SHARE

Laisse mon peuple servir…!

David Salomons s’est donné pour mission de mettre fin aux restrictions religieuses imposées aux Juifs d’Angleterre qui leur interdisaient de participer à la vie politique et civile.

Pour les Juifs d’Angleterre au milieu du XIXe siècle, l’idée d’occuper une charge publique n’était pas seulement farfelue, elle était pratiquement impossible en raison des restrictions religieuses, appelées handicaps religieux, imposées à la communauté juive qui les empêchait de participer à la vie politique, municipale et civile du pays.

Pour David Salomons, l’émancipation des Juifs d’Angleterre est devenue la mission de sa vie. Né à Londres en 1797 de Levi Salomons, éminent courtier en valeurs mobilières, David se joint à l’entreprise familiale et, sous la tutelle de son père, il devient un membre prospère de la Bourse.

David estimait que les croyances religieuses d’une personne étaient censées être privées et ne devraient pas être d’intérêt public – en supposant que les principes étaient moraux et conformes aux vues de l’État et que ses croyances et sa religion ne devraient en aucun cas limiter ses droits personnels ou sa capacité à servir le public.

אוסף-אברהם-שבדרון-פורטרטים2
David Solomons, de la collection d’autographes et de portraits Abraham Schwadron de la NLI.

Désireux d’éliminer les handicaps religieux imposés à la communauté juive, David a décidé qu’il était temps de faire tomber les barrières et a annoncé avec audace sa candidature au poste de Haut Shérif. Bien que sa candidature ait d’abord fait face à l’opposition, le 24 juin 1835, David Salomons est devenu le premier Juif à être élu au bureau du shérif. Il était loin de se douter que ce n’était que le début de la lutte difficile à laquelle il allait être confronté tout au long de sa carrière politique.

Afin de prendre officiellement ses fonctions de shérif, David devait prêter le serment d’office – un serment comprenant la phrase « Je fais cette déclaration sur la foi véritable d’un chrétien ». C’était un serment qu’aucun juif professant ne pouvait prêter.

Heureusement, au moment même où il semblait que David devait perdre son siège, le gouvernement est intervenu et la Loi sur la déclaration de Sherriff a été rapidement adoptée, permettant à David d’assumer ce rôle sans faire la déclaration.

Cette déclaration a été saluée comme un triomphe sur les préjugés et la promotion des droits et privilèges civils.

Malheureusement, la loi n’a pas pris le parti de David lorsqu’il a été élu conseiller municipal de la ville de Londres en décembre 1835. Lorsque David n’a pas prêté serment, son élection a été déclarée nulle et non avenue et une nouvelle élection a eu lieu.

Affiche de campagne, tirée de "Life of Sir David Salomons from Newspaper Cuttings 1831-1869", à la Bibliothèque nationale.
Affiche de campagne, tirée de « Life of Sir David Salomons from Newspaper Cuttings 1831-1869 », à la Bibliothèque nationale.

David, avec l’aide d’autres Juifs éminents, demanda à la cour d’apporter des changements à la loi, en vain. David a tenté sa chance et s’est présenté de nouveau pour le poste de conseiller municipal – cette fois pour le quartier Portsoken.

Cette course politique a apporté avec elle une nouvelle vague de rhétorique antisémite qui a fait couler beaucoup d’encre dans les articles et les caricatures des journaux locaux.

Bien qu’il ait été élu avec succès, il a une fois de plus été empêché d’exercer ses fonctions après avoir refusé de prêter serment.

Finalement, après des années de pétitions et d’actions en justice, en 1845, le projet de loi sur l’élimination des personnes de confession juive fut adopté avec succès et une déclaration différente fut rédigée pour les Juifs élus à une charge publique.

Au lieu de professer à la religion chrétienne, les juifs jureraient de ne pas agir d’une manière qui saperait le pouvoir de l’Église.

Le serment que doivent prêter les Juifs qui entrent en fonction, de la "Vie de Sir David Salomons à partir de coupures de journaux 1831-1869", à la Bibliothèque nationale.
Le serment que doivent prêter les Juifs qui entrent en fonction, de la « Vie de Sir David Salomons à partir de coupures de journaux 1831-1869 », à la Bibliothèque nationale.

« Je, étant une personne professant la religion juive, ayant des scrupules consciencieux contre la souscription de la déclaration contenue dans un acte[…] déclare solennellement, et sincèrement que je n’exercerai aucun pouvoir ou autorité ou influence que je pourrais posséder[…] pour nuire ou affaiblir l’Église protestante telle qu’elle est établie par loi en Angleterre.

La prochaine fois que David s’est présenté comme conseiller municipal en 1847, on lui a accordé son siège et on lui a permis d’entrer en fonction après avoir récité le nouveau serment. Cela n’a pas empêché les antisémites de continuer leurs tirades contre lui dans la presse, les journalistes qualifiant Salomons de  » seulement la moitié d’un conseiller municipal ».

Le lord-maire, David Solomons, de la collection d'autographes et de portraits d'Abraham Schwadron à la NLI.
Le lord-maire, David Solomons, de la collection d’autographes et de portraits d’Abraham Schwadron à la NLI.

Des années plus tard, après avoir servi maintenant comme shérif et conseiller municipal, et sans entraves religieuses à sa manière, David a été élu à la haute fonction de maire de Londres.

Le 9 novembre 1855, le maire élu, David Salomon, a été officiellement assermenté comme lord-maire, prononçant un vœu qui ne renie pas sa propre foi.

IMG_20180711_103119_HDR
Programme du Lord Mayor’s Show du 9 novembre 1855, de la « Vie de Sir David Salomons à partir de coupures de journaux 1831-1869 », à la Bibliothèque nationale.

Le Lord Mayor’s Show, une somptueuse procession et un banquet en l’honneur du nouveau maire, a eu lieu conformément à la tradition.

Le nouveau maire juif a défilé dans les rues avec des porte-drapeaux, des soldats, des tambours et des trompettes marchant devant sa voiture sur le chemin d’un banquet généreux avec plus de 1.000 bouteilles de vin et un banquet. Le coût des célébrations s’est élevé à 2 813 livres, soit environ 100 000 dollars aujourd’hui.

Lord-Mayor-3
Le récit du Lord Mayor’s Show, de la National Library European Ephemera Collection.

Pour les Juifs de Londres, la célébration ne se limitait pas à la nomination d’un nouveau maire, elle était une célébration de nouveaux droits et de nouvelles possibilités.

Image tirée d'un souvenir comportant des dessins de la procession complète du Lord Mayor's Show, le 9 novembre 1855, de la Collection Ephemera de la Bibliothèque nationale.
Image tirée d’un souvenir comportant des dessins de la procession complète du Lord Mayor’s Show, le 9 novembre 1855, de la Collection Ephemera de la Bibliothèque nationale.

Malgré une formidable opposition et une rhétorique antisémite choquante, David Salomons n’a jamais perdu de vue son ambition ultime : apporter égalité et respect à la communauté juive d’Angleterre.

Sa persévérance et sa passion l’ont poussé à servir au Parlement britannique, une position qui a nécessité encore plus de changements dans la loi pour permettre aux Juifs de servir dans le gouvernement au niveau national.

Son dévouement et sa détermination à changer les lois discriminatoires ont aidé à ouvrir la voie aux futurs dirigeants et politiciens juifs britanniques à laisser leurs traces dans l’histoire.

Cet article a été écrit dans le cadre de Gesher L’Europa, l’initiative de la NLI de se connecter avec l’Europe et de rendre nos collections accessibles à divers publics en Europe et au-delà.

http://blog.nli.org.il/en/david_salomons/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email