SHARE
Les premières décennies du VIIe siècle constituent l’une des périodes les plus mouvementées de l’histoire de la Terre d’Israël. En 24 ans, entre 614 et 638, le pays a changé de mains trois fois.

Le conflit de quatre siècles entre Rome et la Perse devait se terminer par un affrontement final des armées byzantine et sassanide.

Ces deux puissances avaient remporté de grandes victoires et subi de terribles défaites. Celles-ci continuant de s’affaiblir mutuellement, elles cédaient le pas à la montée d’un nouveau pouvoir, les forces islamiques, qui les chasserait toutes les deux de la région.

Les deux religions monothéistes revendiquant la Palestine comme leur terre sainte ont été rejointes par une troisième foi, nouvelle-née et extrêmement vigoureuse.

La conquête musulmane était destinée à façonner le caractère de tout le Moyen-Orient pendant les treize siècles suivants, jusqu’à ce jour.

L’équilibre précaire entre la Perse et Rome

Les événements en Palestine durant ces années doivent être replacés dans le contexte plus large des relations entre les puissances en Orient.

Plusieurs siècles de lutte ont créé une sorte d’équilibre; les Perses régnaient à l’est de l’Euphrate, Rome à l’ouest et les «États tampons» – l’Arménie, la Syrie, la Mésopotamie et la Palestine – constituaient le champ de bataille de leurs guerres fréquentes.

Cet équilibre précaire a perduré jusqu’au début du VIe siècle, lorsque les souverains de ces deux empires, menacés par d’autres ennemis, ont entamé une correspondance destinée à sécuriser la frontière entre eux.

L’empereur byzantin Maurice et le persan Khosrow II Parviz (le «victorieux») ont finalement signé un accord de paix «éternel» qui devait durer dix ans.

En 602, une mutinerie de soldat renversa le monarque byzantin et plaça un officier subalterne nommé Phocas sur le trône.

Khosrow a saisi cette opportunité pour renouveler la guerre, entraînant les armées perses dans des territoires byzantins au Proche-Orient.

En 613, ses soldats achèvent la conquête de la Syrie et s’emparèrent de Damas.

Alors que les armées perses avançaient, les communautés juives se révoltaient contre les dirigeants byzantins locaux et saluaient les Perses comme des libérateurs.

Les troupes de Khosrow entrent à Jérusalem

Au début de l’été 614, les troupes de Khosrow entrèrent dans Jérusalem et massacrèrent sa population chrétienne.

Le rôle des Juifs lors de ce siège et de la conquête de Jérusalem par les Perses reste flou. Des sources chrétiennes postérieures ont toutefois accusé la communauté de collaboration avec les envahisseurs et de destruction de nombreuses églises de la ville.

D’un autre côté, il est clairement établi que le statut de la population juive sous le régime perse s’était détérioré avant 617.

Les Persans ont apparemment compris qu’il y avait peu à gagner à apaiser une petite minorité locale.

Selon des documents juifs contemporains, un dirigeant juif du nom de Néhémie ben Hushi’el, probablement un personnage messianique, aurait été exécuté: «Et il y a eu des problèmes comme jamais auparavant en Israël» (Livre de Zorobabel).

La victoire perse, cependant, ne devait pas durer.

Après une victoire à Ninive en 627, l’empereur byzantin Héraclius assiège la capitale persane de Ctésiphon. Khosrow est déposé et assassiné. Son fils, qui souhaite mettre fin à la guerre, meurt en 629.

Heraclius conclut un accord avec le commandant de l’armée perse qui ordonne à ses troupes de se retirer de la Mésopotamie, de l’Égypte, de la Syrie et de la Palestine. Byzantins les reliques de la vraie croix.

Le 29 mars 629, alors qu’Héraclius entrait triomphalement dans Jérusalem, les chrétiens pleuraient de joie devant le miracle de la restauration de la Vraie Croix. À son heure de gloire, l’empereur s’est magnanimement abstenu de prendre des mesures de représailles contre les Juifs.

Entrée de l’armée musulmane

Mais la restauration chrétienne a également été de courte durée.

En 634, les Arabes envahirent le pays et assiégèrent Gaza. En 636, ils ont défait les Byzantins au bord de la rivière Yarmouk et deux ans plus tard, Jérusalem a été conquise par l’armée musulmane.

Les Juifs de Palestine ont semblé impuissants alors que trois empires se disputaient leurs terres.

À chaque bouleversement, les attentes messianiques montaient en flèche.

Leurs espoirs ont été exprimés dans des hymnes religieux ( piyyutim ) qui ont été récités lors de festivals au cours des siècles à venir:

«Quand le Messie, fils de David, viendra vers son peuple opprimé, ces signes apparaîtront dans le monde…

Un roi de l’Ouest et un roi de l’Est fera la bataille et les armées occidentales deviendront fortes.

Mais de Yoktan [Arabie], un autre roi sortira dont les forces envahiront le pays… Et les kohanim [prêtres du temple] officieront et les Lévites prêcheront de leur chaire [Dieu] en disant: Je suis revenu à Jérusalem dans la miséricorde. ”

https://www.myjewishlearning.com/article/palestine-under-persian-byzantine-and-arab-rule/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email