SHARE
Preuves par l’ADN, l’archéologie, l’analyse des migrations et des archives publiques et familiales…

quand l'ecosse etait juive

Un livre de Elizabeth Caldwell Hirschman et Donald N. Yates.

LIRE LA 1ère PARTIE – 2ème PARTIE – 3ème PARTIE – 4ème PARTIE – 5ème PARTIE – 6ème PARTIE – 7ème PARTIE – 8ème PARTIE  9ème PARTIE – 10ème PARTIE – 11ème PARTIE 12ème PARTIE

Nomminations et Rois-prêtres juifs

Lorsque Bernard de Clairvaux intégra l’église celtique dans l’ordre cistercien et que l’Ecosse obtint son premier roi templier, David Ier (1124-1153), une tradition particulière se fixa dans les généalogies royales : le fils aîné portait invariablement le nom de son grand-père.

Le motif peut également être vu dans la maison de Guillaume le Conquérant, où Robert et Guillaume alternent dans la lignée des ducs de Normandie. En alternant Malcolms et Davids, David d’Ecosse a clairement voulu mettre le cachet d’une dynastie sur sa maison.

Le premier-né de David, Malcolm, a été assassiné, et son deuxième fils, Henry, est mort avant qu’il n’ait pu accéder au trône. C’est ainsi que Malcolm, le fils d’Henry (connu sous le nom de « la Vierge ») devint roi à l’âge de onze ans. Cela a préservé les règles de la primogéniture et a également assuré la succession d’un prince avec le bon nom.

Avec les Stewart, nous voyons une préservation minutieuse de cette tradition, jusqu’au roi Jacques Ier d’Angleterre, qui a nommé son héritier-apparent, Henry, d’après son père, Henry Stewart, Lord Darnley, époux de Mary Queen of Scots (le nom Frederick venait de l’autre grand-père d’Henry, Frederick II du Danemark) :

Arbre généalogique de James VI Roi d’Ecosse (« James I King of England »)

1. James I d. 1437
2. Jacques II d. 1460
3. Jacques III d. 1488
4. Jacques IV d. 1513
5. James V d. 1542
6. Marie Reine d’Ecosse d. 1587 Henry Stewart, Lord Darnley.
7. Jacques VI (Jacques Ier d’Angleterre) d. 1625
8. Henry Frederick Prince de Galles

Ce modèle avait été établi avant l’arrivée des Stewart en Écosse, lorsqu’ils sont arrivés en Écosse, ils étaient connus sous le nom de Stewards (Lat. Dapifer, Flemish Flaald) de Dol en Bretagne.

Pendant des siècles, nous pouvons retracer l’alternance de Walters et Alans, Fitz-Walters et Fitz-Alans, jusqu’à ce que le roi Robert Robert II Stewart, 7ème Haut Steward d’Ecosse, petit-fils de Robert Ier Bruce, a fondé la société royale Maison de Stewart avec son couronnement à l’abbaye de Scone en 1371.

Les grands intendants de l’Écosse

1. Walter Thane de Lochaber, né vers 1045.
2. Alan de Lochaber, vers 1088-1153
3. Walter Fitz Alan, 1er Haut Intendant de l’Ecosse, d. 1177
4 . Alan Fitz Walter, 2nd High Steward of Scotland, d. 1204
5. Walter Stewart, 3e délégué syndical d’Écosse, d. 1214

La pratique de l’alternance des noms remonte à l’ancienne coutume juive de la famille hautement sacerdotale de Zadok à Jérusalem, dont les membres ont été nommés alternativement Onias et Simon de 332 à 165 av.

Plus tard, il a été utilisé par les Hillelites, les noms Gamaliel et Juda se succédant (avec une occurrence occasionnelle de Simon et Hillel [Jacobs 1906-1911]).

C’est à cette époque que la pratique du double nom pour la même personne a commencé à être adoptée, un autre trait juif ravivé par les Stewart (par exemple « James Edward Stuart »).

Ainsi, les « intendants » d’un fief obscur en Bretagne commencèrent à se considérer comme les intendants du royaume des cieux sur la terre. En vertu de leur héritage templier, d’ailleurs, l’Assemblée de la lignée royale écossaise ne comprenait pas seulement des rois prêtres, mais aussi des rois prêtres chevaliers (Gardiner 2001, p. 226).

Les premiers noms juifs en France et en Angleterre

Selon Eleazar ha-Levi*, trois règles ont été appliquées pour nommer les enfants juifs tout au long de la période médiévale et, même, jusqu’à nos jours : le Talmud, kinnui (séculier) contre shem ha kadosh (sacré) et le rôle de la femme dans le rituel juif et la pratique.

Il énumère ensuite la progression de base d’un nom juif :

Joseph ben (fils de) Simon
Joseph ben Simon ben Moshe
Joseph ben Simon ben Simon ben Moshe de Londres
Joseph ben Simon ben Moshe la Kohane (famille sacerdotale) de Londres.

Selon Jacobs (1893), les noms masculins les plus fréquents sont Isaac (59 hommes), Joseph (55), Abraham (49), Berachiyah et sa forme latine Benedict (45), Jacob (40), Moïse (38), Samuel (37), Hayyim et son équivalent latin Vives (23), Elias (19), Aaron (18), Deulecresse (Salomon ou Gedaliah) (17), Manesser (17), Samson (16) et Solomon (15).

Les noms de lieux apparaissent dans les documents comme étant les descriptions les plus courantes et ont été utilisés seuls (p. ex. Joseph de Londres) à peu près aussi souvent que « fils » ou « fille » de.

Quelque quarante-huit villes distinctes figurent sur les « listes maîtresses » dans The Jews of Angevin England, avec Londres (110 noms), Lincoln (82), Norwich (42), Gloucester (40), Northampton (39), Winchester (36), Cambridge (32), Oxford (22), Bristol (18), Colchester (16), Chichester (14) Bedford et York (13 chacun), Canterbury et Worchester (12 chacun), et Hertford (11) ayant tous dix entrées ou plus.

Dans certains cas, un homme est inscrit au nom de sa mère plutôt qu’au nom de son père ; par exemple, Moysses fil Sarae (Moses ben Sarah). L’explication la plus probable est que la mère était tout simplement mieux connue.

Comme on le sait, les femmes juives étaient autorisées à posséder des biens et à se lancer en affaires par leurs propres moyens.

Plusieurs sont devenues des financiers bien connus, comme Licoricia, veuve d’Isaac d’York, qui a maintenu l’entreprise après sa mort, et Mildegod d’Oxford, qui était une aubergiste de premier plan (ha-Levi).

Comme le montre Roth (1937), deux autres descripteurs utilisés par les Juifs médiévaux (et modernes) sont ha-Levi et ha-Kohane, indiquant la descendance de la classe des Lévites et de la caste sacerdotale des anciens Hébreux.

Puisque le mot rabbi signifie « maître », il a parfois été traduit par Magister ou Maître. « Cantor » peut apparaître comme le Prestre (le prêtre). Parnas, le chef de la synagogue ou de la communauté, et gabbai, trésorier de la synagogue (ou de la communauté).

Tout au long de l’Europe médiévale, les Juifs jouissaient d’une grande autonomie sur leurs propres affaires, jusqu’à avoir leurs propres tribunaux locaux de droit juif.

Jacobs (1893) explique comment le descripteur Episcopi (« de l’épiscopi »), bishop »), peut se référer au juge de l’un de ces tribunaux. Le terme hébreu dayan, est devenu un nom de famille juif moderne.

Plusieurs rois, à commencer par Richard Ier, ont nommé ce qui équivaut à un « Ministre du Roi aux Liaisons pour les affaires juives », un membre éminent de la communauté et souvent un rabbin, connus sous le nom de Judeus Presbyter.

Le terme a d’abord été traduit comme une sorte de grand prêtre, même si le rôle était séculier. Le terme « presbyter » apparaît plusieurs fois sur la liste [Roth]. et peut très bien se référer à ces hommes (il y en avait environ une demi-douzaine). L’un des assistants, le chirographe [scribe, ou commis], est aussi mentionné sur la liste [ha-Levi].

D’autres descripteurs se référant aux professions sont aurifaber (orfèvre), medicus (médecin), et miles (soldat, ou peut-être, chevalier). La traduction hébraïque de medicus était harophé, ce qui peut signifier à la fois « le physicien » et « le chimiste ».

Pour “furmager” or “fermager », cela correspond à un « Fermage »,  pour ceux payant au roi une redevance leur donnant le droit de percevoir la taxe auprès des paysans, dans une zone donnée. Ils gardaient les impôts pour eux-même, toutes les sommes supérieures aux frais initiaux étant un profit pour l’entreprise.

« Scriptor », scribe, se réfère généralement à un sophar, un écrivain de textes religieux, un homme occupé dans une communauté dont la religion met l’accent sur l’alphabétisation. « The Pointer » fait référence à deux grammairiens de la langue hébraïque.

La coutume juive exige l’utilisation de deux noms distincts. Le shem ha-kodesh ou nom religieux est utilisé pendant le rituel juif, par exemple lorsqu’on est appelé à lire une partie de la Torah. Le nom commun, ou le surnom, étaient utilisé dans les affaires courantes.

Il pourrait être formé de plusieurs façons :

(1) le shem ha-kodesh pourrait être traduit en langue vernaculaire. Ainsi, Berichiyah, « bénédiction », devient Benoît ; Obediah, « serviteur de D-ieu », Serfdieu français normand.

(2) Un nom similaire dans le son à – ou en utilisant certaines des lettres dans – le shem ha-kodesh pourrait être utilisé ; ainsi, Robert pour Reuben, George pour Gershom.

(3) Un surnom pourrait être fait à partir du shem ha-kodesh.

Les surnoms hébreux remontent à l’époque de la Bible.

Nombres 13:4-15 énumère les noms des espions que Moïse a envoyés dans le pays de Canaan, en donnant plusieurs avec un surnom. Josce, Hok et Copin étaient des surnoms anglais courants pour Joseph[Isaac et Jacob] (Heb Yoseph, Ytzhok et Yaakov, respectivement). Biket a été utilisé pour Rebeccah. Même les surnoms n’étaient pas exemptés. Deulecresse, la traduction donnée pour Gadaliah et Solomon, est souvent abrégée en Crease.

Parfois, un nom qui se réfère d’une certaine manière au shem ha-kodesh (ou à l’individu) pourrait être utilisé. Une pratique courante était de prendre les références faites par Jacob sur son lit de mort (Genèse 49) ou Moïse dans son discours final aux enfants d’Israël (Deutéronome 33).

Ainsi, Juda est devenu Léon (‘Juda est un petit lion’, Genèse 49.9). D’autres fois, une référence plus obscure a été utilisé. Jacobs suggère que Jornet, venant du mot’jerkin’ (veste) était un surnom pour Joseph. Et, dans ce qui semble être un cas rare, le nom Belaset est dérivé de Genèse 29:17,‘Rachel était juste à regarder’. Bonevent (bon jour) fait référence à un enfant né un jour férié, surtout la Pâque (ha-Levi)…….

Les parents des filles juives, avaient plus de latitude pour les nommer. Des noms bibliques ont été utilisés – Abigail, Zipporah, Esther, Anna ou Hanna, Judith, Miriam, Miriam et Sarah.

Cependant, les noms vernaculaires étaient plus courants : fleurs (Fleur de liz, Fleur, Fleur, Rose) ; choses de valeur (Almonda, Chera (grec : Iekara, pierre précieuse), Licoricia) ; traits désirables : Bona (bon), Belia (jolie), Genta (douce), ou des termes d’affection : Columbia (colombe), Comitessa (comtesse), Pucella (petite fille) ; ou simplement les noms utilisés par leurs voisins (Elfid, Auntera, Margaret, Sweetecote).

Noms des Juifs sur le recensement de Paris de 1292

En 1292, deux ans seulement après l’expulsion des Juifs d’Angleterre angevine, et peu de temps avant leur bannissement de la France et des régions sous domination française, un recensement a été effectué par les autorités royales à Paris. Les Juifs ont été marqués de la lettre J. Ces entrées sont montrées ci-dessous :

  • Baru le mestre
  • Bele [une] fame
  • Bele-Assez de Gonesse, veuve
  • Assez-Bele de Breban
  • Belle Assez la veuve
  • Bien-le-Viengne le Prestre
  • Bonefoy l’Anglois
  • Bone- Vie de Chartres [un mari]
  • Bonne Bourbote de Compingne [veuve]
  • Bonne-Pille [une] fame
  • Bonoque [une] fille
  • Chiere [une] seur
  • Copin le mire
  • Cressant [un mari]
  • Cressin qui porte les chaperons
  • Dieu-le-Croisse Cohen
  • Florion [une] fille
  • Haguin Landenaise
  • Hanna [une] fille
  • Haquin Cohen
  • Hava [une] fame
  • Helie Doucet
  • Hermineite [une] fame
  • Hetouyn le bouchier
  • Honot de Gonnesse
  • Jivete [une] fille
  • Jococ le mari Maronne
  • Joie la farniere, veuve
  • Jorin l’Englois
  • Josse Poulain le jenne
  • Josson Pate et sa fame
  • Leal [une] fame
  • Lyon d’Acre, [un] mire
  • Maronne [une fame]
  • Mique [une] dame
  • Moreau [un] fuiz
  • Mosse l’Englois
  • Mousse de Dreues
  • Parise [une] fame
  • Pricion
  • Quabin
  • Rauve de Miauz, veuve
  • Rose l’Englesche
  • Salemon [un] fuiz
  • Samuel [un mari]
  • Sarre la Bocacharde
  • Senior du Pont
  • Souni [un] fuiz
  • Viau de Brebon
  • Vivant Caro [un mari]
  • Ysaac de Sesanne

Au moment où cette liste a été dressée, la France était en guerre avec l’Angleterre (et le serait encore pour cent ans).

De nombreux Juifs de Paris étaient clairement considérés comme des ex-nationaux de l’Angleterre. Leur association avec des Juifs du Brabant, de Bruges, de Gand, de Soissons et de Meux peut être interprétée comme un signe que certains Juifs expulsés par Edouard Ier se sont réfugiés chez des parents et partenaires d’affaires flamands, retraçant probablement leurs démarches pour venir en Angleterre avec les Normands. Ici, ils se mêlent aussi aux Juifs de la Rhénanie, de la péninsule ibérique et du sud de la France, de Prague, de la Palestine et de Babylone.

Généalogies juives davidiques

Arthur Benveniste est l’un des fondateurs de l’America’s Society for Crypto Judaic Studies. Il fait remonter sa famille Ladino à la Catalogne et à Narbonne du XIIe siècle et la rattache aux familles Shealtiel, Gracian et Luna de l’Espagne séfarade, qui revendiquent toutes une descendance davidique.

Du nom même, il écrit qu’il appartient à une vieille, riche et savante famille de Narbonne, dont les nombreuses branches ont été trouvées dans toute l’Espagne et la Provence, ainsi qu’en divers endroits de l’Orient. Il est encore porté, note-t-il, par certaines familles en Bulgarie, en Serbie et à Vienne, et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, il a aussi été trouvé à Salonique, Izmir et Rhodes.

Son esquisse de l’histoire de la famille comprend des notes biographiques détaillées sur les principaux aspects de l’histoire de la famille. des familles rabbiniques à travers les âges.

Dans un article en ligne intitulé « Pouvons-nous revendiquer la descendance de David?, Moshe Shaltiel-Gracian discute de la famille Shealtiel et de l’ascendance davidique.

Il répond à l’article « Can We Prove Descent rom King David?”, par David Einsiedler, qui souligne qu’un grand nombre de familles prétendent descendre légitimement de Rachi, le plus célèbre savant talmudique, d’autres sont allés plus loin et ont prétendu descendre par Rachi jusqu’au roi David..

Les premières revendications de descendance du roi David se trouve dans la généalogie Mishpachat Lun (famille de Dona Gracia), discuté par Abraham Epstein (Vienne, 1901). Cette source déclare qu’avant sa mort, Yehiel Luria a dit à son neveu, Moses Enosh, qu’il avait un yichus brief (arbre généalogique sur parchemin), le faisant remonter à Johananan Ha-Sandlar.

Johananan Ha-Sandlar vécu au deuxième siècle. C’était un Tannah (sage) de la Mishnah, et il était considéré comme un descendant du roi David.

Selon Epstein, ces archives  ont été perdues pendant la guerre suisse, et Johananan Luria a pleuré la perte de son yichus (arbre généalogique), plus que les biens matériels dont il a été dépouillé.

Einsiedler note d’ailleurs, dans le Seder Ha-Dorot (L’Ordre des Générations) (Zhitomir, 1867), que R. Jehiel Heilprin revendique la descendance de Jehiel, le père de Solomon Luria de Rachi, et du Tannah Johanananan Ha-Sandlar.

Cette revendication est faite sur la page de titre, dans la partie II, page 201, sous la rubrique « Rabbi Johananan Ha-Sandlar » et de nouveau dans la section sur les livres sous « Lulaot ». Ha-Shir » (page 60). Des références plus détaillées se trouvent dans Maalot. Ha-Yuchsin (Degrés de descendance), par R. Ephraim Zalman Margolioth de Brody (Lemberg, 1900). Il comprend une généalogie fractionnée « du Tannah Johananan Ha-Sandlar jusqu’à Rachi.

La partie pertinente de cet article montre une succession d’une douzaine de générations, de Johananan Ha-Sandlar à Rachi, avec quelques écarts entre elles. (Voir Avotaynu, vol. VII, no 2, page 20). Des auteurs mettent en doute ces généalogies, en raison d’un écart d’environ 900 ans. Comme ils le soulignent, d’ailleurs, dans aucun de ses écrits, Rachi n’a mentionné quoi que ce soit au sujet de la descendance du roi David ou du Tannah Johananan Ha-Sandlar.

Sassoon et Abravanel

La famille Sassoon est aussi souvent désignée comme étant d’origine davidique.

Dans Les Sassoons (New York, 1968) Stanley Jackson écrit :

De petites colonies (de Juifs) se sont installées depuis l’Antiquité en Inde et en Chine, mais Bagdad était restée le centre névralgique des exilés. Plus de 40 000 personnes vivaient dans la ville au 12e siècle. siècle, et les Sassoons faisaient partie d’une élite qui se réclamait descendants du roi David. lui-même…. Parmi leurs ancêtres, il y avait les Ibn Shoshans, princes de la communauté de Tolède, en Espagne….

Dès le XVIIe siècle, un érudit et mystique de Venise, Abraham Sason, était fier de revendiquer la descendance de Shephatiah, le cinquième fils du roi David… Le premier membre de la famille de qui il y a des preuves documentaires importantes a été Sason ben Saleh, né à Bagdad en 1750, qui était le banquier en chef et avait le titre honorifique de Cheikh, et devint en 1778 Nassi (Prince de la Captivité) de la communauté juive.

Cependant, comme le remarque Einsiedler (qtd. dans Shaltiel), la descendance davidique n’est mentionnée ni dans l’un ni dans l’autre. The Cousinhood de Chaim Bermant (MC, 1972) ou The Sassoon Dynasty de Cecil Roth (Londres, 1941).

La famille Abravanel/ Abarbanel de l’Espagne est fréquemment caractérisée comme étant de descendance Davidique. L’Encyclopédie Judaica (Jérusalem, 1972) rapporte que la famille, mentionnée pour la première fois en 1300, s’est distinguée en Espagne au 15ème siècle… Don Isaac Abravanel (1437-1509), ministre des finances des rois du Portugal, puis de l’Espagne, puis de Naples, écrit dans ses mémoires : « Tous mes ancêtres, sont des descendants du roi David, fils d’Isaïe, de Bethléem, ils étaient des leaders dignes de notre peuple » [Volume II, page 102]. 

Mais Shaltiel cite Einsiedler comme rejetant ces affirmations, car ce dernier dit, « Je n’ai pas a trouvé des sources remontant assez loin pour soutenir la prétention de descendance davidique. » Shaltiel conclut le rapport ainsi : « l’essentiel, c’est que le roi David a eu un certain nombre d’épouses et de concubines… Une douzaine d’enfants sont mentionnés dans la Bible.

Le roi Salomon « avait sept cents épouses royales et trois cents concubines «  (I Rois 11:3). On ne peut qu’imaginer combien d’enfants il avait. Après 3 000 ans, il se peut qu’il y ait un nombre incalculable de leurs descendants.

Il y a de bonnes chances que vous et moi soyons parmi eux. Tout ce dont nous avons besoin, ce sont de bonnes preuves et des archives qui remontent assez loin et pour donner une preuve convaincante de notre revendication. Jusqu’à présent, les documents disponibles ne peuvent pas le faire. Certaines personnes se fient à la tradition et à la foi pour appuyer leur revendication. Pour en savoir plus, nous devront peut-être attendre le descendant de David promis – le Messie.

Nous pensons que ces familles séfarades se sont très probablement converties au judaïsme vers 750-900, en France, comme plusieurs autres familles qui se sont ensuite installées en Ecosse (par exemple, les Stewart, les Davidson).

Dans tous ces cas, nous suggérons que les généalogies juives dites d’origines davidiques sont celle de familles converties par un descendant davidique à l’époque de l’Académie juive de Narbonne… Ils en sont venus à croire qu’ils descendaient donc eux-mêmes du roi David, conformément au processus de fabrication de mythes générationnels décrit par Zerubavel (2003). Notez que pratiquement tous ces « pedigrees davidiques » commencent vers 900-1100.

Depuis qu’ils ont terminé ce livre : Quand l’Écosse était juive, les auteurs ont participé à un vaste projet de collaboration appelé Border Reiver Families DNA Study  :

Pour connaître votre arbre généalogique juif

Les frontières qui séparent l’Angleterre de l’Écosse sont remarquables en tant que bastions traditionnels de plusieurs clans écossais importants, y compris les Scott, Burns, Tait/Tate, Forster, Beatty, Rutledge, Graham, Armstrong, Elliot, Johnston, Kerr, Kay, Gray, Hume, Bell, Davidson, Storey, Robinson, Crow, Langley, Heron, Heron, Hunt, Lindsay, Jackson, Taggart, Bold, Reade, Young, Oliver, Brown, Watts, Turner, Taylor, Chamberlain et Maxwell. Les membres de ces familles ont émigré en grand nombre vers l’Amérique pendant la migration écossaise et irlandaise du XVIIIe siècle, parmi les Melungeons.

Les résultats interprétatifs de cette étude prendront des années à venir, mais il est évident en un coup d’œil que les principales familles qui contrôlaient cette région ont un mélange de lignées d’ADN similaire à celui des Écossais étudiés dans notre livre, la côte ibérique formant l’écrasante majorité des lignées masculines.

Quelques surprises qui tendent à corroborer notre thèse incluent Hall, Moorish (E) ; Liddell et Armstrong (J2) ; de nombreux noms hongrois* ; et Elliott (C).

A propos de cette lignée, l’auteur de la recherche sur le Clan Elliott spécule : « Les premières correspondances du haplotype, se trouvaient à Gotland, en Chine, en Iran, en Espagne, à Venise et parmi les Kurdes irakiens…. cet haplotype peut être d’origine hongroise ou indo-iranienne et il pourrait… qu’ils soient venus en Grande-Bretagne avec les Sarmatiens avec l’armée romaine, ou avec des envahisseurs normands d’alaric ou wisigothiques.

Ces Elliotts (ou Eliots) étaient réputés être des descendants d’un chevalier normand surnommé Aliot. Nous avons suggéré plus haut qu’Elliot vient du judéo-arabe et signifie  » ceux qui montent «  (c’est-à-dire qui sont appelés au service).

330px-Thomas_Stearns_Eliot_by_Lady_Ottoline_Morrell_(1934)
Thomas Stearns Eliot

Le célèbre poète et homme de lettres, Thomas Stearns Eliot ( 26 septembre 1888 – 4 janvier 1965 ), a des ancêtres juifs anglo-français dans ses lignées maternelle et paternelle, un fait qui met en lumière son antisémitisme viscéral.

L’antisémitisme d’Eliot est connu et public, ainsi, dans le célèbre poème Burbank with a Baedeker: Bleinstein with a Cigar, T.S. Eliot écrit: « Les rats sont sous les piles du pont, le juif est en dessous de tout cela. »

Dans une conférence en 1933 qui le hanta toute sa vie, Eliot est tout à fait explicite: «Un grand nombre de juifs libres-penseurs est indésirable». 

FIN

Traduit avec www.DeepL.com/Translator, à partir du pdf en anglais, et adapté…

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email