SHARE

Par Joseph Jacobs

La Tour de Londres avait servi de refuge à la communauté juive pendant les pogroms violents, de prison quand ils refusaient de payer des impôts, et même de port d'exil quand ils étaient expulsés d'Angleterre.
La Tour de Londres avait servi de refuge à la communauté juive pendant les pogroms violents, de prison quand ils refusaient de payer des impôts, et même de port d’exil quand ils étaient expulsés d’Angleterre.


LIRE LA 1ère PARTIE

Le mouvement réformiste

Pendant ce temps, la communauté dans ses deux sections était déchirée par un schisme qui a laissé des traces presque jusqu’à la fin du siècle.

A l’instar des Ashkénazes et des Séfarades, les membres les plus cultivés avaient été de plus en plus offensés par le manque de décorum manifesté à Bevis Marks et à la « Grande Ecole ». Des protestations ont été faites en 1812 et 1828 dans la première synagogue, et en 1821 et 1824 dans la seconde ; mais le 4 décembre 1836, une proposition de réforme présentée au mahamad par un certain nombre de « Yehidim » a provoqué une crise.

La pétition fut rejetée comme les autres en 1839 et en 1840, de sorte qu’en 1840, vingt-quatre messieurs, dix-huit des Séfarades et six de la section ashkénaze de la communauté, décidèrent d’organiser une congrégation dans laquelle leurs idées sur le décorum dans le service devraient être mises en pratique.

La nouvelle congrégation a dédié sa synagogue dans la rue Burton le 27 janvier 1842, nonobstant une « mise en garde » qui avait été émise le 24 octobre 1841, contre le livre de prières qu’elle devait utiliser, et un « ḥerem » publié cinq jours avant l’inauguration de la synagogue contre toute communion avec ses membres. Cette interdiction n’a été levée que le 9 mars 1849.

Le schisme a eu des effets désastreux sur l’harmonie de la communauté. Les congrégations plus anciennes ne permettraient même pas que les membres décédés du nouveau cimetière soient enterrés dans leur cimetière ; et il était nécessaire d’établir un nouveau cimetière à Ball’s Pond (1843).

Le Conseil des députés, sous l’influence de Sir Moses Montefiore, refusa de reconnaître la nouvelle congrégation comme étant qualifiée pour célébrer des mariages juifs valides ; et une clause spéciale de la loi de 1856 devait être adoptée pour permettre à la Synagogue des Juifs britanniques de l’Ouest de Londres de célébrer de tels mariages.

La presse juive

Ce n’est pas sans importance que les débuts de la presse juive à Londres ont coïncidé à un moment donné avec le stress de la controverse sur la réforme.

Tant « La Voix de Jacob », édité par Jacob Franklin, que « La Chronique juive », édité par D. Meldola et Moses Angel – ce dernier étant devenu l’année précédente le maître principal de l’Ecole Libre des Juifs, qu’il devait présider pendant près d’un demi siècle – ont vu le jour en 1841.

A peu près à la même époque, un groupe d’érudits juifs allemands s’est établi en Angleterre et a contribué à susciter un plus grand intérêt pour la littérature juive sur des principes scientifiques que ce qui avait été montré jusqu’alors. Parmi ceux-ci, on peut citer notamment Joseph Zedner, gardien des livres hébreux du British Museum ; les excentriques mais polyvalents Leopold Dukes ; H. Filipowski ; L. Loewe ; B. H. Ascher ; T. Theodores ; Albert Löwy ; et Abraham Benisch, qui devait guider les destinées de « The Jewish Chronicle » pendant les années les plus critiques de sa carrière.

Les trésors d’Oxford ont été visités à cette époque par les grands maîtres Zunz et Steinschneider. Abraham de Sola, David Meldola et Morris Raphall étant presque les seuls Juifs anglais avec même une teinture d’apprentissage rabbinique.

D’autre part, l’intellect indigène se ramifiait dans d’autres directions. James Graham Lewis, Francis Goldsmid et John Simon ont fait preuve de distinction dans le droit ; dans la gestion dramatique, Benjamin Lumley ; dans la chanson, Mombach dans la synagogue et Henry Russell à l’extérieur ; dans la musique, Charles Sloman, Charles K. Salaman et Sir Julius Benedict ; dans la peinture, Solomon Alexander Hart, le premier R.A. juif, et Abraham Solomon ; dans le commerce, outre les Rothschildes et les Goldsmids, les Wormses, Sassoons, Sterns et Sir Benjamin Phillips étaient des noms montants qui se distinguaient à l’intérieur et à l’extérieur de la communauté. J. M. Levy et Lionel Lawson assuraient un grand tirage pour le premier journal de Londres, le « Daily Telegraph ».

Des hommes comme Barnet Abrahams, dayyan des Séfarades, Sampson Samuel, H. N. N. Solomon, N. I. Confinaient leurs activités au sein de la communauté. Valentine ; les Beddingtons ; Louis Merton ; et Sampson Lucas.

On peut dire que tout cela s’est épanoui au milieu du siècle, vers la fin de la lutte pour l’indépendance complète.

Consolidation supplémentaire (1856-1871)

Avec eux, mais d’une génération ultérieure, grandissaient des hommes qui étaient destinés entre 1850 et 1880 à consolider la communauté londonienne, maintenant fermement établie dans le respect et la confiance des autres citoyens.

Le grand rabbin, N. M. Adler, a commencé le processus en établissant le Collège des Juifs pour la formation des ministres juifs, en 1860, en coopération avec Dayyan Barnet Abrahams, avec la création de l’Association juive pour la diffusion de la connaissance religieuse.

Ephraim Alex avec l’aide de l’énergique Lionel L. Cohen fonda en 1859 le Conseil des gardiens pour le secours des pauvres juifs afin de réviser le système de charité conduit conjointement par les trois synagogues selon le traité de 1805. Cet organisme a rapidement mis sur pied des comités de prêts, d’industrie, d’apprentissage, de visites et d’immigration et, pendant dix-huit ans (1862-1879), a pris en charge les soins médicaux des pauvres juifs, principalement sous la supervision du Dr A. Asher. Lionel Cohen, avec ces derniers, a ensuite consacré son attention à la solution des problèmes financiers et autres provoqués par l’extension occidentale du ghetto de Londres jusqu’au milieu du siècle.

Les Juifs de Londres étaient restés concentrés dans le district de Whitechapel avec le classique « Petticoat lane » comme noyau ; mais comme la richesse augmentait parmi les Juifs ashkénazes, un exode occidental régulier a eu lieu, de sorte qu’il était nécessaire dès 1855 d’établir, sous le ministère du Révérend A. L. Green, dans la rue Great Portland, une branche synagogue de la « Grande Ecole ».

Les synagogues de Bayswater (1863), de Borough (1867) et de North London (1868) étaient d’autres preuves de la tendance à la dispersion ; et il devenait nécessaire d’assurer l’harmonie du service divin et la consolidation de la responsabilité financière en plaçant ces synagogues sous une seule direction.

Jewish Board of Guardians Building, Londres (d'après une photo.)
Jewish Board of Guardians Building, Londres (d’après une photo.)
Jewish Quarter of London (après Russel et Lewis, "The Jew in London").
Jewish Quarter of London (après Russel et Lewis, « The Jew in London »).

Sur la suggestion du grand rabbin N. M. Adler, les trois synagogues de la ville – la Grande, la Hambro’ et la Nouvelle – avec leurs succursales occidentales à Portland street et Bayswater ont convenu d’un plan (19 avril 1868), qui a été soumis aux Charity Commissioners of England et incarné par eux dans une loi du Parlement. Cette loi a été adoptée le 14 juillet 1870, bien que le législateur ait hésité à établir la Synagogue juste au moment où il supprimait l’Église irlandaise.

Les cinq synagogues originales ont depuis lors été rejointes par dix autres. L’une des conséquences de cet arrangement, qui, à première vue, semble être purement financier, était de donner une certaine importance pontificale au grand rabbin, sans le consentement duquel, selon une déclaration spéciale attachée à la loi du Parlement mais ne faisant pas partie de celle-ci, aucun changement de rituel ne pourrait être entrepris par une synagogue constituante.

Le Rabbinat

En effet, l’un des traits caractéristiques de la communauté londonienne a toujours été l’importance du grand rabbin (appelé parmi les Séfarades « haham ») de la congrégation proéminente, autour de laquelle la communauté s’est ralliée comme une sorte de centre de cristallisation.

Au début, les Séfarades occupaient cette position, qui avait été assurée par l’important travail de David Nieto, qui devint chef des Séfarades en 1702 et fut l’un des Juifs les plus distingués de son temps, étant également noté comme philosophe, médecin, mathématicien et astronome.

Ses prédécesseurs, Jacob Sasportas (1656-66) et Solomon Ayllon (1689-1701), n’étaient pas faits pour acquérir une grande influence. David Nieto a été remplacé par son fils Isaac, qui à son tour a été suivi par Moses Gomez de Mesquita (d. 1751). Moses Cohen d’Azevedo a de nouveau élevé la position de haham à une certaine conséquence pendant son règne (1765-84). Parmi ses successeurs, Raphael Meldola (1805-28), Benjamin Artom (1866-1879) et Moses Gaster, l’actuel titulaire (élu en 1887), ont été les plus distingués.

Mais à la fin du XVIIIe siècle, les « Ravs » ou rabbins en chef des Ashkenazim avaient commencé à rivaliser d’importance avec les hahamim des Séfarades.

Le premier d’entre eux était Aaron Hart (Uri Phoebus), frère de Moses Hart, fondateur de la Grande Synagogue. Il a été remplacé par Hirschel Levin (parfois appelé « Hirschel Löbel » et « Hart Lyon ») qui n’a exercé ses fonctions que pendant sept ans (1756-63), puis est retourné sur le continent. Il fut remplacé par David Tebele Schiff, qui fut grand rabbin de 1765 à 1792, et qui fonda un rabbin héréditaire pour le siècle suivant, bien que son successeur, Solomon Herschell (1802-42-42), soit apparenté au prédécesseur de Schiff, Hirschel Levin.

Le Grand Rabbin N. M. Adler, qui suivit Herschell, était un parent de Schiff, et fit beaucoup pour l’harmonisation de la communauté londonienne ; le Collège des Juifs, la Synagogue Unie et, dans une certaine mesure, le Conseil des Gardiens doivent leur existence à son initiative. Il a été remplacé par son fils, Herman Adler, l’actuel (1904) titulaire du poste.

Wentworth Street, anciennement "Petticoat Lane", Londres (d'après une photo).
Wentworth Street, anciennement « Petticoat Lane », Londres (d’après une photo).

En plus du Collège des Juifs, du Conseil des Gardiens et de la Synagogue Unie, la même génération a pris des dispositions pour une exécution plus efficace de ses devoirs envers les Juifs opprimés dans d’autres pays. Cette fonction aurait naturellement été confiée au Conseil des députés ; mais, en raison de son action à l’égard de la Synagogue de la Réforme, certains membres de cette dernière, notamment Sir Francis Goldsmid et Jacob Waley, ont décidé de former une institution indépendante pour agir pour les dominions britanniques de la même manière que l’Alliance Israélite Universelle avait agi pour le Continent.

En raison de la guerre franco-prussienne, l’Alliance avait perdu tout soutien en Allemagne, et un soutien accru de l’Angleterre était devenu nécessaire ; ce soutien était assuré par l’Association anglo-juive, fondée en 1871 avec Albert Löwy comme secrétaire, qui a également contribué à la fondation de la Société de littérature hébraïque en 1873.

Condition sociale Vers 1880

Au début du dernier quart du XIXe siècle, la communauté juive de Londres avait pleinement surmonté les difficultés qui l’avaient assailli au début du siècle, et elle organise désormais toutes les branches de son activité de manière systématique et adéquate.

Une série de fonctionnaires remarquablement compétents -sher Asher à la Synagogue Unie, A. Benisch à la « Chronique juive », Moses Angel à l’École libre des Juifs, A. Löwy à l’Association anglo-juive, S. Landeshut au Conseil des Gardiens, et S. Almosnino, secrétaire de la Synagogue Bevis Marks et de presque toutes les institutions séfarades – ont donné un ton de dignité et d’efficacité aux affaires communes.

Ils étaient soutenus par des dirigeants, dont certains, comme Sir Julian Goldsmid et le baron Henry de Worms (après Lord Pirbright), avaient montré leur capacité dans les affaires nationales, tandis que d’autres, comme Lionel L. Cohen et son frère Alfred, Barrow Emanuel, David Benjamin et Charles Samuel (pour ne citer que ceux qui sont morts), avaient consacré leurs grandes capacités et leur capacité administrative aux besoins internes de la communauté.

D’autres membres de la communauté se distinguaient dans les différentes branches de la vie professionnelle. Sir George Jessel était le juge le plus distingué, Judah P. Benjamin l’avocat le plus renommé et George Lewis l’avocat le plus réputé pratiquant le droit anglais.

En médecine, Ernest Hart, Henry Behrend et R. Liebreich ont été notés, et en chimie, Ludwig Mond s’est distingué. Sydney M. Samuel et Amy Levy ; Frédéric II. Cowen et dans une moindre mesure Edward Solomon gagnaient en distinction dans la musique ; et David James était célèbre dans le jeu d’acteur.

On estimait, vers 1883, que la population juive totale de Londres comptait alors 47 000 personnes.

De ce nombre, 3 500 étaient des Séfarades (dont 500 « réformateurs ») ; 15 000 descendaient des Ashkénazes du XVIIIe siècle ; 7 500 venaient de Juifs installés en Angleterre au début du siècle ; 8 000 étaient d’origine allemande ou hollandaise et les 13 000 autres étaient russes et polonais.

Ce que l’on pourrait appeler l’élément autochtone surpassait ainsi le contingent étranger en nombre de 26 000 à 21 000 (Jacobs, « Jewish Statistics », iii.).

Les différentes classes sociales dans lesquelles ils étaient divisés ont été résumées par le même observateur comme suit, les nombres des quatre premières classes étant déterminés à partir des estimations des noms juifs dans le « London Directory », des trois dernières à partir des statistiques réelles des institutions caritatives juives ; le nombre de commerçants et de petits commerçants était également basé sur cette dernière source (ib. ii) :

london 1

Le revenu total était d’environ 3 900 000 livres sterling, soit une moyenne par tête de 82 livres sterling.

En ce qui concerne leurs occupations, l’examen de l’annuaire londonien des marchands suffisamment importants pour apparaître dans ses pages a abouti à la classification suivante (ib. v.) :

london 2

Il n’y avait que trois professions ayant plus d’une centaine de noms : Courtiers en bourse, 138 ; marchands généraux, 131 ; et tailleurs, 123. Viennent ensuite les chiffonniers, 89 ans ; les bottiers, 80 ans ; les courtiers de la ville de Londres, 78 ans ; les tailleurs de diamants, 78 ans ; les courtiers en meubles, 60 ans ; les horlogers, 57 ans. Les métiers dans lesquels les marchands juifs avaient la plus grande représentation étaient ceux des noix de coco, des oranges, des cannes et des parapluies, des pipes en écume de mer…

L’Exode russe

Malheureusement, cette condition prospère de la communauté a été rudement perturbée par les persécutions russes de 1881, qui marquent une époque dans le judaïsme anglo-saxon, dont les membres ont subi le plus lourd fardeau résultant de ces persécutions.

Les 11 et 13 janvier 1882, parut dans « The Times » de Londres un récit de la persécution des Juifs en Russie, écrit par Joseph Jacobs, qui attira l’attention du monde entier sur le sujet et conduisit à une réunion de Mansion House (1er février) et à la formation d’un fonds qui s’éleva finalement à plus de £108.000 pour l’aide aux réfugiés Russo-Juifs. Cette somme a été complétée par une autre somme de 100 000 livres sterling en 1890, lorsqu’une réunion d’indignation similaire s’est tenue au Guildhall pour protester contre les lois de mai.

Les circonstances de l’affaire, cependant, ont empêché le Comité Russo-Juifs, même sous la présidence compétente de Sir Julian Goldsmid, de faire beaucoup plus que compléter le travail du Conseil des Gardiens, sur lequel est tombé le fardeau principal de l’exode russe vers l’Angleterre. Mais la publicité de la protestation faite à ces occasions, et les sommes importantes recueillies, ont naturellement fait de la communauté londonienne la tête de toutes les tentatives concertées pour endiguer la marée montante de l’oppression russe, et ont donné à Londres, pendant un certain temps, la position de leader parmi les communautés juives du monde.

Parmi les événements qui ont contribué à confirmer la conscience de cette fière position, on peut citer le centenaire en 1885 de la naissance de Sir Moses Montefiore, célébrée dans le monde entier, et l’exposition historique anglo-juive (proposée et réalisée par Isidore Spielmann) au Albert Hall, à Londres, en 1887. Cette exposition a conduit, six ans plus tard, à la fondation de la Jewish Historical Society of England.

Le nombre de réfugiés ajoutés en permanence à la communauté juive de Londres – la plupart d’entre eux ne faisaient que passer par l’Amérique – n’était pas de très grandes proportions ; mais une moyenne d’environ 2 500 réfugiés dans un état de dénuement pratique s’ajoutait chaque année à une communauté de moins de 50 000 âmes, ce qui taxait naturellement les ressources communales au maximum.

Afin de prévenir les maux susceptibles de résulter de l’arrivée de réfugiés non familiarisés avec la langue et les coutumes anglaises, le Refuge temporaire pour les pauvres juifs et l’Association juive pour la protection des filles et des femmes furent fondés en 1885.

Les nouveaux venus avaient généralement tendance à rejeter ou à négliger la suprématie religieuse du grand rabbin anglais ; et pour vérifier cela et pour servir à d’autres fins, une Fédération des Synagogues de l’Est a été créée en 1887 sous les auspices de Samuel (après Sir Samuel) Montagu.

Le manque de capacités et de compétences techniques chez les nouveaux venus, ou « greeners » (écolos), les a fait tomber entre les mains de maîtres de tâches dures, ce qui a fait d’eux des victimes du «  »sweating system, » (système d’exploitation des ouvriers), qui a fait l’objet d’une enquête parlementaire (1888-90), grâce aux efforts non trop amicaux d’Arnold White.

La pauvreté résultant de ce système a conduit à de sérieux maux de surpeuplement avec l’immoralité qui en résulte.

Plusieurs institutions correctives ont été fondées pour éviter ces mauvais résultats dans le cas des garçons, les plus importants étant la Jewish Lads’ Brigade (1885) et le Brady Street Club for Working Boys. Il fut néanmoins jugé nécessaire en 1901 d’établir une école industrielle pour les garçons juifs qui avaient montré des tendances criminelles.

La marée croissante de l’immigration étrangère est devenue particulièrement perceptible puisqu’elle était principalement dirigée vers un district administratif de l’est de Londres, celui de Stepney. Le surpeuplement qui existait déjà dans ce quartier a été accentué ; et un certain nombre de déplacements des habitants autochtones ont eu lieu en raison de l’augmentation excessive des loyers, produisant un système de « key money » (pas de porte), par lequel un bonus a été payé par le locataire entrant pour le privilège de payer le loyer.

Certaines branches des métiers de tailleur, de cordonnier et de menuisier avaient tendance à être monopolisées par les Juifs russo-polonais installés à Stepney.

Vers la fin du XIXe siècle, on a commencé à s’opposer à cette tendance et à d’autres tendances des immigrants. Une organisation spéciale connue sous le nom de « The British Brothers’ League », dirigée par le major Evans Gordon, souleva une agitation contre toute nouvelle immigration du genre ; et, en grande partie à cause de sa clameur, une commission royale fut nommée pour examiner les effets allégués de l’immigration sans restriction. Bien qu’il soit dirigé nominalement contre tous les étrangers, il était presque sans déguisement appliqué principalement aux étrangers de confession juive. Une commission précédente, nommée pour examiner la même chose en 1889, avait décidé que les maux, s’il y en avait, étaient si insignifiants qu’ils ne nécessitaient aucune législation spéciale.

Exterior of the New West End Synagogue, Londres (d'après une photo.) Interior of the New West End Synagogue, Londres (d'après une photo.)
Extérieur de la synagogue New West End, Londres. (d’après une photo.)
ntérieur de la synagogue New West End, Londres (d'après une photo).
Intérieur de la synagogue New West End, Londres (d’après une photo).

Commission sur l’immigration des étrangers

La commission, dont Lord Rothschild était membre, a consacré beaucoup d’attention au sujet, tenant quarante-neuf réunions publiques, principalement en ce qui concerne les Juifs de l’East End de Londres. Dans l’ensemble, il a donné une image assez favorable de l’immigrant étranger. Il a été reconnu comme étant en assez bonne santé et raisonnablement propre à l’arrivée, économe et travailleur, et respectueux des lois. Ses enfants étaient particulièrement brillants et assimilateurs des coutumes anglaises.

Il n’a pas été prouvé à la satisfaction de la commission que tout déplacement important de main-d’œuvre avait été causé par le « greener, », qui, de son côté, avait tendance à introduire de nouvelles méthodes de production moins efficaces dans les industries de l’habillement et de l’ameublement.

Le seul véritable acte d’accusation contre l’immigrant était celui du surpeuplement ; et les recommandations de la commission étaient principalement dirigées contre cela. Il a suggéré que tout district dans lequel des étrangers se rassemblent devrait être déclaré zone interdite et qu’aucun étranger ne devrait y être admis pendant une période de deux ans après son arrivée ; et que, pour s’en assurer, tous les immigrants devraient être enregistrés. La législation visant à donner suite à cette suggestion et à d’autres suggestions a été présentée au Parlement britannique en 1904. Un aveu malheureux de Leonard L. Cohen, président du Conseil des gardiens, que son institution a jugé nécessaire de renvoyer un certain nombre de « indésirables », a affaibli la résistance possible de la communauté londonienne à la proposition que le rapatriement de ces indésirables soit entrepris par le gouvernement.

Progrès intellectuel

Au cours du dernier quart du XIXe siècle, un certain regain d’intérêt pour la littérature et l’histoire juives s’est produit parmi les Juifs de Londres.

Un petit cercle d’étude associé au Révérend A. L. Green au début de la septième décennie, et une série de conférences publiques en rapport avec le Collège des Juifs, ont donné aux jeunes hommes prometteurs l’occasion de montrer leurs capacités. Ces efforts ont été plus récemment appuyés par ceux des sociétés littéraires juives disséminées dans tout Londres, et d’une société d’étude juive fondée en 1900, principalement à l’imitation de l’American Council of Jewish Women.

« La Revue trimestrielle juive, fondée par C. J. Montefiore et éditée par lui et par Israël Abrahams, est progressivement devenue l’une des revues scientifiques les plus importantes liées à la science juive. Ces deux messieurs ont été liés de temps en temps à des mouvements destinés à rendre le culte religieux plus libre des trammels traditionnels. Le dernier de ces mouvements fut celui de l’Union religieuse juive en 1902, qui fut éminemment une année d’unions, puisqu’elle vit aussi la formation de l’Union des sociétés littéraires juives, de l’Union des femmes juives et de l’Union des congrégations juives.

Un autre mouvement peut être considéré comme caractéristique du judaïsme londonien.

Vers 1885, un certain nombre de jeunes travailleurs intellectuels de la communauté ont été rassemblés autour d’Asher I. Myers, rédacteur en chef de « The Jewish Chronicle », dans un corps informel ; ils s’appelaient eux-mêmes « The Wandering Jews » et comprenaient S. Schechter, I. Zangwill, Israel Abrahams, Joseph Jacobs, Lucien Wolf, et d’autres. Ils se sont rencontrés pendant plusieurs années dans les maisons l’un de l’autre pour la discussion informelle sur des sujets juifs, ce qui a finalement conduit à la fondation des Maccabées, une institution destinée à garder les juifs professionnels en contact avec leurs coreligionnaires. Ce mélange avec le monde extérieur tout en conservant la communion avec Israël est très caractéristique de Londres, comme de l’ensemble du judaïsme anglais.

L’immigration récente a eu tendance à diviser les Juifs de Londres en deux éléments divers et, dans une certaine mesure, antagonistes ; mais les expériences et la politique administrative de la dernière décennie ont eu tendance à combler le fossé et à réunir les deux classes au sein d’une organisation communautaire. Le début du XXe siècle se heurte à des difficultés similaires à celles du début du XIXe siècle. L’expérience passée montre qu’il est dans le pouvoir de la communauté de remédier à ses propres lacunes.

Cette esquisse de l’histoire des institutions et des hommes éminents qui ont constitué la communauté londonienne peut se conclure par une liste de ces derniers, à partir de 1700, dont beaucoup ne pourraient pas être spécifiquement mentionnés autrement. Les personnes dont la date de naissance est donnée seule sont toujours en vie.

Lon1 lon2 lon3 lon4 lon5 lon6 lon7 lon8 lon9 lon10 lon11 lon12

Population

Conditions actuelles (statistiques) :

Il est possible de déterminer avec une certaine précision la population juive de Londres du fait que les statistiques sur les décès et les mariages juifs ont été enregistrées avec une certaine exhaustivité par la Synagogue unie et le Conseil des députés au cours des trente dernières années. Aux informations provenant de ces sources s’ajoutent les rapports sur le nombre d’enfants juifs fréquentant les écoles juives, donnés par Jacobs et Harris dans les numéros successifs de l' »Annuaire juif » avec une plénitude toujours plus grande. Le tableau suivant donne ces données à intervalles de cinq ans pour les trente dernières années :

lon13

D’après ces dernières données, le nombre de Juifs à Londres au milieu de 1902 peut être déterminé avec un certain degré de probabilité. Le taux général de mortalité de Londres pour l’année 1902 était de 17,6 pour mille, mais comme la population juive est composée en grande partie (trois quarts contre la moitié dans la population générale de Londres) de jeunes hommes et femmes des âges les plus viables, de 15 à 60 ans, il est peu probable que le taux de mortalité était supérieur à 15 pour mille (le même que dans le quartier juif de l’arrondissement de Stepney en 1901).

Cela donnerait une population juive de 148 866 habitants à Londres en 1902, une estimation qui est confirmée par le nombre de mariages, soit 1 478, ce qui, à 10 pour mille – un taux très élevé en fait – donnerait 147 800.

Le nombre d’écoliers, cependant, indiquerait un total encore plus élevé. De ce nombre, 31 515, sur un total de 761 729, se trouvaient dans des pensionnats et des écoles bénévoles. Si la proportion d’écoliers par rapport à la population des enfants juifs par rapport à la population totale (4 536 541) dans la zone de la commission scolaire, cela impliquerait une population juive d’environ 187 427.

Mais ces statistiques sont pour un an plus tard que les chiffres du taux de mortalité cités ci-dessus, et en outre, il est probable que plus d’enfants juifs sont inscrits dans les livres scolaires, et que plus d’enfants juifs sont inscrits que dans la population générale, de sorte que les chiffres sont quelque peu trompeurs.

Au total, il est probable que la population juive de Londres au milieu de 1902 était d’environ 150 000 personnes, dont au moins 100 000 dans l’East End de Londres, dont la moitié dans l’arrondissement de Stepney ( » Alien Immigration Commission « , iii. 90).

Parmi les autres, la majorité sont des résidents aisés dans les districts de Maida Vale, Bayswater et Hammersmith, bien que des ghettos subordonnés aient été créés à Soho et Southwark.

D’après les chiffres cités ci-dessus, il semble probable que la population juive de Londres a triplé entre 1883 et 1902. Une partie de cette augmentation est sans doute due à l’excès de naissances par rapport aux décès et à la migration en provenance des provinces, mais au moins 50 000 personnes ont été ajoutées par l’immigration étrangère au cours de cette période, soit une moyenne de 2 500 par an.

Synagogues

Cette augmentation a été compensée par une augmentation correspondante du nombre de titulaires de sièges dans les synagogues de Londres – 2 289 en 1873, 3 397 en 1883, 5 594 en 1893 et 9 556 en 1902.

Au total, il y a 65 synagogues pour répondre aux besoins religieux des juifs de Londres, dont 15 appartiennent à la Synagogue unie.

Elles sont les suivantes, avec le nombre de leurs titulaires de sièges et leurs revenus pour 1902, et sont disposés dans l’ordre de leur réception au sein des rangs de la Synagogue Unie :

lon 14

En outre, il y a 38 synagogues mineures réunies au sein de la Fédération des synagogues, dont les chefs sont Cannon St. En dehors de ces deux grandes associations se trouvent la Congrégation espagnole et portugaise avec son centre à Bevis Marks, et la Synagogue des Juifs britanniques à Berkeley street (voir le judaïsme réformé).

Parmi les 10 synagogues restantes, la plus intéressante est la synagogue occidentale, à la place de St. Alban ; elle a été fondée en 1797 et fut longtemps la seule synagogue en dehors de la « ville ». Au total, les dépenses de ces 65 synagogues s’élèvent à environ 50 000 livres sterling par an, alors qu’il y a en outre un très grand nombre de « ḥebrot » éparpillés dans le quartier juif.

De nombreux Juifs de Londres, cependant, ne sont toujours pas rattachés à une organisation synagogale importante, et pour les principales fêtes du Nouvel An, à l’automne, une grande salle dans l’East End est louée, où les services sont fréquentés par pas moins de 5 000 personnes. Une grande partie des habitants juifs de Londres utilise l’une ou l’autre des nombreuses institutions caritatives.

En 1883, la proportion était d’un quart (Jacobs, « Jewish Statistics », p. 14), bien qu’elle ne soit probablement pas si élevée à l’heure actuelle. De 1895 à 1901, une moyenne annuelle de 851 cas d’étrangers arrivant au cours de l’année s’est adressée au Conseil des gardiens, ou Comité Russo-juif (« Commission de l’immigration des étrangers », iii. 93). Comme un cas comprend en moyenne 3 personnes, cela impliquerait que la quasi-totalité des 2 500 personnes arrivant au cours de l’année ont des raisons de s’adresser, pour une cause ou une autre, au Conseil des Gardiens. D’autre part, l’aide nécessaire et donnée est souvent très faible, et la proportion de ceux qui restent chroniquement liés aux institutions caritatives est assez faible, probablement pas plus de 5 % de l’ensemble de la population juive.

Presque tous les besoins d’une personne juive, de la naissance à l’enterrement, sont satisfaits par l’un ou l’autre des organismes de bienfaisance juifs métropolitains, dont la liste suivante est une liste classifiée, avec les montants dépensés pendant l’année 1902 ; dans la plupart des cas, les dates de fondation sont indiquées entre parenthèses :

Orphelins

lon15

Carte de Londres montrant les localités juives
Carte de Londres montrant les localités juives

Prêts

lon16 lon17 lon18

Déficiants et délinquants

De ce total, il faut déduire les chiffres du département des prêts du Conseil des gardiens et des autres sociétés de prêt, qui s’élèvent à 22.338 livres sterling 15s. 5d., ce qui laisse une dépense totale de 89 300 £ 8s. 0d. pour le budget caritatif des Juifs de Londres en 1902, à l’exception des dons privés. Parmi un si grand nombre de personnes, il est naturel qu’une certaine proportion d’entre elles tombent, soit par faiblesse, soit par méchanceté. En comparaison, ils sont peu nombreux. Seulement 1 909 d’entre eux trouvèrent nécessaire de faire une demande d’aide au titre de la Loi sur les pauvres dans tout Londres en 1901, dont au moins les quatre cinquièmes n’étaient que des demandeurs en médecine.

Le nombre de détenus juifs dans les institutions publiques de Londres et des environs a été enregistré au cours des trente dernières années, à partir duquel on peut établir le tableau suivant indiquant le nombre de détenus juifs reçus chaque année:

london 100

Les prisonniers étaient surtout détenus pour des délits mineurs.

Ainsi, en 1902, alors qu’on en recevait 796, le nombre maximal de détenus à un moment donné était de 233, ce qui montre que, dans la majorité des cas, ils purgeaient des peines très courtes.

En ce qui concerne les autres qualités indésirables, la Commission de l’immigration des étrangers n’a enregistré que 93 faillites parmi les Juifs étrangers dans le district de Londres au cours des trois années se terminant le 31 mars 1903 (« Rapport », i. 835).

L’éducation

Neuf dixièmes de tous les Juifs qui résident à Londres envoient leurs enfants dans les écoles publiques ordinaires, un tiers d’entre eux allant dans les écoles privées et le reste dans les écoles du Conseil. Les principales écoles juives privées sont indiquées dans la liste suivante, avec le nombre de ceux qui les fréquentaient en 1903 :

london ecoles

Parmi les enfants fréquentant les écoles juives privées, environ un cinquième sont nés à l’étranger, un huitième en Angleterre de parents autochtones et le reste est né en Angleterre de parents étrangers. La plus grande des écoles juives est l’École libre des Juifs, Bell lane, l’une des plus grandes institutions de ce genre dans le monde. Les dépenses totales de ces écoles s’élèvent à environ 52 000 livres sterling par an. Une assez grande majorité des enfants juifs de Londres fréquentent d’autres écoles que les écoles purement juives, la proportion étant indiquée dans le tableau suivant :

london ecoles 2

En outre, l’enseignement de l’anglais pour les réfugiés russes adultes est assuré par les cours du soir d’anglais en liaison avec le Comité Russo-Juif.

Institutions sociales

Les nombreux clubs sociaux et institutions destinés à relier entre eux les jeunes garçons et les jeunes hommes juifs, indiquent un niveau d’effort éducatif un peu plus élevé. L’organisme central de ce type est le Jewish Workingmen’s Club, Great Alie street, Aldgate, fondé en 1872. Pour s’y préparer, il existe un certain nombre de clubs pour les garçons juifs qui travaillent, dont le chef est le Brady Street Club, fondé en 1896. Il existe des clubs similaires pour les filles – le Club des filles juives, fondé en 1886, et le Club des filles juives du Centre-Ouest, fondé en 1887.

Pour l’instruction spécifiquement juive, la disposition de Londres est quelque peu petite. Chaque division de la communauté a un Beth ha-midrash, l’institution séfarade de ce nom étant instituée dès 1664.

L’institution ashkénaze est sous les auspices de la Synagogue unie, et le bâtiment actuel a été ouvert en 1876. Des institutions locales de caractère similaire existent dans le nord et le nord-est de Londres. Le Collège des Juifs demeure toujours le centre de l’apprentissage juif à Londres, bien que des dispositions importantes soient maintenant prises pour des conférences plus populaires et l’instruction par la Jewish Study Society et ses diverses ramifications, qui sont combinées dans l’Union des sociétés littéraires juives, fondée en 1902.

Professions

Il est impossible de donner un compte rendu complet des occupations des Juifs de Londres, mais dans le recensement de 1901 il y a une liste des occupations des Russes et des Polonais à Londres, ce qui permet en tout cas au statisticien de déterminer les occupations les plus populaires parmi les individus les moins favorisés des Juifs de Londres. C’est comme suit :

london pro

En ce qui concerne les classes les plus anciennes installées dans le pays, les proportions, bien que probablement pas le nombre, des personnes employées dans les différentes professions ne sont pas très différentes de l’estimation faite en 1883 et donnée ci-dessus.

Amicales et sociétés de bienfaisance

Il existe un grand nombre de sociétés d’assistance mutuelle dans le judaïsme londonien, pas moins de 140 étant enregistrées dans le dernier numéro de l' »Annuaire juif », en plus de nombreuses branches distinctes des ordres plus importants, comme le Grand Ordre d’Israël, l’Ancien Ordre du Mont Sinaï, l’Ordre hébreu des Druides, les ordres Achei Ameth et Achei Berith, et l’Ordre des Anciens Maccabées.

En outre, la plupart des ḥebrot sont aussi des sociétés de bienfaisance, et il y a eu au total environ 39 syndicats juifs à Londres (voir Halpern, « Die Jüdischen Arbeiter in London », pp. 66-68). Beaucoup de ces derniers, cependant, n’existent que pour une courte durée, et sont parfois créés simplement pour les besoins d’une grève. Les plus importantes d’entre elles semblent être les United Ladies’ Tailoresses, fondées en 1891, et l’Independent Cabinet Makers’ Association, fondée en 1895. L’objectif des ouvriers juifs de devenir maîtres à leur propre compte semble les empêcher de devenir syndicalistes.

Le sionisme

Londres est l’un des principaux centres où le sionisme a été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme.

C’est le siège du Jewish Colonial Trust, et c’est là que s’est tenu le cinquième congrès sioniste. Des sociétés sionistes, il en existe 23, en plus de la Fédération sioniste anglaise, dont Sir Francis Montefiore est le président. Pas moins de 51 clubs de partage des sionistes existent à Londres pour permettre aux sionistes de  devenir actionnaires du Jewish Colonial Trust.

Bibliography:
Jacobs, Jews of Angevin England, 1894;
Margoliouth, History of the Jews in Great Britain, vol. iii., London, 1851;
Halpern, Die Jüdischen Arbeiter in London, 1902;
C. Russel and H. S. Lewis, The Jew in London, 1900;
Jacobs and Harris, Jewish Year Book, various years;
Transactions Jew. Hist. Soc. Eng.;
Jacobs, Studies in Jewish Statistics, London, 1891;
Report of the Alien Immigration Commission, 1903;
Report from the Committee of the House of Lords on the Sweating System, London, 1889;
Report from the Select Committee on Immigration and Emigration (Foreigners), London, 1889;
Evans Gordon, The Alien Immigrant, London, 1904;
Picciotto, Sketches of Anglo-Jewish History, 1902;
Jacobs and Wolf, Bibl. Anglo-Jud.

Imprimerie

La première impression hébraïque dans la ville de Londres a été réalisée par des imprimeurs chrétiens, le premier livre étant une édition des Psaumes en quatre langues parue à Londres en 1643. Steinschneider suggère que l’hébreu a été imprimé à partir de blocs de bois incisés. L’imprimeur s’appelait Thomas Harper. Une édition d’Abot avec texte ponctué a été publiée à Londres en 1651, l’impression étant faite par Thomas Roycroft, qui semble aussi avoir imprimé le polyglotte de Walton de 1653-57.

Le premier livre imprimé pour et par un Juif à Londres semble avoir été le « Urim we-Tummim » d’Uri Phoebus (1707). Il est douteux que l’attaque de Johananan ben Isaac contre cette œuvre ait été imprimée à Londres ; la suite a certainement été faite à Amsterdam. L’imprimeur chrétien Thomas Ilive a imprimé quelques ouvrages en hébreu, entre autres le « Maṭṭeh Dan », 1715, de David Nieto. De même, vers 1770, trois juifs, Isaac ben Jedidiah, Moses ben Gershon et Jacob Cohen, publièrent un certain nombre d’ouvrages imprimés par William Tooke.

Le premier imprimeur et éditeur régulier peut être considéré comme David ben Mordecai Levi (1794-99), bien qu’avant cela les Alexandrins aient commencé leur série de livres de prières (à partir de 1770), qui ont été remplacés par les Valentins, qui ont publié la plupart des rituels de la communauté de Londres.

Pendant une longue période, la firme Wertheimer, Lea & Company a publié à Londres la plupart des livres exigeant le type hébreu, à l’exception de la Bible et des livres des sociétés conversionnistes. Filipowski peut être mentionné ici comme ayant fait imprimer les différentes œuvres qu’il a éditées en caractères nouveaux et très clairs mais de petite taille, au milieu du XIXe siècle.

Bibliographie :
Steinschneider, dans Ersch and Gruber, Encyc. section ii, partie 28, p. 91 ; Cat. of the Anglo-Jewish Historical Exhibition, p. 43.

http://www.jewishencyclopedia.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email