SHARE

Kaïn a tué Abel (hevel)

Adam, donnera naissance à deux fils magnifiques, l’un du côté obscur, l’autre du coté lumineux.

Selon le Ari Hakadoch, dans son Shaar haguilgoulim, Bathia, soeur de Pharaon, dont le nom en hébreu signifie « la fille de D.ieu », est la réincarnation de ‘Hava (Eve) et Yitro (jethro) celle de Kaïn.

Kaïn viendra donc rendre à son frère Hevel, la sœur jumelle supplémentaire pour laquelle il l’avait tué. Ainsi, Yithro donnera sa fille Tsiporah à Moshé (Moïse).

Ainsi le premier converti de l’histoire, Yitro, dont la valeur numérique (gematria) est de 616, contient tous les commandements (613 mitsvot) plus trois vies réparées, celle de ‘Hava, de Kaïn et de Hevel.

Le personnage de Yitro est la clé de la vie éternelle

Yitro guidera Moshé Rabbenou dans ses choix, dans la conduite à tenir pour juger le peuple. Beau-père, ami, conseiller, au point que la paracha contenant les dix commandements, sera rajoutée par son mérite.

Comme l’explique Rachi, Yitro a entendu le miracle de la séparation de la Mer Rouge mais aussi la guerre contre Amalek.

Le premier homme qui retira la vie, choisira cette fois de transmettre la clé de la vie éternelle.

Les combattants égyptiens sont noyés par D-ieu lui-même, quant à Amalek, il a de commun avec les Egyptiens une haine viscérale envers le peuple juif et la volonté de tous les exterminer au point de se perdre lui-même.

A l’opposé, Yitro va défendre Moshé et le peuple juif, distinguant dans un monde obscur la lumière première qu’il connut au Gan Eden, la voix familière de celui qui rappela que le sang de son frère implorait depuis la terre, la voix du Créateur lui-même.

Et là où Yitro va entendre et s’approcher, comme il est écrit “il entendit et vint” le peuple Juif, lui, va voir et reculer, comme il est écrit “Et le peuple voit les voix et le son du Chofar […] et il s’éloigna”. En effet, les Dix Commandements furent prononcés dans une seule parole. Or l’homme n’a pas la possibilité de les entendre en même temps et de les comprendre. Mais D-ieu place le peuple d’Israël au rang de prophètes: il voit l’audible.

Ainsi Yitro, antérieurement Caïn, qui retira “une vie” qui contenait elle-même l’humanité du côté du ‘Hessed, va choisir cette fois de transmettre le message de la vraie vie: la Torah.

Comme il est écrit “car elle est notre vie et rallonge nos jours”, fermant un cycle en permettant de transmettre à l’homme la clé de la vie éternelle.

Caïn perturba le projet Divin, en tuant son frère, Yitro, lui, exprime sa solidarité envers Moshé, réincarnation de Hevel.

Saisissant qu’une porte s’ouvrait, celle la même du Gan Eden qui se referma sur lui, et la voix familière lui donne de nouveau accès à l’infiniment grand, dans le temps et l’espace.

L’histoire ne fait que se répéter jusqu’à ce qu’elle devienne ce qu’elle aurait dû toujours être, conforme au projet Divin.

La réincarnation n’est pas gratuite, ni même un simple châtiment. Elle vise surtout à rectifier, réparer.

« Les âmes doivent réintégrer la substance absolue d’où elles sont sorties. Toutefois, pour cela, elles doivent développer toutes les perfections, dont le germe se trouve en elles. Si elles ne satisfont pas à cette condition durant une vie, elles doivent en commencer une deuxième, une troisième et d’autres encore, jusqu’à ce qu’elles aient rempli les conditions qui leur permettront de s’unir à nouveau avec Dieu. » (Zohar).

« Aussi longtemps qu’une personne ne parvient pas à atteindre ses objectifs dans ce monde, le Saint, Béni soit-il, la déracine et la replante autant de fois qu’il faut. » (Zohar).

« Sache que si une personne ayant mérité sa nephesh, sa ruach et sa neshamah, et qu’il les profane par le péché, il devra alors se réincarner afin de rectifier le dommage causé » (Shaar Haguilgoulim)

Selon le Ari, l’Adam ha-Rishon (Adam Primordial) n’avait qu’une seule mitsvah (commandement) à respecter : ne jamais consommer de l’arbre de la connaissance.

La Genèse relate comment il échoua et chuta. Son âme s’éclata alors en une myriade d’âmes – ou étincelles (nitzutzot) de sa nephesh, ruach et neshamah – qui s’incarneront au cours du temps dans chaque être vivant de la création. Dieu subdivisa alors ce commandement en 613 mitsvoth plus simples à réaliser.

Ainsi donc, au commencement, il n’y avait qu’une âme unique (Neshamah klalit), mère de toutes les âmes à venir, et cette âme qui était celle d’Adam comportait 613 parties (appelées Sources Primaires et correspondant au 613 mitzvoth).

Rappelons que le corps humain est constitué de 248 membres et de 365 nerfs, ce qui fait au total 613. Ces 613 mitsvoth sont les membres (ou étincelles) de l’âme primordiale de l’Adam ha-Rishon, qui donnent la vie aux membres de son corps.

Cette âme fut ensuite transmise aux trois Patriarches (Abraham, Isaac et Jacob) ; « Quant à lui (Adam), il se réincarna en nos anciens saints, Abraham, Isaac, Jacob » (Tikouné Zohar 69, 1113a).

Ensuite, elle fut transmise aux 12 fils de Jacob et aux 70 âmes qui descendirent au pays d’Égypte avec lui. Celles-ci se subdivisèrent alors en 600 000 étincelles (appelées Sources Secondaires) qui s’incarnent dans les êtres de la création et qui proviennent donc par subdivision des 613 Sources Primaires.

L’œuvre de l’homme sur terre est dès lors de rassembler son âme éparse et prisonnière et de réaliser une réparation de celle-ci (un tikkun) afin de réintégrer son statut originel.

À la fin des temps, toutes les parcelles de l’âme originelle retourneront à leur source et s’y uniront tout en conservant une part de leur individualité propre.

« Le Messie sera tel qu’il contiendra en lui toutes les âmes d’Israël, toutes les 600 000, comme cela était avant le péché d’Adam ha-Richon (l’Adam Primordial) » (Sepher Ba’al Shem Tov, Nitzavim 8).

La première possibilité de réparation (tikkun) fut donnée ensuite à Caïn et Abel, mais au lieu de d’une réparation, il y eut nouvelle transgression dans le meurtre commis par Caïn.

La neshamah d’Abel se réincarna dans Seth, troisième fils d’Adam, puis dans Moïse (Tiqouné Zohar) qui réalisa, selon le Ari, le tikkun d’Abel.

La neshamah de Caïn, quant à elle, se réincarna en Reuben, fils de Jacob puis dans Jétro qui réalisa son tikkun en rapportant Tsiphorah à Moïse, lui-même guilgoul d’Abel.

Le nefesh de Caïn est revenu dans l’égyptien tué par Moché, Baka,  le maître d’oeuvre (car Moché était le guigoul de Hevel et en cela il a réparé le fait d’avoir été assassiné par Caïn.

Le roua’h de Caïn est revenu dans Kora’h.

C’est un secret qui sort du verset qui dit « Chivataïm Youcam Caïn » Le mot YOUCAM est écrit Youd- Kouf-Mem : Youdcomme « Ytro », Kouf comme « Kora’h » et Mem comme « haMitsri ».

Les parties mauvaises de l’âme de Caïn sont allées dans Balak, Amalek et dans le erev rav.

Sources :

Un texte de Itshak Peretz sur https://lphinfo.com
Un article de https://www.kabbale.eu
Une réponse sur http://www.leava.fr

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email