SHARE
Ce n’est pas une simple coïncidence si les Juifs et les Serbes sont les nations qui ont survécu au plus grand nombre de poursuites et de génocides dans l’histoire de toutes les nations de la planète.

Un livre de Stevan Tomovich Ph.D.

The Hebrew Origin

Suite au 1er chapitre traitant de l’origine de serbes :
LIRE LA 1ère PARTIE – 2ème PARTIE – 3ème PARTIE – 4ème PARTIE – 5ème PARTIE 6ème PARTIE

2ème Chapitre : Serbes et Hébreux (5)

Les Serbes monothéistes avant le christianisme?

Il y avait un autre lien entre les Israélites et les ancêtres serbes – c’était un ancien monothéisme serbe potentiel, et nous savons que les Israélites étaient les seuls monothéistes de l’Antiquité.

Il y a notamment certaines hypothèses selon lesquelles les Serbes étaient des monothéistes au début, et qu’ils devinrent païens à une époque ultérieure, pour finalement finir chrétiens. au Moyen Âge. Toutefois, toutes ces hypothèses ne se réfèrent pas au monothéisme biblique et authentique pratiqué par les juifs.

Cela signifierait que même s’il y avait eu une sorte d’ancien monothéisme serbe, il n’aurait pas été le vrai monothéisme, si l’on en juge par la rareté des théories existantes à ce sujet.

Selon eux, la vieille « trinité divine » serbe Triglav (Višnji, Branjan, Živa) ou la « trinité » hindoue (Vishnu, Brahma, Shiva) est la même que la Trinité du Nouveau Testament (Père, Fils et Saint Esprit). Cependant, cette affirmation ne peut être vérifiée, ni scientifiquement valable, parce que les descriptions de ces « trinités » sont les mêmes que celles des « dieux » des nations païennes, polythéistes, qui sont complètement différentes de la Trinité décrite dans les Saintes Écritures. Après tout, ces « trois dieux » étaient vénérés par toutes les nations païennes de l’Antiquité, comme la vieille déesse irlandaise Brigide ou la célèbre fausse « sainte trinité » : Nimrod- Semiramis-Tammuz, vénéré par TOUTES les anciennes nations du monde, mais sous des noms différents, bien sûr.

D’un autre côté, il y a une légère possibilité que les anciens Serbes soient effectivement de vrais monothéistes au début, comme les Juifs. Bien sûr, ce n’est qu’une théorie, mais il serait intéressant de vérifier aussi cette possibilité, surtout si l’on sait que les anciens Chinois étaient monothéistes au tout début de leur histoire, ce qui prouve qu’il y avait des nations monothéistes à côté des juifs. Et oui, le monothéisme serbe potentiel n’aurait pas été semblable à celui mentionné ci-dessus.

L’ancienne tradition serbe nous parle de ce potentiel serbe: le monothéisme. Par exemple, celle-ci :

Adoré soit le grand Dieu !
Dieu fort et grand !
Titulaire et Créateur !
Créateur et destructeur !
Notre plus grand Dieu,
Le plus grand dieu de l’Antiquité !
Qui nous a créés,
Créé et fait vivre,
et à qui nous irons.

Une autre vieille chanson rituelle serbe est comme ça :

Support fort et haut !
Tenez-nous et vivez-nous !
Fais-nous et emmène-nous !
Emmène-nous à ton palais
Lumineux, saint, éternel Palais.
Ô plus grand Roi des Rois !
Créateur de tout !
Ô plus grand Dieu, plus grand
que les dieux les plus forts !
que les plus diaboliques !

Cependant, ces vieilles chansons nous disent seulement que les Serbes païens connaissaient Dieu, mais qu’en dépit de cela, ils servaient leurs ‘dieux’. Cela ne peut qu’indiquer le potentiel monothéiste précoce chez les Serbes, mais cela ne prouve pas son existence, car nous avons une situation similaire dans toutes les autres nations païennes du monde. Par exemple, un des nombreux exemples d’hymnes égyptiens consacrés à un seul Dieu (bien que les anciens Égyptiens étaient païens) dit ceci :

Il n’y a qu’un seul Créateur de tous, l’Esprit caché, le créateur de tous les autres esprits. Il l’était dès le début, alors qu’il n’existait rien d’autre (…) Son nom est caché. Ses noms sont innombrables. Il est la Vérité, Il vit dans la Vérité et Il est le Roi de la Vérité. Il est la Vie…. Il a insufflé le souffle de vie dans les narines de l’homme (…) Il peut guérir ceux qui l’appellent, Il loue Ses serviteurs, Il connaît ceux qui l’acceptent, il protège ses sujets.

A côté de ce fait prouvé que les Egyptiens connaissaient Dieu biblique, nous pouvons remarquer dans les mots une grande similitude avec les mots de la Bible : Je suis le chemin, la vérité et la vie.

Ou ces lignes : Alors l’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre et souffla le souffle de vie dans ses narines, et l’homme devint un être vivant.

C’est complètement la même chose que les versets bibliques, et ce n’est pas seulement le cas des Egyptiens. L’épopée Rigveda déjà mentionnée nous raconte la même histoire :

Au commencement il n’y avait qu’un seul Dieu, le seul Dieu qui a tout créé de la poussière, et qui a créé les cieux, qui nous donne la vie, qui nous donne la force, et dont les esprits ne révèrent que Lui.

Donc, nous avons une situation dans laquelle les plus grands païens de… tous les temps – les Indiens (hindous) – ne parlent que d’un seul Dieu en tant que Créateur du monde, dans leur plus ancien texte religieux. Le sanskritologue renommé, Max Muller, a écrit à ce sujet l’ancien monothéisme indien de cette façon :

Il y a un monothéisme qui précède le polythéisme des Védas ; et même dans l’invocation des innombrables dieux, le souvenir d’un Dieu, un et infini, brise le brouillard de la phraséologie idolâtre comme le ciel bleu qui se cache dans les nuages qui passent.

L’un des exemples les plus intrigants vient de l’Ouest de l’Afrique: Oui, Il (Dieu) nous a créés, mais Il nous a abandonnés et ne se soucie pas de nous. Pourquoi devrions-nous nous soucier de Lui ? Il ne nous aide pas, Il ne nous fait pas de mal. Les esprits sont ceux qui nous font du mal, qui nous font peur et que nous adorons. C’est pour eux que nous nous soucions.

Évidemment, une tribu africaine a cessé d’adorer un seul Dieu, bien qu’elle le connaissait. Après cela, ils ont commencé à adorer leurs ‘esprits’ (‘dieux’).

De plus, la tribu indienne Santhal était autrefois monothéiste :
Nous n’avions pas un grand nombre de dieux avant. Nos ancêtres ne vénéraient que Takhur Jiu ( » Le Dieu authentique « ). Mais quand nous avons vu d’autres dieux, nous l’avons abandonné, jusqu’à ce que seulement Son nom est parti.

Aujourd’hui, ils nous disent que Takhur Jiu est le dieu du soleil. Mais nos ancêtres nous ont enseigné qu’Il n’était pas un dieu soleil, mais qu’Il était le Créateur du monde entier. Nos yeux ne peuvent pas voir Lui, mais Il peut nous voir.

Le peuple Karen birman appelait Dieu par le nom Y’wa, qui est assez similaire au nom hébreu Yahweh. Voici un hymne de Karen:

Y’wa est éternel, sa vie est longue.
Un éon – il ne meurt pas !
Deux éternités – il ne meurt pas !
Les Eons suivent – il ne meurt pas !

Toutes les nations antiques connaissaient le Dieu de l’Ancien Testament des Juifs, mais à côté de Lui, ils adoraient leurs nombreux dieux et déesses, et plus tard ont abandonné le vrai Dieu, Créateur du monde, ou seulement diminué son rôle dans leur vie religieuse.

Par exemple, nous savons que les Grecs, à côté de leur douze dieux olympiques, ont adorés en plus, un treizième Dieu, dont le nom n’était pas écrit, et ils ne le connaissaientt pas non plus. On sait seulement qu’il n’était pas un dieu grec, que Pausanias et Apollondore écrivirent à son sujet, et qu’ils appelèrent Lui, Agnostos Theos, signifiant « Le Dieu inconnu ».

Cette information est encore plus intéressante si l’on se souvient que certaines des tribus israélites vivaient en Grèce, comme nous l’avons déjà vu dans les chapitres précédents.

Par conséquent, comme toutes les nations antiques connaissaient l’existence d’un seul Dieu en tant que Créateur, les anciens Serbes aussi. Leur tradition nous dit à ce sujet que les Serbes étaient monothéistes comme les Juifs. Cependant, ce n’est ni surprenant , ni une preuve.

D’un autre côté, l’écriture serbe la plus ancienne peut peut être donner plus d’indication à ce sujet. En l’occurrence, l’écriture serbe s’appelait ‘bukvica’, en raison de ses deux premiers caractères. les lettres s’appelaient ‘buk’ et’vedi’. Les noms synonymes de Toutes les lettres de ce manuscrit possédaient un numéro d’identification, ce qui veut dire que c’est la même chose qu’en hébreu. Et pas seulement ça, mais aussi ils se réfèrent tous toujours à un seul Dieu, le Dieu monothéiste de la Bible.

Encore une fois, ce n’est pas surprenant, car nous savons déjà… que même l’écriture chinoise ancienne (alphabet) peut nous dire sur le monothéisme primitif chinois, ce qui veut dire que tous ses les lettres (symboles) sans exception se réfèrent à un seul Dieu comme le créateur du monde entier. Non seulement ça, mais aussi l’histoire que nous connaissons des empereurs monothéistes chinois, comme les l’empereur Chang Tang Tang de la dynastie Shang, qui a régné en 17ème siècle av. J.-C.

Cela signifierait qu’à côté des Juifs, il y avait au moins une nation monothéiste non-juive – chinoise.

Pour l’instant, comme toutes les autres nations anciennes, les Chinois ont fini par faire de même et succomber à l’idolâtrie et au polythéisme.

La même chose s’applique à l’écriture serbe – bukvica. Le mot’buk’ signifie simplement ‘Dieu’, et ‘vedi’ signifie ‘connaître, voir, connaître’, ce qui implique que ‘bukvica’ signifie ‘la connaissance de Dieu’. Aujourd’hui encore, le mot  » bukvica  » est utilisé, par exemple, lorsqu’une mère en parle à son fils : Je vais vous donner une leçon, où le dernier mot de cette phrase en serbe pourrait être traduit par « bukvica ». De ce mot dérive le nom de l’alphabet serbe moderne -‘azbuka’. Le premier mot est ‘az’ signifiant ‘je’ et le second ‘buk’ signifiant ‘Dieu’, donc ‘azbuka’ pourrait signifier ‘Dieu et moi’ ou simplement ‘je suis Dieu’.

Encore une fois, la même chose que celle décrite ci-dessus s’applique à la un deuxième script serbe appelé Glagolitsa. C’est un projet de loi réformé… de l’alphabet serbe. Ses lettres ont une signification, comme certaines des lettres des anciennes écritures. Non seulement ça, mais si on commence à lire la totalité de ces lettres, nous obtennons une phrase, ce qui ne peut pas être une simple coïncidence. Nous allons maintenant énumérer ces lettres ci-dessous, et ensuite montrer la phrase résultante (les lettres à gauche sont cyrilliques, pas dans Glagolitsa) :

А – az – moi
K – buk – Dieu
В – vedi – sais, voir
Г – glagol – parle
Д – dobro – bon, la vérité
Este – jeste – être
Iv – ziviot – la vie, vivante
Дз – zelo – énorme, force
З – zemlja – terre
И – ize – qui, qui
Ï – i – et
Kako – comment
Л – ljudi – les gens
М – méslite – pense
Н – nas – notre
О – sur – il
П – pokoj – repos
Р – reci – dire
С – slovo – lettre
Т – tverdo – dur, fort
У – uk – connaissance

Comme nous pouvons le voir, chaque lettre du Glagolitsa a un sens – presque comme en Hébreu. En outre, de toutes les lettres énumérées ci-dessus nous pouvons former une phrase: moi, le Dieu omniscient, ne parle que la vérité. Je suis une force vivante qui habite sur terre et qui sait comment les gens pensent. Je vous donne du repos et je vous annonce ma loi.

Ou dans cette traduction libre:
Moi, le Dieu qui voit tout, créateur (des cieux et de la terre), ne parle que la vérité. Je suis une force vivante sur terre, et je connais toutes vos pensées. Moi, ton Père céleste, je te donne la paix. Et à toutes les Nations que j’ai annoncées ma loi et mes commandements.

Par conséquent, la plus ancienne tradition serbe et son scénario pourrait être une preuve de l’existence précoce du monothéisme parmi les anciens Serbes, la même chose qui existait parmi les Juifs.

Cela signifierait qu’au début, les Serbes adoraient un seul Dieu par eux-mêmes, ou cela pourrait être une autre preuve que les Serbes vivaient avec les Juifs depuis les premiers temps post-diluviens, depuis la civilisation Vinča, et qu’ils étaient de la même origine.

En outre, un argument additionnel pourrait être l’existence du zoroastrisme -une vieille religion monothéiste iranienne ou plutôt,  une version corrompue du monothéisme originel, qui n’était pas apparenté à d’autres religions païennes. Le nom vient de Zoroastre. Il n’y a pas beaucoup de données sur lui. Nous ne savons même pas quand il a vécu, parce que les hypothèses donnent entre 2000 à 600 av. J.C.. Cependant, il était identique au monothéisme juif et chinois du début.

Encore une fois, le zoroastrisme pourrait être lié aux anciens Serbes  parce qu’il a été pratiqué par les Perses, les descendants d’Elam, fils de Shem, le même que les Serbes. Si cela est exact, il est possible que les Serbes aient été monothéistes, avant de devenir païens.

En fin de compte, nous pourrions ajouter une description des Peuples appelées les Serres (Serbes), qui coïncides avec ce qui précède: à cette classe appartiennent les Serres, qui vivent à la fin du monde, et appliquent comme loi les coutumes de leurs ancêtres, qui leur interdit de commettre l’adultère ou l’inceste, de voler, de porter un faux témoignage, de tuer, ou de faire quelque tort que ce soit.

La Torah juive et la tradition serbe

Nous savons tous que les Saintes Écritures juives s’appellent Torah, ce qui signifie « Enseignement ». Ce qu’est la Torah pour les juifs, c’est la Bible (Nouveau Testament) pour les chrétiens serbes et le Coran pour les musulmans. La Torah est une partie de la Bible (L’Ancien Testament), et dans le Coran il est écrit que l’Ancien Testament (Tawrat) et le Nouveau Testament (Injil) sont vrais ; cela signifie pratiquement que la Torah, la Bible et le Coran ne font qu’un. Pas étonnant, car nous savons que le judaïsme, l’islam et le christianisme sont tous des religions monothéistes, avec la même fondation. Juifs, musulmans et chrétiens croient dans le même Dieu et ils ont tous presque les mêmes écritures sacrées.

Pour nous, le fait le plus intéressant est que tous les événements et les personnes mentionnés dans la Torah juive sont également mentionnés dans la vieille tradition serbe.

Tout ce qui est écrit dans la Torah et dans la Bible est également décrit dans la tradition serbe, ce qui signifie que les Serbes ont préservé la mémoire de ces événements sous forme de mythes et de légendes – de la même manière que les d’autres nations anciennes l’ont fait.

La seule différence ici, c’est que leur mémoire est corrompue et qu’elle est aussi mélangée avec des éléments mythologiques. Pourquoi? Parce que les Serbes étaient païens avant d’être devenus chrétiens, et les juifs étaient toujours monothéistes.

Les Serbes ne font que confirmer l’historicité de tous ces souvenirs de l’antiquité, de l’Assemblée des événements et des personnes mentionnés dans la Torah et la Bible. Mais regardons plus en détail de quoi il s’agit.

Le législateur juif Moïse a écrit sur les débuts de l’histoire et de la création du monde et du peuple : Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. Or la terre était informe et vide, les ténèbres étaient sur la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux.

Le mythe antique de la création serbe nous parle de la même histoire d la création « à partir de rien ». D’après le mythe, au début il n’y avait rien d’autre que Dieu. Et puis Dieu a commencé à créer le monde et les premiers hommes.Le monde entier a été créé ex nihilo par un acte divin.

Une légende slovaque s’y conforme : Au début il n’y avait rien, seul Dieu existait. Dieu dormait et rêvait, et Son rêve ne s’est jamais arrêté (…) Il y a aussi une autre légende sur la Création : Le monde était couvert dans l’obscurité à ses débuts. Mais alors, Le Très Haut apparut (…)

Par conséquent, la Torah juive et la tradition serbe disent toutes les deux la même chose : que le monde entier et tout ce qu’il contient ont été créés par un Être Divin.

Cependant, il n’y a plus de détails sur la Création dans la tradition serbe (ou ils sont perdus), et nous ne sommes pas en mesure d’en savoir plus. Presque la même chose s’applique à la création des personnes, à l’exception de quelques informations mineures….

La tradition serbe ne dit rien de spécifique sur les premiers hommes et ne mentionne pas leur nom, comme c’est le cas. parmi les autres nations du monde. Pourtant, il y a un document d’époque médiévale dans lequel une tradition a été écrite, selon laquelle les ancêtres des Slaves (Serbes) étaient Bogumir et Slavuna. Il est vrai qu’ils sont considérés comme les ancêtres des Slaves, pas les premiers peuples de la Terre, mais nous devons savoir que beaucoup de nations considéraient leurs ancêtres comme les premiers peuples de l’histoire.

Il était écrit : A cette époque, il y avait un père de tous les Slaves, Bogumir, qui avait trois filles et deux fils…. C’étaient des gens pieux et sages. Et leur mère, qui s’appelait Slavuni. ont pris soin de leur famille, dit à ce Bogumir le septième jour….

Selon la Bible, les premières personnes s’appelaient Adam et Eve. Ce n’est peut-être pas une coïncidence si une version serbe d’Adam s’appelait Bogumir (‘Bogumir’ – Dieu,’mir’ – paix), et qu’Adam et Ève ont eu deux fils au début, comme Bogumir et Slavuna.

D’autre part, dans certains pays les gens pensent que l’autre partie de ce qui est mentionné ci-dessus se réfère à cet « Adam slave », bien que son nom n’est pas été écrit. En tout état de cause, il est évident que la loi juive et la tradition serbe sont similaires en ce qui concerne la création des premiers hommes.

Ensuite, dans la Bible, nous avons une description du Jardin d’Eden – un paradis pour les personnes créées par Dieu. C’était l’âge d’or de l’humanité, où le mal et la mort n’avait pas eu lieu  – dit l’écrivain juif Moïse.

D’après une légende serbe, au début, il n’y avait qu’une seule légende, c’était un âge d’or, où tout le monde vivait dans la paix éternelle et l’harmonie. Le mal et la mort n’existaient pas, et tout le monde vivaient heureux et dans la prospérité – tout à fait la même chose de ce qui est écrit dans la Torah.

C’était l’époque d’Adam et Ève (ou’Bogumir et Slavuna »). Et non seulement les Serbes étaient au courant de l’existence de l’Assemblée de l’âge d’or, mais toutes les anciennes nations du monde savaient à propos de ces choses décrites dans la Bible et des nombreux mythes et des légendes. Ils savaient tous qu’au début, ce monde perdu était parfait.

La légende serbe dit ceci : Ces gens sont venus vers les sept rivières, derrière la mer, et habitait dans la Vallée Verte (…)

Ou celui-là :
Nous venons de la vallée verte près de la mer gothique. (Mer Noire) et là nous avons rencontré les Goths (…)

La  » vallée verte  » serbe a été décrite comme une patrie des Serbes, imaginés comme s’il s’agissait d’un habitat édénique parfait, et dans laquelle ils vivaient au début. Il a été écrit que la Vallée Verte est à l’Est – la même dont on  dit que c’est le jardin biblique d’Éden. De plus, ce « vert » de la ‘Vallée Verte’ pourrait être une allusion à un jardin. À côté de ceci, dans la légende serbe une rivière du Paradis est mentionnée comme ‘Dvorečje’ (en grec : Mésopotamie, Shinar dans la Bible), etc. Par conséquent, la légende serbe rappelle celle des versets bibliques.

Mais non seulement les Serbes connaissaient ce monde édénique, mais ils connaissaient aussi l’Arbre de la Connaissance, qui est de nouveau décrit dans la Bible comme étant situé en Éden. Moïse
a écrit que l’Arbre de la Connaissance avait été la cause de la Chute de l’Homme, parce que le Serpent y avait été caché, un serpent qui avait poussé les gens à abandonner les lois de Dieu.  Il a été écrit que la conséquence de cela a été l’émergence de la mort et de tout le mal.

Comme dans le cas de toutes les autres nations du monde, les Serbes adoraient cet arbre de la connaissance comme leur « arbre sacré » et « arbre de vie ». Toutes les nations païennes du monde ont fait la même chose. Les Serbes vénéraient l’arbre comme un arbre sacré et priaient devant lui. Ils vénéraient de nombreux « arbres sacré « , mais le plus célèbre était le tilia.

En outre, une place spéciale était consacrée aux chênes, en particulier le badnjak (ou bois de Yule), comme dans le cas des anciens Allemands. Le monde entier était représenté par les Serbes comme un grand tronc d’arbre, appelé « l’arbre du monde ». D’autres nations avaient aussi des mythes semblables.

Enfin, les Serbes ont conservé la mémoire du Serpent en Éden. Ils l’adoraient comme un dieu, encore une fois, comme toutes les autres nations du monde (seuls les Juifs monothéistes le considéraient comme un symbole du mal).

Le culte mondial des serpents païens existait même chez les anciens Serbes, qui le considéraient comme un culte du serpent symbole de prospérité, de bonheur, de paix, d’amour et de santé. Une croyance superstitieuse à propos du soi-disant « serpent gardien ». existe encore aujourd’hui parmi les Serbes.

Ainsi, la tradition serbe confirme à nouveau les paroles de la Torah juive, c’est-à-dire les Livres de Moïse, qui nous racontent les débuts de l’histoire et le passé humain le plus ancien.

En suivant le cours de l’histoire, nous arrivons à l’histoire des douze principaux « dieux » serbes.

Au début, les anciens Serbes vénéraient exactement douze dieux pour lesquels, malheureusement, ils ont commis de nombreux méfaits. Presque toutes les anciennes nations vénéraient ces douze dieux au commencement ; par exemple : les douze Dieux Olympiens grecs, douze Dei Consentes des Romains, Hittites, les douze dieux égyptiens, étrusques et nordiques, etc.

Il n’y a que dans la Bible qu’on peut trouver une réponse à cette question de savoir pourquoi tous ces gens adoraient douze dieux.

À savoir, tous les les soi-disant « dieux », vénérés dans toutes les parties du monde, n’étaient en fait que des versions déifiées de vraies personnes décrites dans la Bible, pour qui il a été écrit qu’ils avaient été un groupe de personnes très célèbres à cette époque.

Ces douze personnages bibliques descendent de Caïn, fils d’Adam et Eve. Ce sont les descendants :

1. Caïn
2. Hénok
3. Irad
4. Mehujael
5. Methusael
6. Lémec (épouses : Adah, Zillah)
7. Jabal, Jubal, Tubal-Cain, Naamah

Ce sont les douze « dieux » vénérés par les nations polythéistes ; bien sûr, sous des noms différents. Ce n’est pas une coïncidence si l’on sait que ces gens ont été décrits dans la Bible comme les premiers polythéistes. De plus, du nom biblique ‘Caïn’ dérive le mot ‘canibalisme’, pour lequel nous savons que c’était une pratique courante chez les païens. C’est pourquoi les Serbes se souvenaient aussi des douze personnes de la Torah et les considéraient comme des dieux.

En outre, dans la tradition serbe, nous avons des mentions de tout ce monde, d’avant le déluge, lorsque les dinosaures et les peuples géants existaient, comme décrit dans la Bible : Il y avait des géants sur la terre en ces jours-là ; (…) les (…) des hommes puissants, anciens et de renom.

Les Serbes savaient aussi qu’autrefois tous les animaux, toutes les plantes et même tous les hommes étaient d’une taille gigantesque. Ils (et les Bulgares) les appelaient ‘ispolini’, ce qui signifie ‘géants’. On dit que les ispolini vivaient  avant les humains (c’est-à-dire les gens modernes de petite taille). Ainsi, la tradition serbe nous dit la même chose que la Torah et les légendes de toutes les nations du monde – ce peuple géant a existé dans des temps très lointains de l’histoire.

En outre, les écrivains grecs ont souvent appelé les Thraces ‘géants’, signifiant Serbes, et la mythologie grecque est pleine de noms de ce qu’on appelle gigantes, c’est à dire les géants thraces. (par exemple, Alcyoneus et Agrios).

Ensuite, il y a de nombreuses vieilles légendes serbes à propos de dragons (aždaja, zmaj). Tout cela nous est familier et n’a pas besoin de preuves. Les légendes sur les dragons existent dans toutes les nations, toutes les culture à travers le monde, et comme nous le savons, ils représentent la mémoire des dinosaures qui vivaient autrefois parmi les humains. Cela signifierait que la tradition biblique juive est de nouveau en en accord avec les serbes.

En plus des souvenirs de l’époque mondiale d’avant le déluge, les Serbes ont conservé la mémoire du grand déluge biblique – comme toutes les nations du monde l’ont fait : légende grecque sur le déluge de Deucalion, le mythe scandinave sur le déluge de sang Ymir, la légende celtique du déluge et Dwyvan, le mythe sumérien du déluge avec Utnapishtim, la légende chaldéenne du déluge et l’homme Xisuthrus survivant, la légende assyrienne du déluge sur Atrahasis, la légende chinoise sur le déluge et Ju (nuwa), l’histoire indienne mentionnée de déluge avec Manu, la légende Hawaiienne avec Nuu, aborigène, Lithuanienne, Egypto-corienne, coréenne, etc

Tout simplement, toutes les nations du monde connaissaient l’existence du Déluge biblique, et les Serbes ne faisaient pas exception.

Selon la légende du déluge serbe, tout le peuple est finalement devenu violent et corrompu, et il y avait tellement de mal dans le monde que Dieu a décidé de le punir et détruire leur méchante civilisation. Il les punit en envoyant le Déluge. Il a détruit tout et chaque homme sur Terre, sauf quatre personnes. De ces quatre peuples, toutes les nations descendirent plus tard. L’un d’eux, qui était le plus juste aux yeux de Dieu, s’appelait Kranjec. On dit qu’il fut le premier homme à planter un vignoble.

De cette description, il est tout à fait évident que Kranjec est seulement une version serbe du Noé biblique, qui a été le seul homme à survivre au grand déluge avec sa famille, et aussi, le premier homme à planter un vignoble, comme Kranjec. La description du Déluge dans la légende serbe est identique à la légende biblique.

L’arc-en-ciel est un phénomène qui est lié à l’évolution de l’environnement après le Grand Déluge.

Ce lien est décrit dans la Torah juive dans de nombreux détails : Et j’établirai mon alliance avec toi... Et Dieu dit : Ceci est le signe de l’alliance. que je fais entre moi et toi et et toute créature vivante qui est avec vous, pour des générations perpétuelles : C’est ce que je fais, je mettrai mon arc dans la nuée, et ce sera un gage d’alliance entre moi et la terre (…) Chaque fois que l’arc-en-ciel apparaîtra dans les nuages, je le verrai et me souviendrai de l’alliance éternelle entre Dieu et toutes les créatures vivantes de toutes sortes sur la terre.

Selon la Bible, après le Grand Déluge, Dieu créa un arc-en-ciel, comme symbole d’alliance entre Lui et tous les peuples de la Terre, afin de faire savoir qu’il n’y aurait plus de Déluge si la pluie commençait à tomber. Ce qui est intéressant, c’est que les Serbes se sont souvenus de cette histoire et de sa signification…

La tradition serbe nous parle de certaines créatures mythologiques appelées ‘zduhać’ ou ‘planetnik’. On dit qu’ils avertissent les gens lorsqu’une catastrophe naturelle se produit. Leur lien avec un arc-en-ciel est vu dans le mythe qui nous dit que tout homme peut devenir zduhać si seulement il touche l’arc-en-ciel. En même temps, ce mythe de l’arc-en-ciel est lié au dieu serbe en chef – Pérun, ainsi qu’aux cieux ou au ciel, où les « dieux serbes habiten « .

Ce mythe serbe nous dit trois choses :

  • – il y a un lien entre zduhać et ARC EN CIEL ;
  • – il y a un lien entre zduhać et DIEU ;
  • – il y a un lien entre zduhać et le DÉSASTRE naturel.

Bien qu’il soit évident que de nombreux éléments mythologiques sont présents ici, il y a beaucoup de similitudes entre la Torah juive et les légendes serbes, en ce qui concerne l’arc-en-ciel. Par exemple, dans la Bible, il y a un lien entre l’arc-en-ciel et DIEU, et les désastres naturels (Déluge) – les mêmes que dans le mythe serbe. Une preuve supplémentaire vient de la tradition de toutes les autres nations anciennes qui en ont conservé la mémoire.

Puis, selon la Torah, après le Grand Déluge et le repeuplement de la Terre, un événement désagréable s’est produit. Il est écrit que les gens se sont rebellés contre leur Créateur, et qu’ils ne voulaient pas obéir à ses lois et à ses commandements.

Toutes les nations du monde, descendantes de Noé (Kranjec), se sont unies contre Dieu et ont créé un empire mondial. Une capitale de cet empire et le centre de la rébellion a été la célèbre ville mésopotamienne – Babylone. C’est dans cette ville que les gens ont commencé à construire la Tour de Babel, décrite par tant de poètes et d’écrivains comme le plus grand symbole de défi contre Dieu. C’était écrit : Et ils dirent : Viens, construisons une ville et une tour. dont le sommet peut atteindre le ciel ; et faisons de nous une nom, de peur que nous ne soyons dispersés sur la terre entière.

La Tour de Babylone (Babel), symbole de toute méchanceté, n’a jamais été achevée, la rébellion était vouée à l’échec et leur l’empire mondial s’est effondré peu après. Cet événement a été ce dont se souviennent toutes les nations anciennes, et elles l’ont préservé, sous forme de légendes et de traditions.

Bien que nous ne possédons pas la légende serbe sur la Tour de Babylone et d’autres événements décrits dans la Torah, mais les Serbes se souvenaient de l’histoire du bâtisseur de cette tour, chef de la rébellion et du roi. de ce premier empire mondial de l’histoire. Son nom était écrit dans la Torah – on l’appelait Nimrod.

Mais, qui était Nimrod et qu’est-ce qu’il avait à voir avec les Serbes?

Pérun ou Srbinda?

Si vous demandez aux historiens s’il y a jamais eu un homme qui fut le plus célèbre de toute l’histoire de l’humanité, de grande renommée, célébré dans des poèmes et dont toutes les nations anciennes se souviennent, ils vous diront probablement qu’une telle personne n’a jamais existé. Mais, ce n’est pas vrai ; sans aucun doute, l’homme le plus célèbre de l’histoire de l’humanité était Nimrod, qui a été décrit dans les livres de Moïse.

Et comme toutes les nations anciennes le connaissaient, sous des noms différents, les Serbes aussi.  Ils l’appelaient Perun.

En effet, si nous comparons les descriptions de Perun et de Nimrod, nous verrons qu’elles sont complètement identiques. Même l’histoire dominante assimile Pérun au dieu Indra – la version indienne de Nimrod, ainsi que la version nordique du même homme – Odin.

Le Pérun serbe est le même que le grec Hercule, le héros sumérien Gilgamesh, le Hu-Yi chinois, le Babylonien Marduk, Norse Odin, le Mars romain, l’Assyrien Ninus, le Woden germanique, Osiris l’ancien égyptien, le nigérian Lamrud, le Ninigi-no-Mikoto japonais, le Celtic Cu Chulainn, l’Aztèque Xelua l’Architecte, Nimrod (Nebrod) biblique, etc.

Ce sont tous des noms différents pour Nimrod, vénéré par toutes les anciennes nations païennes en tant que dieu, le plus grand héros, guerrier, invincible, ancêtre divin et sauveur de l’humanité.

Pérun – le dieu serbe en chef – est considéré comme le dieu du soleil, du feu et di tonnerre. Dans l’Antiquité, le jeudi fut appelé « perundan » d’après lui. La femme de Perun était appelé Perperuna ou Dodola. En son honneur, le festival de Dodole a été célébré, quand le peuple serbe a voulu évoquer la pluie, pendant les jours de sécheresse. Leur fils était Jarilo. le nom signifie « celui qui est en colère ». Il était pour eux, le  » dieu de la colère et de la guerre ».  On pensait qu’il avait ressuscité après sa mort.

La ‘trinité’ orientale de Nimrod, son épouse Semiramis et leur fils Tammuz étaient identique à Pérun, Dodola et Jarilo chez les Serbes.

L’ennemi de Pérun (Nimrod) était Veles, dit le mythe serbe. Veles était le dieu du bétail, mais il était aussi le ‘dieu du monde souterrain’. Le nom même de « Veles » signifie « géant », qui s’inscrit dans les registres bibliques. Veles a été photographié comme s’il était un serpent, un dragon ou un monstre, tandis que Pérun était toujours le vainqueur dans les batailles avec Veles.

Encore une fois, le même mythe existait parmi toutes les autres anciennes nations païennes qui ont présenté leur version de Nimrod comme un vainqueur face à « l’armée » du méchant Sem (car nous pensions savoir que Shem avait tué Nimrod, et pas le contraire).

Note de Terre Promise : Selon les sources juives, Nimrod a été tué après avoir été provoqué en duel par Esaü, frère de Jacob, qui a récupéré la tunique d’Adam (Toison d’Or).

Nous avons dit qu’on pensait que Jarilo était ressuscité. après sa mort ou qu’il était le « Pérun ressuscité ». Pérun est mort violemment, et son corps a ensuite été déchiré – exactement la même histoire a été racontée par tous les autres pays au sujet de leur version de Nimrod et Tammuz. Aussi, Jarilo a été le dieu du printemps et de la végétation. Sa naissance (ou sa renaissance, appelée résurrection) et sa mort, sont symboliquement mises sur un pied d’égalité avec le début du printemps et de l’hiver, qui est encore une fois un élément mythologique présent dans la tradition de chaque nation du monde.

On peut aussi mentionner que de nombreux obélisques ont été érigés en l’honneur de Pérun et Jarilo, sous forme d’idoles, piliers devant lesquels ils priaient et exécutaient leurs rituels et chants religieux. Ces piliers sont appelés ‘kumiri’. Nous savons que tous les obélisques ont été érigés en l’honneur de Nimrod lui-même.

Le dieu du soleil – Tammuz – était connu des Serbes sous le nom de Jarilo, comme nous l’avons déjà dit. Non seulement ils connaissaient leur « dieu soleil », mais les diètes solaires sont fréquentes. dans la mythologie serbe. On les trouve sous de nombreux noms : Da(ž)bog, Svarog, Hors, Hors, Vid, etc. Hors, Heures ou Horz est le même que Dažbog. Ce sont tous des noms différents. pour le même dieu soleil : Nimrod ou Tammuz.

De plus, le nom Hors’ est très similaire à la version égyptienne de Tammuz – Horus. Et si nous nous souvenons maintenant du dieu serbe Svarog, dont nous avons parlé en parlant des Égyptiens, alors il ne faut pas s’étonner de l’idée d’un lien entre Serbes et Égyptiens, surtout si l’on considère le lien entre Serbes, Sem et Hébreux, qui ont été esclaves en Égypte pendant environ 400 ans.

Le culte du soleil ou dieu soleil, en tant qu’élément principal de toutes les religions païennes, était pratiqué même en hiver par les anciens Serbes. Ce genre de fête serbe s’appelait « La Grande Nuit » ou Koledo (l’ancienne version serbe d’Halloween). Les anciens rituels koledo étaient très populaires. parmi les Serbes. À cette époque, les jeunes Serbes s’habillaient en peau de mouton et visitaient chaque maison de leur village, criant et chantant pour effrayer les gens en chemin. Cela ressemble aux fêtes dionysiaques grecques antiques, dont la tragédie a dérivé, en forme de drame.

Une théorie nous dit que le mot « Slaves » lui-même vient du mot signifiant « d’ascendance solaire », comme c’était le cas dans d’autres nations anciennes, comme les anciens Grecs qui s’appelaient Hellènes, signifiant « descendants du soleil », ou les Japonais, qui appelaient leur pays « Nippon », qui signifie  » origine solaire « .

Les anciens écrivains grecs décrivaient les anciens Serbes des Balkans comme des personnes tatouées.

Le tatouage, la coloration du corps et des cheveux, ainsi que le maquillage et toutes sortes de bijoux, étaient une caractéristique commune à de nombreuses nations païennes : Celtes, Indiens, Amérindiens, Egyptiens, etc. Il est intéressant de noter que les anciens Serbes utilisaient la plante Rubia (en serbe : broć) pour la fabrication de la couleur rouge utilisée.

Encore une fois, ce n’est pas un hasard si les Serbes étaient particulièrement attachés à la couleur rouge. Par exemple, dans les vieux poèmes serbes, le rouge est toujours associé aux guerriers serbes qui chargent contre l’ennemi, et au dieu soleil serbe – le guerrier Jarilo (Tammuz).

Les Serbes se considéraient comme les descendants de Jarilo, au même titre que les anciens Romains pensaient être les fils du dieu Mars, et de la même manière que toutes les autres nations pensaient descendre des dieux du soleil, c’est-à-dire leurs versions de Nimrod et Tammuz. Dans le Livre de Veles, on dit que les Serbes sont petits-fils de Dažbog », ce qui signifie qu’ils étaient les descendants de Dažbog. Cela semble logique, parce que « Dažbog » est tout simplement un autre nom pour le même dieu soleil.

En fin de compte, rappelons-nous que les Serbes, en partie… descendaient de Sem, d’après q’ils ont été nommés, et qu’une autre partie des Serbes était originaire de l’Inde ; les Indiens ont appelé Nimrod par le nom de Indra. Croyez-le ou non, l’épopée indienne du Rigveda, où il était écrit que cet Indra a tué un homme appelé Srbinda : Racontez en chantant les actions d’Indra, l’Impétueux, Soma, un délice sauvage. Dieu fort qu’il est, il a tué Anarsani, Srbinda, Pipru, et le démon Ahisuva (…)

Dans le poème, les Indiens glorifiaient leur dieu principal Indra, et ils ont énuméré quelques-unes de ses « réalisations ».

Ce qui est intéressant ici, c’est qu’ils ont parlé d’un homme appelé Srbinda, et dans la langue serbe il y a une langue similaire mot – « srbenda ». Le sens de ce mot est le même que celui de la signification du serbe dans les langues étrangères, mais il s’agit simplement d’une augmentation. L’information ci-dessous nous dira qu’il ne s’agit pas de coïncidence :

A savoir, comme le confirment les mythographes bibliques, le dieu Indra n’est que la version indienne de Nimrod. En effet, cette description indienne de’Indra l’impétueux’ est la même que celle de la Bible pour’Mighty Nimrod’, ou descriptions non bibliques des différentes versions de Nimrod. La glorification d’Indra dans le poème ci-dessus ressemble à des panégyriques sumériennes pour la version sumérienne de Nimrod – Gilgamesh, comme raconté dans l’épopée de Gilgamesh : Je vous montrerai Gilgamesh le puissant roi, le héros destiné à la joie et au chagrin. Vous vous tiendrez devant lui et vous regarderez avec émerveillement, vous verrez combien il est beau, et viril, et comment son corps palpite de puissance érotique. Il est encore plus grand et plus fort que vous – si plein de force vitale qu’il n’a pas besoin de sommeil.

Nimrod, Semiramis et Tammuz pour les nations du Proche-Orient étaient les mêmes que Pérun, Dodola et Jarilo chez les Serbes, et les mêmes que Indra, Ahailya et Arjuna l’Archer dans la mythologie indienne. De plus,’Arjuna’ signifie ‘La Lumière’, et nous savons que Nimrod et Tammuz étaient vénérés comme ‘dieux du soleil’ ou ‘dieux de la lumière’, qui en latin s’écrit Lucifer.

Enfin, si nous savons que le dieu Indra est Nimrod, tout devient plus clair maintenant…. Indra est Nimrod, et comme nous l’avons montré, Sem est Sarm, S’harm ou Serbe ; aussi, sachant que le sanskrit indien et la vieille langue serbe sont d’origine commune et les plus semblables parmi toutes les langues indo-européennes, alors il est possible que le Srbinda mentionné ci-dessus soit à nouveau une version indienne de Shem.

Il y a d’autres preuves pour cette déclaration : Des versets du Rigveda nous pouvons voir qu’Indra (Nimrod) a tué Srbinda (Shem). Cependant, nous savons tous que c’était Celui qui a tué Nimrod, pas l’inverse. Est-ce que cela signifie que Srbinda n’est pas du tout Shem ? Non, ce n’est pas le cas, car nous savons que toutes les nations païennes, comme les hindous, ont intentionnellement. corrompu la vérité, et qu’ils croyaient (c.-à-d. qu’ils voulaient croire) que Nimrod a tué Sem, ou que Nimrod a ressuscité, qu’il est né de nouveau, etc.

La tradition de toutes les nations anciennes nous raconte la même histoire, alors pourquoi les Hindous seraient-ils différents? Et si c’est vrai, ce ne serait qu’une autre preuve. Les Serbes ont vraiment eu leur nom d’après Shem (le Rigvedic Srbinda).

D’ailleurs, selon certains,’Srb-inda’ fait référence à une tribu appelé ‘Vi-binda’, Bindha ou Vindha, comme nous l’avons dit, c’est un endroit en Inde, au nord-est de Vindhiya ou dans les montagnes de Vindhiya. Alors, est-ce une coïncidence si les Serbes s’appelaient Vindi… ou Wends?

A suivre…

Traduit à partir du pdf original en anglais:  

http://www.cps.org.rs/Knjige/the_hebrew_origin_of_serbs.pdf

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email