SHARE
Pratiquement aucun autre Etat au monde ne recèle autant de trésors archéologiques avec des vestiges remontant à plusieurs milliers d’années. Israël fut et reste le carrefour des cultures, ce qui explique que les fouilles effectuées dans le pays présentent un intérêt universel.

Par Katharina Höftmann

„Certaines personnes veulent que les fouilles confirment les écrits de la Bible qui, pour elles, sont la parole de D.ieu. Ce n’est pas mon problème. Seule compte l’archéologie pour moi“.

Quand le professeur Yosef Garfinkel de l’université hébraïque parle de ses découvertes, il s’empare volontiers du carnet de notes de son interlocuteur pour faire des dessins et des graphiques explicatifs.

Pour ses fouilles, il aime être au cœur de l’action. Grâce à sa méthode de travail, il est particulièrement efficace et rapide en termes de publication précise-t-il, non sans une certaine fierté.

Les découvertes lors des fouilles de Khirbet Qeiyafa furent son coup de maître. Il y trouva des preuves qu’elle abritait la ville biblique de „Sha’arayim“.

Grâce à la méthode radiocarbone, il put dater les vestiges trouvés de l’époque du roi David, apportant ainsi pour la première fois la preuve de l’existence d’une ville fortifiée dans le royaume de Juda.

Cette découverte lui valut, pour le citer, „beaucoup d’amour de la part des religieux“ et „beaucoup d’animosité de la part des anti-religieux“.

Yossi-1-721x1024-282x400
LE PROFESSEUR GARFINKEL AVEC L’UNE DE SES DÉCOUVERTES SUR UN SITE DONT IL DIRIGE LES FOUILLES (PHOTO : PRIVÉE)

Dans le domaine de l’archéologie, il n’est pas rare que deux idéologies s’affrontent en Terre Sainte : celle des chercheurs qui s’orientent sur la Bible et celle des chercheurs qui adoptent une approche plutôt minimaliste.

En fait, même si on utilise maintenant des techniques modernes comme la datation radiocarbone pour analyser les découvertes, l’archéologie est très rarement objective.

Il n’en reste pas moins qu’Israël fait partie des quelques pays au monde traitant avec infiniment de respect ses vestiges archéologiques. Avant chaque projet de construction, des experts fouillent la zone concernée et marquent les sites découverts.

L’Autorité israélienne des antiquités siège dans tous les comités importants, qu’il s’agisse de la construction d’immeubles ou de l’installation de conduites de gaz naturel.

La pression exercée sur les archéologues se fait plus forte

Le volet relatif à l’infrastructure de l’archéologie s’est amélioré mais la pression exercée par les idéologues sur les chercheurs a augmenté.

Le désir de faire concilier chaque découverte avec les écrits de la Bible comme vérité absolue est très présent.

Par ailleurs, les archéologues israéliens se voient reprocher de ne rechercher que ce qui correspond à l’idéologie du pays et confirme son statut historique comme Etat juif.

„La vérité se situe entre les deux extrêmes“ explique l’archéologue allemand Dieter Vieweger.

Le professeur Vieweger, directeur de l’Institut évangélique allemand pour les sciences de l’antiquité en Terre Sainte, Jérusalem, n’en estime pas moins que le travail réalisé dans son secteur d’activité est remarquable.

„En Israël, on vit avec l’histoire ancienne, on en rassemble tous les éléments, par exemple dans des parcs nationaux, et on fait preuve d’une grande créativité pour trouver de nouvelles méthodes pour la collecte des données archéologiques“.

2013-09-05wadi-murabbaat-dieter03-768x1024-300x400
LE PROFESSEUR VIEWEGER SUR UN SITE DE FOUILLES EN ISRAËL (PHOTO : PRIVÉE)

Les parcs nationaux comme ceux de Césarée, Saint Jean d’Acre ou Avdat dans le désert du Néguev concilient magnifiquement les paysages, la nature et les découvertes archéologiques.

Ces lieux ne sont pas seulement représentatifs du vif intérêt témoigné par les Israéliens à l’archéologie et à ses découvertes mais ils sont également précieux sont les plans pédagogique et visuel.

L’accent est mis, évidemment, sur l’époque des rois David et Salomon mais les sites byzantins, protohistoriques et médiévaux sont également présentés de manière attrayante.

Contrairement à un reproche souvent formulé à l’encontre des archéologues israéliens, toutes les périodes font l’objet de recherches et c’est en Israël qu’on trouve le travail le plus minutieux concernant les découvertes remontant au début de l’ère islamique.

Bild-4-Beit-Schean-400x251
PARC NATIONAL DE BEIT SHE’AN (PHOTO : NAFTALI HILGER).

Cet article est un extrait de la récente publication „Israël – Gros plan sur l’archéologie“ de l’ASI (Association Suisse-Israël). Cliquez ici pour accéder à l’intégralité du fascicule

Vous trouverez d’autres sites archéologiques extrêmement intéressants en Israël sur une playlist Youtube (en anglais) en cliquant ici

https://israelentreleslignes.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2018/Terre Promise




Print Friendly, PDF & Email