SHARE
Preuves par l’ADN, l’archéologie, l’analyse des migrations et des archives publiques et familiales…

quand l'ecosse etait juive

Un livre de Elizabeth Caldwell Hirschman et Donald N. Yates.

LIRE LA 1ère PARTIE – 2ème PARTIE – 3ème PARTIE – 4ème PARTIE – 5ème PARTIE – 6ème PARTIE – 7ème PARTIE – 8ème PARTIE  9ème PARTIE 10ème PARTIE

Chapitre X

Les Religions d’Ecosse : Le presbytérianisme avait-il des origines Crypto-juives?

Ce livre a commencé par une idée provocante : L’Écosse est, ou était, juive.

Les chapitres précédents ont exploré l’ascendance et la culture juive de certaines des principales familles écossaises et d’une grande partie de sa population.

Nous présentons maintenant une thèse tout aussi improbable, que nous croyons néanmoins correcte : les origines de la Réforme protestante et surtout la forme particulière qu’elle a prise en Écosse – le presbytérianisme – sont aussi liées à l’influence du  judaïsme.

En tant qu’auteurs de cette enquête nous n’avons pas seulement appris en grandissant que nous étions d’origine écossaise, mais nous avons aussi été élevés dans la foi protestante. Et par la suite nous avons découvert que nos racines « écossaises » n’étaient pas celtiques, mais séfarades et juives françaises. Nous avons également été amenés à remettre en question les origines traditionnelles du protestantisme écossais.

Comme c’était le cas pour nous, la plupart des lecteurs ont probablement « appris » qu’au début,  l’Écosse a commencé était un État membre d’un pays païen, druidique, vénérant la nature et le soleil. Puis, vers 560, St. Columba (Columcille, né autour de 521, décédé 597) arrive d’Irlande, et établi le premier monastère chrétien à Iona, et commence à convertir la campagne environnante au christianisme. Ostensiblement, la terre entière a ensuite été conquise par le catholicisme romain, auquel les écossais sont restés fidèles jusqu’à ce que John Knox et d’autres réformateurs, mènent l »Écosse au protestantisme dans les années 1560.

Comme nous l’avons vu au chapitre 1, l’histoire réelle de la religion en Écosse est beaucoup plus équivoque et incertaine.

Les pèlerins d’aujourd’hui qui visitent « l’église abbatiale de Saint Columba » sur l’île éloignée d’Iona pour se délecter de son passé celtique ne s’arrêtent généralement pas sur le fait que la structure cruciforme date en fait du IXe siècle, quatre cents ans après que Columba ait vécu, et a été construite comme un monument pour marquer le triomphe du catholicisme romain sur la religion celtique, qui a ensuite été reléguée à l’oubli.

Il y a très peu d’artefacts conservés de l’église celtique d’origine et presque aucun texte qui n’a pas été recouvert de traditions orthodoxes ultérieures (et suspectes).

Les symboles authentiques les plus anciens qui peuvent être liés à l’église Columban se trouvent sur le reliquaire Monymusk, qui ne comporte aucune représentation d’une croix, Chi-Ro, ou autre iconographie chrétienne, ne présentant qu’une forme zoomorphique de décoration similaire à celle de la population « païenne » environnante.

En effet, Donald Meek, professeur d’études celtiques à l’Université d’Aberdeen, a suggéré que la plus grande partie de ce que nous pensons savoir sur l’église celtique provient d’une construction littéraire romantique du XVIIIe siècle, à partir des poèmes du barde « Ossian » et, plus récemment, de « celticistes » et de passionnés de New Age (2000, chapitres 1-6).

De plus, le terme « celtique » est resté en sommeil depuis l’antiquité jusqu’à ce qu’il revive grâce à l’humaniste George Buchananan, tuteur de Mary Reine d’Ecosse et plus tard de son fils, le futur James Ier d’Angleterre (Atherton 2002, pp. 24-28).

L’appelation elle-même est une idée fausse, et les critiques récents ont même retiré l’utilisation du mot « église » de l’expression « église celtique » au motif qu’elle implique une hiérarchie et une organisation qui n’ont jamais existé (pp. 51-52).

Il y a des reflets du judaïsme en tant que précurseur et compagnon du christianisme dans les îles britanniques.

Deansley (1963) note que les premiers saints romains s’appelaient Alban, Aaron et Julius, bien qu’ils n’apparaissent pas dans les martyrologies officielles (p. 6), et nous avons déjà fait des remarques sur le statut unique de Saint David au Pays de Galles. Nous avons également vu que le premier saint de l’église irlandaise, Ninyas, a peut-être été ainsi nommé parce qu’il est venu, via la Gaule, de Ninevah (Ninive) au Moyen-Orient.

Il y a des preuves de relations avec les Grecs méditerranéens, les Juifs et les Syriens à l’époque romaine, et de plus en plus au sixième siècle et plus tard. D’ailleurs, la plus grande différence entre les moines « celtiques » de style ancien et ceux de l’Angleterre anglo-saxonne tourne autour de la célébration de Pâques : les Ecossais « comptent comme les juifs … ». même s’ils savaient que les chrétiens célèbrent toujours la Résurrection le premier jour de la semaine » (p. 85).

Les Écossais et les « Irlandais du Nord » se sont longtemps accrochés à leur coutume de célébrer Pâques le même jour que les Juifs, même après que le Synode de Whitby ait tenté de régler la controverse en 664 de notre ère. (p. 85 à 90).

Enfin, nous devrions évoquer la possibilité que le deuxième point de divergence souvent souligné par les érudits, la tonsure « celtique » dans laquelle l’avant de la tête, plutôt que le dessus, a été rasé, peut avoir été inspiré par une adhésion littérale à l’injonction de la Torah pour signaler son identité juive aux autres nations en veillant à ce que le Shema et les commandements « servent de symbole sur le front » (Ex 6,8).

Cet insigne particulier de la foi et de l’ethnicité a également persisté en Ecosse, jusqu’à l’époque des Templiers, et nulle part ailleurs dans toute la chrétienté.

En ce qui concerne le paganisme sous-jacent que le judaïsme et le christianisme ont combattu, des formes de culte de la nature telles que le culte de la fertilité de l’homme vert peuvent être trouvées dans les châteaux et les églises à travers l’Ecosse.

En effet, le paganisme s’est éteint lentement, et a perduré dans les pays celtes, qui ont su développer leur propre identité religieuse et se sont souvent montrés à l’abri du « christianisme militant » sur leur terre. 

Selon Jones et Pennick (1995, pp. 96-110) :

Au Pays de Galles, en Ecosse, en Irlande et en Bretagne, les anciens dieux, parfois vénérés sous couvert de saints celtes (c’est-à-dire non canonisés par le Pape), étaient vénérés de façon vraiment païenne… En 1589, John Ansers rapporte que des taureaux ont été sacrifiés « la moitié à Dieu et l’autre à Beino » dans le cimetière de Clynog, Lleyn, Pays de Galles…. Ces bovins étaient vendus pour l’abattage par le commissaire de l’église le dimanche de la Trinité. La coutume est tombée en désuétude au XIXe siècle…..

Les observances païennes se poursuivent au XXe siècle dans les pays celtes. Un païen recueillie vers 1910 par W.Y. Evans-Wentz auprès d’une vieille femme Manx, invoque le dieu celtique de la mer… Dans les Highlands écossais, les libations de lait sont versées sur une pierre spéciale, en l’honneur du Gruagach, une déesse qui veille sur les vaches……… Jusqu’aux temps modernes à Iona des libations similaires ont été versées à un dieu correspondant à Neptune….

Le paganisme s’est épanoui en Écosse après l’éclatement de l’Église catholique. Dans la région de Gaerloch, Wester Ross, les « vieux rites » de la divinité Mhor-Ri, le Grand Roi, transformé en St Maree, Mourie ou Maelrubha, ont été observés jusqu’au XIXe siècle.

En 1656, le presbytère de Dingwall, « finissant parmi les pratiques abominables et païennes, que les gens de ce lieu étaient habitués à sacrifier des taureaux à une certaine époque, le 25 août, jour qui est dédié, comme ils leconçoivent, à St Mourie, comme ils l’appellent…. et avec leur adoration des puits et des monuments et pierres superstitieux », a tenté de supprimer les observances de Mhor-Ri, qui, selon les Presbyteriens, incluait de « sacrifier à certains moments au Loch de Mourie… quherein [où] sont les monuments de l’idolâtrie, » aussi « verser du lait sur les collines comme offrandes ». Des étrangers et « ceux qui viennentt de forren countrys » ont participé aux « vieux rites » de Mhor-Ri.

La tentative de suppression a échoué. Vingt ans plus tard, en 1678, les membres du clan Mackenzie ont été convoqués par l’Église à Dingwall pour les raisons suivantes : « sacrifice  d’un taureau d’une manière païenne. » …

En 1699, un homme a été traduit en justice devant l’église à Elgin, accusé d’idolâtrie.

Cette éradication tardive de l’idolâtrie, en grande partie enracinée dans les coutumes romaines, pré-romaines et matriarcales du Moyen-Orient, comme le culte de la triple déesse (Graves 1975), témoigne du bilan général de l’Écosse en matière de tolérance religieuse, ainsi que de la diversité et de l’amalgamation de ses religions au fil des siècles.

Quand Malcom Canmore, le roi d’Ecosse, et son épouse d’origine hongroise, Margaret, se sont mariés en 1069, la cérémonie a été effectuée par un Culdee, ou prêtre celtique, nommé Fothad.

L’église celtique avait ses propres prêtres et ses propres pratiques religieuses qui, comme nous l’avons vu au chapitre 1, correspondaient plus étroitement aux coutumes et croyances judaïques qu’au rite romain.

Les prêtres culdéens ont continué d’officier en Écosse dans la plupart des églises jusqu’aux années 1200 (Howie 1981, pp. 4-8), époque à laquelle, selon nous, un important contingent d’aristocrates, de nobles, de marchands et de commerçants Crypto-Juifs vivaient en Écosse, et étaient  “alive and well” (en vie et en bonne santé).

Il y a des preuves qui montrent que certains lieux de culte, même après 1200, ont été administrés par des Juifs ou des Crypto-juifs.

La liste ci-dessous montre les antécédents connus de L’abbaye d’Inchmaholme dans le centre-sud de l’Ecosse. La liste est incomplète, elle comporte notamment les lacunes liées à la destruction de documents à l’époque de l’iconoclasme sous les rois Tudor.

Mais regardez les noms, le premier prieur s’appelait Adam (1296), un nom hébreu plutôt que le nom d’un saint provenant du Nouveau Testament, le second s’appelait Maurice, une version juive française commune de Moïse. De 1419 à 1469 on trouve des noms de famille de style français, ou normand (par exemple, de Port). Un second Maurice/Moses apparaît en 1445, un Gilbert de Camera (Séfarade) en 1450-1469, et un David Noble (Nobel, également juif français), en 1468.

Liste  des prêtres de l’abbaye d’Inchmaholme :

  • Adam
  • Maurice
  • Cristin
  • Patrick de Port
  • Patrick de Cardross
  • Thomas de Arbroath
  • Maurice de Cardross
  • Gilbert de Camera (Chalmers)
  • David Noble
  • Thomas Dog
  • John Cavers
  • Alexander Ruch
  • Walter Drummon
  • John Ruch

Les évêques et archevêques connus de la cathédrale St Andrews, où plusieurs tombes templières et le célèbre sarcophage de David ont été trouvés, apparaissent ci-dessous. Parmi eux, nous voyons une série de chefs religieux Chuldee/Celtic : Maeldwin, Tuthald, Fothad, Turgon, un écart, puis un Robert, un Arnold, un Richard, un John Scot et un autre Roger.

Mais en 1202, il se passe quelque chose de très intéressant : William Malvoisin (1202-1238) succède, et son nom de famille est français. Il est suivi de David de Bernham (avec un prénom hébreu), Abel de Colin (hébreu à nouveau), Gamelin (hébreu), un Wishart, un Fraser (famille Crypto-juive) et, en 1328-1332, James Ben (nom de famille juif). En 1478-1497, pendant presque des années, le siège a été gouverné par William Scheves (nom de famille juif). Il a été suivi par plusieurs Stewarts, Beatons, un Douglas et un Adamson.

Avec l’arrivée de la Réforme, on trouve un George Gledstanes (Gladstone, souvent juif). La famille Spottswood, qui suit, comprenait plus d’un médecin et avait des liens avec le Maroc ; un lieutenant-gouverneur de Virginie du même nom s’installa dans cette colonie d’innombrables de ses compatriotes et coreligionnaires pour explorer les métaux précieux et développer le commerce et l’industrie.

Évêques et archevêques de St. Andrews :

  • Maeldwin ?c. 1028-1055
  • Tuthald ?1055
  • Fothad c. 1070-1093
  • Turgot c. 1107-1115
  • Robert 1123-1159
  • Arnold 1160-1162
  • Richard 1163-1178
  • John Scot 1178-1188
  • Roger 1189-1202
  • William Malvoisin 1202-1238
  • David de Bernham 1239-1253
  • Abel de Golin 1254
  • Gamelin 1255-1271
  • William Wishart 1271-1279
  • William Fraser 1279-1297
  • William Lamberton 1297-1328
  • James Ben 1328-1332
  • William Landallis 1342-1385
  • William Trail 1385-1401
  • Henry Wardlaw 1403-1440
  • James Kennedy 1440-1465
  • Patrick Graham (archbishop 1472) 1465-1478
  • William Scheves 1478-1497
  • James Stewart 1497-1504
  • Andrew Forman 1514-1521
  • James Beaton 1521-1539
  • David Beaton 1539-1546
  • John Hamilton 1546-1571
  • John Douglas 1571-1574
  • Patrick Adamson 1575-1592
  • George Gledstanes 1604-1615
  • John Spottiswood 1615-1638
  • James Sharp 1661-1679
  • Alexander Burnet 1679-1684
  • Arthur Ross 1684-1689

Tout aussi remarquables sont les noms des évêques de la cathédrale de la ville de Dunblane, située juste au-dessus de Stirling.

Nous trouvons les premières traces habituelles des noms de Culdee/Celtic (S. Blane, Colum), mais ensuite, de façon incongrue, un Daniel apparaît en 640-659, suivi d’un Ronan (689-737), un Maelmanach (peut-être araméen ou arabe, 737-776) et Noe (portugais). Sephardic, 776-790).

Un grand hiatus de plus de 300 ans se produit ensuite, lorsque la liste reprend avec la mention a Lawrence (français) succède, remarquablement, par un Symon (hébreu), un Jonathan (hébreu), et un Abraham (1212-1225). Ce dernier semblerait certainement être Juif, et aurait servi pendant 13 ans.

Évêques et ministres de la cathédrale de Dunblane :

  • S. Blane 602-?
  • Colum 640
  • Daniel 640-659
  • Iolan 659-689
  • S. Ronan 689-737
  • Maelmanach 737-776
  • Noe 776-798
  • M ? 1155—?
  • Lawrence 1160-1178
  • Symon 1178-1196
  • W ? 1196-1197
  • Jonathan 1198-1210
  • Abraham 1212-1225
  • Ralph 1225-1226
  • Osbert 1227-1230
  • St. Clement 1233-1258
  • Robert de Prebenda 1258-1284
  • William 1284-1296
  • Alpin 1296-1300
  • Nicolas 1301-1307
  • Nicolas de Balmyle 1307-1319
  • Maurice 1322-1347
  • William 1347-1361
  • Walter de Coventre 1361-1371
  • Andrew 1312-1380
  • Dougal 1380-1403
  • Finlay Dermoch 1403-1419
  • William Stephan 1419-1429
  • Michael Ochiltree 1429-1447
  • Robert Lawder 1447-1466
  • John Hepburn 1466-1486
  • James Chisholm 1487-1526
  • William Chisholm 1526-1564
  • William Chisholm 1561-1573
  • Robert Pont (du Pont) 1562
  • Thomas Drummond 1564
  • Adam Bellenden 1615-1635
  • William Fogo 1619-1623

Gardez à l’esprit que ces modèles, d’exercice d’une fonction, sont antérieurs à l’énorme émigration des Juifs ibériques due à l’Inquisition.

En effet, les spécialistes religieux ont fait remarquer qu’il serait téméraire de supposer que les 200 000 Juifs expulsés d’Espagne et du Portugal après 1492, ajoutés aux millions d’autres qui s’étaient déjà convertis, authentiquement ou non, au catholicisme, n’ont eu aucun impact sur la pratique religieuse dans les pays vers lesquels ils ont émigré (voir Lavender 2003, p. 1).

Comment pourraient-ils ne pas avoir eu un impact non négligeable ? Ils étaient bien éduqués, dans de nombreux cas plus instruits et mieux formés aux professions libérales que la majorité chrétienne. Ils étaient multilingues, ayant voyagé, étant socialement actifs, occupant souvent des postes clés au sein du gouvernement, des finances et de l’administration civile.

(Par exemple, John Mossman était le trésorier royal de Jacques IV d’Écosse, et un architecte-maçon nommé Moise Martyne a conçu la façade est du Falkland Palace pour James V.).

Leur nombre comprenait une forte proportion de médecins, professeurs, artistes, philosophes, commerçants internationaux, astronomes, fabricants, artisans, cartographes, constructeurs de navires, architectes, banquiers, courtiers, métallurgistes, bijoutiers, forgerons, vitriers et chimistes. Certains se sont élevés aux échelons supérieurs de la société, devenant conseillers des rois et des empereurs, des papes et des princes, en effet, un petit nombre d’entre eux ont fait carrière au sein de l’Église catholique (Gitlitz 2002, pp. 563-69).

Dans tous ces rôles sociaux, leurs croyances religieuses secrètes doivent avoir influencé leur discours, leurs actions et leurs conseils.

Lavande (2003), qui a récemment découvert l’ascendance sépharade derrière les racines huguenotes françaises de sa famille à Charleston, S.C., attire l’attention sur le fait que le sceau huguenot de 1559 porte les mêmes quatre lettres hébraïques cabalistiques, YHVH (le Tétragrammaton), gravées sur un buisson ardent, ainsi que nous l’avons trouvé sur la couverture du psautier d’Edward Raban à Aberdeen en 1623.

Beaucoup d’Huguenots étaient autrefois Juifs et Maures (Roth 1932), et en France, la persécution des Juifs et des Huguenots allait de pair.

Les dragonnards du roi s’en sont pris aux deux, avec la même férocité, et souvent la même législation a été utilisée pour les condamner devant les tribunaux et saisir leurs biens. Ne serait-il pas plus que fortuit que la Réforme protestante jaillisse de ces mêmes pays vers lesquels se sont enfuis les Séfarades – France, Suisse, Allemagne, Hollande, Angleterre et Ecosse?

Remarquant la principale différence entre la Réforme en Écosse et en Angleterre, M’Gavin écrit :

L’Angleterre a conservé bon nombre des cérémonies, des habitudes et presque tout le cadre de l’établissement [catholique] précédent. En Écosse, ceux-ci furent généralement balayés, et un ordre fut établi, simple et non ostentatoire, ayant plus d’un royaume spirituel, et beaucoup moins de splendeur de ce monde, que notre voisin du sud [Howie 1981, p.11].

Curieusement, peu d’érudits ont activement poursuivi cet angle d’investigation en explorant les origines du protestantisme.

Nous soupçonnons que c’est pour les mêmes raisons que l’histoire écossaise est normalement racontée comme une bataille mono-thématique pour l’indépendance vis à vis de « l’éléphant britannique », au point qu’un écrivain populaire se trouve en connivence avec un tel zèle partisan… (Kennedy 1995)

En fait, les Ecossais en viennent à être définis uniquement comme une souche Britannique, éclipsant toutes les autres souches de nationalité et de culture qui sont entrées dans la construction de l’Ecosse moderne. Nous proposons que la Réforme, au-delà d’être un mouvement contre le catholicisme, doit également être considérée comme un mouvement vers le judaïsme.

John Calvin/Cauvin (1509-1564)

220px-John_Calvin_by_Holbein

John (Jean) Calvin est né en 1509 en Picardie, France ; le nom de famille était peut-être en fait Cauvin.

Le père de John, Gerard, était employé comme avocat par le Seigneur de Noyon. De la jeunesse de Jean, nous savons seulement qu’il a servi la noble famille de Montmor et qu’il a étudié pour le sacerdoce. Au début de l’âge adulte, Calvin s’installe à Paris, où il se lie d’amitié avec les deux fils du médecin du roi de France. Étant donné leur nom de famille et l’occupation de leur père, Nicholas et Michael Cop étaient probablement d’origine Crypto-Juifs.

Le père de Calvin l’a persuadé d’abandonner la formation pour une carrière ecclésiastique et de poursuivre des études en droit. Toutefois, en 1529 Calvin a décidé à la place de chercher une éducation dans les sciences humaines sous la direction du savant Andrea Aciate à Bourges (France).

Calvin était rejoint par un ami d’Orléans, Melchior Wolmar, qui a instruit Calvin en Grec et plus tard à Paris, Calvin est devenu compétent en hébreu.

De 1532 à 1534, Calvin connaît une épiphanie religieuse, se tournant vers le protestantisme. Parallèlement, son ami Nicolas Cop est élu recteur de l’Université de Paris. Calvin a aidé à préparer le discours inaugural de Cop qui était fortement protestant. En conséquence, Cop a reçu l’ordre de comparaître devant le Parlement parisien, mais s’est enfui à Bâle, en Suisse –  bastion protestant.

A l’époque, une guerre était en cours entre François Ier et Charles V, de sorte que Calvin a dû se rendre en Suisse par Genève. A Genève, William Farel (portant un nom de famille séfarade), fondateur de l’Eglise réformée à Genève, a convaincu Calvin de rester et d’aider à prêcher la nouvelle théologie protestante. Calvin a mis en place, et tenu, plusieurs écoles religieuses protestantes dans la ville.

Cependant, la théologie au sein du nouveau mouvement protestant était en mutation ; une diversité de positions théologiques était présente dès les premiers jours, peut-être en raison du désir de renverser l’orthodoxie stricte de la doctrine catholique.

Ainsi, le point de vue de Calvin était partagé par certains théologiens réformistes de l’époque, mais pas par tous. Calvin a ensuite déménagé à Strasbourg où il a épousé une veuve, Idelette de Burre, en 1540. Il a continué à prêcher, écrire et enseigner à Strasbourg, s’établissant comme l’un des premiers moteurs de la nouvelle théologie.

Sa biographie nous apprend que le père de Calvin était avocat en Picardie, qui à l’époque, abritait une colonie florissante de Marranes. De toute évidence, son père était alphabétisé et instruit. Il était aussi un conseiller de la noblesse – traits communs des juifs Crypto-juifs. Gérard Cauvin était clairement ambitieux pour son fils, guidant sa carrière dans une perspective d’avancement social et économique. Il n’était ni un fervent catholique religieux, ni ne faisait preuve de piété conventionnelle.

Nous lisons aussi que Jean a choisi d’apprendre à la fois le grec et l’hébreu, langues qui lui auraient permis de lire l’Ancien Testament (c’est-à-dire la Torah) sous sa forme originale plutôt que de se fier aux traductions chrétiennes en latin.

Nous percevons aussi qu’il favorisait l’alphabétisation universelle, une valeur judaïque, que deux de ses amis les plus proches, Cop et Farel, avaient tous deux des noms de famille séfarades, et qu’il a épousé une femme nommée Idelette de Bure, évidemment de possible descendance séfarade.

Une esquisse survivante de John Calvin le montre avec cuir sur la tête, barbe pleine et traits foncés. Bien que nous n’ayons pas la prétention de juger la sincérité ou l’orientation chrétienne de ses croyances, nous soutenons qu’il était Crypto-juif, qu’il se déplaçait dans des cercles incluant des Marranes, et que sa théologie avaitt naturellement été influencé par ces liens ancestraux et communautaires.

John Knox (1513/14 ? à 1572)

JohnKnox

Les détails de l’enfance de John Knox et même sa date de naissance sont inconnus. Les historiens pensent qu’il est né vers 1513 ou 1514 à Haddington, en Écosse.

On sait que Knox s’est occupé d’une université, mais on ne sait pas si c’était St Andrews ou l’Université de Glasgow. Il semble peu probable que Knox ait obtenu son diplôme, choisissant plutôt de faire carrière dans le sacerdoce vers 1540. Au début des années 1540, il était professeur de théologie et, en 1545, il était sous l’influence de George Wishart, un ministre à orientation luthérienne.

En mars 1546, le cardinal catholique Beaton ordonne que Wishart brûle sur le bûcher pour hérésie. Alors l’Écosse est entrée dans les affres sanglantes de la Réforme, le Cardinal lui-même a été tué par une foule de protestants en colère, parmi lesquels John Knox, qui a pris d’assaut le château de St Andrews.

Les radicaux protestants furent vaincus, et Knox fut envoyé aux galères pour servir d’esclave en France, pendant 19 mois. Lorsque le roi pro-protestant Edward VI d’Angleterre obtint sa libération, Knox retourna aux frontières écossaises, servant comme ministre royal à Berwick et New Castle. Maladif, Edward VI mourut bientôt, amenant la très catholique Mary Tudor (« Bloody Mary » – Marie la Sanglante), au trône d’Angleterre.

Knox s’est enfui en Europe, d’abord à Francfort, en Allemagne, puis à Genève, en Suisse, où il s’est joint à John Calvin et a également aidé à la traduction de la Bible du latin vers l’anglais, ce qui a abouti à la Bible de Genève. C’est également à Genève que Knox écrivit le tract « Faithful Admonition » (1554) qui prônait le renversement violent des « souverains impies » par la population. Il devint pasteur de l’Église réformée anglaise à Genève (1556-1558) et publia par la suite son tract « First Blast of the Trumpet against the Monstrous Regiment of Women« , qui attaquait les politiques et le droit de gouverner des monarques catholiques Mary de Guise (Écosse) et Mary Tudor (Angleterre).

En 1557, plusieurs nobles protestants écossais, y compris James Stewart, comte de Moray (voir chapitre 1), a signé une convention déclarant que le protestantisme est la religion nationale de l’Écosse. Knox avait été en correspondance avec eux et est retourné en Écosse à leur demande, en mai 1559. Sous la direction de Knox, le Parlement écossais s’est déclaré nation protestante et a adopté la « Confession écossaise » ; le catholicisme fut banni d’Ecosse.

En 1560, une assemblée générale s’est tenue pour aider à la réforme de l’Église écossaise.

En 1561, le « Livre de Discipline » fut adopté par le Parlement écossais, plaçant la structure presbytérienne calviniste au centre de la gouvernance de l’église.

Dans ce traité, Knox décrit un système d’éducation et d’aide sociale couvrant l’ensemble de la population écossaise qui devait être financé par la vente d’anciennes propriétés catholiques. Knox a également redessiné lui-même, le contenu du service religieux, en déterminant que tous les rites et pratiques devaient être basés sur les Écritures.

Pour entrer un peu plus profondément dans la théologie de Knox, jetons un coup d’œil à la biographie récente de Rosalind Marshall (2000). Bien que Marshall n’ait jamais douté que Knox était chrétien de tout-cœur, elle le caractérise comme s’inspirant largement de l’Ancien Testament et des prophètes.

Dans son récit, Knox apparaît comme une puriste biblique, un peu comme les juifs Karaites. Il croyait que la Bible était la parole de Dieu et que seules les Ecritures devrait servir de guide religieux. Parmi ses textes préférés se trouvait le Livre de Daniel, les Psaumes (en particulier le Psaume 6), l’Exode et les passages décrivant David et Moïse. Il était et anti-Catholique et anti-Espagnol, en regardant à la fois Marie Stuart, Reine d’Ecosse et la Reine Marie d’Angleterre comme des « prostituées idolâtres », des « Jézabel« . Il a préconisé que « Dieu devrait envoyer un Jehu pour tuer Mary Stuart ». Une fois,  il a jeté un tableau de la Vierge Marie dans le fleuve en disant (p. 25) : « Une telle idole est maudite et c’est pourquoi je n’y toucherai pas ».

Il a raillé ces femmes monarques, en particulier Marie d’Angleterre, déclarant que, sous son règne, les Anglais étaient « obligés de se courber le cou sous le joug de Satan et de sa fière maîtresse, des papistes pestilents et de fiers Espagnols » (Marshall 2000, p. 107).

Ses exhortations aux fidèles étaient également enracinées dans l’Ancien Testament (p. 145). Par exemple, il a appliqué le Psaume 80.19 (« Eternel, Dieu des armées, relève-nous! Fais briller ta face, et nous serons sauvés! ») aux événementsde l’époque, assimilant sa congrégation actuelle aux anciens Israélites.

Knox a également insisté sur l’adoption de la loi mosaïque comme règle de gouvernement de l’Écosse.

Selon lui, « certains crimes [y compris] le meurtre, le blasphème, l’adultère, le parjure et l’idolâtrie » (Marshall 2000, p. 67) seraient passibles de la peine de mort. Il a en outre proposé que l’Écosse crée un système universel d’éducation afin que chaque individu dans la population soit alphabétisé et capable de lire les Écritures ; il a également envisagé un système universel de charité pour s’occuper des indigents, des malades et des handicapés.

Ces trois concepts sont enracinés dans la tradition judaïque et non dans le christianisme.

Knox a décrit la société résultante comme une société dans laquelle les événements sur Terre refléteraient ceux du Ciel – une métaphore que Marshall attribue à saint Augustin, mais qui pourrait tout aussi facilement, et plus directement, dériver de la tradition cabalistique qui avait cours en France.

Selon Knox, l’Écosse était « un nouvel Israël voué au respect de la loi de Dieu » (Smout 1969).

En 1656, le Parlement écossais avait institutionnalisé le sabbatarianisme, « interdisant à quiconque de fréquenter les tavernes, de danser, d’écouter de la musique profane, de se laver, de brasser de la bière ou de faire du pain, de marcher ou de voyager de façon profane ou de faire toute autre activité mondaine » le jour du sabbat (Smout, p. 79).

Il était également interdit, le jour du sabbat, de « transporter de l’eau ou de jeter des cendres », disposition qui était en vigueur à Aberdeen depuis 1603, selon Smout (p. 79).

Ces restrictions font écho avec une remarquable précision au mitzvoth juives en ce qui concerne le maintien de l’ordre. du sabbat (Gitlitz 2003, pp. 317-354).

Knox a également développé des directives très détaillées pour la formation religieuse des ministres du culte. « Les ministres stagiaires étudieraient non seulement la théologie, mais aussi l’hébreu, les mathématiques, la physique, (Marshall 2000, p. 153), un programme qui semble s’inspirer davantage des idéaux islamiques et juifs émanant de l’Espagne et du sud de la France que de tout autre programme d’enseignement chrétien antérieur.

Knox a préconisé que chaque foyer ait ses membres instruits des principes de la religion réformée, afin qu’ils puissent chanter les psaumes lors des services du sabbat et tenir des services de prière matin et soir chez eux (Marshall 2000, p. 153). Les deux parents devaient « enseigner à leurs enfants la loi de Dieu » (p. 29), ce qui rappelle fortement les pratiques familiales de culte des juifs orthodoxes.

Pratiquement les seules exceptions à la nature judaïque de son idéologie religieuse étaient l’absence de règles diététiques, ou kashrut (par exemple, une interdiction du porc) ; et l’exigence que les mâles soient circoncis. 

L’examen de la famille et des amis de Knox aide à jeter un peu plus de lumière sur sa pensée et ses sympathies. Parmi ses plus ardents partisans, il y avait Thomas Lever, ancien maître du St. Johns College à Cambridge et plus tard pasteur protestant vivant à Zurich. Lever est un nom de famille d’origine sémitique. Les descendants de cette même famille immigrèrent ensuite dans les colonies américaines et fondèrent la Lever Brothers Corporation ; ils étaient des Juifs pratiquants.

Parmi les premiers protestants de Francfort, en Allemagne, avec l’une des plus grandes communautés juives d’Europe, se trouvaient Thomas Parry (nom de famille séfarade) et John Foxe (= Fuchs, nom de famille ashkénaze). Lorsque Knox est retourné en Écosse, il a logé dans la maison d’un « célèbre marchand protestant, James Syme » (Marshall 2000, p. 89), et avait pour assistant un autre Écossais, James Barron (les deux, bien sûr, sont des noms de famille séfarades).

En 1652, Knox a célébré la cérémonie de mariage unissant Lord James Stewart et Lady Agnes Keith, le premier étant un homme qui était d’origine juive et le second une femme d’une famille ibérodonienne que nous avons suggérée comme étant également d’origine juive.

Knox lui-même avait épousé Marjorie Bowes (le nom de famille Bovee est juif français), et le couple a nommé leurs deux enfants Nathaniel et Eleazer, noms hébreux de l’Ancien Testament rares parmi les chrétiens de l’époque. Quand Marjorie mourut en 1560, elle donna sa bénédiction à ses fils, « priant pour qu’ils soient toujours de vrais adorateurs de Dieu, comme tous ceux qui sont nés des reins d’Abraham » (Marshall 2000, p. 155) – une injonction étrange pour une mère chrétienne.

En 1564, Knox se remarie à l’âge de 50 ans à Margaret Stewart, âgée de 17 ans, membre de la famille royale Stewart.

Bien sûr, à cause de l’association d’une femme noble avec un roturier (surtout celui qui avait présidé à la chute de Mary Stewart), et à cause de l’association d’une jeune femme avec un homme âgé, ce mariage n’a guère de sens – à moins qu’il ne soit regardé d’un point de vue judaïque.

Comme l’explique Marshall (2000, p. 199), Knox était le « premier ministre » en Écosse à l’époque. Si nous reconnaissons Knox comme le Rabbin en chef, alors son mariage avec une femme de la maison régnante, et de descendance davidique, a un sens imminent.

Peut-on prouver que John Calvin ou John Knox étaient de descendance Marrane ? Non. Mais nous pouvons conclure notre analyse, en soulignant la prépondérance de la preuve, qui suggère que leurs ancêtres étaient juifs et qu’eux-mêmes en étaient conscients.

Si nous avons raison, l’ironie ultime est peut-être que l’Inquisition espagnole – destinée à écraser le judaïsme et à envoyer les Séfarades espagnols en exil – a eu l’effet contraire.

Les Juifs déplacés, comme tant de minuscules graines flottantes provenant d’une cosse d’asclépiade, ont atterri sur un sol fertile en Hollande, en France, en Écosse, en Allemagne, en Suisse et en Angleterre, où ils sont devenus la Réforme protestante.

Aller vers la douzième partie

Traduit avec www.DeepL.com/Translator, à partir du pdf en anglais

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Aujourd'hui, je fais appel à vous afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne... Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email