SHARE
Découvrez une tradition kabbalistique qui vous dira si vous avez été scellé dans le Livre de Vie ou de Mort après les Grands Jours Saints.

En 1661, un livre des coutumes juives fut publié à Amsterdam. Il a été écrit à l’origine en hébreu, mais, étant un livre de traditions et coutumes ashkénazes, il a été traduit en yiddish.

Le livre contient des gravures sur bois des pratiques juives décrites par le rabbin autrichien du XIVe siècle, Yitzhak Ternau, qui donne un aperçu des traditions des juifs ashkénazes, y compris les rituels des grands jours saints et la fête de Soukkot.

Une gravure sur bois montre un homme construisant sa Sukkah, la cabane traditionnelle construite par les Juifs pour célébrer la fête.

Construire une Souccah
Construire une Souccah

Dans une autre image, deux Juifs examinent arba’at ha’minim, les quatre espèces utilisées dans les services de prière de Souccoth.

Porter l'abondance
Porter l’abondance

La troisième gravure sur bois représente la coutume de lancer des fruits pour que les enfants les ramassent pendant Simchat Torah, la fête juive qui suit immédiatement Souccoth et qui célèbre l’achèvement du cycle annuel de la lecture de la Torah.

Donner des fruits aux enfants
Donner des fruits aux enfants

Mais de toutes les gravures sur bois de la collection, c’est la quatrième qui a vraiment retenu notre attention. Pourquoi cette question? Eh bien, peut-être parce que c’est tout simplement si… accrocheur. La gravure sur bois représente deux hommes tenant l’une des quatre espèces. L’un d’eux est inexplicablement sans tête !

Dans nos tentatives pour résoudre ce mystère, nous nous sommes demandé, à nous-mêmes et à tous ceux qui nous entourent, s’ils savaient pourquoi un personnage avait une tête et l’autre semblait l’avoir perdue ?

Pour certains, l’image était bizarre et choquante, mais les experts de la Bibliothèque nationale qui sont venus à notre aide ont été surpris que les gens ne soient pas au courant de cette pratique kabbalistique courante.

Laissez-nous vous parler un peu de ce que nous avons appris.

Une discussion sur les pratiques courantes de Sukkot
Une discussion sur les pratiques courantes de Sukkot

Selon la tradition kabbalistique, dans la nuit de Hoshana Rabbah, le septième et dernier jour de Soukkot et juste une semaine après Yom Kippour, un juif dévot peut se demander : « Ai-je été scellé dans le livre de vie ou de mort ? » Il pourrait commencer à douter de son sort.

Qu’est-ce qu’un juif pieux plein d’incertitude a à faire dans un tel scénario?

Une ancienne coutume kabbalistique que l’on retrouve dans les écrits de Nachmanide du XIIIe siècle offre une solution.

La nuit de Hoshana Rabbah, il faut sortir et examiner l’ombre qu’ils projettent à la lumière de la lune. Si l’ombre qui est projetée est celle d’une personne entière, alors le croyant ne devrait avoir aucun scrupule car il a été scellé dans le Livre de Vie. Si l’ombre semble sans tête, le juif pieux devrait commencer à mettre de l’ordre dans ses affaires.

Yiddish du 17e siècle qui dit : "Il a frappé avec le saule, car il n'a pas de tête."
Yiddish du 17e siècle qui dit : « Il a frappé avec le saule, car il n’a pas de tête. »

Cette tradition soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses.

Après tout, on sait que Yom Kippour, le Jour des Expiations, est le jour où nous sommes jugés et scellés dans le livre de vie ou de mort par Dieu.

La tradition kabbalistique explique que, bien que nous soyons jugés sur Yom Kippour, le verdict est signé la nuit de Hoshana Rabbah et dans cette fenêtre de temps, il est dit que nous pouvons entrevoir quel sera le verdict final.

http://blog.nli.org.il/en/headless_man/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email