SHARE
Ce n’est pas une simple coïncidence si les Juifs et les Serbes sont les nations qui ont survécu au plus grand nombre de poursuites et de génocides dans l’histoire de toutes les nations de la planète.

Un livre de Stevan Tomovich Ph.D.

The Hebrew Origin

L’origine des Serbes (2)

LIRE LA 1ère PARTIE

L’origine du nom Rasciani

En ce qui concerne l’origine du nom serbe, nous devrions dire quelque chose à propos de l’autre ancien nom des Serbes – Rasciani (Rasenni, Serbe. Rašani).

Comme nous le savons, ce nom était une désignation médiévale pour une partie des Serbes des Balkans. Cela remonte à des temps anciens, les Serbes étaient appelés Rasciani par les Allemands et les Autrichiens, les Magyars les appellent encore Ratzi, tandis que les Russes portent un nom assez semblable.

Au début du XVIIIe siècle, un célèbre révolutionnaire magyar, Francis Rakoczi, a écrit sur les Serbes de la manière suivante : Oh mon Dieu, ces Ratzi poussent-ils du sol ou tombent-ils du ciel comme la pluie?

La Serbie médiévale, à l’époque de la dynastie Nemanjić s’appelait Rascia (Serbe Raška). La capitale était Ras, et aujourd’hui il y a une ville voisine qui s’appelle Raška. Mais qu’est-ce que le origine du nom Rascia ou Rasciani, en référence aux Serbes?

Est-il apparu au Moyen Âge ou à une époque beaucoup plus ancienne?

Voyons d’abord les toponymes en Serbie et près de la Serbie qui ressemblent au nom Rascia (Rasciani, Raši, Rasenni…). Dans la Serbie moderne, ces toponymes sont : Rasen près de Kruševac, rivière Rasina, Ras, région de Raška et rivière Raška (ils sont tous à proximité d’une vieille ville Arsa, qui est considérée par certains comme l’éponyme de Ras), un village appelé Rašovka, Raskaj et Raskovo au Kosovo, etc. En Bulgarie voisine, ce sont les toponymes qui ressemblent à l’ancien nom serbe : Rasen, la rivière Rasitsa (Rositsa) et le village Raškovo près de Sophia. En Croatie : Rašćani et Rašeljke, Raško polje, Rasna près de Brestovac (il y a beaucoup d’endroits avec ce nom en Serbie, Croatie et un en Roumanie), rivière Aorsa ou Raša en Istrie, etc. En Macédoine il y a une ville Rasen, ainsi que dans le nord de la Grèce – Rasen (Rosna), près de la frontière avec la Macédoine. Il y a aussi Arsa dans la baie de Kotor, et ainsi de suite.

Ensuite, certaines sources arabes mentionnent le peuple Arsaniya, comme l’une des trois principales tribus russes. Ils sont aussi appelés Saqaliba – un nom arabe pour les Serbes.

En Russie, il y a des personnes appelées Erzya, dont le nom vient du mot ‘incendie criminel »- c’est ce que dit l’opinion scientifique dominante. Certains pensent que la ville russe de Riazan est de la même étymologie que tous ces toponymes. En Estonie voisine, il y a un village, Rassina. Et bien sûr, nous avons la Russie et les Russes.

Et ce n’est pas tout. Près de la rivière Aorsa (Raša) en Istrie, dans le nord de l’Italie, il y a un endroit appelé Rasina. La ville d’Arezzo est proche d’Arezzo, qui est similaire à Aorsi, Arsa et Arsaniya. ou Arthaniya, parce que les Italiens et leurs ancêtres voudraient prononcez t comme c (zz dans ce cas).

Et enfin, une ancienne ethnie vivait précisément dans cette région de l’Italie – les Étrusques, qui s’appelaient Rasenni ou Rasna.

Tous les toponymes répertoriés qui ressemblent au nom serbe – du nord de l’Italie à l’est de la Bulgarie en passant par les Balkans – témoignent des lieux où les Serbes ont vécu dans les temps les plus anciens.

Ceci est également confirmé par le simple fait qu’illyrio, les Thraces vivaient dans ces lieux, pour lesquels nous avons montré qu’ils étaient les ancêtres des Serbes. Il n’y a rien à débattre ici. Mais nous n’avons toujours pas répondu notre question : Quelle est l’origine du nom Rasciani?

Peut-être que les Étrusques mentionnés peuvent nous donner la réponse. Nous ne parlerons pas de l’origine et de l’identité ethnique des Etrusques, mais nous ne mentionnerons que leur lien avec les Serbes et leur nom.

Il y a ceux qui croient que les Serbes et le nom étrusque Rasenni ou Rascia(ni) n’ont rien en commun. Cependant, les noms grec et romain de ces Étrusques nient leur allégation, parce qu’ils les ont appelés Tyrrhéniens et Tyrsenoi – le nom utilisé par Hérodote pour les Thraces (Serbes), bien qu’il soit évident que ce nom ressemble au nom original des Thraces – Thirasiens.

Un autre nom pour les étrusques était Tusci ou Tursci (Toscane en Italie a été nommé d’après eux) – encore une fois, le nom utilisé dans les sources égyptiennes pour les Thraces, résonne comme les « gens de mer ».

De plus, beaucoup d’historiens anciens et modernes croyaient que les Étrusques étaient les mêmes que les Thraces (bien que ce ne soit pas tout à fait exact), tandis que certains pensaient que les Étrusques étaient les fameux ‘Troyens’.

Nous avons déjà vu que les Thraces sont Serbes, et nous verrons dans notre prochain chapitre le lien entre les Troyens et les Thraces. Par conséquent, il est évident qu’une partie des Etrusques était composée de Thraces. Ils avaient tous les deux le nom de Rasenni. Voyons maintenant son origine.

En effet, avant les Étrusques et l’émergence de Rome, l’un des premiers dirigeants de l’Italie fut Cranus Rasenus, comme le montre un document très précieux d’Annius de Viterbe.

Il est écrit que Rasenus était un fils de Janus. Et qui était Janus?

Comme nous le disent les mythographes bibliques et le document lui-même, Janus était une version italienne du Noé biblique – le seul homme qui a survécu au grand déluge, et qui était
déifié par les tribus italiennes – la même chose qui a été faite par toutes les autres nations concernant Noé et ses fils : Japhet, Sem et Ham (Tiras a été appelé ‘le dieu Thrax’ par les Serbes Thraces, comme ses descendants). Cela signifierait que Cranus Rasenus (Cran Rasen) était un des fils de Noé. Mais lequel : Japhet, Sem ou Ham ?

Le même auteur nous a donné la réponse. Il a écrit que Noé lui-même gouverna l’Italie après le Déluge, après avoir banni tous les descendants de Ham, « qui avaient corrompu notre peuple ».

Après avoir restitué le monothéisme, le fils de Noé (Janus’), Cranus Rasenus a pris le trône. Son nom signifie Le Couronné Un. On l’appelait aussi le bon Roi Patriarche, semblable à Sem dans les Écritures.

Le seul fils de Noé qui ne s’est pas écarté du chemin de la vérité, de la bonté et des lois de Dieu était exactement Sem. C’est lui qui succéda à Noé et régna sur l’Italie, suivi par des descendants de Ham, qui ramenèrent le polythéisme, et dont l’histoire fut marquée par ce polythéisme, à travers Rome et l’Etrurie, ce qui est bien connue de nous tous.

Même les sources historiques romaines confirment indirectement que Noé et Sem ont gouverné l’Italie et ranimé le monothéisme :

Sur la colline du Capitole, si célèbre dans l’après-journée comme le grand haut lieu de culte romain, Saturnia, ou la ville de Saturne, le grand dieu chaldéen, avait été érigé au temps de l’antiquité lointaine et sombre. Une certaine révolution avait alors eu lieu – les images gravées de Babylone avaient été abolies – l’érection de toute idole avait été interdite.

Si Sem s’appelait ainsi « Cranus Rasenus », ou simplement « roi Rasen », et s’il régnait sur l’Italie, y compris l’Étrurie, alors il serait logique de supposer que les Étrusques et les Thraces (Serbes) qui lui sont liés ont été nommés Rasenni ou Rasciani en son honneur. C’est ainsi que les Serbes ont retrouvé leur deuxième prénom après Sem – père des Serbes, des Juifs et de tous les Sémites.

Qui étaient les Wends?

En ce qui concerne l’origine du nom serbe et l’origine des Serbes venus d’Inde, il convient également de mentionner un nom de plus pour Serbes – Wends (Vinides, Veneti). C’est connu de tous les historiens, que les Wends sont une partie des Serbes.

L’histoire du courant dominant dit aussi que les Slaves de Polabie, auxquels appartiennent les Serbes, sont appelés Wends sous un autre nom. Toutefois, les faits suivants confirment que les Wends sont les Serbes qui viennent exactement de l’Inde vers 1400 av. J.-C :

1) Tout d’abord, Wends est mentionné en Inde. Bhinda ou Vhinda est un endroit en Inde, au nord-est de Vindhya. des montagnes. Une partie des Serbes s’est donc installée à l’Est et au Centre de l’Europ, via les côtes de la mer Noire, l’Asie centrale et l’Inde.

2) Les Serbes lusatiques, seuls vestiges de l’Europe centrale et oriental, sont encore appelés Wends par les Allemands. Le peuple finlandais et les Estoniens appellent la Russie du nom de Venaja, Venema….

3) Une partie de l’Allemagne s’appelait autrefois le pays des Wends, alors qu’il existe aujourd’hui en Allemagne une région appelée Wendland, en référence au comté de Luchow Dannenberg.

4) De nombreux dirigeants slaves d’Europe centrale ont été appelés rois wendish, ou parfois même les rois sarmates par les historiens médiévaux. Comme nous le savons, les noms Sarmates et Wends font référence au même peuple – les Serbes.

Après tout, sur la Tabula Peutingeriana romaine (Table de Peutinger), nous trouvons une nation appelée Sarmatae Venadi.

Pline l’Ancien les appelait Sarmatian Wends. De plus, les dirigeants des Allemands portaient la couronne dans laquelle ils incorporaient le titre de roi des Wends, l’ayant porté du 12ème au 20ème siècle !

Alors que la Baltique, où vivait une partie des Wends et où se trouvait un pays Wendia, était appelée Sarmatia européenne par les écrivains romains, la mer Baltique était appelée océan Sarmatian.

En outre, sur la côte baltique, il y avait un estuaire wendish. Les montagnes des Carpates dans la Roumanie moderne étaient appelées montagnes Sarmatian et Wendish, mais aussi Montes Serrorum. Ils ont obtenu leur nom d’après Carpi – une tribu dacienne (nous verrons plus tard le lien entre les Daces, les Getae et les Thraces).

5) Les Wends de l’Europe centrale et de la région baltique ont été appelés Surpe et Surmente par les rois anciens anglais.

6) Même les historiens du courant dominant assimilent les Wends aux Slaves de Polabie (Serbes). Par conséquent, tous les faits confirment que ce nom de Wends se réfère aux Slaves.

Seule son étymologie n’est pas connue. Il y a deux hypothèses : la première nous dit qu’elle dérive d’un mot latin pour le désir (accidentellement ou non, le nom Tiras a le même sens) ; et selon la seconde théorie, elle dérive du mot celtique vindo, qui signifie blanc. Cette théorie pourrait également être liée à l’histoire des Serbes venus d’Inde, car à l’origine, les Serbes blancs et aux cheveux bruns différaient des Indiens Hamitiques à peau noire. Enfin, la troisième hypothèse est que le nom Wends, Vinides, Vindians dérive simplement du nom de l’Inde.

Il y a aussi quelques ethnonymes qui sont synonymes du nom Wends : Vinides, Veneti, Eneti, etc. Bien que la science moderne essaie de prouver qu’il s’agit là de l’élément le plus important. noms de différentes nations, nous verrons maintenant qu’ils se réfèrent à la même nation – les Wends

Les Vénitiens Adriatiques et Italiens s’appelaient aussi Wends et étaient entourés d’Illyriens à l’Est et d’Etrusques à l’Ouest, bien que considérés comme une tribu Illyrienne.

Les historiens les ont décrits comme  » la plus grande nation  » – de la même manière qu’Hérodote a décrit les Thraces (c’est-à-dire les Illyriens, les Serbes). Venise/Vénétie porte leur nom, tandis que le lac de Constance (lac Bodensee allemand) porte le nom de Venetus Lacus.

Même l’ancien nom de Vienne (Serbe Beč) était Vindobona, alors que les Slovènes l’appelaient Dunaj, du nom de la rivière Donau. En ce qui concerne les Slovènes, ils se considèrent comme des descendants de Vénéti.

Les chroniqueurs byzantins ont ajouté Eneti à Antes et Slaves – deux noms synonymes de Serbes. Jordanes les a mis sur un pied d’égalité avec les Wends. Eneti, Veneti, Wends, Slaves et Antes – ils sont tous les noms des ancêtres serbes.

Il y avait une tribu gauloise (celtique) appelée Vénéti. Ils ont probablement été assimilés par les Gaulois, en gardant leur propre nom. César en parlait dans son De Bello Gallico.

Enfin, la Vénétie baltique ou Wends vivait autour de la Vistule et dans la Pologne moderne. De nombreuses villes et régions d’Europe centrale et orientale portent leur nom.

Un évêque catholique a écrit une ligne à leur sujet, les décrivant comme l’auraient fait des historiens médiévaux occidentaux du Vatican, des écrivains de l’ancienne Grèce, partiaux, et même des politiciens modernes : Vénédiens, la race humaine la plus épouvantable et la plus terrible (….)

Cette citation ressemble à toutes ces descriptions anciennes des Serbes comme schismatiques, judaïstes, barbares, sauvages, cannibales, etc.

Ne correspond-elle pas à toutes ces descriptions anciennes des Thraces, aux représentations médiévales des peuples slaves, et même aux représentations modernes, qui culminent au XXe siècle, lorsque les Serbes sont sans exception montrés dans les films hollywoodiens comme les plus grands méchants assassins?

Il s’agit donc de toutes les régions habitées par les Wends depuis les temps les plus anciens, ayant combattu avec les Allemands et les Celtes pendant des siècles. Ils ont fini par perdre la bataille en 1147 de notre ère après la Croisade Wendish.

Les seuls vestiges des Serbes d’Europe centrale et d’Europe de l’Est, qui sont venus de l’Inde, sont appelés ainsi Vindiens, ce sont des Serbes lusaciens.

Par conséquent, il est tout à fait clair que le nom Wends fait référence à la partie des anciens Serbes qui sont venus de l’Inde, après quoi, le nom a probablement dérivé.

Il existe même des légendes croates, un peuple identique aux Serbes, qui nous racontent leur origine indienne. Ils sont appelés ‘Vejske Povede’, qui décrivent Indra (Inde) de la même manière que la tradition orale serbe.

Bien qu’il s’agisse d’un de leurs pays d’origine, les Serbes ne venaient pas exactement d’Inde. Après le déluge, ils ont colonisé des zones à proximité de la mer Caspienne, de la mer Noire et de l’Asie centrale.

Les descendants de Tiras et d’Elam y vivaient, près de l’Inde, de la Chine, de l’Elam, de la Sibérie, de la Perse et de l’Europe orientale. Même les historiens du courant dominant sont parfois d’accord avec cela dans un sens, parce que selon une théorie, toutes ces terres sont considérées comme la patrie des nations indo-européennes. Cela impliquerait que non seulement les Serbes y vivaient, mais aussi toutes les autres nations européennes, c’est-à-dire tous les descendants de Japhet.

En outre, dans la zone mentionnée, il existait autrefois la « culture d’Andronovo », qui date de 2000 av. J.-C., immédiatement après le déluge, ce qui signifie qu’elle faisait partie des civilisations les plus anciennes après le déluge. En Occident, elle jouxtait la civilisation Vinča (pour plus d’informations, voir le chapitre ‘Vinča civilisation‘) ; au Sud et à l’Est se trouvaient l’Inde et la Chine, où une partie de nos ancêtres s’étaient réfugiés. Tout s’intègre bien.

Et non seulement cela, mais aussi des guerriers momifiés d’origine non asiatique ont été découverts en Chine.

Selon les archéologues, ils étaient d’origine iranienne ou indo-européenne, cheveux clairs et peau claire. Ils ont été décrits de la même manière que les Thraces ont été décrits par les historiens grecs.

En Occident, elle jouxtait la civilisation Vinča (pour plus d’informations, voir le chapitre ‘Vinča civilisation’) ; au Sud et à l’Est se trouvaient l’Inde et la Chine, où une partie de nos ancêtres s’étaient réfugiés. Tout s’intègre bien.

Et non seulement cela, mais aussi des guerriers momifiés d’origine non asiatique ont été découverts en Chine.

Selon les archéologues, ils étaient d’origine iranienne ou indo-européenne, cheveux clairs et peau claire. Ils ont été décrits de la même manière que les Thraces ont été décrits par les historiens grecs.

Ils étaient appelés Tochariens par la science conventionnelle. du 19ème siècle, d’après une tribu mineure qui était probablement d’origine japonaise, comme les Serbes.

Ça ne peut pas être juste une coïncidence que leur lieu de vie en Asie était appelé Serica par les anciens historiens romains, et le peuple vivant là-dedans – Seres. Certains historiens comparent leurs nom avec un mot pour la laine, à cause de la fameuse Route de la Soie (bien que la soie en chinois est si, et en latin – sérum), tandis que d’autres y voient un synonyme de Sinae, c’est-à-dire la Chine. Bien que Serica faisait partie de la Chine, et probablement… de l’époque plus tardive, dans un ancien quartier historique de l’île. une histoire différente a été écrite : Les premiers personnages connus de la région sont Seres, célèbres pour la laine dans leurs forêts (…) Après Attacori on trouve Phruri et Tocharis, et à l’intérieur, le Casiri indien, qui se nourrissaient de chair humaine, territoire des Scythes…

Nous savons que les Tochariens vivaient en Asie centrale et qu’ils furent assimilés par d’autres peuples anciens. Et comme nous venons de le voir, Seres vivait à côté de ces Tochariens, c’est-à-dire en Asie centrale, pas en Chine. D’ailleurs, il est écrit qu’ils vivaient près de la rivière Oechardes, qui s’appelle aujourd’hui Kaschgart. Cette rivière, et une ville portant le même nom, sont situées près de la rivière Chuy, dont nous avons déjà vu qu’elle est mentionnée dans la tradition serbe ; cela signifierait que les Serbes y vivaient et que Seres est un nom synonyme pour eux. Ce fut une nouvelle ère, car bien qu’une partie des Serbes ait été assimilée par les Chinois et d’autres tribus, l’autre partie des Serbes avait émigré il y a très longtemps.

Une écriture médiévale mentionne également Seres : (…) Les Seres appartiennent au même groupe de personnes, vivant à la fin du monde (…)

Les Seres sont de nouveau mentionnés comme vivant près des Indiens et en Bactriane , c’est-à-dire en Asie centrale.

Il y a encore plus de preuves que Seres n’est pas Chinois. A savoir, les historiens romains ont déjà utilisé le nom Sinae pour Chinois, tout en utilisant Seres au même endroit. pour un autre peuple, et jamais comme synonyme de Sinae.

La capitale de Serica s’appelait aussi Sere, ce qui donne à l’étymologie de Seres un rapport supposée avec la laine, ce qui est tout à fait irrationnel. Après tout, pourquoi quelqu’un appellerait-il son propre peuple, son royaume et sa capitale, d’après la laine? Rien de similaire n’a été noté dans l’histoire de l’humanité.

C’est encore plus précis si l’on tient compte du fait que Les Carpates, après l’arrivée des Serbes d’Inde vers 1400 av. J.-C., furent alors appelés Montes Serrorum, tel que l’écrit Ammianus Marcelinnus.

Et finalement l’ancienne ville de Serrès ou Sirae (aujourd’hui en Grèce), mentionné même par Hérodote, doit avoir quelque chose à voir avec ce Seres, surtout si nous savons que c’était situé dans une région appelée Serbie?

A côté de l’ancienne tradition serbe, il existe même des écrits chinois qui nous parlent de contacts entre eux et les anciens ancêtres serbes (Seres, Wends) : Les Serbes ont attaqué notre terre trente fois du printemps à cet automne. J’ose dire que si nos armées marchaient contre eux depuis toutes nos terres de Yajuj une fois en hiver (…) et deux fois au printemps, nous les battrons facilement.

Néanmoins, les ancêtres élamites-thraces des Serbes ont immigré d’Asie centrale et d’Inde vers l’Ouest, puis sont arrivés en Europe de l’Est. Dans les régions de l’Est et du Centre de l’Europe, ils étaient connus sous le nom de Wends (Veneti, Vinides), les mêmes que les personnes mentionnées en Inde.

Malheureusement pour eux, beaucoup d’entre eux ont été détruits ou assimilés en Europe des années plus tard, pendant les croisades médiévales.

serbes

Aller vers la troisième partie

Traduit à partir du pdf original en anglais:  

http://www.cps.org.rs/Knjige/the_hebrew_origin_of_serbs.pdf

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email