Aux temps anciens de l’histoire d’Israël, Abraham, achetant le champ de Makhpéla, «400 sicles d’argent».

« Je suis étranger et habitant parmi vous, donnez-moi la possession d’un sépulcre chez vous, pour enterrer mon mort et l’ôter de devant moi […] de me céder la caverne de Mackhpéla, qui lui appartient, à l’extrémité de son champ, de me la céder contre sa valeur en argent, afin qu’elle me serve de possession sépulcrale au milieu de vous […] Abraham comprit Éphron, et Abraham pesa à Éphron l’argent qu’il avait dit, en présence des fils de Heth, quatre cents sicles d’argent ayant cours chez le marchand.

A cette époque on ne parle pas encore de monnaie, mais de pesée …

Dans l’antiquité, comme aujourd’hui encore chez les peuples primitifs, le simple troc était la forme ordinaire des transactions commerciales: on échangeait des bestiaux, des produits agricoles, etc. Par la suite, divers objets d’usage courant: gâteaux de sel, colliers, peaux d’animaux, tinrent lieu de «monnaie».

L’emploi des métaux, en particulier des métaux précieux, se généralisa bientôt, sous la forme de vaisselle, bijoux, armes, dont on ne se servait pas, mais qui représentaient une valeur. On les employait aussi à l’état brut: les vieilles peintures égyptiennes nous les montrent en fragments informes, ou en poudre contenue dans des bourses, ou bien encore en barres, en petites briques, en anneaux obtenus par la fusion. On les pesait à la balance pour en déterminer la valeur.

Ce système avait un gros inconvénient: il fallait, pour parfaire les paiements, rogner sans cesse les lingots. On imagina alors de les couper d’avance en morceaux dont le poids serait déterminé. Ce progrès, constaté en Egypte, fut général dans les pays de l’ancien Orient. Toutefois, la pureté du métal et le poids des lingots n’étaient en rien garantis.

C’est alors que les grands commerçants, les banquiers et les pouvoirs publics eurent l’idée d’apposer sur les lingots, ramenés à un poids fixe, une marque officielle qui serait la garantie de ce poids et de la pureté du métal. On arriva ainsi à la monnaie frappée.


A quelle époque Israël frappa sa première monnaie ?

L’invention de la monnaie frappée est attribuée aux Lydiens et ne serait pas antérieure au 6 siècle AEC. C’est à cette époque que les premières monnaies proprement dites commencent à circuler dans les ports grecs.

Plus tard, les Perses achéménides ayant conquis Babylone, battent monnaie à leur tour.


Les Phéniciens, grands trafiquants, se familiarisèrent de bonne heure avec ces monnaies, mais il semble peu probable qu’elles se soient répandues en Israël avant l’exil.

Et voici qu’un mécène offre aujourd’hui au Musée d’Israël, la première pièce juive au monde.

« Un des plus grands collectionneurs privés du monde de l’art mésopotamien, Jonathan Rosen, a offert au Musée d’Israël une collection de plus de 1200 pièces de monnaie antiques Perses Achéménides du 5e siècle avant notre ère, comprenant une des plus anciennes pièces de monnaie juive au monde », rapporte le Times of Israël.

« La pièce, d’un poids de 3,58 grammes, une drachme d’argent sur laquelle est gravée en araméen « Yehud » (Judée), aurait été trouvée dans les collines du sud-ouest d’Hébron et « serait la première pièce juive ainsi que la première pièce de la province de Judée. », selon Haim Gitler, le conservateur en chef du musée de l’archéologie.

Il est intéressant de constater que la première pièce de monnaie gravée à l’effigie d’israël soit retrouvée dans les collines de Hevron!

Le droit de battre monnaie était une prérogative royale jalousement gardée.

Les villes soumises à des rois obtinrent quelque fois de frapper leur propre monnaie, mais à condition d’y placer l’effigie ou le nom du prince auquel elles obéissaient.

Les cités phéniciennes de la côte: Tyr, Sidon, etc., obtinrent cependant le droit de frapper des monnaies d’argent. Le sicle de Tyr portait, à l’avers, une chouette, et au revers un dauphin ou l’effigie du dieu Melkart, monté sur un cheval marin. Le double sicle et le demi-sicle de Sidon portaient, d’un côté un bateau, de l’autre le roi de Perse conduisant un char ou le même, à pied, tuant un lion.

monnaie


Il est couramment admis que le droit de frapper des monnaies fut pour la première fois accordée à Siméon, prince de Judée, par Antiochus VII, roi de Syrie, qui règna de 138 à 129 AEC….

Alors, comment expliquer cette monnaie à l’effigie de la Judée à une époque aussi reculée, c’est à dire quelque 3 siècles plus tôt ?

monnaie2

Bien qu’il y ait une poignée d’autres exemples de pièces de monnaie gravées avec le nom de la Judée, Haim Gitler estime que la drachme d’argent est une « pièce unique » dans sa conception et a été probablement frappée en Philistie, la plaine côtière qui englobe les villes modernes d’Ashdod, d’Ashkelon et de Gaza, pour une utilisation dans la province de Jérusalem. « Ce n’est que bien plus tard que les judéens ont commencé à frapper leur propres pièces », a-t-il ajouté.

Supposition ou réalité ?

Il semble que l’histoire d’Israël d’hier à aujourd’hui, a toujours été transmise sous le sceau de la désinformation. D’ailleurs, il nous suffit d’aller sur wikipédia pour constater que ce pays est systématiquement appelé « Palestine », alors que cette appellation ne fut donnée que par Titus, bien plus tard après la destruction du 2ème temple en l’an 70 de notre ère.

Toute l’histoire de la terre Sainte se trouve ainsi délibérément falsifiée et cette désinformation semble soutenu par nos propres « experts », ici en Israël, comme si la culpabilité du juif transpirait systématiquement dès la moindre évocation de sa légitimité !

Comme le dit si bien Naphtali Bennet :  » Arrêtons de nous excuser »…

Mikhal

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Achetez vos livres sur Amazon via ce site

Votre aide est très Importante…
Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site de plusieurs façons, en achetant vos livres sur Amazon via le site, et/ou en faisant un don sécurisé sur PayPal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email