SHARE

par Max Rosenthal

L’activité agricole chez les Juifs du Canada est une des suites de l’immigration russo-juive provoquée par la persécution.

Le Mansion House Committee de Londres, en Angleterre, l’Association de colonisation juive de Paris et un comité local à Montréal, au Canada, ont été les principaux organismes qui ont encouragé et dirigé le mouvement.

Les fermiers juifs ont connu un certain succès dans les colonies où ils se sont établis, mais le Canada n’offrait pas aux novices en agriculture, les avantages naturels liés à la situation favorable de certaines parties des États-Unis.

La question des marchés pour la vente des produits est également plus sérieuse dans le Dominion ; et les longs hivers, durant lesquels peu de travail extérieur peut être fait, se sont révélés être un test que beaucoup de colons potentiels n’ont pas été capables de supporter.

La Colonie de Moosomin

La première colonie agricole juive au Canada a été établie sous les auspices du Mansion House Committee qui, en 1884, a acheté plusieurs milliers d’acres de terres dans le district de Moosomin dans les Territoires du Nord-Ouest, à 220 milles à l’ouest de Winnipeg, la capitale du Manitoba.

Une trentaine de familles ont reçu des dons de terres, de bétail, d’outils, etc., ainsi que suffisamment de nourriture et d’autres produits nécessaires pour tenir jusqu’à la fin de la troisième récolte.

Avant la fin de cette période, les colons s’étaient découragés et avaient tous abandonné leur ferme. La plupart des colons ont émigré à Winnipeg.

La colonie avait été gérée par sir Alexander Galt, alors haut-commissaire du Canada à Londres, qui agissait à titre de fiduciaire pour le comité du Mansion House. Alors que la terre à Moosomin était bonne pour l’agriculture et était bien approvisionnée en eau et en bois, elle était distante de vingt à vingt-cinq milles de la voie ferrée ; par conséquent, les colons se trouvaient dans l’impossibilité d’obtenir un marché pour leurs produits.

En 1891, une colonie juive fut fondée à Oxbow, à l’est d’Assiniboia, à vingt-cinq miles à l’est de Hirsch, les premiers colons étant un fermier nommé Pierce et ses deux fils.

En 1900, il y avait à cet endroit 14 familles juives, dont certaines de Winnipeg, et certains des premiers colons de Hirsch, qui, pour éviter le remboursement des avances qui leur avaient été faites, ont déménagé à Oxbow avec le bétail et les outils fournis par l’Association de colonisation juive de Paris.

C’est à la suite de l’afflux massif de réfugiés russes dans le Dominion, lors de la deuxième grande migration, que le baron Maurice de Hirsch décide, en 1892, de lancer un mouvement de colonisation agricole parmi ces peuples en plaçant certains d’entre eux, sélectionnés comme les mieux adaptés à cette fin, dans des fermes des Territoires du Nord-Ouest.

La Young Men’s Hebrew Benevolent Society of Montreal accepta d’entreprendre cette tâche ; et, en conséquence, les membres du conseil d’administration de cette société furent nommés administrateurs du fonds de colonisation, sous la direction de l’Association de colonisation juive de Paris.

La Colonie portant le nom du baron de Hirsch

colonie juive du canada 2

Des recherches minutieuses ont été effectuées avant que la terre pour la colonie de Hirsch, du nom de son fondateur, ne soit finalement choisie. Elle se trouvait à l’extrême sud du district d’Assiniboia, à six milles de la rivière Mouse et à environ douze milles de la frontière des États-Unis (102° O. de long ; 49° 21′ N. lat.).

La terre était pratiquement libre, puisqu’elle a été obtenue du gouvernement lors du paiement des entrées du lot de colonisation, qui sont remboursables si les dispositions de la Loi des terres fédérales sont respectées.

Au début, 49 familles ont été envoyées à Hirsch et ont reçu des maisons, des chevaux, du bétail, des outils, des semences et des provisions pendant trois ans.

Cependant, on s’est vite aperçu qu’il fallait 24 lots de colonisation supplémentaires pour les fils, les gendre et les autres parents et amis des premiers colons, soit un total de 73 fermes de 160 acres chacune, ou 11 680 acres en tout.

Avant de quitter Montréal, chacun des colons a signé une entente pour rembourser, en douze versements annuels, l’argent avancé. À l’expiration des trois premières années, alors que près de 50 000 $ avaient été dépensés au profit des colons, les administrateurs ont annoncé que les colons devraient désormais être autonomes.

La majorité des colons vendirent alors tous leurs biens mobiliers et, avec le produit de la vente, certains allèrent à Winnipeg, d’autres à Saint-Paul et d’autres encore jusqu’à San Francisco.

En 1895, cinq familles ont été amenées de Red Deer à Hirsch ; et en 1899, trois familles sont venues de Winnipeg et cinq de London.

En 1900, il y avait 28 familles à Hirsch – toutes en bonne santé, surtout celles des premiers colons qui sont restés. Deux écoles ont été construites, dont l’une a été ouverte en 1899 et l’autre en 1900. Un gestionnaire rémunéré a maintenant la pleine responsabilité de la colonie, toutes les responsabilités étant assumées par les administrateurs de Montréal.

Dans cette colonie, il y a un approvisionnement abondant en eau de puits tout au long de l’année. Le climat est sain et le sol est un terreau argileux mélangé localement à du gravier ou du sable, avec une riche moisissure végétale comme sol de surface. Elle est fertile et il n’y a pas de terres stériles, de buffles et de graminées, qui forment des pâturages nutritifs, couvrant les zones non cultivées. Le produit de base du district est le blé. Après le blé, l’herbe des prairies est la culture la plus importante, en raison de son utilité pour la production laitière et l’élevage.

Wapella et la colonie de Red Deer

Old Jewish farmer

Wapella, qui se trouve sur la voie ferrée du Canadian Pacifique, dans la partie est du district d’Assiniboia, se trouve à l’emplacement d’une ancienne colonie, et a été fondée en 1894 par 20 familles juives.

Ces colons avaient leurs propres moyens et n’avaient pas besoin d’aide extérieure.

Cependant, ils ont demandé de l’aide pour construire une école, et des fonds ont été fournis à cette fin ; mais avant que ceux-ci ne puissent être envoyés, les colons ont réussi à réunir suffisamment d’argent entre eux.

L’école a ouvert ses portes en 1898 et la colonie semble prospérer. Wapella remonte à 1886, lorsque Herman Landau, de Londres, envoya John Hepner et quatre jeunes Juifs au Canada ; en même temps, il envoya 2 000 $ aux responsables du chemin de fer du Canadian Pacifique pour les aider à les localiser et pour fournir aux colons les outils, le bétail, les outils, les provisions et les semences nécessaires.

Une autre colonie a été formée dans le district de Red Deer par quelques colons russo-juifs, qui ont été aidés par des gens bienveillants de Chicago ; mais après être restés sur leurs fermes pendant un an, ils ont constaté qu’ils étaient incapables de gagner leur vie et ont demandé au comité de colonisation de Montréal de les transférer à Hirsch. Leur demande fut acceptée et, à l’automne 1895, on leur donna du bétail et des instruments et on les plaça sur certaines des fermes abandonnées par les premiers colons à Hirsch. En 1900, on disait qu’ils étaient florissants.

L’une des erreurs que les agriculteurs juifs du Canada ont commises a été l’achat d’outils agricoles coûteux dans le cadre du programme de paiements échelonnés.

Le taux d’intérêt sur les paiements différés – souvent jusqu’à 12 pour cent par an – les a lourdement endetté et ils ne réussissent que rarement à s’en sortir.

L’agriculture mixte était généralement conseillée ; et lorsque ce système fut adopté, le succès a généralement suivi. Tous les villages sont adaptés à ce type d’agriculture, car ils disposent de bonnes terres de pâturage, ainsi que d’un bon sol pour les cultures de céréales et de racines. Le foin pousse en abondance et la terre n’est pas sujette aux gelées précoces.

Poster 2fonts1col

Liste non-exhaustive des colonies agricoles juives au Canada

Saskatchewan

Moosomin, Edenbridge, Sonnenfield, Lipton, Montefione, Eyre, Al Sask., Bateman, Cour, Maxwellton, St. Boswells, Oxbow, Rosetown, Wapella, Cupar,

Manitoba

Hirsch, New Hirsch, Narcisse, Fort Qu’Appelle, Pine Ridge, hameau Bender, Bird Hill, campeur, Charleswood, Deirfeld, Lorette, Moosehorn, Ste Anne,

Alberta

Rumsey, vallée de Trochu,

Ontario

Cedar Vale, Charleston, Crooksville, Hambury, Hawthorne, Krugerdorf, Lemonville, Paperville, Tomstown,

Québec

Cowansville, Joliette, Kilkerny, La Macaza, New Glasgow, Sainte-Sophie, Sainte-Agathe, Saint-Lin, Rivière Gagnon, Sainte-Jude, Sainte-Jilie-de-Verchères, Saint-Vincent-de-Paul.

Sources:

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email