peur… Ils vivaient avec la main dressée contre tout le monde, des hommes sans loi, mais avec leurs propres passions… La guerre était l’affaire et le plaisir de leur existence…. Le fanatisme et l’amour de la bataille les ont poussés à la guerre, tandis que les rois ont guerroyé, les princes d’Europe avaient pour leur part, encore un autre motif à encourager leur zèle, une politique dont qui s’ouvraient sur les grands avantages accumulés par l’absence de ces nombreux hommes agités, intrigants, sanguinaires et assoiffés de sang, dont l’insolence exigeait plus que les petits pouvoirs de la royauté.

Parce que les motifs religieux étaient en grande partie un prétexte pour gagner gloire et butin de guerre, la croisade est devenu le sujet d’innombrables satires en France, en Italie et en Angleterre.

De plus, l’issue de ces Croisades, en particulier la seconde, les a rendu de plus en plus impopulaires et la plupart des gens de retour chez eux étaient devenus profondément cyniques.

Au fil du temps, les Normands et les Templiers ont négocié un arrangement  avec les « ennemis » musulmans. As Read (1999, p. 128-129) décrit ces événements : La désillusion en Europe qui a suivi le fiasco de la Seconde Croisade a obligé les chrétiens de Terre Sainte à atteindre le genre d’accommodement avec l’infidèle qui aurait semblé sacrilège à la génération précédente. 

Les premiers croisés étaient des sauvages, des païens dépravés partis en Syrie et en Palestine, et qui en restant au Moyen-Orient, ont été obligés de reconnaître que la culture arabe musulmane, chrétienne et juive de la Palestine de l’époque, était plus évoluée et plus sophistiquée que celle de l’Europe.

Certains avaient rapidement adopté les coutumes orientales. Baldwin du Bourg, après avoir épousé une femme arménienne, s’est mis à porter un kaftan oriental et a dîner accroupi sur un tapis ; tandis que les pièces frappées par Tancred le montraient avec la coiffure d’un Arabe. Le chroniqueur et diplomate de Damascène, Usamah Ibn-Munqidh, décrit un chevalier franc qui rassure un invité musulman en lui disant qu’il n’a jamais permis au porc d’entrer dans sa cuisine et qu’il a employé un cuisinier égyptien. 

Lire la suite du rapport : Il y avait une grande tolérance à l’égard des Juifs dans les États croisés, ils étaient beaucoup mieux traités… Avec la capture par les Templiers, des ports de la Méditerranée, et les concessions aux puissances maritimes croissantes de l’Italie – Venise, Gênes et Pise – le commerce a considérablement été stimulé par les musulmans… Les Templiers ont bénéficié de cette prospérité et ont également étendu leur tolérance envers les musulmans indigènes, ce qui a choqué les nouveaux venus d’Europe.

Dans les dernières décennies du XIIe siècle, l’adhésion aux Templiers n’était plus une vocation sacrée, mais plutôt un choix de carrière de nature entièrement laïque (Read 1999, p. 153).

Les nobles établis en Terre Sainte éprouvaient de la rancune à l’égard des chevaliers nouvellement arrivés d’Europe qui s’efforçaient d’inciter à la guerre avec les musulmans afin de construire leurs propres fiefs. Par exemple, Raymond, le maître templier de Tripoli, parlait couramment l’arabe et lisait  les textes musulmans avec intérêt. Pour contrecarrer les ambitions de Guy de Lusignaw, Raymond s’est rapproché de Saladin, suggérant une collaboration, – évidemment, la notion de chrétien contre musulman n’était plus la force opérationnelle en Terre Sainte, mais plutôt un bloc de pouvoir contre un autre.

Au moment où Richard Cœur de Lion arriva en Terre Sainte en 191, cette fraternisation avait progressé au point que le roi anglais offrit sa sœur Joan en mariage au roi musulman Saladin, suggérant qu’il valait mieux gouverner ensemble la Palestine plutôt que se battre l’un contre l’autre. Saladin a rejeté l’offre (Read 1999, p. 173).Cependant, en 1192, un accommodement avait été trouvé et, musulmans et chrétiens ont stoppé les combats, laissant les nobles français, anglais et européens, l’occasion de se chamailler entre eux.

Bien que les Croisades ultérieures aient été montées par des papes plus tardifs, elles s’étaient vite transformées en entreprises commerciales et n’étaient plus des guerres saintes. Les fournisseurs de chevaux, d’armements, de nourriture et de vêtements ont fait fortune en équipant les deux groupes de guerriers ; des aumônes ont été recueillies dans toute l’Europe pour chaque effort et détournées vers les coffres ecclésiastiques et privés (Read 1999).

En 1250, les Templiers étaient devenus une société secrète et fermée. Leurs rites d’initiation étaient cachés, de même que leurs opérations et leurs règles internes (Read 1999).

La majorité des personnes associées à l’ordre étaient maintenant des gestionnaires de biens, des ouvriers, des commerçants et des banquiers internationaux. Même les criminels étaient autorisés à se joindre à l’opération, s’ils apportaient des compétences ou des ressources de valeur.

De plus, l’ordre était devenu la première entreprise bancaire du monde européen. Les rois et les nobles empruntaient de l’argent à la trésorerie du Temple, l’ordre offrait également des investissements financiers, ainsi que des rentes et des annuités. (Lire 1999, p. 183).

Pendant ce temps, en Espagne, les Templiers avaient atteint un tel niveau d’accommodement avec les Maures que les musulmans étaient autorisés à utiliser les domaines du temple comme lieux de culte (Read 1999, p. 201).

Acre est devenu un centre commercial majeur, au même titre que Constantinople et Alexandrie. Les 250 000 habitants de descendance européenne de Terre Sainte ont acheté des exportations de l’Europe et de l’Asie. A leur tour, ils vendaient des esclaves, du sucre, des colorants et des épices aux marchés européens et asiatiques. En 1250, on estimait à 7 000 le nombre de Templiers pleinement initiés, avec un nombre correspondant d’associés et de personnes à charge.

Changement de religion

Fait remarquable, en 1250 également, les Templiers avaient modifié leurs croyances religieuses. Bien qu’établis initialement comme soldats chrétiens, ils lisaient maintenant le Livre des Juges dans la Bible hébraïque, ou Torah, et ils ont formé une nouvelle identité liée aux anciens Israélites (Lire, p. 216).

En même temps, un nouveau peuple musulman est venu balayer la Terre Sainte.

Pendant que les Mongols sous Kublai Khan affluaient de l’Est en Europe et jusqu’en Syrie, les Mamelouks d’Egypte attaquaient au Sud, venant d’Egypte. Le contrôle européen de la Terre Sainte commença à s’effondrer.

Pendant ce temps, en Europe, le pape Martin IV appelait à une croisade non pas contre l’attaque musulmane en Palestine, mais plutôt contre ses adversaires politiques chrétiens en Aragon et en Sicile. En 1290, les Européens avaient perdu la Terre Sainte au profit des musulmans, pour ne plus jamais la retrouver. Et à ce stade, beaucoup d’habitants européens restants, épuisés par la corruption du christianisme, se sont convertis à l’Islam (Lire, p. 248).

En octobre 130, le roi Philippe de France, qui avait expulsé les Juifs du royaume l’année précédente pour confisquer leurs biens, se tourna vers les Templiers. En collaboration avec le Pape, il ordonna l’arrestation de tous les Templiers français, fit leur procès pour hérésie et organisa leur exécution. Il s’appropria alors rapidement leurs immenses richesses et leurs biens en France.

Certains membres du Temple français ont pris conscience du plan de Philippe et se sont échappés avec une grande partie de leur trésor (Read 1999). Au même moment, une colonie musulmane du sud de l’Italie (la colonie de Lucera) a été expulsée par le frère de Philippe, le roi Charles II, et semble avoir formé quelque chose qui ressemble à une alliance avec les Templiers français en fuite. (Lire, p. 272).

Le trésor des Templiers français, chargé sur 18 galères, se dirigea vers l’Ecosse, à l’île de Mull. De là, les Templiers et leur trésor se sont réfugiés avec la famille St. Clair au château de Rosslyn.

Près de la chapelle de Rosslyn, construite dans les années 1400, il y avait un édifice rempli d’images et d’icônes tirées des trois religions : le christianisme, le judaïsme et l’islam. Cet édifice contenait de nombreux témoignages de l’intérêt pour la « géométrie sacrée » et la Kabbale juive, ainsi que des réflexions architecturales sur les voyages et le commerce de la famille St.  Clair et d’autres merveilles.

Les origines juives de la famille Sinclair de Roslin, les seigneurs du diamant

Bien sûr, au moment de l’arrivée des Templiers, d’autres immigrants juifs s’étaient déjà rendus en Écosse.

Rappelons qu’en 1290, le roi Édouard Ier avait ordonné à tous les Juifs de quitter l’Angleterre, ce qui avait poussé de nombreux Juifs à fuir de l’autre côté de la frontière vers l’Écosse et vers la France et les Pays-Bas. D’autres sont restés dans la clandestinité en Angleterre et sont devenus des Crypto-Juifs.

Il est probable que l’expulsion et l’interdiction ultérieure des Juifs dans le royaume de France (1306) a fait que les familles aux racines juives cachées sont devenues encore plus secrètes, si elles sont restées, ou qu’elles se sont enfuies. L’importante communauté juive de Normandie, toujours possession anglaise et ne faisant pas encore partie de la France, devait se trouver dans un contexte particulièrement sensible, et une position stressante. A ce stade, de nombreux Juifs anglais et français se sont sans doute déjà joints à des parents en Ecosse. Les émigrés ne pouvaient pas manquer d’inclure ceux qui étudiaient la Kabbala, qui était florissante à Narbonne depuis les années 1100.

Pour ces Juifs harcelés d’un pays à l’autre, l’Écosse est apparue comme l’un des rares havres de sécurité. Ainsi, au début des années 1300, les Templiers, les Juifs et les musulmans avaient probablement tous cherché refuge en Écosse.

Templiers, Kabbala et Judaïsme

Avant de parler de la Kabbale, passons aux témoignages supplémentaires concernant la réalité historique des Juifs d’Ecosse. Le demandeur actuel au trône d’Ecosse et détenteur du titre de Prince d’Albany, Michael Stewart, a beaucoup écrit sur la généalogie de Stuart et l’histoire écossaise. Il parle des liens étroits entre certains membres de la hiérarchie catholique, notamment saint Bernard, les Templiers et l’Église celtique écossaise (p. 32) :

Saint Bernard [un moine cistercien] avait été nommé Patron et Protecteur des Templiers au  » Conseil de Troyes  » en 1128. A cette époque, il avait rédigé la Constitution de l’Ordre et avait depuis traduit la Géométrie Sacrée des maçons [juifs] qui ont construit le Temple de Jérusalem du roi Salomon… Toujours en 1128, le cousin de saint Bernard, Hughes de Payens, fondateur et Grand Maître des Templiers, rencontra le roi David Ier en Ecosse, et l’Ordre établit un siège sur l’Esk du Sud… David Ier et sa sœur étaient maritalement attachés à la Maison flamande de Boulogne, de sorte qu’il y avait des liens familiaux directs entre David Ier, Hugues de Payens, et les rois croisés de Jérusalem……

Les fouilles de Jérusalem avaient mené à d’autres découvertes importantes, y compris des documents anciens qui leur permettaient de contester certaines doctrines de l’Église romaine et l’interprétation du Nouveau Testament… Leurs découvertes étaient substantielles, y compris de nombreux livres de l’Est, dont beaucoup avaient été sauvés de la bibliothèque brûlée d’Alexandrie [Égypte], il y avait d’anciennes œuvres d’Essene antérieures à Jésus-Christ et des volumes de philosophes arabes et grecs, tous destinés à être condamnés par l’Église. Il y avait aussi d’innombrables travaux concernant la numérologie, la géométrie, l’architecture et la musique, ainsi que des manuscrits concernant les métaux et les alliages. Finalement, es Templiers sont retournés en Europe avec la connaissance combinée de milliers d’années d’études. 

Ainsi, au début des années 1100, une quantité importante de connaissances, d’apprentissage et de mysticisme moyen-oriental avait été transférée en Écosse. Il n’était donc pas surprenant que les Templiers, les Juifs et les musulmans aient choisi de coopérer en cherchant refuge en Écosse, une fois exilés des pays chrétiens.

Stewart (p. 33) écrit aussi : L’Écosse était le refuge parfait pour les Templiers de Jérusalem. Les rois Stuart, les Setons et les Sinclairs étaient tous des Templiers héréditaires, et la franc-maçonnerie de rite écossais a été créée plus tard comme sous-structure de l’organisation. Le droit héréditaire des Stewart venait du fait que Robert Bruce avait accordé l’asile aux Chevaliers en Écosse. Les Sinclair ont obtenu leur privilège parce qu’ils s’étaient offert la moitié du mouillage de la flotte templière à Orkney, et les Setons avaient apporté une aide financière précieuse à l’ordre, quand il en eu besoin..

Stewart retrace également les origines de la famille St. Clair/Sinclair, de la France à l’Écosse, en mentionnant spécifiquement leur rôle dans l’Ordre des Templiers (p. 102) :

L’une des familles écossaises les plus importantes du début de l’ère Stewart était l’ancienne famille normande de Sainte-Claire, arrivée au XIe siècle, quelque temps avant la conquête normande de l’Angleterre. En 1057, ils avaient reçu la Baronnie de Roslin, au sud d’Edimbourg, de Malcolm III Canmore… William Sinclair, [St. Clair] Comte de Caithness et Grand Amiral de l’armée écossaise, a été nommé Patron héréditaire et protecteur des francs-maçons écossais par le roi. James en 1441…

Les maçons de William Sinclair n’étaient pas les francs-maçons spéculatifs que nous connaissons aujourd’hui, mais des tailleurs de pierre qui connaissant la Géométrie Sacrée gardée par les Templiers.

Grâce à cela, William a pu construire la désormais célèbre chapelle Rosslyn, avec son abondance de sculptures complexes. Le travail a commencé vers 1446. En 1475, une charte a été ratifiée, et Rosslyn est devenue « la Loge principale » à Edimbourg. La Chapelle magnifique – toujours utilisée par les Templiers du Grand Prieuré écossais – Église épiscopale écossaise – se dresse au-dessus de la vallée d’Esk, près du centre templier d’origine à Ballantradoch (Maison du guerrier).

Stewart (p. 117) continue :

En ce qui concerne le patronage maçonnique accordé à Sir William Sinclair en 1475, il y avait des Guildes de commerce et d’artisanat en Écosse à cette époque. Le roi Jacques III avait accordé de nombreuses chartes à Edimbourg cette année-là, tout comme aux successeurs par la suite.

Dans les rangs des Guildes nouvellement créées et opérationnelles, les Templiers sélectionnèrent certains membres désireux d’étendre leur esprit aux questions de science, de géométrie, d’histoire et de philosophie, comme le détaillent les manuscrits anciens que l’Ordre original avait fait sortir de Jérusalem et de la Terre Sainte..

L’Écosse est devenue un phare de l’illumination. La nouvelle confrérie des francs-maçons « libres » a soutenu leurs voisins moins fortunés, et leurs Guildes respectives ont mis de l’argent de côté pour les membres les plus pauvres de la société, commençant ainsi l’établissement d’organisations caritatives en Grande-Bretagne. Le roi Jacques VI est devenu Franc-maçon de la Loge de Perth et Scone en 1601, et en devenant James I d’Angleterre, deux ans plus tard, il a introduit le concept au sud de la frontière écossaise. 

Stewart rapporte en outre que les Guildes écossaises ont eu accès au système bancaire des Templiers, qui leur a permis de construire et de maintenir leur réseau de commerce international. Aberdeen, avec ses canaux commerciaux très larges, a fondé la Guilde des Francs-maçons, sur le modèle français, en 1361, selon Stewart (p. 117-118) :

En dehors des Guildes, les Chevaliers recevaient aussi des laïcs parmi leurs alliés. et, pour une petite cotisation annuelle de quelques pence, les hommes et les femmes se sont vu accorder de nombreux privilèges sous forme de soutien personnel et familial en cas de besoin. Ce a été, en fait, le début de l’industrie de l’assurance et de l’assurance-vie, et c’est la raison pour laquelle tant d’institutions de souscription britanniques de premier plan aujourd’hui émanent d’Écosse. 

La Kabbale

Nous clôturerons ce chapitre par une section conçue pour faire la distinction entre ce qui a été présentéau sujet des Templiers et ce qui sera couvert dans le chapitre 9, sur Aberdeen et le nord-est de l’Ecosse. Il s’agit de la tradition ésotérique du judaïsme appelée Kabbala (l’étude du Sod (secret) de la Torah.

La Kabbale a fleuri en Terre Sainte vers l’an 70 de notre ère (avec l’auteur du Zohar : Rabbi Shimon Bar Yo’haï), et a incorporé les idées religieuses judaïques ainsi que les principes géométriques développés beaucoup plus tôt, très probablement à l’époque de la construction des grandes pyramides d’Egypte. Les mêmes principes architecturaux et mathématiques ayant été appliqués à la construction du Temple de Salomon en Israël.

Comme nous le verrons, les théorèmes derrière les pyramides et le Premier Temple sont basés sur la découverte de pi, phi, et un certain nombre de théorèmes repris par Pythagore, ainsi que d’autres principes géométriques émanant de l’enseignement oriental.  Ils ne sont pas magiques ou mystiques, en soi. Pourtant, pour les esprits humains capables de les saisir, ils ont dû sembler inspirés par Dieu. Leur perfection, leur symétrie et leur consistance auraient produit l’admiration et l’étonnement parmi ceux qui sont assez doués pour les comprendre et les utiliser. Ce même ensemble de principes mathématiques avait aussi une énorme utilité pragmatique dans des domaines aussi divers que l’astronomie, l’architecture, la navigation et la mesure des terres. En raison du précieux capital intellectuel qu’ils représentaient, ces théorèmes géométriques étaient étroitement gardés, partagés seulement entre un groupe choisi d’initiés, au Moyen-Orient.

Les Templiers ont embrassé ce corpus de connaissances avec empressement, d’autant plus qu’il s’agit d’un ensemble de connaissances. ayant déjà fait l’objet de spéculations philosophiques, scientifiques et religieuses en Grèce, Rome et la péninsule ibérique.

En Judée, les principes avaient été combiné avec un système numérique mystique qui assigne chaque lettre de l’alphabet hébreu à un nombre ou à un chiffre (gematria). En refondant les textes de la Torah sous forme de séquences numériques, les Juifs ont créé des métaphores mathématiques élaborées qui ont été utilisées pour donner des niveaux supplémentaires de correspondance aux écritures sacrées. Dans la diaspora après 100 ans, ces notions ont été élaborées et approfondies dans des centres d’apprentissage cabalistiques, en Provence dans le sud de la France, à Rouen et en Espagne. Dans les années 1500, lors de pèlerinages en Terre Sainte, ces notions ont été transférées à d’autres centres levantins comme Alexandrie, Istanbul et Salonique.

Comme le note Esther Benbassa, la diffusion des doctrines cabalistiques s’est produite dans le contexte plus large de la traduction croisée d’importants traités philosophiques et scientifiques dans la région méditerranéenne :

Les familles Kimhi et Ibn Tibbon se sont distinguées dans le domaine de la traduction. Dans l’un, Joseph Kimhi (1105-70) et son fils David ( ? 1 160?- 1 235), et dans l’autre, Judah ibn Tibbon (1120-90) et son fils Samuel (1150-1230), ont traduit les grands classiques de la pensée judéo-arabe de l’arabe en hébreu, y compris les œuvres de Saadya Gaon (882-942), Ibn Gabiron (10201-1057 ?), Judah Halevi (avant 1075-1141), et Bahya ibn Pakuda (deuxième moitié du XIe siècle).

Ils se sont également consacrés à la traduction d’ouvrages scientifiques grecs et arabes, notamment en médecine. Les textes du médecin, philosophe et mystique musulman Avicenne (980-1037) et, surtout, du philosophe Averroès (1126-98) ont été traduits de l’arabe vers l’hébreu.

10 Juifs espagnols formés dans leur pays natal à l’astronomie arabe l’ont amené avec eux en Provence ; certains ont inventé des instruments astronomiques, d’autres ont traduit des œuvres latines… Samuel ibn Tibbon a produit une traduction du Guide des Egarés de Maïmonide (1200) qui a paru avant la mort de l’auteur en 1204….

En effet, la Provence était aussi la patrie de Levi ben Gershom, communément appelé Gersonides (1288-1344). A la fois philosophe et théologien, commentateur d’Averroès et de l’exégète biblique, talmudiste, mathématicien et logicien, il est aussi l’inventeur d’un instrument astronomique…

La Provence, terre de philosophie, était aussi une terre de mysticisme. C’est là que le Sefer-ha- Bahir (Livre de la Clarté), le premier document du kabbalisme théosophique, a été compilé sur la base de sources antérieures (le Sefer Yetsirah (Livre de la Création), entre 1150 et 1200…

Abrah ben Isaac, président de la cour rabbinique de Narbonne (d. 1180), et surtout Isaac l’Aveugle ( ? 1 160?- 1235) – petit-fils d’Abraham ben Isaac …. a développé un mysticisme contemplatif. Développée en Provence et le long de la côte languedocienne, la kabbale a été rapidement transplantée en Catalogne, qui entretient des liens politiques et culturels étroits avec ces régions.

La première mention connue de la Kabbala remonte au premier siècle de l’ère commune, en Judée. Ici, quatre des textes classiques ont été écrits : (1) Heikalot Books (le livre des Palais, ou Livre d’Enoch), (2) Sepher Yetzirah (Livre de la Formation), (3) le Zohar (Livre de la Splendeur), et (4) le Bahir (Livre de la Brillance) (Bernstein 1984).

Les livres de Heikalot (livres des Palais), sont basés sur le livre biblique d’Ezekiel, qui utilise le trône de gloire et le chariot céleste (Merkabah) comme dispositifs symboliques centraux. Le Livre d’Ezéchiel et le Livre de la Genèse étaient tous deux des textes religieux populaires en Judée de 538 avant Jésus-Christ à 70 après Jésus-Christ, c’est-à-dire pendant la période du Second Temple. Communément, les roues du char céleste  incorporent le théorème de Pythagore ; métaphoriquement, cela signifie que la sagesse mathématique pourrait élever l’humanité à un état parfait (Bernstein 1984).

Le Sepher Yetzirah (livre de formation) est un des plus vieux livres de cosmogonie juive. Il est attribué à Abraham.  Ce livre développe le thème des dix Séphiroth ou nombres/attributs primordiaux et des 22 lettres de l’alphabet hébreu. Certaines de ses images principales sont l’échelle de la sagesse, chaque pas menant à un niveau de connaissance plus élevé, et l’arbre de la vie, qui combine des aspects de l’échelle allant de la Terre au Ciel avec le symbolisme additionnel de « l’arbre au-dessus du sol », et sous les racines, « l’arbre au dessous du sol ».

La métaphore de l’arbre postule que les activités sur Terre sont le reflet des actions dans le ciel. Un thème important à travers le monde est la perfectibilité du monde par l’effort humain, souvent exprimé dans la tradition judaïque comme étant le Tikkun Olam (« perfectionner, réparer, l’univers »).

Le Zohar (Livre de la Splendeur) est un recueil de nombreux écrits différents sur des sujets religieu variés. On le dit écrit par Rabbi Shimon ben Yohai (160), c’est le plus influent des écrits cabalistiques. Il a été publié pour la première fois dans son intégralité par Rabbi Moïse de Leon de Guadalajara, Espagne, vers 1290 après J.C. (Bernstein 1984).

Rabbi Shimon était connu sous le nom de « Lumière Sacrée », et nous voyons ce nom porté à la famille Saint Clair/ Sin- clair/Sanctus Clarus de France et d’Ecosse. En outre, nous trouverons à Aberdeen beaucoup de personnes ayant le nom de famille Norrie/Noory/Nory/Nory/Norris, qui est arabe pour « lumière » ou « illumination ».

Le Zohar propose que la Torah est en fait une série de codes numériques qui révèlent un niveau de signification divine beaucoup plus profond que les lettres « de surface », les mots et les histoires.

Le Bahir (Livre de la Clarté) a également été produit au début de la période talmudique (100), il fut presque perdu sous forme de texte, pour réapparaître en Provence, en France, au cours des années 1200.

Le Bahir introduit des métaphores sur la réincarnation et sur la nature masculine et féminine de Dieu. Le savant juif le plus étroitement associé à la tradition du Bahir est le rabbin Isaac Luria, connu sous le nom de Ari, qui a dirigé l’école de Kabbala de Safed en Terre Sainte, 1534-1572. Luria était de la descendante des Juifs séfarades qui avaient été expulsés d’Espagne en 1492.

L’iconographie de la lumière et des ténèbres occupe une place prépondérante dans le symbolisme du Bahir. Au sein de l’Espagne maure se trouvaient deux autres figures majeures du Kabbalisme: le Rabbin Abraham Abulafia (1240 av. J.-C.) et l’un de ses élèves, le rabbin Joseph Gikatilla de Castille.

Mathématiques de la Kabbale

Passons maintenant à unerecherche sur les mathématiques de la Kabbala.

Les Hébreux anciens utilisaient des anagrammes, appelés Temura, et Gematria, un système selon lequel chaque lettre de l’alphabet se voyait attribuer un numéro ou un chiffre, créant des codes secrets et des métaphores. Avec le temps, ces codes et métaphores sont devenus très raffinés et ont été communiqués, en priorité aux initiés à la Kabbale.

pythagore

De même, au sein de l’Ordre des Templiers, le même système de métaphores a été utilisé et il n’a été relayé que pour initier l’ordre. Pour représenter Dieu, les Cabalistes ont utilisé, à différents moments, un Aleph, un Yod ou un Shin … Parfois, Dieu était représenté par un point dans un cercle ou un triangle. D’où les triangles entrecroisés de l’Étoile de David, qui représente le ciel de Dieu et l’univers de Dieu, présence terrestre (au-dessus et en dessous).

La Kabbale a également développé une série de formes et de calculs basés sur ce qui est appelé la « géométrie sacrée » : les principes de Pi, Phi, les logarithmes arithmétiques… Il se peut que les Juifs de l’ancienne Judée ont acquis certaines connaissances des Grecs lors de la conquête d’Alexandre le Grand au IVe siècle avant Jésus-Christ, mais la plupart du savoir fut ramené d’Egypte après l’Exode. Après la conquête grecque et sous le règne d’Antioche, successeur d’Alexandre, beaucoup de Juifs se sont hellénisés, adoptant même des noms grecs, des coutumes, des langues, et des conventions littéraires (Biale 2002, p. 77-134).

Note de Terre Promise : Selon les historiens de l’Antiquité, Pythagore fut un grand admirateur du judaïsme, et adopta certains préceptes de la loi juive dans sa philosophie. L’historien Mégasthène et le philosophe Théophraste « parlent des Juifs comme des philosophes par naissance, en trouvant dans la loi juive une sorte de correspondance aux Lois de Platon »

La suite de Fibonacci, les nombres géométriques, figurés et polygonaux font aussi parti de la Kabbale. La Kabbale présentait également des figures géométriques telles que le pentagramme, le pentagone et les triangles isocèles, ainsi que le Nombre d’Or, qui utilisent les mathématiques phi.

Le décagone, ou figure à dix côtés, adhérait également au principe phi. De plus, le théorème de Pythagore, le Nombre d’Or, l’angle droit, étaient bien connus des Kabbalistes et ont favorisé leurs conceptions. De là, ont été développés les symboles kabbalistiques les plus profonds : la Pyramide / Arbre de vie et l’Arbre Séphirotique. Ces symboles ont été élargis pour incorporer les triangles équilatéraux de l’Étoile de David.

L’hôpital et le cimetière de Cowane à Stirling, présentent ce symbolisme. Dans le chapitre suivant, nous trouverons plusieurs autres exemples d’emblèmes et de motifs cabalistiques, y compris le plafond du château de Fyvie à l’extérieur d’Aberdeen.

Allez vers la 10ème partie

Traduit avec www.DeepL.com/Translator, à partir du pdf en anglais

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email