SHARE
Ce n’est pas une simple coïncidence si les Juifs et les Serbes sont les nations qui ont survécu au plus grand nombre de poursuites et de génocides dans l’histoire de toutes les nations de la planète.

Un livre de Stevan Tomovich Ph.D.

The Hebrew Origin

Suite au 1er chapitre traitant de l’origine de serbes :
LIRE LA 1ère PARTIE – 2ème PARTIE 3ème PARTIE

2ème Chapitre : Serbes et Hébreux (2)

L’origine du nom Slave

Le roi le plus célèbre de l’ancienne Macédoine, Alexandre III le Grand, de la dynastie dorienne d’Argead, appelé l’Invincible, souverain de l’empire mondial, d’origine gréco-illlyrienne, plus connu sous le nom d’Alexandre le Macédonien, s’adressa à une ancienne tribu serbe par charte, après les avoir battus au combat (l’histoire officielle raconte qu’il s’adresse aux conquis Celtes).

L’historien Mauro Orbin a écrit que le roi avait loué l’héroïsme des anciennes tribus serbes, les appelant  » la nation la plus courageuse du monde « , ainsi que la « nation glorieuse ». Orbin conclut que le terme glorieux (en serbe « Slavni ») transformé par la suite en « Slavani » ou Sloveni’ (Slaves) pour toutes les tribus serbes. Est-ce que cette interprétation de l’origine du nom Slaves est correct ?

Analysons deux autres théories sur l’origine du terme slave.

La première dit que le terme slave signifie « ceux qui parlent ». La preuve supposée de cette prétention se trouve dans la manière dont les Slaves appellent les Allemands – Nemci,  » ceux qui se taisent, qui ne peuvent parler « .

Cependant, cette façon de penser ne tient pas compte d’une simple question : pourquoi une nation s’appellerait-elle  » le peuple qui parle «  ? D’ailleurs, qu’est-ce que cela aurait à voir avec une nation qu’ils appelaient  » étrangers « , puisque le terme  » allemands «  dans un sens plus vague et plus vrai peut être traduit par « ceux qui parlent une langue inconnue ».

Les anciens Grecs appelaient beaucoup d’autres nations, Perses ou Barbares, car ils ne comprenaient pas leur langue. L’histoire officielle est d’accord avec ça. Cependant, même s’ils  les appelaient comme ça, ça n’a rien à voir avec leur nom Grecs, de la même façon que le nom Allemands n’ont rien à voir avec le nom Slaves. Ainsi, la première théorie, largement acceptée, de l’origine de l’histoire du terme slave n’est pas tout à fait fiable.

La théorie dit que le nom Slaves vient du mot latin qui signifie esclaves. De même, certains pseudo-historiens ont prétendu que la nom Serbes proviennent d’esclaves. Cependant, comme nous savons que le nom serbe dérive du nom de Shem, et puisqu’il a également été prouvé qu’il est faux que le mot latin pour esclave – servus, servi – ait un rapport avec le nom Serbes, il en va de même pour le nom Slave. Il est très peu scientifique de prétendre que beaucoup de nations auraient prononcé Slav(an)s en résonance vec le mot latin pour esclave.

Ce serait tout autant scientifique de dire que les Grecs ont obtenu leur nom parce qu’ils s’étouffait (Serb. zagrcnuti se) avec du vin et de la nourriture pendant qu’il s’en allait célébrer leur fête « divine » de la bacchanale. (Le bruit d’étouffement peut s’écrire Gr..gr) Donc, si les deux théories ne sont pas exactes, la seule explication qui reste est que le nom Slave vient du mot glorieux ou gloire (slava en serbe).

Par exemple, l’anglais, dans le premier cas, traduirait – plus librement – le nom Slaves comme « adorateurs » ou « ceux qui vénèrent Dieu ».

Si l’on exclut la version d’Orbin de la Charte d’Alexandre, cette histoire conventionnelle, bien sûr, considère que le premier document qui mentionne le nom de Slaves est un historien du VIe siècle, Procopius. Ce qui est une falsification.

Toutefois, cela ne concerne en aucune façon l’origine du nom Slaves, malgré le fait que le Moyen Âge et la majorité des écrivains de l’Europe occidentale de l’Ouest,  y compris Procopius, l’identifient avec le mot latin pour dire esclave…. C’était leur façon largement utilisée d’exprimer le point de vue de la haine envers les Serbes (Sémites), qui n’a rien à voir avec l’origine des termes slaves et serbes. Après tout, est-ce que cela signifie que les Grecs et les Romains n’avaient pas un mot pour dire esclaves, alors ils ont attendu que les Serbes se présentent pour qu’ils puissent l’inventer?

Qui étaient les Scythes?

Si vous aviez l’occasion de parler en public et de dire à tout le monde que le nom mystérieux et étrange de la tribu des Scythes est liée au verbe serbe « errer » (Serbe. skitati, comp. Skiti pour les Scythes), tous les historiens modernes et les scientifiques vous déclareraient immédiatement mythomane, ou pseudo-historien de droite.

Mais, comme nous sommes sur le point de le voir, des liens existent. Et bien que les Scythes n’étaient pas Serbes, nous verrons quelle importance les Scythes ont eu à l’origine, sur ‘histoire ancienne des Serbes.

Mais, pour voir ce qui relie les Scythes et les Serbes, nous devons d’abord parler des tribus d’Israël, parce que les Israélites sont le lien entre ces deux nations.

Le peuple juif est issu d’exactement 12 tribus. Ces tribus étaient les descendants des douze fils de Jacob (dont le second nom était Israël). Il était le fils d’Isaac, lui-même fils d’Abraham, et Abraham était le descendant de Sem.

Le peuple juif est issu d’exactement 12 tribus. Ces tribus étaient les descendants de douze descendants, les fils de Jacob (dont le second nom était Israël). Il est le fils d’Isaac, le fils d’Abraham, et Abraham est le descendant de Sem.

Voici les noms des 12 fondateurs des tribus juives : Reuben, Siméon, Lévi, Juda, Issachar, Zabulon, Dan, Joseph, Benjamin, Naphtali, Gad et Asher.

Après la mort du roi d’Israël David et de son fils, le Roi Salomon, au Xe siècle av. J.-C., leur empire fut divisé en deux parties : le royaume du nord Israël et le royaume du sud Judée. Dix tribus vivaient dans le royaume du nord, deux en Judée.

Le royaume du nord s’appelait Israël d’après Jacob (Israël), cependant, parfois toute la nation juive s’appelait Israël, ou les Israélites, tandis que le royaume méridional a été appelé d’après Juda – un des fils de Jacob. Juda se composait donc de deux tribus – Juda et Benjamin, et les dix autres les tribus vivaient dans le royaume du nord – Israël.

En 721 av. J.-C., le roi assyrien Shalmaneser conquit Israël, et emmena les dix tribus d’Israël en captivité. Il les dispersèrent dans toute l’Assyrie. Ce fut l’exil assyriens, dont les juifs  ne sont jamais revenus. Ce sont les dix tribus perdues d’Israël, dont le sort est inconnu, jusqu’à ce jour.

Le royaume méridional de Judée, avec ses deux tribus, a survécu un peu plus longtemps, jusqu’en l’an 586 avant J.-C., alors qu’il fut conquis par le roi babylonien Nabuchodonosor. Ce fut l’exil babylonien, après quoi ils revinrent dans leur patrie, contrairement aux dix autres tribus.

Pour l’instant nous ne nous intéresserons qu’à ces dix les tribus et leurs liens (le cas échéant) avec les Serbes. L’histoire de la Judée ne sera pas évoquée pour le moment. La question est : Est-il possible de retracer « les dix tribus perdues d’Israël «  et découvrir quelles sont les nations modernes qui en sont issues? Et, quels sont les connexions avec les Serbes?

Ainsi, les dix tribus d’Israël furent emmenées en captivité en Assyrie, en 721 av. J.-C. Les lieux où ils se trouvaient prisonniers sont mentionnées dans les Écritures – Mésopotamie et Médie.

L’historien Flavius Josèphe a écrit que les dix perdus des tribus d’Israël ont été localisées, à cette époque (1er siècle), dans la région « au-delà de l’Euphrate » – Mésopotamie (Irak), Medie (Iran) et les régions plus au nord, peut-être autour de l’Iran, Mer Noire.

Dans le Nouveau Testament, mais aussi dans les textes de sources non bibliques, il est écrit que les disciples de Jésus, connus sous le nom d’Apôtres, prêchaient aux Juifs et aux non-Juifs dans les premiers siècle de notre ère. Il est intéressant de noter que ceux qui étaient censés  prêcher l’Evangile aux Juifs ont été assignés à l’Asie Mineure et Pontus (sur la côte sud de la mer Noire ) – juste là où les dix tribus pourraient être situées.

Dans cette zone particulière autour de la mer Noire – Pontus et la Scythie, beaucoup de preuves ont été trouvées qui montrent que les tribus d’Israël y vivaient. Certains monuments ont été trouvés qui représentent l’exil des Juifs, les lieux où ils vivaient, etc. Les monuments sont datés du Ier siècle.

Les Scythes de la mer Noire sont mentionnés comme  « lieu de repos » pour les tribus juives.

Mais ce n’est pas tout, ils disent aussi qu’ils ont même colonisé « la terre des Sinim » (Chine), ce qui nous permet de comprendre qu’ils allaient vers l’ouest en direction de l’Europe et vers l’est en direction de l’Asie. Leur principale « base », cependant, était la terre que les Grecs appelaient Scythie ou Sarmatia. Ainsi, la patrie des dix tribus (ci-après : Israélites) était Scythia/Sarmatia. De là, certains Israélites allaient vers l’est, jusqu’en Chine et au Japon, tandis que d’autres allaient vers l’ouest, vers l’Europe.

Ici commence leur connexion avec les Scythes et les ancêtres des Serbes.

Ces soi-disant « Israélites scythes » n’étaient pas les véritables Scythes qui vivaient dans la région autour de la mer Noire, et jusqu’en Chine, que les Grecs appelaient Scythes. Mais ils en faisaien partie, même si les Grecs utilisaient le même nom pour les deux. De plus, les Israélites scythes n’étaient pas décrits de la même façon que d’autres tribus « scythes ».

Hérodote, le « père de l’histoire », confirme que ces « Scythes » sont en effet les Israélites exilés.

Voyons voir si sa description des Scythes correspond à celles des Israélites :

– On les appelle « la plus jeune nation du monde ». C’est peut-être plus qu’un accident, si l’on sait que les Israélites se sont installés en Scythie au VIIIe siècle avant J.-C., où ils étaient considérés comme une nation séparée pour la première fois ;

– La terre des Scythes est censée avoir été déstabilisée avant l’arrivée d’Héraclès. Il en va de même pour les Israélites (dix tribus juives ont fui vers « la terre qui n’était pas habitée jusque-là »).

Un texte non canonique dit : Mais les dix tribus décidèrent de ne pas rester sur cette terre parmi les nombreux païens, et s’installèrent donc plus à l’est, dans un pays où aucun être humain n’avait jamais vécu auparavant.

Hérodote a ailleurs noté : …Puis ils quittèrent leur terre, et quand les Scythes arrivèrent et l’habitèrent, personne n’y avait vécut.

– Il est plus qu’intéressant qu’il dise que les Scythes (Israélites) ne tolèrent pas les coutumes étrangères, soulignant également leur aversion pour elles.

Ce sont les caractéristiques les plus importantes des Hébreux.

Hérodote a écrit que lorsqu’un philosophe scythe appelé Anacharsis a essayé d’introduire les coutumes et la religion grecques à ces soi-disant Scythes, ils l’ont immédiatement capturé et ensuite condamné à mort.

La même peine a été appliquée à un roi scythe qui a été vu portant des vêtements grecs et participant à leurs festivals les bacchanales. Les Scythes étaient connu pour haïr les Grecs, leurs coutumes et leurs dieux.

– L’un des rois scythes les plus célèbres s’appelait Saulius, tout comme le nom du premier roi israélite. De plus, une princesse scythe s’appelait Tamaris qui ressemble au nom juif bien connu Tamar ;

– Il est bien connu que les Scythes étaient nomades et éleveurs. Mais certains d’entre eux s’intéressaient surtout à l’agriculture. Cette partie de la tribu peut se référer aux Juifs.

Cependant, comme nous savons que tous les Scythes étaient des vagabonds, surtout les nomades, il n’est pas surprenant que la Bible dise ce qui suit sur les Israélites : Dieu les rejettera parce qu’ils ne lui ont pas obéi ; ils seront errants parmi les nations.

– De plus, le nom même de Scythes signifie « nomades » ou  « réfugiés » – une référence très claire aux tribus israélites.  Aussi, Hérodote dit que les Scythes étaient surtout nomades, tandis que l’historiographie contemporaine utilise ce nom comme un synonyme de « nations des steppes-nomades ». Ce n’est peut-être pas une coïncidence si Hérodote distingue quelques ‘Scythes royaux’, tandis que la Bible elle-même utilise un terme qui ressemble au nom des Scythes : Sukkoth.

Ce mot peut être traduit par « hutte », « cabanne », une résidence temporaire, qui est une caractéristique nomade. Et nous savons déjà que les Scythes d’Hérodote s’appelaient eux-mêmes Scōloti, ou, dans certains cas, Skuthēs ou Skuda.

Un auteur dit même que le terme Scythes n’est pas un ethnonyme, mais plutôt, qu’il peut être traduit par « nomades – comme une désignation générale pour toutes les  tribus nomades et errantes ». 

– Ils ne mangent pas de porc et ne l’utilisent pas dans leurs rituels religieux – ce que seuls les Hébreux font peut-être. Bien que les Israélites soient déjà devenus païens, de nombreuses lois spécifiques ont été conservées dans la mémoire collective de la nation ;

– Hérodote dit, et la science conventionnelle est d’accord avec lui, que ces « Scythes », à un moment donné, se sont dirigés vers le sud et ont conquis l’Asie Mineure, la Médie et toutes les terres jusqu’à l’Égypte. Puis le roi égyptien leur a demandé de rentrer,  et leur a donné des cadeaux, les ‘Scythes’ sont retournés dans leur patrie.

Et voici ce qu’Hérodote a écrit sur eux : « Après avoir battu en retraite, ils passèrent par Ascalon en Syrie. La majorité des Scythes sont passés par la ville sans causer aucun dommage »…. (Ascalon est une ville ancienne en Israël. Hérodote utilise le même terme pour la Syrie actuelle et Israël)

Ainsi, les Scythes/Israélites passent par Israël, sans causer aucun dommage ! Ce n’est que logique, si nous savons que c’était leur patrie d’origine, d’où ils ont été expulsés.

Hérodote a également écrit ce qui suit : … »certains d’entre eux ont pillé le temple de la déesse céleste Aphrodite ». Ainsi, les Scythes Israélites, c’est-à-dire les dix tribus, n’attaquaient pas n’importe quoi, ils ont détruit un ancien Temple païen.

Un autre fait intéressant, c’est qu’une ville moderne d’Israël – Beit Sheam – était autrefois connu sous le nom de Scythopolis (« la ville des Scythes »), ayant apparemment reçu ce nom après eux. C’est ce qu’Hérodote a dit à ce sujet.

Et voici comment un écrivain, s’appuyant sur l’œuvre de l’historien romain Pompeius Trogus, décrit les Scythes (Israélites): Quand on parle des actes des Scythes, qui étaient une grande et puissante nation, il faut partir de leur origine (…)

Flavius Josèphe  nous renseigne sur la grande multitude des Israélites, mais la Bible le fait aussi (Genèse 48:4-5).

Et puis il continue : Le vol est considéré comme la pire atrocité (…) Ils détestent l’or et l’argent autant que les autres nations les désirent.

Trogus dit plus tard qu’ils « vivent de lait et de miel ». Est-ce une coïncidence qu’Israël soit décrit comme « la terre du lait et du miel »? Est-ce une coïncidence que les Juifs aient associé le lait et le miel à la Terre promise?

L’histoire de la tribu israélite des Dan fournit des preuves supplémentaires.

Il suffit d’observer de nombreux hydronymes, comme les rivières Don, Donets (et la ville de Donetsk), Dniepr (Danapris ou Danaster), Dniester (Danastris ou Danaster), Danube (Donau ou Danubius), etc. Ce sont tous les noms des plus grands fleuves de Scythie, qui sont assez proches les uns des autres, et qui ont obtenu leurs noms après le Dan biblique. Et tout cela confirme que la tribu de Dan, avec d’autres Israélites, vivait en Scythie.

En fin de compte, il y a encore une preuve.

L’auteur romain Pline, dans son livre Historia Naturalis, dit que les Scythes proviennent d' »esclaves ». Est-ce une coïncidence que les Israélites provenait vraiment d’esclaves, pour ainsi dire?  Parce que, en vertu de ce que nous savons, les Israélites ont été réduits en esclavage par le roi assyrien, sur les terres duquel ils ont migré et colonisé la Scythie. Et pas seulement, car ils étaient aussi esclaves en Egypte, jusqu’à ce que Moïse ait été envoyé pour les délivrer.  Et ce n’est pas une coïncidence, si les Juifs étaient souvent (malicieusement) appelés « race d’esclave ».

Il est évident que « les Scythes » et les Israélites étaient la même nation.

Montrer quel lien les Serbes ont avec eux, c’est maintenant une tâche facile. Les faits suivants établissent un lien entre les Serbes et ces’Scythes’ (Israélites) : Nous savons que les Juifs ont été exilés au VIIIe siècle av. JC.

C’est aussi un fait que les Sarmates sont mentionnés pour la première fois dans les écrits grecs au 8e et 7e siècle av. JC. Ils vivaient dans la même région en tant que Scythes Israélites, et la science conventionnelle aussi les relie aux Scythes.

Nous avons vu que le terme Sarmates est juste un autre nom pour les Serbes. Cela ne veut pas dire, bien sûr, qu’il ne s’agit pas des Scythes (Israélites) qui auraient été les mêmes que les Sarmates (Serbes). Au contraire, ils vivaient ensemble, comme le dit Hérodote dans son œuvre historique. Le lien entre les Scythes et les Sarmates (Israélites et Serbes) est vu à travers la description des caractéristiques Schythes.

Tout à l’heure, nous avons dit que les Scythes étaient connus pour ne pas tolérer les coutumes étrangères. Et aussi, nous avons dit que c’est une caractéristique des Juifs, même aujourd’hui encore. Encore une fois, les Serbes ont été et sont toujours une nation qui n’est pas sensible aux traditions des autres pays et ont leur propres coutumes nationales. Même jusqu’à ce jour, les Serbes ont conservé cette caractéristique (c’est pourquoi certains qualifient les Serbes de « nation xénophobe »).

Non seulement cela, les Serbes (Thraces), comme les Scythes, haïssaient les Grecs, leurs coutumes et leurs divinités. Il est bien connu que Les Grecs décrivaient les Scythes et les Thraces comme des brutes et des voyous. En outre, les guerres et les conflits entre les Thraces (Serbes) et les Grecs étaient assez fréquents. Donc, c’est l’une des caractéristiques les plus communes qu’ils partagent avec les ancêtres israélites.

Nous pouvons également souligner que l’alphabet serbe glagolitique est complètement identique à l’alphabet runique scytho-sarmate. L’alphabet glagolitique a été créé au 9ème siècle sur la base de plusieurs siècles d’ancienneté de l’alphabet scytho-sarmate. Les lettres sont exactement les mêmes.

On laisse le meilleur pour la fin. Comme nous l’avons dit plus tôt, les Scythes (Israélites) sont considérés comme les descendants des esclaves, ou étaient esclaves eux-mêmes. C’est vrai, parce que les Israélites étaient en effet réduits en esclavage par les Assyriens, et étaient descendants d’esclaves juifs d’Egypte. Tout cela est bien connu.

Mais qu’est-ce que cela a à voir avec les Serbes ? Beaucoup d’écrivains grecs, byzantins et autres ont essayé de prouver que le nom Slaves et Serbes provenaient d’un mot étranger signifiant esclave. Jusqu’à ce jour, certains ont encore malicieusement appeler les serbes : esclaves, en disant que même leur nom a cette signification (Servus latin). Mais, maintenant nous savons que le serbe n’est qu’une autre version de Sem. La question est : est-ce que c’est une coïncidence que ce Sem (Serbe’) a été l’ancêtre des Hébreux, qui sont aussi appelés esclaves comme les Serbes?

Est-ce une coïncidence si ces deux « races d’esclaves » sont les deux nations qui ont le plus souffert tout au long de l’histoire, et qu’elles sont génétiquement et spirituellement liées ? Bien sûr que non. Et ainsi, la science dominante avec tous ses efforts pour humilier les Juifs et les Serbes, en les traitant d’esclaves, ont, en fait, nié leur origine commune.

Les Scythes et les ancêtres serbes sont en effet apparentés et on peut le voir à partir des informations sur les voisins les plus proches des Scythes – parfois appelés les tribus scythes.

Nous analyserons les tribus qu’Hérodote a mentionnées une par une : Massagètes – il est écrit qu’ils étaient un ‘grand et brave peuple’, à l’est du Caucase, une des’tribus scythes’, écrit Hérodote. La reine Tamar(is) déjà mentionnée a régné sur eux.

Il est bien connu que les femmes et la participation des femmes aux guerres étaient l’une des principales caractéristiques des Sarmates (Serbes), tandis que la Bible mentionne également la reine Deborah. En outre, de nombreuses descriptions des Slaves comprennent des textes sur les femmes slaves comme ayant un rôle différent de celui des femmes d’autres tribus. La même chose, s’applique aux Illyriens, dont le souverain le plus célèbre était la reine Teuta.

Selon l’interprétation conventionnelle, le nom Massagètes signifie en fait Le Grand Gètes (nous verrons plus loin ce qui lie les Gètes aux Serbes). Les Thyssagètes –‘une nation nombreuse’ qui vit à l’est et qui est apparentée aux Massagètes. Encore une fois, leur nom est lié au terme Gètes.

Agathyrses – une tribu ancienne aux cheveux clairs d’origine thrace ou scythe. Leur nom ressemble aussi au nom de Tyraseni/Thraces. Ils vivaient à l’ouest des tribus scythes/israélites, et ils régnaient sur les terres slaves, ainsi que sur la région que les historiens romains appelaient Sarmatia européenne.

Neuri – Les voisins les plus proches des Scythes. Ils vivaient dans la région qui est considérée comme la « patrie slave ». Certains historiens conventionnels identifient Neuri aux ancêtres des Serbes, tandis qu’Hérodote mentionne une caractéristique unique des Neuris : que les Scythes disent que les Neuris « se transforment en loups », et qu’ils redeviennent humains après quelques jours. Cette histoire est semblable aux légendes des loups-garous, qui sont très nombreuses dans la tradition serbe. Hérodote déclare également qu’ils ont partiellement adhéré aux « coutumes scythes ».

Budini – peuple indigène « grand et nombreux ». Ils sont décrits comme une nation rousse aux yeux bleus. Comme Neuri, ils sont également considérés comme les ancêtres des Serbes. Ils vivaient près des Agathyrses, Neuri, Thyssagètes et Sarmates. Budini et Neuri sont également décrits par des écrivains anciens ultérieurs.

Issédones – voisins des scythes, qui vivaient à l’est de la
Bactriane. Comme les Scythes, leur origine n’est pas entièrement connue. Certains pensent qu’ils vivaient en Asie centrale/Scythie orientale. Des sources chinoises ont laissé un nombre important d’informations sur un peuple appelé Wusun.

On dit que cette nation est originaire d’Asie centrale, et qu’ils habitaient les terres scythes plus à l’ouest, avant leur migration. Ils sont mentionnés comme nomades dont les terres étaient habitées par les Sacae – un autre nom pour les Scythes. La science conventionnelle les assimilait parfois à des Issédones. Les Wusun sont décrits d’une manière intéressante : « Parmi les nombreuses nations Rong ( » barbares « ) présentes sur le territoire de l’Ouest, l’apparence des Wusun est la plus étrange, ces barbares ont les yeux verts et les cheveux roux, ressemblant à des macaques, qui appartiennent à la même nation que les Wusun. »

Les Thraces –‘la nation la plus nombreuse après les hindous’. – Hérodote dit qu’ls vivent près des Israélites Scythes.

Thrausi – une tribu thrace importante au sud de la rivière Danube – à la frontière occidentale de Scythie.

Les Gètes -‘la tribu thrace la plus courageuse et la plus juste’ qui n’adoraient qu’un seul Dieu et croyaient en l’immortalité.

Le célèbre écrivain illyrien Jérôme (Saint Jérôme), qui traduisit la Bible en latin, décrivait les Gètes comme roux ou blonds. Aussi, les Gètes s’appelaient également les Daces. Leur nom peut aussi être lié au Tiras biblique, surtout concernant une tribu. connu sous le nom de Tyragètes, qui vivait également près de la Scythie, où il y avait une ville et une rivière portant le même nom : Tyras. (rivière Dniester).

Et maintenant, puisque nous avons mentionné les Agathyrses, les Thyssagètes, les Massagètes, la connexion entre les Serbes (Sarmates), les Scythes et les Thraces devient évidente, surtout si on sait que l’écrivain byzantin Procopius a assimilé les Sarmates aux Gètes.

Donc, tous les voisins scythes étaient Thraces et les tribus scythes étaient thraco-scythes. Nous savons que les Thraces sont les anciens ancêtres des Serbes. Il est écrit que les Thraces étaient l’une des plus grandes nations du monde (il en va de même pour les Israélites -‘Scythes’), et il est bien connu qu’à l’heure actuelle, les Slaves sont le groupe de nations le plus important et les plus nombreux en Europe.

Les voisins les plus proches de ces Israélites scythes étaient Slaves, c’est-à-dire Serbes. D’ailleurs, la science conventionnelle dit que la patrie des Slaves était située en terre scythe. Si nous avons suivi le mouvement des Israélites, nous pouvons facilement voir qu’ils devaient traverser les terres serbes. Et quelle que soit la voie qu’ils choisirent d’emprunter en Europe, ils ont dû s’installer parmi les tribus serbes.

Il serait intéressant de mentionner la description la plus courante des Serbes, en tant que nation qui respecte tous les étrangers, et même… punit les compatriotes qui ne le font pas. L’hospitalité a toujours est l’une des caractéristiques fondamentales du peuple serbe, et en général, des Slaves. De plus, la simple connexion génétique entre Israélites (Juifs) et anciens Serbes, par le biais de la Torah de Shem, a sûrement eu une influence. Les Serbes, bien que d’origine indo-européenne (c’est-à-dire japonaise), connaissaient sûrement leurs ancêtres sémitiques et leur progéniteur Elam, (fils de Sem), il n’était donc pas difficile pour eux d’accepter les nouveaux venus sémitiques, connus aussi sous le nom de ‘Scythes’.

Alors que la doctrine historique contemporaine n’a jamais réussi à découvrir l’identité des Scythes et des Sarmates, seule cette interprétation différente de l’histoire a pu le faire. Les historiens qui la soutiennent ont découvert que les Scythes sont les mêmes que les dix tribus perdues d’Israël, et que Sarmates est juste un autre nom pour Serbes.

Nous avons montré le lien entre les Scythes, les Israélites-Scythes et les ancêtres serbes. Le chapitre suivant donnera de plus amples détails sur les liens entre les Serbes et les tribus juives.

tribus juives

Aller vers le 5ème partie

Traduit à partir du pdf original en anglais:  

http://www.cps.org.rs/Knjige/the_hebrew_origin_of_serbs.pdf

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email