SHARE
Après avoir émigré en masse pour travailler dans les nouvelles communautés juives de Palestine, les Arabes ont finit par revendiquer leur terre d’accueil…

juifs et arabes

Le Yishuv juif pendant l’entre-deux-guerres

À la fin de la première décennie du mandat britannique, plus de 162 000 Juifs vivaient en Palestine, soit 17% de la population du pays.

Sur ce nombre, 37 000 vivaient de la terre, dans 11 agglomérations agricoles totalisant 700 000 dunams [environ 175 000 acres]; 13 autres écoles d’agriculture et stations expérimentales sionistes fonctionnaient également. Des techniques agricoles améliorées étaient constamment mises au point. Les agrumes étaient en croissance et en qualité.

Le développement industriel du Yishuv a montré une promesse similaire.

En 1930, 1 500 usines et ateliers gérés par les juifs produisaient des textiles, des vêtements, des produits métalliques, du bois d’oeuvre, des produits chimiques, de la pierre et du ciment, d’une valeur totale d’environ un million de capital.

La qualité de vie s’améliorait également.

Le vaste réseau de santé Kupat Cholim était partiellement responsable. Il en était de même pour Hadassah, l’organisation sioniste des femmes d’Amérique. Fondée en 1912 par une femme juive américaine, Henrietta Szold, l’adhésion massive et dévouée de Hadassah en 1930 avait ouvert quatre hôpitaux en Palestine; une école de formation d’infirmière; 50 cliniques, laboratoires et pharmacies; et un excellent service d’hygiène maternelle et infantile dans la plupart des villes et dans plusieurs grands villages. L’Organisation sioniste internationale des femmes (WIZO) a géré trois centres de protection de l’enfance à Tel Aviv.

C’est donc à la suite de l’extension des soins médicaux, des efforts juifs systématiques visant à assécher les marais et les marécages, à fournir un régime et un niveau de vie raisonnables au Yishuv, que l’incidence de la tuberculose, du paludisme, du trachome a été sensiblement réduite et la typhoïde, les fléaux historiques de la région.

Le taux de mortalité juive est tombé de 12,6 pour mille en 1924 à 9,6 pour mille en 1930; La mortalité infantile chez les Juifs est tombée de 105 pour mille en 1924 à 69 en 1930.

Les progrès en matière d’éducation ne sont pas moins impressionnants.

Dans les premières années du mandat, le Va’ad Le’umi[un comité exécutif composé de 36 hommes et femmes issus de l’Assemblée nationale composée de 314 membres, l’organe gouvernemental juif élu du Yishuv] a institué la fréquentation scolaire obligatoire au niveau élémentaire. En 1930, 28 000 enfants fréquentaient des écoles juives.

Ceci, en somme, était la mesure de la croissance du Yishuv. Elle avait développé son propre quasi-gouvernement, sa propre économie agricole et industrielle, largement autonome, et ses propres institutions publiques et de protection sociale.

Ses écoles insufflaient aux enfants un esprit de fierté nationale juive sans précédent en Europe occidentale ou parmi les communautés les plus intensément sionistes d’Europe orientale.

Ces qualités d’autosuffisance et de loyauté nationale seraient finalement décisives – plus cruciales même que l’extension des propriétés foncières, des ressources financières et du soutien du monde juif – pour protéger le Home National contre les risques croissants d’hostilité arabe et d’équivoque diplomatique britannique.

Les Arabes palestiniens pendant l’entre-deux-guerres

En 1882 encore, la population arabe de Palestine atteignait à peine 260 000 personnes.

Pourtant, en 1914, ce nombre avait doublé et en 1920, il atteignait 600 000. Sous le mandat, le chiffre a augmenté encore plus dramatiquement, atteignant 840 000 en 1931, représentant 81% des habitants du pays.

Environ 75 000 Arabes de la Palestine étaient chrétiens, lourdement touchés [dans des villes compactes] dans les zones urbaines, relativement alphabètes et largement employés aux échelons moyen et inférieur de l’administration obligatoire.

Les Arabes musulmans – la majorité – étaient [beaucoup moins développés économiquement et institutionnellement]. Soixante-dix pour cent d’entre eux vivaient de la terre, principalement dans les régions montagneuses du nord et du centre du pays, où ils cultivaient des céréales, des légumes, de l’huile d’olive et du tabac.

Un recensement de 1922 a révélé qu’un tiers des agriculteurs arabes étaient des fellahin – des métayers locataires – dont la parcelle moyenne dépassait rarement 100 dunams (25 acres).

Endettés envers leurs propriétaires, à qui ils payaient un loyer représentant 33 à 50% de leurs récoltes, ils vivaient avec leurs familles de cinq enfants ou plus dans des huttes en brique crue, ne possédaient pratiquement pas d’installations sanitaires et souffraient chroniquement de dysenterie amibienne et bilharziose.

Aussi difficiles que soient ces conditions, elles étaient infiniment meilleures que celles des Arabes musulmans ailleurs au Moyen-Orient.

Les statistiques sur la croissance de la population arabe sont révélatrices: en Palestine, l’augmentation entre 1922 et 1946 a été de 118%, soit un taux annuel de près de 5%, et la plus élevée du monde arabe à l’exception de l’Égypte. Ce n’était pas tout une augmentation naturelle.

Au cours de ces 24 années, environ 100 000 Arabes sont entrés dans le pays à partir des terres voisines.

L’afflux pourrait être attribué dans une certaine mesure au gouvernement ordonné fourni par les Britanniques, mais bien plus certainement, aux opportunités économiques rendues possibles par la colonisation juive.

La montée du Yishuv a profité indirectement à la vie arabe, grâce à des contributions juives disproportionnées aux recettes de l’État et, partant, à une augmentation des dépenses obligatoires dans le secteur arabe; et directement par de nouveaux marchés pour les produits arabes et (jusqu’à la guerre civile de 1936 ) des possibilités d’emploi pour la main-d’œuvre arabe.

Il était significatif, par exemple, que le mouvement des Arabes au sein de la Palestine même s’exerce principalement dans les régions de concentration juive.

Ainsi, l’augmentation de la population arabe dans les années 1930 a été de 87% à Haïfa, de 61% à Jaffa et de 37% à Jérusalem.

Une croissance similaire a été enregistrée dans les villes arabes situées près des villages agricoles juifs. L’augmentation de 25% de la participation arabe dans l’industrie peut être attribuée exclusivement aux besoins de la grande immigration juive.

Sous les Turcs, la vie politique arabe était rudimentaire et consistait principalement en des manœuvres de fonctions civiles entre familles effendi rivales [«effendi» est un titre de respect turc, utilisé le plus souvent pour les responsables gouvernementaux ou les membres de l’aristocratie].

Aucun mouvement nationaliste organisé n’a vu le jour avant l’Armistice, lorsque des associations islamo-chrétiennes ont été fondées dans diverses villes arabes pour protester contre l’imminent foyer national juif.

Cette opposition était aussi, à l’origine, essentiellement une projection du nationalisme syrien.

Il a suivi l’exemple des politiciens arabes à Damas au cours des tentatives infructueuses de 1919-1920 visant à établir un royaume syrien indépendant.

En conséquence, l’effondrement du régime de Feisal à l’été 1920 et le transfert du quartier général nationaliste de Damas à Jérusalem ont joué un rôle crucial dans le développement d’un authentique nationalisme arabo-palestinien.

Les dirigeants arabes, en particulier ceux qui avaient jadis consacré leurs énergies à la cause hachémite en Syrie, n’ont pas échappé au fait que les sionistes, en tant que règlement minoritaire, étaient certainement plus exposés à la résistance concertée que les Français et les Britanniques.

En décembre 1920, les associations islamo-chrétiennes ont donc parrainé une convention à Haïfa, rassemblement qui s’est transformé par la suite en un congrès arabe palestinien.

Ici enfin, la demande a été expressément formulée que la Grande-Bretagne institue un gouvernement national – c’est-à-dire arabe – en Palestine. Le Congrès a ensuite procédé à l’élection d’un exécutif arabe, organe qui, à partir de 1921, s’est implacablement opposé au mandat britannique et au foyer national juif.

Alors que l’hostilité de l’exécutif envers le sionisme était au moins partiellement enracinée dans la suspicion du travail libre juif et de l’agriculture collective, et que les idées que ces innovations pourraient faire germer dans l’esprit des fellahins, cela reflétait plus fondamentalement une peur des conséquences politiques de l’immigration juive.

Des siècles d’exil en Europe ont clairement occidentalisé les Juifs et leur ont permis de dépasser de loin la communauté arabe dans leurs réalisations intellectuelles et technologiques. Les dirigeants arabes étaient véritablement alarmés par l’afflux de ces nouveaux arrivants «dominateurs et truculents» et ont averti que les Juifs européens, avec une énergie et un soutien financier apparemment sans limites, engloutiraient un jour toute la Palestine.

https://www.myjewishlearning.com/article/palestine-between-the-wars/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email