SHARE
Preuves par l’ADN, l’archéologie, l’analyse des migrations et des archives publiques et familiales…

quand l'ecosse etait juive

Un livre de Elizabeth Caldwell Hirschman et Donald N. Yates.

LIRE LA 1ère PARTIE – 2ème PARTIE – 3ème PARTIE – 4ème PARTIE – 5ème PARTIE – 6ème PARTIE – 7ème PARTIE – 8ème PARTIE  9ème PARTIE

Chapitre IX

La colonie juive d’Aberdeen

Il est maintenant temps pour nous de nous aventurer jusqu’à Aberdeen dans le coin nord-est de l’Écosse. Comme on peut le voir sur la carte ci-jointe, Aberdeen est bordée par la mer du Nord et dispose de voies maritimes directes vers la Norvège, la Suède, la France, le Danemark, la Russie, la mer Baltique, l’Allemagne et la Pologne.

A partir des années 1100 – et peut-être même avant – Aberdeen a été en contact avec tous ces pays et avait établi des sociétés, voire des usines, dans chacun d’entre eux.

aberdeen

En 1200, c’était la troisième ville la plus riche d’Écosse, malgré sa situation au nord, et son isolement relatif par rapport au reste de l’Ecosse, et n’étant qu’au huitième rang au niveau de la densité de population… Pourquoi?

Nous proposons que la croissance phénoménale d’Aberdeen en tant que centre commercial et financier, était dû au fait qu’il s’agissait d’un bourg Crypto-juif.

Il est très probable que toutes les familles dominantes de la ville, de 1100 à 1800, étaient d’origine juive, originaires du sud de la France, puis de l’Angleterre après l’expulsion de 1290 et de l’Angleterre, puis, à partir de 1492, de la péninsule ibérique et des refuges mobiles des Séfarades en diaspora.

Les résultats des recherches sur l’ADN des familles d’Aberdeen sont présentés au chapitre 2. Ces résultats appuient cette proposition, mais nous allons maintenant examiner une autre source de données, l’une basée sur les pratiques religieuses, les modèles de mariage et les coutumes d’enterrement.  Nous pensons que cette preuve, documentera de façon concluante qu’Aberdeen et ses environs étaient solidement judaïques dans la culture.

Commençons par le mystérieux « Saint Machar », pour qui non pas une, mais deux paroisses. ont été consacrés à l’aube de l’histoire d’Aberdeen (Morgan 2000).

Il n’y a aucunes traces écrites ou archéologiques d’un saint nommé Machar. Aucunes ‘archives n’existent pour un Machar catholique romain. C’est comme si St. Machar, n’avait jamais mis les pieds à Aberdeen, ou même en Écosse…!

Ce qui existe, cependant, c’est une église dans le Vieux Aberdeen dédiée à un « Saint Machar ». autour de laquelle des membres éminents de la population ont été enterrés depuis sa fondation. Nous ne pourrons jamais savoir exactement comment, quand et par qui , une cathédrale a été établie pour honorer saint Machar. Nous ne pouvons que deviner.

Le candidat que nous aimerions examiner est le maître-professeur davidique, de la communauté juive de Provence, dans le sud de la France, dont le titre était en fait, Machar ou Machir ( en sachant qu’il n’existe pas de voyelles en hébreu) et qui y a été actif  comme pendant la période appropriée. (Le Roi juif de Narbonne)

Ce chef spirituel, Machar, aurait été la figure centrale des personnes pratiquant le judaïsme en France juste avant la migration des Juifs en Grande-Bretagne avec Guillaume le Conquérant en 1060 après J.-C.

Consacrer un centre religieux à cet homme serait tout à fait conforme à la pratique talmudique contemporaine de nommer les sites religieux d’après leurs fondateurs. Le seul artefact restant du lieu de culte d’origine (vers 1100) est une section de pierre du sommet d’une colonne sculptée en dents de chien (Morgan 2000, p. 16). Ce modèle est cohérent avec les images contemporaines que l’on trouve dans l’Islam et les manuscrits et mosaïques juifs.

Nous pensons qu’il est incontestable qu’Aberdeen ait servi de centre de culte et de culture juive pendant la période 1100-1750, en d’autres termes, de l’époque normande à l’époque géorgienne, lorsque le statut et le nombre de Juifs dans les îles britanniques ont été mis en évidence et ont commencé à être intégrés dans un État britannique « désacralisé » (Endelman 1979).

A l’époque où le « Jew Bill » (Loi sur la naturalisation) a été débattu en Angleterre vers 1750, de nombreux Crypto-Juifs écossais ont dû préférer rester cachés, d’autant plus qu’ils jouissaient non seulement des pleins droits en tant que citoyens, mais aussi d’un engagement actif en politique et d’un nationalisme refusé à leurs homologues dans d’autres pays. D’autres se sont sans doute assimilés ou convertis, sans jamais être étiquetés « ex-juifs ».

En effet, les origines juives sont depuis longtemps ancrées dans le système des castes. En Espagne et au Portugal, de l’autre côté de la frontière, les Juifs étaient marqués comme conversos ou comme venant de familles  de « Nouveau Chrétien » depuis plus de 400 ans.

La chapelle du Kings College

À la page 85 de l’étude de Morgan de 2000, il y a une illustration d’une sculpture achevée sur le côté nord de la chapelle du Kings College à l’Université d’Aberdeen en 1506. Le texte l’étiquette comme une « croix de conservation », mais il s’agit en fait d’une image cabalistique.

Dans la chapelle du Kings College se trouvent également d’autres sculptures sur panneaux de bois à motifs judaïques et islamiques proéminents (Morgan 2000, p. 93, 96). De même, le panneau Findour du Grand Hall du Kings College (maintenant dans la chapelle) a un motif islamique/judaïque, ainsi qu’un symbole géométrique templier sur l’écu héraldique.

Dans l’église Saint-Machar, à proximité, se trouve un plafond héraldique avec des carrés géométriques, des triangles et des rectangles d’inspiration judaïque et islamique. Un plafond à motifs ressemblant de près au plafond a été construit par le même artisan, probablement des Pays-Bas, John Fendour ou Ferdour, à l’Eglise Saint-Nicolas d’Aberdeen vers 1510.

Keith (1988, p. 53) rapporte qu’en 1740,  à l’Eglise Saint-Nicolas, la tombe d’un Sir Robert Davidson, décédé en 1411, a été ouverte pendant la construction « et ses restes trouvés, avec une petite calotte de soie qui était sur sa tête lorsqu’il a été enterré. La casquette a , malheureusement, été donnée. » La description de la casquette correspond à celle d’une kipah, le couvre-chef du mâle juif porté lors des visites au temple, pendant la prière et à sa mort. L’Eglise était apparemment utilisé pour des enterrements juifs.

Le château de Fyvie

Le château de Fyvie, juste à l’extérieur d’Aberdeen, appartenait aux familles Gordon et Seaton datant des années 1300. Nous avons trouvé qu’il s’agissait d’un trésor d’images judaïques, cabalistiques et islamiques. Plusieurs croissants islamiques ont été sculptés ou peints à des endroits bien en vue dans le château, notamment sur les armoiries, au-dessus des escaliers et sur des panneaux de séparation et des écrans en bois.

Les plafonds de Fyvie étaient également remarquables pour leurs motifs géométriques et floraux islamiques et judaïques. Mais le plus intrigant des plafonds se trouve dans le hall d’entrée. À l’intérieur d’un ensemble de triangles équilatéraux imbriqués sont clairement représentés les symboles de l’arbre séphirotique de la Kabbale.

Images et pièces royales

Les portraits et les pièces de monnaie de la première royauté écossaise suggèrent également une orientation judaïque ou cabalistique. Par exemple, Guillaume le Lyon (Roi d’Ecosse 1165- 1214) et David Ier le Saint (Roi d’Ecosse 1124-1153) sont représentés sur la Charte d’Abroath en 1320 avec une complète absence de symbolisme chrétien. Seulement deux serpents entrelacés, entourent les figures.

Le roi Guillaume et le roi David, son grand-père, sont tous les deux représentés avec les jambes croisés, qui est la forme de la marque kabbalistique des Templiers. De plus, Guillaume tient ce qui semble être un fruit, peut-être la grenade du Cantique des Cantiques de Salomo.

Une effigie d’une tombe en chêne de la cathédrale de Gloucester datée vers 1250, et appartenant à Robert Curthose, duc de Normandie, fils aîné de Guillaume le Conquérant, montre qu’il a la même posture (Douglas 2001, plaque entre pp. 108 et 109). Une pièce de monnaie du règne d’Alexandre III (1249-1286) porte des triangles équilatéraux en forme d’étoiles à six pointes.

Les monarques de la famille Stuart, selon le dernier, Michael Stewart (2000), se réclamant de descendance davidique, utilisent comme symboles principaux le « Lion rampant » et la « Croix de Saint-André ». Nous avons fait valoir que cette dernière représente la marque judaïque ou templière, utilisée pour commémorer les liens avec la Terre Sainte.

Nous pensons que lion royal écossais est une représentation directe du Lion de Juda (« Le sceptre ne s’éloigne pas de Juda, pas plus que le bâton du souverain entre ses pieds « , Gen. 49:9), largement adopté pour indiquer le droit divin et la suprématie de la descendance royale Davidique.

Aux fins de comparaison, examinons maintenant une iconographie séfarade marquée, datant à peu près de la même période. Ils comprennent cinq armoiries pour les familles juives séfarades, avant leur expulsion d’Espagne. Notamment, les symboles utilisés incluent le croissant, le lion rampant, l’arbre de vie, l’étoile de David, la coquille Saint Jacques et le château fort.

Emblèmes de l’évêque et armoiries de Fraser

Un autre groupe très significatif de symboles se trouve sur les emblèmes des évêques d’Aberdeen et de St Andrews. Le sceau de l’évêque Elphinstone d’Aberdeen représente d’un côté trois clochers qui peuvent symboliser la sainte trinité de la foi chrétienne ; ils sont placés sur ce qui semble être une structure contenant les tablettes des Dix Commandements. L’avers a un saint homme portant une couronne, tenant un bâton de berger et flanqué d’un côté d’un croissant de lune et de l’autre d’une étoile à six branches. Notre interprétation de cette imagerie insinue que les trois religions représentées étaient permises dans la ville.

La famille Fraser, dont nous avons soutenu qu’elle transportait de l’ADN séfarade et ashkénaze, a produit un évêque de St. Andrews, William Fraser, qui a servi de 1279 à 1297. Ses deux sceaux comportent un évêque disposé à l’intérieur d’une arche avec la marque « X » au centre et une fleur gravée de chaque côté. La seconde montre le même homme saint, mais cette fois dans une posture « X », flanquée d’un croissant de lune et d’une étoile à six pointes, comme nous l’avons observé plus tôt. Encore une fois, notre interprétation est que les trois religions – chrétienne, juive et musulmane – ont été tolérées et pratiquées dans le diocèse de St Andrews.

En ce qui concerne les armoiries du Clan Fraser, lui-même, et la bannière Fraser (1300), nous détectons des résonances supplémentaires avec un héritage judaïque.

blason des fraser

La bannière présente six fleurs de fraise à cinq pétales selon un motif triangulaire – un rebus ou un jeu de mots pictural sur la signification française de l’image. Nom de famille Fraser, « cultivateur de fraises ». Des motifs floraux apparentés se trouvent sur un modèle italien de Bible hébraïque, également à partir de 1300, et sur un livre de prières hébraïque d’Allemagne, vers 1380. Les armoiries du chef du clan Fraser, un carré centré avec trois fleurs de fraisiers en un autre modèle triangulaire, soutenu par deux anges, ressemble aussi à un modèle contemporain.

Edward Raban Psautier, 1623

L’image la plus surprenante de la culture judaïque d’Aberdeen émerge dans la couverture. du livre de psaumes imprimé par Edward Raban pour la ville d’Aberdeen en 1623.

Raban était issu d’une famille d’origine juive en Allemagne et avait été brièvement actif en tant qu’imprimeur à Londres, Glasgow et Édimbourg, avant de venir à Aberdeen à la demande des bourgmestres de la ville en 1621. Il était le premier imprimeur à travailler à Aberdeen. Le premier livre qu’il a produit pour les Bourgeois était le Psaume de David, publié en 1623.

Il est frappant de constater que la page de titre de cette œuvre n’invoque pas seulement le nom du « Roi David », mais porte aussi les lettres hébraïques qui représentent le nom de Dieu. Ces lettres, qui apparaissent dans la partie supérieure centrale de la mise en page de Raban, étaient le principal instrument de méditation parmi les Juifs cabalistiques. Notamment, l’impression par Raban de l’édition du Tetragrammaton (YHWH) est sans voyelles, mais en utilisant une lettre finale étendue. Cela vient directement de la Torah. De plus, la bordure décorative autour de la page est de style arabe mauresque, et les armoiries de la ville d’Aberdeen incorporent deux léopards (symbole oriental de splendeur) tenant un bouclier avec trois tours ou colonnes, une allusion templière. Les motifs arabes des inscriptions séfarades et mauresques en Andalousie sont présentés à des fins de comparaison.

Collège Kings et Université d’Aberdeen

Nous voulons maintenant jeter un coup d’œil sur les activités intellectuelles et éducatives d’Aberdeen et nous concentrer sur le Kings College et son fondateur, l’évêque William Elphinstone.

Le nom de famille lui-même était un nom de famille juif médiéval commun, signifiant « ivoire » : la plupart des marchands de dephense d’éléphant, au Moyen Âge, étaient soit juifs, soit arabes. Morgan (2000, pp. 42-42) …

Cela nous donne un excellent aperçu des origines et de la carrière d’Elphinstone :

En avril 1488, William Elphinstone, alors âgé de cinquante-sept ans, fut consacré évêque d’Aberdeen à la cathédrale St Machar, en présence du roi Jacques III. Contrairement à beaucoup de ses prédécesseurs et à son successeur Gavin Dunbar, il n’était pas membre d’une famille puissante, mais il était le principal avocat civil et canonique du royaume et l’un des plus grands avocats du monarque et des ambassadeurs en poste. Il était obstiné, travailleur et ambitieux… Né à Glasgow en 1431… Sa mère est une sorte de mystère, bien qu’on pense qu’elle était Margaret Douglas, fille d’un Comte de Drumlanrig. Elphinstone a ensuite été dispensée de l’illégitimité par le pape en 1454 pour lui permettre de rentrer dans les ordres sacrés…..

Sa carrière n’a pas été typiquement celle d’un ecclésiastique ambitieux. Il a dirigé la succession familiale pendant un certain temps, a obtenu son diplôme en arts à l’Université de Glasgow en 1462 à l’âge de trente et un ans, puis a étudié le droit canonique et a plaidé devant la cour consistoriale…….. Elphinstone a plaidé spécialement pour les pauvres, les personnes misérables, « non pas pour une rémunération mais pour l’équité et la justice », a écrit Hector Boece dans son livre Lives of the Bishops….

Avec un peu de persuasion de la part de son oncle, Laurence Elphinstone, il se rendit à l’Université de Paris pour reprendre ses études en droit canonique. Son aptitude pour l’argumentation juridique a attiré l’attention de ses maîtres et après avoir obtenu son diplôme, il a été fait lecteur (conférencier) dans ce sujet.

Ensuite, Elphinstone est passé à Orléans pour étudier le droit civil… Il est rentré chez lui en 1471 après moins d’un an à Orléans, peut-être alerté par son père, encore chanoine de la cathédrale de Glasgow, que le poste de fonctionnaire de ce diocèse était sur le point de devenir vacant. Il a été dûment nommé, puis, suivant les traces de son père, a été élu doyen de la Faculté des Arts à l’Université de Glasgow.

Elphinstone a ensuite tourné son attention vers Aberdeen et a décidé d’y établir une université.

Aberdeen était un « bourg royal » depuis les années 1100 et un partenaire commercial de Dantzig, de la Pologne et des Pays-Bas. Au XVIe siècle, la ville comptait 4 000 habitants. Comme l’écrit Morgan (p. 47), « Une université ne pouvait qu’ajouter au prestige du bourg et il n’y avait aucune raison de supposer que les bourgades n’auraient pas aidé à son financement ». 

Keith note (p. 128) que lors de sa fondation, que le Kings College employait, outre le chancelier (Elphinstone) et le recteur, qui n’étaient pas rémunérés, trente-six personnes [qui] devaient résider dans le collège et recevoir des émoluments de ses dotations. Le principal, qui devait être un maître en théologie, était le chef administratif, donnait des conférences sur la théologie et prêchait…

Le docteur du dispensaire, fut le premier professeur de médecine à être nommé en Grande-Bretagne. Cambridge n’en avait pas avant 1540, et Oxford jusqu’en 1546. Le Sous-principal, titulaire d’une maîtrise ès arts, adjoint au directeur était chargé de cours sur les arts libéraux ; le grammairien, également titulaire d’une maîtrise ès arts, instruisait en grammaire… Les sujets l’étaient : 1ère Année : Logique ; d2ème année : Physique et philosophie naturelle ; dernière année et demie : Arithmétique, Géométrie, Cosmographie et Philosophie morale… Le grammairien enseignait le latin, et faisait des conférences remarquablement précoces pour l’époque, et l’un de ses collègues enseignait le grec.

Le directeur, ou principal, du Kings College était un homme nommé Hector Boece (c’est-à-dire Boethius, un nom de famille romain communément adopté, équivalent à Ezra parmi les Juifs des périodes hellénistique et romaine). Morgan (p. 67) note :

Elphinstone avait embauché Hector Boece, avec lequel il avait de bons rapports parmi ses contacts continentaux, en tant que directeur potentiel. Diplômé de St Andrews au début de la trentaine, humaniste chrétien réputé pour ses talents d’écrivain de prose latine, Boece enseignait la philosophie à Paris à cette époque. Il avait un point négatif en ce qu’il n’avait pas de diplôme en théologie, ce dernier étant un prérequis pour le poste de directeur, mais il avait un atout non négligeable car il avait commencé l’étude de la médecine à Paris, le sujet même qu’Elphinstone et le roi Jacques cherchaient à promouvoir.

Keith demande ensuite (p. 67) :

Avec de savants docteurs de la divinité à sa porte, pourquoi Elphinstone a-t-il attiré cet étranger de Paris, qui n’est même pas encore bachelier en théologie? Cela faisait peut-être partie de son but d’en éloigner sa nouvelle université et son « collège des chanoines », qui était un collège purement théologique. En l’espace de quelques années, il semble que Boece n’avait pas seulement obtenu son premier degré en théologie, mais dirigeait l’université… Malgré une lourde charge de travail, Boece a trouvé du temps. de poursuivre ses études de médecine et d’écrire deux ouvrages, tous deux en latin, qui furent célèbres. à l’époque…

Au milieu du XVe siècle, l’Université de Kings enseignait non seulement le grec et le latin, mais aussi l’hébreu, le syriaque et le chaldéen… L’inclusion de l’hébreu, ainsi que des langues du Moyen-Orient, le syriaque et le chaldéen, suggère une préoccupation pour les textes scientifiques plutôt que théologiques, puisque le syriaque et le chaldéen (langues non bibliques) étaient les fils conducteurs d’une grande partie du corpus de l’œuvre d’Aristote, ainsi que des œuvres uniques de Platoniciennes et de Néo-Platoniciennes. Des traités, ont été préservés, et sont entrés dans la pensée et l’apprentissage de l’Occident à travers le flux de « L’« Averroisme », une philosophie matérialiste créée par les Juifs et les Maures dans le nord de l’Espagne.

Trois siècles plus tard, lorsque l’Écossais Adam Smith a publié The Wealth of Nations, l’hébreu ne faisait toujours pas partie d’un enseignement universitaire commun en Angleterre, mais les Écossais avaient été les premiers à le faire figurer dans le programme d’études.

Nous soutenons qu’en plus de permettre l’étude des textes scientifiques judaïques et islamiques, l’enseignement de l’hébreu, du syriaque et du chaldéen a également ouvert l’accès aux écrits philosophiques et religieux palestiniens et babyloniens, une compétence souhaitable pour les personnes d’origine juive et musulmane.

En 1488, lorsqu’Elphinstone est devenu évêque d’Aberdeen, il a mis fin à l’utilisation du bréviaire catholique romain traditionnel dans cette ville.

A sa place, et avec le soutien du roi Jacques IV, il fit imprimer un nouveau bréviaire à Edimbourg par un « riche marchand bourgeois », Walter Chapman, et Andrew Myllar, un libraire.

Parallèlement, Jacques IV interdit l’utilisation du bréviaire catholique romain dans toute l’Écosse. Malheureusement, seules quatre copies partielles de cette œuvre subsistent. Nous pensons qu’il s’agirait aussi d’un texte de dévotion Crypto-juif, semblable au livre des Psaumes de David de Raban.

De cette vue d’ensemble, nous voyons qu’une formation universitaire à Aberdeen au cours des années 1500 n’a certainement pas suivi une tradition chrétienne, catholique ou même théologique. Elle ressemblait plutôt une annexe de l’académie talmudique babylonienne en Provence et des centres d’apprentissage séculier en Espagne musulmane et des royaumes chrétiens plus tolérants du nord de l’Aragon et de l’Espagne musulmane, et en Catalogne.

Comme on le sait, beaucoup d’intellectuels juifs, dans le climat antisémite de l’Espagne et de la France, suite au pogrom de 1389, se sont nominalement ou véritablement convertis au christianisme, et devinrent clercs, moines et même évêques, afin de pouvoir conserver l’accès à l’hébreu dans les livres, qui étaient interdits par ailleurs.

Par exemple, selon Gitlitz (2002, p. 475), « Le converso Pedro Alfonso était si bien connu en tant qu’érudit juif à Valence, dans la province de Valence.

Par exemple, selon Gitlitz (2002, p. 475), « Le converso Pedro Alfonso était tellement connu en tant que savant juif à Valence dans les années 1480″, que lorsqu’on a demandé à un juif portant un livre hébreu si il pouvait le lire à Valence, il a répondu, Pedro Alfonso est même réputé pour parler hébreu à la maison avec sa femme (Haliczer 1990, 212) ».

Qu’est-ce que des lettres hébraïques comme celles-ci font dans un endroit comme celui-ci?

Comme nous l’avons fait pour la région occidentale de l’Écosse au chapitre 5, nous examinons maintenant qui vivait autour d’Aberdeen à partir de 1200.

Plusieurs familles aristocratiques dont les maisons ancestrales se trouvent près d’Aberdeen, que nous avons déjà identifié comme étant d’ascendance juive probable. Parmi ceux-ci se trouvent les Gordons, les Frasers, les Forbeses et les Feslies. Ils sont arrivés en Ecosse lors de la première immigration juive, 1066-1250 de l’ère chrétienne.

Les années 1400 et 1500 ont apporté un nouvel afflux de familles portant des noms de famille séfarades et juifs français, tels que Menzies/Menezes (d’origine hébraïque Menachem), Davidson, Arnot (d’Aaron), et Perry (de « poire » en espagnol[Jacobs 1911]).

Peut-être de façon plus flagrante, une partie des ces familles entrantes avaient des noms de famille qui étaient en fait les noms des lettres dans les Alphabet hébreu : Gemmell (représentant un chameau), Hay (vie) et Taw (tau, cross ou sautoir).

Elgin

Les premiers documents disponibles pour le nord-est de l’Écosse concernent Elgin (« l’esprit de Dieu » en araméen).

Une liste de provosts (maires) de la ville commence par un Wisman en 1261 et se dirige vers une série de Douglas de 1488 à 1530. La famille Douglas a déjà été proposée comme étant juive. Un nouveau nom de famille, Gaderer, entre ensuite dans la liste et alterne avec Douglas et Innes (gaélique pour « isles ») et Annand (hébreu).

Dans les années 1600, la famille Pringill (Pringle) apparaît sur la liste, ainsi que plusieurs occurrences de Hays et Seton. Nous pensons que le nom de famille Hay (qui est encore courant aujourd’hui chez les Juifs) dérive du nom de la lettre hébraïque Heh (prononcé « hay »), qui correspond au chiffre 5 et symbolise la vie (« hayyinv », hayat en arabe). La famille Seton est celle que nous avons rencontrée plus tôt au château de Fyvie : sur les armoiries de Seton figurent trois croissants de lune oranges.

Les Doyens d’Elgin
  • 1261, August : Thomas Wisman, prepositus
  • 1272, December : Adam, filius Stephani et Patricius Heroc, prepositi
  • 1330, December : Walter filius Radulphi, major
  • 1343, March : Walterus, filius Radulphi, prepositus
  • 1488, October : Jacobus Douglas de Pittendreich, prepositus
  • 1521-25 : David Douglas de Pittendreich, alderman
  • 1529-30 : William Douglas
  • 1538-39 : William Gaderer, elder
  • 1542-43 : John Young, elder
  • 1540-42 : William Gaderer, elder
  • 1547-48 : St Giles
  • 1548-49 : William Hay du Mayne
  • 1549-53 : Alexander Innes de that ilk
  • 1553-54 : William Innes
  • 1554-57 : Mr. Alexander Douglas
  • 1557-58 : William Gaderar
  • 1559-61 : Mr. Alexander Douglas
  • 1565-68 : John Annand
  • 1568-69 : Mr. Alexander Douglas
  • 1569-74 : John Annand of Morristoun
  • 1574-75 : Mr. Alexander Douglas
  • 1575-83 : John Annand of Morristoun
  • 1583-84 : Thomas Young
  • 1584-85 : James Douglas of Shutting Acres
  • 1585-86 : John Annand of Morristoun
  • 1594-1600 : Alexander Seton, Lord of Urquhart and Fyvie
  • 1600-01 : James Douglas of Shutting Acres
  • 1601-07 : Alexander Seton, Earl of Dunfermline
  • 1609-10 : James Douglas of Barflethills
  • 1610-11 : Alexander Pringill
  • 1611-12 : James Rutherford
  • 1612-13 : Alexander Pringill
  • 1613-15 : James Douglas of Bartlethills
  • 1615-23 : James Rutherford
  • 1623-31 : Mr. Gavin Douglas of Shutting Acres
  • 1631-43 : Mr. John Hay
  • 1643-45 : Mr. Gavin Douglas of Morristoun
  • 1645-50 : Mr. John Hay
  • 1650-53 : Mr. John Douglas of Morristoun
  • 1653-55 : Mr. John Hay
  • 1655-58 : Mr. John Douglas of Morristoun
  • 1658-64 : George Cuming of Lochtervandich
  • 1664-65 : William Cuming
  • 1665-68 : Thomas Calder
  • 1668-87 : George Cuming of Lochtervandich
  • 1687-88 : Sir Alexander Innes of Coxton
  • 1688-89 : David Stewart
  • 1689-90 : William Calder of Spynie
  • 1690-1700 : William King of Newmill
  • 1700-05 : James, Lord Duffus
  • 1705-08 : William Sutherland of Mostowie
  • 1708-11 : William King of Newmill
  • 1711-14 : George Innes of Dunkinty
  • 1714-17 : Mr. Archibald Dunbar of Thunderton
  • 1717-20 : Robert Innes MD
  • 1720-23 : James Innes MD
  • 1723-26 : Robert Innes MD
  • 1726-29 : James Innes MD
  • 1729-31 : James Anderson of Linkwood
  • 1731-34 : James Innes MD
  • 1734-37 : John Robertson, merchant
  • 1737-40 : James Innes MD
  • 1740-43 : William Anderson of Linkwood
  • 1743-46 : James Stephen, merchant
  • 1746-49 : John Duff, senior, merchant
  • 1749-52 : Alexander Brodie of Windyhills
  • 1752-55 : James Robertson of Bishopmill
  • 1755-58 : Alexander Brodie of Windyhills
  • 1758-61 : James Robertson of Bishopmill
  • 1761-64 : Alexander Brodie of Windyhills
  • 1764-67 : James Robertson of Bishopmill
  • 1767-70 : Alexander Brodie of Windyhills
  • 1770-71 : Thomas Stephen, merchant
  • 1771-74 : John Duff, merchant
  • 1774-75 : Alexander Brodie 6 of Windyhills

La liste des Bourgeois d’Elgin est tout aussi représentative d’une forte présence juive et fait allusion à certaines origines islamiques. Elle comprend des noms de famille séfarades tels que Arnot, Baron, Braco, Cadell, Livie (Levy, Levi), Martine, Masson, Morrice (Morris, une forme de Moïse), Pirie (Perry), Tarris et Troupe.

Noms de famille des Bourgeois d’Elgin
  • Adam
  • Gray
  • Murray
  • Alves
  • Greenlaw
  • Naughtie
  • Appie
  • Hardy
  • Nicholl
  • Arnot
  • Hay
  • Panton
  • Baron
  • Innes
  • Petrie
  • Black
  • Jack (= Jacob)
  • Pirie
  • Blenshell (“white, blonde”)
  • Junken
  • Proctor
  • Bonyman
  • Kay
  • Rainey
  • Knox
  • Reid
  • Braco
  • Kynoch (Gael, dark)
  • Abraham Ridge 1644
  • Brodie
  • Laurie
  • Roche
  • Bruce
  • Leslie
  • Rose
  • Cadell
  • Livie
  • Rosehaugh
  • Chrystie
  • Aeneas Mckay
  • Sellar
  • Davidson
  • Malcolm
  • Sinclair (St. Clair)
  • Denoon
  • Martine
  • Skeen
  • Ellis
  • Masson
  • Smeill (Smeal, Ismael)
  • Falconer
  • Mathieson
  • Steal
  • Fraser
  • May
  • Stewart
  • Gaderar
  • Mellice
  • Symson
  • Geddes (Cadiz)
  • Missan
  • Tarris
  • Glass
  • Minty
  • Troupe
  • Cosmo Gordon
  • Mories
  • Hierom (Hiram) Tulloch 1651
  • Isaac Grant
  • Morrice
Aberdour, Alford, Alvah et Alves

Ces quatre villes se trouvent également dans le nord-est de l’Écosse, et leurs inscriptions au cimetière fournissent des preuves supplémentaires d’une importante population juive française et sépharade (et peut-être islamique).

En effet, Alves est le nom d’une ville d’Espagne d’où de nombreux Séfarades sont partis lors de l’exil de 1492. Alvah est hébreu et arabe pour « sublime ». A Aberdour, nous trouvons une femme. nommé Bassilia Cameron, ainsi que Davidsons, Riddells, Addan, Clyne (Klein), Peirie et Gall (Gaulois). A Alford sont enterrés des personnes appelées Imlah, Tawse (lettre hébraïque Tau = 400), Morrice (= Moïse), Benzie (= Ben Zion) et Bandeen (Ben Din = « Fils de la religion » en arabe).

Il y a sept tombes templières répertoriées pour la famille Farquarson. Vraisemblablement, ce nom de famille est dérivé du nom commun de l’occupation arabe Al-Fakhkhar, « potier ». A Alvah se trouvent des pierres tombales pour Sherres (Sheretz), Ferrier (« iron worker »), Caies, Dow (David), Davie (David), Massie et un Abram Syme (Simon). Et dans Alves nous trouvons des pierres pour les personnes surnommées Hosack, Aster (« un d’Asturies en Espagne »), Gilzean et Mallies.

Cowie, Daviot, Dyce, Echt et Fyvie

Au cimetière de Cowie, nous trouvons de nouveaux noms de famille séfarades. Il s’agit notamment de Lees, Neper (Napier), Lyon (= Judah), Dallas et Perrin (= Perone).

Le cimetière de Daviot tire son nom de la forme française de David ; les juifs du Pape ont souvent pris le nom King ou Re, Reyes), Ritie, Valentine, Diack, Chesser (= Hezer). et Kellas, entre autres. (les juifs d’Avignon appartenaient au Pape et portaient souvent ce nom, comme les juifs anglais et italiens employés par le Pape).

Le cimetière de Dyce a plusieurs noms de famille séfarades, parmi lesquels Reiach (« vent » en arabe), Low (forme Askenazic pour Joseph), Raffan, Abel, For- bas, Annan, Dalgarno et Jolly (jolie française).

Le cimetière d’Echt comprend des noms de famille tels que Russel, Achnach, Lyell, Norrie, Ferries, Ferries et Shewan ( » schon  » est allemand et  » beau  » en yiddish, dont le nom populaire arabe est était Jafeh). Et Fyvie a les noms de famille Barrack,  Rainie, Joss, Florance (Florance, Italie), Castel (de Castille), Gamack, Gabriel et Cassie. Nous remarquons également la popularité de Alexander – en gaélique, Alistair.

Leslie, New Machar, Rathen, Rathen, Rhynie

Ces quatre cimetières portent tous les noms de familles du père juif dont ils sont proposé descendre (p. ex. Leslie/Ladislau) ou utilisent des noms de famille hébraïques/juifs, c.-à-d. Machar, Rathen, et Rhynie.

Au cimetière de Leslie, nous trouvons Riddells, Toughs (Tow), Benzie (Benzion), Hay. et Norrie. New Machar a des pierres tombales portant des noms de famille tels que Gill, Catto (Italien). et en espagnol pour « chat » : la forme allemande, Katz, bien qu’elle soit en fait formée d’un Hébreu. anagramme, est le nom de famille juif le plus courant aujourd’hui), Singer, Kiloti, Argo et Sherrilf. (= arabe, sherif). Rathen est plus petit, mais a plusieurs noms de famille séfarades dont Cheves, Lunan, Shirras, Yool et Esslemont. Rhynie, encore plus petite, a Symon, Castell, Tocher, Jessieman et Riach.

Skene, Tarves, Turriff, Turriff, Tyrie

Encore une fois, ce sont des cimetières dont les noms rappellent fortement le monde méditerranéen. Tyrie porte probablement le nom de Tyr, l’ancienne capitale de la Phénicie (aujourd’hui le Liban), et Tarves invoque le Tarsis, mentionné dans la Bible, situé par certains dans le sud de l’Espagne, la patrie des Séfarades.

Des personnes appelées Low, Massey, Hector, Davnie, Kellas, Menzies, Gammie et Tawse (Thow) sont enterrées à Skene, juste au nord d’Aberdeen. Une caractéristique inhabituelle de beaucoup de ces noms est leur origine grecque évidente. On pourrait supposer que tant de Grecs en un seul endroit témoignent des vestiges d’une colonie de Romaniots (Juifs grecs), peut-être déplacés vers l’Écosse lointaine par la chute de Byzance en 1453.

Au cimetière de Tarves, plusieurs tombes avaient des pierres plates et des conceptions de « livres ouverts » indiquant une pratique d’inhumation juive. Les noms trouvés ici étaient Tough (= Thow), Godsman, Perry, Norrie, Luias, Argo, Cassie et Cheyne (= lettre hébraïque Shin, avec un jeu de mots sur schon, « belle »). Le cimetière de Turriff avait aussi plusieurs pierres plates et des noms tels que Chessar. (Hezar), Imlach, Taws, Shirof (Sharif), Grassie (- Grassi, Garcia, Gracia, Gracia, l’ancestral). village d’une célèbre famille noble séfarade de la région de Barcelone), Chivas et Loban. (peut-être de Lobbes, un centre commercial dans les Pays-Bas). Enfin, Tyrie le cimetière avait plusieurs noms de famille sémitiques : Pirie, Lyon, Lee, Lovie, Lovie, Lowe (indicatif de lion/Loewe, pour la tribu de Juda), Shirran, Lunan (Sp. de Luna) et Chivas.

Aberdeen

Nous passons maintenant à la population d’Aberdeen proprement dite, dont le premier document utile est la liste des marchands et des commerçants de bourgades, à partir de 1600-1620. Pour devenir une bourgade, il fallait avoir un statut social, politique et économique dans la communauté. Il s’agissait d’un statut héréditaire, transmis de père en fils et non accordé à des étrangers à moins qu’ils n’épousent la fille d’une bourgeoise.

Les noms de plusieurs bourgades d’Aberdeen entre 1600 et 1600. 1620, 1631 à 1639 et 1640 à 1659 sont énumérés ci-dessous. Comme le lecteur le verra, il s’agit de un grand nombre de noms qui sont, à première vue, séfarade, juif français et même islamique.

De 1600 à 1620, par exemple, on trouve des Alliés (= Ali, arabe pour « homme »), Balmanno, Frachar, Gareauche, Horne (cp. Hebrew shofar), Menzies, Pantoune et Zutche. De 1621 à 1639, des noms tels que Alshinor, Ezatt, Goldman, Omay et Zuill apparaissent sur la liste. La période des années 1640 et 1650 voit s’ajouter Arrat, Daniell, Dovie, Izods, Pittullo et Yair. Au moment du premier recensement national écossais en 1696, d’autres noms de famille juifs et islamiques avaient élu domicile à Aberdeen, dont Deuran (cp. la famille rabbinique de Duran), Orem, Lucas, Scrimgeor, Monyman, Aeson, de Pamaer et de Pamaer. Lorimer. Vers la fin des années 1700 (1751-1796), une liste d’apprentis à Aberdeen comprenait Chillas, Gillet, Kemlo, Silver et Tilleray.

Recensement de 1696 : Aberdeen et Environs

Le recensement de 1696 permet également de savoir qui vivait dans les environs d’Aberdeen. Par exemple, à Belkelvie et New Machar, on trouve Barok, Brockie, Salmon, Talzor, Cowane, Hervie, Wysehart, Pyet et Essell (Heb. Assael). Et dans les villes voisines de Daviot, Bethelnie et Bourtie, il y a les noms de famille Hebron, Gammie, Lunan, Shivas, Shirres, Argoe, Currie, Yool, Benzie et Japp.

Bien que nous n’ayons pas listé tous les noms de famille dans la partie nord-est de l’Ecosse, nous avons donné un échantillon représentatif dans les listes publiées. Ce qui est frappant, c’est la très faible incidence des noms de famille écossais « traditionnels » (une fois que l’origine des familles juives aristocratiques comme Gordon, Fraser, Leslie et leurs semblables est prise en compte).

La population candidate à un héritage génétique paternel important à Aberdeen ressemble fortement à la population de la Contribution juive séfarade aux fondateurs de la Colombie, une colonie espagnole établie en Amérique du Sud à peu près à la même époque.

Les lignées mâles et femelles de la population colombienne ont été génétiquement cartographiées avec précision par Carvajal-Carmona et son équipe de généticiens de l’Université de Colombie. Antioquia (2000).

Ils ont trouvé une fréquence inhabituellement élevée (16 %) d’ascendance sémitique paternelle, y compris l’haplotype modal Cohen des prêtres juifs (p. 1290). De même, la correspondance entre les noms juifs mentionnés dans les archives de l’Inquisition espagnole et reflétés dans les listes des bourgeois d’Aberdeen et des marchands, est beaucoup trop élevée pour être une coïncidence.

Dans les deux documents, on peut retracer le chemin des réfugiés juifs fuyant la péninsule ibérique pour échapper au long bras du Saint-Office. Si les lecteurs devaient tabuler les listes complètes dans les documents originaux que nous citons en utilisant les pierres de touche des noms de famille que nous avons inscrit dans ces pages, environ 50 pour cent des noms de famille tomberaient dans la colonne Français-juifs/Sépharique/islamique.

Les noms marqués d’un astérisque apparaissent sous la même forme dans un registre contemporain des noms de famille juifs compilé par l’Inquisition espagnole.

Marchands et commerçants d’Aberdeen, 1600-1620
  • Adam*
  • Adie
  • Aiken
  • Aillies
  • Aittour
  • Alschenor
  • Anderson
  • Annand (cp. Anna*)
  • Bairres
  • Balfour
  • Balmanno
  • Banerman
  • Barbor (= “Berber”)
  • Barcar
  • Bethun (fr. Bethune)
  • Bissett
  • Black
  • Boduall
  • Brabner (“one from Brabant”)
    Brown (cp. Pardo)
  • Bruce
    Burrie
    Calder (cp.
  • Caldera, Calderone)
  • Calvelay
  • Cant (cp. Cantos*)
  • Carkeall
  • Chalmer
  • Cheine (cp. Bel*)
  • Chessure
  • Chives (cp. Chaves, Heb.
  • “friend”)
  • Chrystie (cp.
  • Cp. Gutierrez*
  • Cristell (= crystal)
  • Cristia[n]*)
  • Crukshank
  • Curror (cp. Curuyra*)
    Cuschny
  • Davidson (cp. David*)
  • Dolas (cp. Dola,* Dols,* Dolz*)
  • Dougall
  • Dower
  • Duvie
  • Enzie
  • Espline (cp. Esspina/o*)
    Falaquero* “potter”)
  • Farchar (Abraham, cp.
  • Farfar
  • Ferrie (cp. Ferriz*)
  • Flesher (cp. Carneiro* etc.)
    Forbes (Sp. Febos*)
  • Fraser
  • Fresser (Lat. Frisius* “one
    from Frisia”)
  • Freynd (= Ger. Freund,
    “friend”)
  • Gairdyn
  • Gallant (cp. Galante*, fr.
  • Ital.)
  • Gareauche
  • Geliy
  • Gerard
  • Gib (cp. Gibre*)
  • Gordon (cp. Gordo*)
  • Gorine
  • Gray (Sp. Gris*)
  • Guild
  • Guthrie (Hercules)
  • Hay (cp. Haym,* Hayon,*
  • Vida(l)*)
  • Herauld (Ila)
  • Hervie
    his majesty
    Hoip
  • Horne (cp. Trompero*)
    Innes (cp. Islas*)
  • Jaffray
  • Jameson (cp. Jacobei,
    Jaimes/z)
  • Junkyne
    Kay (cp. Caes*)
  • Kello
  • Kempt (“one from Kempes”)
    Kynnoir
  • Lamb (cp. Lamo*)
  • Lautie
  • Leidis
  • Leslie
  • Lillie
  • Logie
  • Low (cp. Leo*)
  • Lyell
  • Maissoun
  • Makkie
  • Malice
  • Manteith
  • Marr
  • Martine*
  • Mayne
  • Menzies (cp. Menezes*)
  • Mercur
  • Merschall
  • Merser*
  • Moir (cp. Pardo*)
  • Morrison
  • Ross (cp. Rojas* “red”)
  • Touche
  • Mowat (Heb. “excellent”)
  • Sandelands
  • Toux
  • Murray (= Moire)
  • Sanderis
  • Troup
  • Name (Heb. candle)
  • Schand (Ger. “shame”)
  • Ussey
  • Nauchtie
  • Scherar (cp. Serra*)
  • Vilguis
  • Nor veil
  • Schewane (cp. Bello*)
  • Waldgrew
  • Olephant
  • Sengzor (cp. Sanger*)
  • Watson
  • Paitrie (“pear tree,” Peirera*)
  • Settoun
  • Wolffrumber, John
  • Pantoune
  • Stewart
  • apothecary to
  • Perrie (cp. Pere*)
  • Sym (cp. Simo*)
  • Yester
  • Puiridok
  • Symsoun
  • Zutche
  • Ranye (= Rainey)
  • Taysche
  • Richie (cp. Rich,* Rico*)
  • Adam
  • Divinnes
  • Jaffray
  • Aickyn
  • Douglas (many)
  • Jack (= Jacob)
  • Aillies
  • Duncan
  • Keith
  • Aittoun
  • Ellis
  • Kelo
  • Alexander
  • Elphingstoune
  • Kempt
  • Allaides
  • Ezatt
  • Kennedy
  • AlShiror
  • Falconer
  • Ker
  • Annand
  • Ferrar (“one from Ferrara”)
  • Low
  • Astian
  • Fiddes
  • Lunan
  • Bachup
  • Fleming
  • Lyon
  • Balfour
  • Forbes (many)
  • Macky
  • Barclay
  • Fraser (many)
  • Mair
  • Barnet (Assyrian)
  • Gairdyn (many)
  • Maleis
  • Bastardus, Rochus (fr. Zee-
  • Galliar
  • Malice
  • Gardauch
  • Mar
  • Brabner
  • Garioche
  • Marischal
  • Brown
  • Geddes
  • Massie
  • Bruce
  • Gilzean
  • Maule
  • Burnet
  • Goldman
  • Mayen (fr. Mainz)
  • Burrie
  • Gordon (many)
  • Meiser
  • Caddell
  • Gourlay
  • Menzies (many)
  • Callendar
  • Gray
  • Mihie
  • Cassie
  • Greyushead
  • Moir
  • Castell, David
  • Gudeaill
  • Moncreiff
  • Chessur
  • Guthrie
  • Mowatt
  • Cheyne
  • Hackett
  • Muirhead
  • Christall
  • Hamman
  • Murray
  • Cruikshank
  • Hay (many)
  • Musset
  • Cushnie
  • Hervie
  • Norie
  • Dalgarno
  • Higgein
  • Oliphant
  • Daskorie
  • Horne
  • Omay
  • Dason
  • Innes
  • Ord
  • Davidson (many)
  • Irving
  • Paip
  • Panton
  • Ridge, Abraham
  • Stewart
  • Pattoun
  • Rogie
  • Storie
  • Paulitius
  • Rollok
  • Strachan
  • Peires
  • Rose
  • Sym
  • Pendillberie
  • Ross
  • Tarres
  • Petindreiche
  • Sanders
  • Thoiris
  • Pirie
  • Sandilands
  • Tillie, Arrell
  • Pouters
  • Scherar
  • Touch
  • Prymrois
  • Seton
  • Toux
  • Raff
  • Sibbald
  • Vallange
  • Raithe
  • Simon (Master of Lovat)
  • Vas
  • Rattrau
  • Sinclair
  • Wear
  • Ray
  • Skeyne
  • Whippa
  • Reid
  • Spottiswood
  • Zuil
  • Rickard
  • Stavines
Marchands et commerçants d’Aberdeen, 1640-1659
  • Abercrombie
  • Dalgleish
  • Izods
  • Adam
  • Daniell
  • Jaffray
  • Aikinhead
  • Davidson
  • Jamieson
  • Alder
  • Davie
  • Keilo (Gr. Kilo)
  • Alexander
  • Dazell
  • Kempt
  • Allardes
  • Desburrow
  • Kennedy
  • Ardudill
  • Divy
  • King, Hans Jacob
  • Arnot
  • Dobie
  • Law
  • Arrat
  • Dougall
  • Leslie
  • Banar
  • Douglas
  • Liewe (Flem. “one
  • Banerman
  • Duffus
  • vain”)
  • Barclay
  • Duighet
  • Lillie
  • Barham
  • Dune
  • Logie
  • Barnet (Assyrian)
  • Durat
  • Love
  • Bisset
  • Duvant
  • Low
  • Black
  • Eisot
  • Makie
  • Brown
  • Eresot
  • Marno
  • Bruce
  • Ergo
  • Massie
  • Bucas (Abraham)
  • Falconer
  • Massonet
  • Burrell
  • Fermor
  • Massoun
  • Campbell
  • Forbes
  • Melville
  • Chapman
  • Gordon
  • Menzies
  • Chaser
  • Gray
  • Merser
  • Chessor
  • Guidall
  • Mershaell
  • Chisenis
  • Harvie
  • Metcalf, Hadrian
  • Christie
  • Hayter
  • Mirrelou
  • Couper, Elias
  • Heres
  • Moir
  • Couzies
  • Herone
  • Moncur
  • Cushny
  • Horne
  • Morrell
  • Cymer
  • Hydmoir
  • Mosley
  • Dalgarno
  • Innes
  • Moss (Moses)
  • Mowat (merchant in Paris)
  • Robson
  • Stoker
  • Peirie
  • Sandelands
  • Tarves
  • Petrie
  • Schivell, David
  • Titus
  • Peugue
  • Scrogie
  • Tosch
  • Pittullo
  • Shirron
  • Troup
  • Progeris
  • Sibbald
  • Urrie
  • Purvie
  • Silvester
  • Valor
  • Raven (cp. Corvo, Raban)
  • Simson
  • Wachop
  • Reniken
  • Sinclair
  • Watt
  • Rhind
  • Skene
  • Weir, Jasper
  • Riauch
  • Skougall (David)
  • Winzet
  • Ritchie
  • Steinson
  • Wyllie
  • Ritter, Elias
  • Stewart
  • Yair
Recensement des terres libres d’Aberdeen, 1696
  • Abell
  • Davidsone
  • Joss
  • Adam
  • De Pamaer
  • Keilo
  • Adam
  • Deuchars
  • Keith
  • Aeson
  • Deuran
  • Kempt
  • Aisone
  • Diwie
  • Kennedie
  • Alexander
  • Downie
  • King 36
  • Allardes
  • Duffus
  • Kynach
  • Annand
  • Falconer
  • Lamb
  • Austeen
  • Forbes
  • Lawson
  • Bannerman
  • Forbes
  • Leonard
  • Barnet
  • Forbesses
  • Leslie
  • Binny
  • Foullar
  • Leys
  • Birnie
  • Fraser
  • Liddell
  • Bisset
  • Gall
  • Lilly (Arab. Sason)
  • Blacbree
  • Gallan
  • Logie
  • Black
  • Garden
  • Lorimer
  • Black
  • Garioch
  • Low
  • Blaire
  • Gibb
  • Low
  • Brans
  • Gillo
  • Lowrie
  • Brown
  • Godsman
  • Lucas
  • Bruice
  • Gordon
  • Lyall
  • Carnegie
  • Gray
  • Mackie
  • Cassie
  • Gray
  • Malis
  • Castle
  • Flarrow
  • Mann (Heb.)
  • Catto (= Katz)
  • Harvie
  • Mark
  • Cheyn
  • Flay
  • Marr
  • Christall
  • Hay (several)
  • Martein
  • Christie
  • Hendrie
  • Martine
  • Coupland
  • Honyman
  • Massie
  • Cowie
  • Hosack
  • Matheson
  • Cruickshank
  • Innes
  • Maver
  • Cushnie
  • Jack
  • Mavor
  • Dalbarno
  • Jamesone
  • Mellon
  • Melvill
  • Peirie
  • Shirres (fr.
  • Menzies
  • Phanes
  • Simer
  • Mercer
  • Philp
  • Smellie
  • Milne
  • Pirie
  • Snawie (cp.
  • Moffet
  • Proat
  • Whitehe;
  • Moire
  • Rae
  • Soupar
  • Moire
  • Ragg
  • Speed
  • Mollyson
  • Reed
  • Speidie
  • Monecht
  • Riach
  • Strachan
  • Mowat
  • Rickart
  • Stuart
  • Mowat
  • Ritchie
  • Taite
  • Murray
  • Rolland
  • Thow
  • Neper
  • Ross
  • Toash
  • Nicholl
  • Sandilands
  • Touch
  • Noble
  • Sangster
  • Toux
  • Norie
  • Sangster
  • Toux
  • Oliphant
  • Schand
  • Troup
  • Orem
  • Scrimgeor
  • Wallace
  • Paip
  • Scrogie
  • Watt
  • Panton
  • Seaton
  • Yeats
  • Peacock
  • Sharp (Ger. Kuhn)
  • Yooll
  • Pedder
  • Shewan
Les Apprentis d’Aberdeen, 1751–1796
  • Abel
  • Duncan
  • Legate
  • Adam
  • Dyce
  • Levie
  • Allardyce
  • Esson
  • Leys
  • Barclay
  • Falconer
  • Low
  • Barron
  • Fettes
  • Lunan
  • Bean
  • Fleming
  • Lyell
  • Bennet (Heb. Baruch)
  • Forbes
  • Mair
  • Black
  • Frazier
  • Marnock
  • Burnett
  • Gall
  • Mass
  • Caie
  • Gillet
  • Massie
  • Cassie
  • Gordon
  • Mathieson
  • Catto
  • Greenlaw
  • Menzies
  • Chillas
  • Hacket
  • Mercer
  • Christie
  • Harvie
  • Moir
  • Clerihue
  • Hogg
  • Morice
  • Collie
  • Horne
  • Morison
  • Courage
  • Howie
  • Murray
  • Cowie
  • Imlay
  • Napier
  • Cromar
  • Izat
  • Nowall
  • Cruikshank
  • Jaffrey
  • Petrie
  • Cushny
  • Kemlo
  • Pirie
  • Dalgarno
  • Kemp
  • Rae
  • Davidson
  • Kiloh
  • Rainee
  • Diack
  • Law
  • Rhind
  • Riach
  • Singer
  • Tocher
  • Riddell
  • Stark (German form of
  • Tough
  • Robb
  • Amos) 37
  • Troup
  • Ross
  • Stewart
  • Turriff
  • Sang
  • Stillas
  • Watt
  • Sheriffs
  • Symers
  • Wishar
  • Silver
  • Tilleray
Recensement de Belhalvie et de New Machar
  • Adie
  • Gill
  • Peirie
  • Aiken
  • Gordon
  • Peirie
  • Anand
  • Gray
  • Peiris (Sp. Peres)
  • Annand
  • Gray
  • Petrie
  • Bannerman
  • Harvie
  • Pirri
  • Bannerman
  • Hergeries
  • Pirrie
  • Barok (Heb.)
  • Hervie
  • Pyet
  • Barrok
  • Hervie
  • Reanie
  • Benzie
  • Innes (2)
  • Rhaney
  • Bisset
  • Jacksone
  • Robb
  • Black (2)
  • Jafray
  • Roch
  • Brockie
  • Jameson
  • Salmon
  • Broune
  • Jamieson
  • Salmond (2)
  • Catow
  • Jesseman
  • Salmone
  • Catto
  • Kemp
  • Samson
  • Caye
  • Ker
  • Sangster
  • Chyn (Shin, schon)
  • Lamb
  • Seymour (Heb.)
  • Cockee
  • Leslie
  • Shirreff
  • Couie
  • Logie
  • Shirres
  • Courag
  • Lucas
  • Shirres
  • Cowane (= Cohen)
  • Lyon
  • Shirris (2)
  • Cristall
  • Lyon
  • Sim
  • Crocket (= Crocquetaine)
  • Lyon
  • Simsone
  • Crystie
  • Mackie
  • Symon
  • Currie
  • Mairtine
  • Taillior (“fringer”)
  • Dallas
  • Man
  • Talzor
  • Daniell
  • Menzies (2)
  • Talzor
  • Darg
  • Moir
  • Tempell
  • Davedson
  • Morres
  • Tyrie
  • Davedson
  • Murey
  • Viccar
  • Davie
  • Mury
  • Walentine
  • Dewar
  • Naper
  • Warrock
  • Essell
  • Pantoun
  • Wysehart
Recensement de 1696 : Daviot, Bethelnie, Bourtie, Bourtie
  • Adam Syme
  • Forbes
  • Morress
  • Annand
  • Gammie
  • Norvell
  • Annand
  • Gellas
  • Panton
  • Argoe
  • Gellen
  • Panton
  • Austian
  • Gray
  • Petrie
  • Bannerman
  • Harvie
  • Pierie
  • Banon
  • Hebron
  • Pierie
  • Banzie
  • Hebron
  • Rae
  • Barrie
  • Imblae
  • Rainie
  • Benzies
  • Jack
  • Rerie
  • Birnie (Ger. “peary”)
  • Jamesone
  • Sewan
  • Black
  • Japp
  • Shirres
  • Black
  • Joss
  • Shirres
  • Brick
  • Kemp
  • Shirres
  • Broune
  • Kempe
  • Shivas
  • Chassier
  • Law
  • Shives
  • Christie
  • Lesly
  • Sime
  • Cristell
  • Lunan
  • Stark
  • Currie
  • Lunan
  • Steinsone
  • Davidsone
  • Lunane
  • Sympsone
  • Davidsone
  • Lyon
  • Tappe
  • Davie
  • Lyon
  • Watt
  • Dounie
  • Mackie
  • Wican
  • Dysart
  • Mathewsone
  • Yool
  • Elphinstone
  • Merchant (= Heb. Jacob)

De plus, il existe également des preuves que cette population exotique s’étendait vers le nord jusqu’aux îles Orcades. Les Orkneys étaient gouvernés par la famille Sinclair – de renommée templière – et il serait donc logique qu’ils permirent aux réfugiés liés aux Templiers de s’établir sur leurs terres.

Dans le cimetière de Yell sur Orkney, probablement nommé d’après le Jehiel hébreu (« Dieu vit ») – il y a aussi un comté de Yell, Arkansas, soit dit en passant – nous trouvons, par exemple, un Hosea Hoseason, un Basil Pole, un Jemima Jeromson et un Janet Tarel – tous domiciliés là tout récemment. Les listes de généalogie des noms de famille de l’île de Orkney,  incluent Annal, Arnot, Esson, Gorrie, Lyon, Davie, Gullion, Holland, Hourie et Omand en tant que « native born ».

De tels modèles remettent sérieusement en question la présomption que même ces parties les plus septentrionales de l’Écosse étaient habitées par des personnes principalement d’origine viking/scandinave. En effet, les enquêtes génétiques de la population dans le nord de l’Écosse ont permis d’établir qu’il y a un pool génétique étonnamment bas au niveau des « gènes vikings », bien que la part dominante du Atlantic Modal Haplotype (AMH) est celtique et par contre, la part ibérique n’a pas encore été déterminée de façon fiable (voir, par exemple, Wilson et al. 2001, ainsi que Helgason et al. 2000).

La Royauté a également été étroitement liée à Aberdeen. David II y avait ouvert un atelier de frappe de pièces de monnaie et sa sœur Matilda était mariée à Thomas Isaac (évidemment juif), commis et bourgmestre de la ville. Au début des années 1400, une famille séfarade, les Menezes/Menzies, est arrivée.

Keith (1974, p. 67) commente : Dans la première moitié du XVe siècle, une nouvelle famille apparaît sur la scène : les Chalmerses [de Camera, Cameron, Chambers, signifiant « chambellan »] étaient encore au sommet de leur influence lorsque le premier membre de cette maison, qui devait gouverner les destinées d’Aberdeen pendant 200 ans, fit son apparition dans le siège du prévôt. C’était Gilbert Menzies, supposé être le fils de Sir Robert Menzies de Wemyss. Gilbert venait de Perthshire à Aberdeen vers 1408…. Pas de famille autocratique plus brillante que les Menzies, n’a jamais résidé à Aberdeen. Ils tenaient la tête haute devant la royauté ; ils vivaient côte à côte. avec les plus opulents de la noblesse.

Parmi les familles dirigeantes d’Aberdeen, il y avait aussi les Bannermans, dont l’un, Alexander Bannerman, était médecin de David II. Un autre encore était Robert Davidson.

John Barbour (= Berbère) est devenu archidiacre d’Aberdeen en 1357. Keith (1974, p. 95) note qu’il « était un érudit et un homme d’affaires, ainsi qu’un prêtre et un poète… et surtout, il était un historien…. Il a vérifié à plusieurs reprises les comptes du ménage du roi et ceux de l’a couronne… Il a voyagé deux fois en France. David II et Robert II lui ont donné des pensions. »

Un autre prévôt d’Aberdeen, en 1416, était Thomas Roull (= Raoul), mentionné par Keith (p. 97).

Keith note également (p. 104) qu’un Andrew Schivas était le  » maître des écoles «  pour Aberdeen. Et la même famille Skene qui exploitait des usines de lin et des sucreries en Pologne a également produit Gilbert Skene, qui a occupé la chaire de médecine au Kings College en 1556 et est devenu médecin du roi Jacques IV. Skene est également l’auteur du premier livre sur le thème la médecine en Ecosse. Plus tôt encore, Bernard Gordon avait écrit un excellent traité sur le sujet le sujet (1305 c.E.), et ce texte était encore en usage à l’école de médecine renommée de Salerne (Italie) en 1480.

Un autre Gordon, un certain Patrick, a tenu la chaire hébraïque à l’Université Marischal à Aberdeen en 1642. Keith (p. 176) nous informe qu’il a « appris l’hébreu d’un juif » : très probablement, il le savait déjà. Et encore un autre Gordon, Thomas, se rendait régulièrement sur l’île de Leghorn en Italie au début des années 1600.

A cette époque, Leghorn, ou Livourne, avait une population juive importante et prospère, grâce aux licences et aux dispenses spéciales des dirigeants de Médicis de Florence ; c’était aussi le centre du commerce d’exportation de corail avec l’Inde (les pierres précieuses et les métaux étaient les marchandises d’importation). John Burnet, un autre Aberdonien, était déjà engagé dans le commerce du tabac avec le Maryland et la Virginie. Aux yeux des Anglais, le commerce du tabac écossais était illégal. Il a été réalisé dans le dos des marchands du Royal Exchange à Londres, devenant extrêmement rentable dans les années où les commerçants abérédoniens et norvégiens sont parvenus à sous-côter le contrat d’État avec la France.

Un riche marchand et financier écossais à Dantzig, Robert Gordon, a laissé 10 000 livres sterling pour la création d’une école pour garçons indigents à Aberdeen. Un autre Gordon de Londres, William, était docteur en médecine au Kings College de 1632 à 1640. Il a fait ses études à Padoue en Italie et a étudié la dissection, qu’il a introduite dans le programme de médecine. Il a également été directeur commercial du collège (Keith, pp. 306, 339).

Cependant, les descendants de familles juives du nord de l’Écosse n’étaient pas toutes des piliers de la société bienséante. Plusieurs étaient des contrebandiers (Wilkins 1995).

En France, un Alexander Gordon de St. Martins et un Robert Gordon de Bordeaux ont approvisionné John Stewart de Inverness, en Écosse, avec du sel et de l’alcool de contrebande. De même, Andrew Cruikshank, John Sutherland et Alexander Brodie ont fait la contrebande de tabac de Port Hampton, en Virginie, à leur usine de Gourdon pendant la guerre d’Indépendance américaine, prouvant peut-être une fois de plus, que l’argent surpasse la politique quand il s’agit de pouvoir.

Enfin, nous devons poser la question : Ces familles aberdoniennes entretenaient-elles encore des liens sociaux et économiques avec leurs familles ancestrales en France et avec d’autres Crypto-Juifs de ce pays ou d’ailleurs?

Nous croyons que la réponse est un Oui retentissant et nous utiliserons les fournisseurs étrangers de Stewart, montrés comme un cas d’espèce.

Tout d’abord, le lecteur est invité à consulter la liste des villes avec lesquelles ces Écossais entretenaient des relations commerciales. Ils vont de la Scandinavie (Copenhague, Stockholm, Bergen) à la Hollande (Rotterdam), à la France (Rouen, Boulogne), à l’Espagne (Barcelone), à l’Italie (Livourne) – tous des lieux de Crypto-Juifs séfarades après l’Inquisition.

De plus, les partenaires commerciaux utilisés dans ces villes comprenaient non seulement des personnes ayant des parents ou des ancêtres maintenant à Aberdeen (p. ex. Robert Gordon et John McLeod à Bordeaux ; Campbell à Stockholm ; Farquhar à Bergen, Norvège), mais – ce qui est très important – des maisons de commerce juives qui ne font habituellement du commerce qu’avec d’autres compagnies juives. Par exemple, Jacob Ferray au Havre ; Shalet, Vonder et Ferrant à Barcelone ; et Rosenmeyer, Flor and Co. à Frederick- swaag.

Ceci, nous le postulons, est une preuve forte d’une conscience judaïque commune et d’une identité ethnique reconnue au niveau international. 

Fournisseurs étrangers de John Stewart

William Watt Jr. & Co. et Alexander Bain Jr. & Co. et Alexander Bain Jr. & Co.

Stockholm : Nelleton & Campbell, Montgomery Mould & Fenick, Campbell, Gerrard & Gerrard & Fenick. Dobson

Göteborg : Hugh Ross
Danzig : Marjoribanks & Coutts, Francis Grant
Hambourg : David Barclay, Bartholomew Bludworth.
Copenhague : Alexander Ross
Amsterdam : Jackson & Bradley

Rotterdam : Alexander Andrew, Robert Gerrard, John Gordon, Robert Mackay, Robert Gerrard.

Campvere : David Gregory

« En Hollande » : John MacDonald

Boulogne : Charles Smith

Rouen : Robert Arbuthnott

Havre : Jacob Ferray

St Martins : John Souper, Alexander Gordon
Bordeaux : Robert Gordon, John MacLeod
Bilbao : Ivan van Duffel

Barcelone : Shalet, Vonder & Ferrant, Winder & Ferrand
Leghorn/Livorno : Aickman & Winder, Godfrey & Hudson
Bergen : William Farquhar, Jesper de Fine
Rotterdam : William Murdoch, George Gibson
Frederickswaag, North Faro : Rosenmeyer, Flor & Co.
Göteborg : Faible & Smith
Dunkerque : Alexander Hunter

Tout aussi éloquents, les liens des Juifs écossais avec d’autres pays sont les noms des Écossais qui ont servi dans l’armée russe ou qui ont exploité des entreprises en Russie au cours des années 1600 et 1700.

La Russie à cette époque était extrêmement accommodante pour les Juifs de divers pays, dont la Pologne, l’Allemagne, la Poméranie et la Hongrie, dans un effort d’internationalisation de son économie. Pratiquement toutes les grandes familles écossaises ont envoyé des membres en Russie.

Parmi les plus remarquables se trouvaient les Gordons et les Davidson. Ces derniers sont devenus Davidoffs/Davidovs, et tous deux ont des descendants russes (et sans doute aussi israéliens) reconnus comme juifs. En effet, les deux Gordons juifs russes dont nous avons testé l’ADN, portaient tous les deux le gène des Kohanim.

Écossais ayant servis dans l’armée russe ou en opération et les entreprises en Russie, 1600-1800

Sir Robert Adair 1791
James Adamson 1600s
John Adie 1632
James Afflech 1632
Adam Aikman 1600s
James Alexander 1690s
Alexander Annan 1631
John Annand 1660
Andrew Arbuthnot 1606
John Arnot 1600s
James Balfour 1770
James Bannatine 1632
Bannerman 1661 1661
Peter Barclay 1664
Achille Beaton 1632
John Bell 1691
Robert Bowie 1771
David Broun 1600s
Andrew Bruce 1632
James Daniel Bruce
1686-1698-1726
William Bruce 1647
Lewis Calderwood 1755
Charles Cameron 1772
John Carr /Kar 1618* John Carr /Kar 1618
Robert Carr /Kerr 1610* Robert Carr /Kerr 1610*.
David Carran 1529
William Carrick 1783
John Christie 1790s
Alexander Clerk 1722
(= Schreiber)
William Colley 1795
David Cooper 1632* 1632
Thomas Dalyell 1656
Vladimir Davidov 1809 (Descendant de Davidson)
Gilbert Davidson 1632
Peter Davidson 1479
William Davidson 1632
Alexander Davie 1761 1761
Francis Douglas 1634
Simon Douglas 1710
Kenneth Duffus 1732
James Duncan 1630
John Elphinston 1769
Gabriel Elphinstone 1500s
Robert Erskine 1704
Henry Farquharson 1698
Robert Fleck 1632 (Ger. pour Fr. moir « spotted »)
George Forbes 1675
James Forbes 1633
William Freer 1768
Andrew Gardyne 1650
Thomas Garvine 1690
Charles Gascoigne 1737
Isaac Geddes 1630s
Foin George 1763
David Gilbert 1625
John Gilbert 1637
Alexander Gordon 1632
Alexander Gordon 1632
Alexander Gordon 1695
Alexander Gordon 1710
Alexander Gordon 1739
George Gordon 1690s
Harie Gordon 1691
Henry Gordon 1784
James Gordon 1632
James Gordon 1689
Patrick Gordon 1661f
Robert Gordon 1632
Theodore Gordon 1681
Thomas Gordon 1717 1717
William Gordon 1632
William Gordon 1692
William Gordon 1764
David Graham 1639
Mungo Graham 1730
Gilbert Gray 1632
Samuel Greig 1735
James Grieve 1733
John Grieve 1778
William Guild 1685
Thomas Guthrie 1632
Alexander Hamilton 1661 1661
Alexander Hamilton 1670 1670
Andrey Hamilton 1647
Ivan Hamilton 1705
Johan Hamilton 1660s
John Hamilton 1629
John Hamilton 1678
Mary Hamilton 1690s
Peter Hamilton 1715
Thomas Hamilton 1542
David Hay 1630
Gelenus Foin 1784
John Hay 1725
Thomas Hay 1650s
William Hay 1661 1661
William Hay 1718
L. Isaac 1784
Gabriel Kar*
George Keith 1650s
George Keith 1661 1661
James Keith 1696
Robert Keith 1774
William Keith 1632
Alexander Leslie 1618* Alexander Leslie 1618
Lewis 1700s
John Livingstone 1630s
Archibald Lovell 1632
Peter Lyall 1632
Peter Lyon 1632
James Main 1659
Thomas Marr 1632
John Menzies 1670
Thomas Menzies 1660
William Menzies 1670
John Moubray 1600s
John Muir 1661 1661
Andrew Murray 1632
Ethan Murray 1632
James Murray 1632
Peter Murray 1632
William Murray /Morea
1636
George Napier 1730s
George Ogilvy 1648

*Encore beaucoup de descendants en Russie.

Le tsar Pierre le Grand, Jacobite, a laissé de nombreux fils et parents en Russie.

Alexander Orrie 1632
Onagre d’Archibald 1632
David Primrose 1632
James Ramsay 1646
George Rattray 1632
William Riach /Reach 1632
David Ruthven 1600s 1600s
Anthony Saunders 1632
William Scrymgeour 1632
Walter Sharp 1752
Malcolm Sinclair 1709
George Skene 1617
Albert Stewart 1678
Gile Stewart 1632
Neill Stewart 1739
William Stewart 1610***.
John Stranack 1770s
(Franc-maçon)
Cygne Alexandre 1632
Henry Wallace 1632
James Wardlaw 1632
Robert Watson 1632
James Wauchop 1630
James Wemyss 1629
Job Wood 1632
Peter Yuille 1615

**Un certain nombre de Stewart sont devenus des nobles en Russie et en Suède.

Aller vers la onzième partie

Traduit avec www.DeepL.com/Translator, à partir du pdf en anglais

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Aujourd'hui, je fais appel à vous afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne... Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email