SHARE

Un décryptage d’une stèle mystérieuse, censée remonter au 1er siècle avant JC, renverse la perception du christianisme des origines, en révélant que des juifs croyaient déjà avant Jésus à la venue d’un messie ressuscité.

stele

C’est ce dont est convaincu le chercheur Israël Knohl qui affirme que le décryptage qu’il a effectué d’un texte en hébreu inscrit sur la stèle pourrait dit-il:

«bouleverser la vision qu’on a du personnage historique de Jésus».

En revanche, d’autres chercheurs s’abstiennent de tirer des conclusions aussi radicales du texte dont ils donnent d’autres interprétations, certains doutant même de l’authenticité de la stèle.

«Ce texte peut constituer le chaînon manquant entre le judaïsme et le christianisme, dans la mesure où il inscrit la croyance chrétienne en la résurrection du messie dans la tradition juive», a déclaré à l’AFP ce professeur d’études bibliques de l’université hébraïque de Jérusalem.

La stèle se trouve entre les mains d’un collectionneur, David Yislsohn, vivant à Zurich (Suisse), qui a déclaré à l’AFP l’avoir acquise à Londres auprès d’un marchand d’antiquités jordanien. Elle proviendrait du côté jordanien des rives de la mer Morte.

Le texte en hébreu, de nature apocalyptique, se présente comme la «révélation de l’archange Gabriel». Il est inscrit à l’encre sur la pierre, sur 87 lignes, certaines lettres ou mots entiers étant effacés par l’usure du temps.

L’analyse du chercheur repose essentiellement sur le décryptage de la ligne 80 où figurent les termes «dans les trois jours» suivis par un mot à moitié effacé qui, selon le professeur Knohl, signifie «vis», du verbe «vivre».

Selon le chercheur, le texte annonce que l’ange Gabriel ressuscitera trois jours après sa mort le «prince des princes» («sar hasarim»), une formule s’appliquant au messie dans la tradition juive.

«Cette stèle confirme mes théories sur la naissance du christianisme telles que je les aies développées dans mon livre Un autre Messie», souligne-t-il.

La paléographe Ada Yardeni est plus prudente, concernant le mot clé: «vis».

«La lecture du professeur est plausible bien que l’orthographe employée est rarissime», déclare cette spécialiste des écritures anciennes qui a publié la première description de la stèle en 2007 dans la revue d’histoire et d’archéologie israélienne Cathedra.

Elle s’était alors contenté de dessiner le terme sans décider de son sens.

De son côté, le chercheur israélien Yuval Goren, spécialisé dans la découverte des faux, affirme « n’avoir pas décelé de signe d’un faux dans la texture même de la stèle », qu’il a inspectée.

«Toutefois mon analyse n’a pas porté sur l’encre elle-même», souligne le directeur du département d’archéologie et de cultures anciennes de l’université de Tel-Aviv.

Une archéologue, qui a demandé à ne pas identifié, exprime quant à elle des doutes sur l’authenticité de ce vestige archéologique.

«C’est très étrange qu’un texte ait été écrit à l’encre sur une stèle et qu’il se soit conservé jusqu’à nos jours. Pour être certain qu’il ne s’agit pas d’un faux il faudrait savoir dans quelles conditions la stèle a été découverte et où exactement, ce qui n’est pas le cas», relève-t-elle.

Elle rappelle que les faussaires d’antiquités ont recours à des moyens de plus en plus sophistiqués pour placer leur production sur le marché.

Le professeur Knohl a présenté son interprétation dans le cadre d’un colloque à Jérusalem pour l’anniversaire de la découverte des Manuscrits de la Mer morte, qui bien que sensationnelle avait été dans un premier temps considérée également comme un faux.

Hillel Halkin dans The New York Sun, a écrit qu’il « semble que ce texte soit, à bien des égards, un texte eschatologique de la fin de la période du second Temple ».

La conclusion a causé une controverse parmi les spécialistes. Israël Knohl, expert en langue talmudique et biblique à l’Université hébraïque de Jérusalem, affirme que la « ligne 80 » de l’inscription concernant la révélation de de l’ange Gabriel : « ressuscitera des morts dans les trois jours », concerne un homme du premier siècle, un rebelle juif appelé Simon, qui fut tué par les Romains en l’an 4 AEC…

Knohl pense que la conclusion « exige une réévaluation complète de toutes les études précédentes sur le sujet du messianisme, juif et chrétien ».

Stan Seidner, professeur retraité, affirme que cette découverte reflète précisément les croyances apocalyptiques de l’époque, dont beaucoup d’adeptes se trouvaient aux alentours de la mer morte, comme le précise les écrits antérieurs au christianisme. Il a également proposé l’utilisation d’applications technologiques d’infra-rouge, semblables à ce qui avait été utilisé sur les rouleaux de la mer morte, ce qui semble avoir échoué.

De son coté, Khol maintient toujours le contexte historique de l’inscription et considère désormais la mort de Simon, comme « une partie essentielle du processus rédempteur. Le sang du Messie assassiné ouvrant la voie pour le Salut final ».

Le livre de André Wauthier « Comment naquit le christianisme« , précise de nombreux éléments relatifs à cette époque.

Lire ce livre en entier 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur Paypal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email