SHARE

« Puis l’Éternel viendra combattre ces nations comme il le fait quand il combat au jour de la bataille. En ce jour-là, il posera ses pieds sur le mont des Oliviers, près de Jérusalem, du côté du levant » (Zacharie 14.3-4 a).

Grand Tremblement de Terre sur… Jérusalem Est

Maamar du Rabbi de Loubavitch : « En ce jour… »

Le mont des Oliviers

par Chrystian Boyer, historien et bibliste à Montréal
mont des oliviersLe mont des Oliviers est une colline d’environ 800 mètres d’altitude située juste à côté de Jérusalem, à l’est de la ville, et séparée d’elle par la vallée du Cédron.

Dans l’Antiquité, la région était riche en oliveraies, et le mont des Oliviers doit sans doute son nom aux plantations extensives qui devaient s’y trouver. Cette colline n’est mentionnée qu’à quelques endroits dans l’Ancien Testament, habituellement désignée comme « la montagne en face de Jérusalem ».

C’est le mont des Oliviers que le roi David gravit en pleurant, pieds nus et la tête voilée, lorsqu’il fuit son fils Absalom qui s’était révolté contre lui (2 S 15,30). C’est là aussi que le roi Salomon fit ériger des autels en l’honneur de dieux étrangers (1 R 11,7), sanctuaires que le roi Josias fera détruire lors de sa réforme (2 R 23,13).

mont des olivier vueDans le Nouveau Testament, le mont des Oliviers est associé à quelques épisodes des derniers jours de la vie de Jésus.

Lorsque Jésus vint à Jérusalem en compagnie de ses disciples à l’occasion de la Pâque, il résida à Béthanie (Jn 12,1), un village situé sur le versant est du mont des Oliviers. C’est non loin de là que Jésus, avant son entrée à Jérusalem, envoya des disciples chercher un ânon (Mc 11,1-2), et c’est lorsqu’« il approchait de la descente du mont des Oliviers » que Jésus fut acclamé par ceux qui l’accompagnaient, selon Luc (19,37). C’est aussi à partir du mont des Oliviers que Jésus contemple les grandes constructions du temple et qu’il en annonce la destruction prochaine (Mc 13,1-3). C’est encore vers cet endroit qu’il se dirige après son dernier repas (Mc 14,26), parvenant « à un domaine du nom de Gethsémanie » (verset 32), qui signifie « pressoir à huile » en araméen. L’évangéliste Jean mentionne un jardin, « de l’autre côté du torrent du Cédron » (18,1), où Jésus passa les dernières heures avant son arrestation.

On retrouve plusieurs églises sur le mont des Oliviers. Il y a l’église du Dominus Flevit, bâtie à l’endroit où, selon des chrétiens à l’époque médiévale, Jésus aurait pleuré sur Jérusalem (Lc 19, 41). Il y a aussi l’église de Toutes les Nations, en contrebas, au lieu présumé de l’agonie de Jésus (Mc 14,35-36), et dont le jardin clôturé protège quelques très vieux oliviers. Il y a encore l’église du Pater Noster, érigée au-dessus d’une grotte, la « grotte des enseignements », qu’une pieuse tradition identifie comme étant le lieu où Jésus aurait enseigné à ses disciples la prière du Notre Père (Mt 6,9-13 // Lc 11,2-4). Le cloître de l’église contemporaine est décoré de panneaux sur lesquels ont peut lire la prière du Notre Père en soixante-deux langues.

mont des oliviers notre pere Le Notre Père en hébreu et en finlandais, dans le cloître du Pater Noster.
(photo : C. Boyer)

Le mont des Oliviers est aussi associé à l’ascension de Jésus au ciel. Luc est le seul évangéliste à rapporter cet épisode (24,50-52), et dans son second ouvrage, les Actes des Apôtres, il le situe sur le mont des Oliviers (1,9-12). L’église russe de l’Ascension commémore donc cet épisode, mais on trouve aussi… une mosquée de l’Ascension! Rappelons que pour les musulmans, Jésus est un grand prophète ; selon le Coran, Jésus n’est pas mort crucifié, « mais Dieu l’a élevé vers lui » (sourate IV,157-158). Dans cette mosquée de l’Ascension, on peut voir une trace sur le sol ; selon une légende, il s’agirait de l’empreinte d’un pas que Jésus aurait laissée avant de s’élever vers le ciel..

mont des oliviers mosquéeLa mosquée de l’Ascension.
(photo : C. Boyer)

C’est entre Jérusalem et le mont des Oliviers, dans la vallée du Cédron, que ceux qui s’intéressent à l’époque de Jésus trouvent les monuments anciens les plus authentiques au niveau historique : les tombeaux d’Absalom, de Zacharie et celui appelé « de la fille du Pharaon ». Ces tombes ont été érigées au IIe et Ier siècle avant notre ère. Ce sont bien sûr des cénotaphes, des tombes qui n’ont jamais contenu le corps des individus pour lesquels elles ont été construites, mais ce sont les seuls monuments de la région que Jésus a pu voir de ses yeux et qui sont restés intacts (quoique endommagés) jusqu’à notre époque

mont des oliviers cedronLa vallée du Cédron et ses tombeaux (en avant-plan), derrière lesquels on aperçoit le cimetière juif (à droite) sur la pente occidentale du mont des Oliviers.
(photo : C. Boyer)

Au « jour de Yahvé », Dieu se tiendra sur le mont des Oliviers, peut-on lire chez le prophète Zacharie : « En ce jour-là, ses pieds se poseront sur le mont des Oliviers… et il se fendra par le milieu » (14,4). Selon le prophète Joël, c’est dans la vallée de Josaphat que Dieu siégera pour juger les nations (4,12). Cette vallée, dont on ne connaît pas l’emplacement et qui signifie littéralement « Yahvé juge », a été associée à la vallée du Cédron. Juifs, chrétiens et musulmans y ont chacun leur cimetière ; les gens enterrés à cet endroit auront la chance, croit-on, d’être les premiers à ressusciter lors du Jour du Jugement… Le cimetière juif du mont des Oliviers est le plus ancien cimetière juif au monde, peut-être aussi le plus grand.

mont des oliviers cedronJérusalem, vue du mont des Oliviers, avec, en avant-plan,
une partie du cimetière juif. (photo : C. Boyer)

On trouve également de vieilles tombes plus haut sur le mont des Oliviers. Des fouilles archéologiques ont révélé la présence, sur le terrain du Dominus Flevit, d’un grand cimetière utilisé au Bronze récent (environ 1500 ans avant notre ère) et qui fut réutilisé à l’époque de Jésus. Non loin de là se trouvent aussi les « tombeaux des prophètes », qui doivent leur nom à une légende juive qui circulait au Moyen Âge et selon laquelle certains prophètes de l’Ancien Testament auraient été inhumés à cet endroit. Ce sont des catacombes comportant une trentaine de tombes creusées dans le roc et qui étaient elles aussi utilisées à l’époque de Jésus. http://www.interbible.org/

mont des oliviers cimetièreLe cimetière juif

La proposition de négociation élaborée par les USA, qui doit servir de base aux discussions sur le statut de la ville de Jérusalem, place le mont des Oliviers sous souveraineté palestinienne.

etat-palestinienLe mont des Oliviers est très souvent cité dans la Torah. Pour les Juifs, ce lieu est d’une importance primordiale, juste derrière le mont du Temple. Cela fait 3000 ans que des morts sont enterrés sur le mont des Oliviers.

C’est là que des juifs reposent dans leur dernière demeure depuis l’époque du roi David jusqu’à la guerre israélienne d’indépendance en 1948. C’est le plus gros cimetière de Jérusalem. En outre, beaucoup de juifs de la diaspora, jadis tout comme aujourd’hui, ont choisi cet endroit pour leur sépulture. C’est là qu’ils veulent attendre la venue du Messie et la fin du monde.

Pendant 19 ans, de la guerre israélienne d’indépendance à la guerre des «Six Jours», le mont des Oliviers s’est trouvé sous domination jordanienne. Au cours de cette période, la plupart des tombes ont été profanées et détruites. Les jordaniens n’ont fait aucun cas de la sainteté du lieu. De nombreuses pierres tombales ont été démolies, d’autres ont servi pour des édifices qui ont été érigés dans les quartiers d’habitation arabes de la ville. Beaucoup de pierres tombales ont été déposées et ont tout simplement roulé en bas de la vallée.

Aujourd’hui encore, 34 ans après que la région soit revenue dans le giron israélien, les travaux de restauration se poursuivent dans ce cimetière. Dans la mesure du possible, on a essayé de réparer les tombes et les pierres tombales. On a aussi aménagé des chemins et des routes d’accès.

Parallèlement, des enterrements ont de nouveau. pu avoir lieu dans ce cimetière. Comme il ne reste pas beaucoup d’espace libre et que la demande est forte, les emplacements disponibles sont réservés aux personnalités connues. C’est là qu’ont été inhumés l’écrivain et prix Nobel Samuel Joseph Agnon, de même que l’ancien Premier ministre israélien Menahem Begin. Ces tombes modernes côtoient les sépultures de personnalités renommées dans le judaïsme, notamment des grands rabbins et érudits de la Thora, de provenance nationale ou étrangère, et des grands leaders qui ont mené le pays au fil des générations. On y retrouve aussi les tombes d’éminents prophètes bibliques et des sacrificateurs du deuxième Temple.

Le mont des Oliviers passera-t-il vraiment sous la souveraineté des Palestiniens?

C’est un sujet qui n’est apparu que depuis peu dans l’opinion publique israélienne, car il vient au second plan après la question du sort réservé au mont du Temple. Néanmoins, quand on en sera là, il ne fait aucun doute que l’opinion publique israélienne entamera une rude bataille pour le mont des Oliviers. Sans parler de la signification religieuse, les Israéliens ont du mal à imaginer que la dernière demeure où repose l’ancien Premier ministre Menahem Begin puisse soudain passer sous contrôle palestinien.

Ce n’est certainement pas un hasard si l’on discute justement sur une «restitution» du mont des Oliviers aux Palestiniens. Nous avons déjà souligné à plusieurs reprises que l’ensemble des troubles et ce soulèvement des Palestiniens ne sont finalement pas dirigés contre Israël, mais contre le retour d’Hachem en Israël !

Le diable veut par tous les moyens empêcher que le Messie d’Israël revienne près de ses frères. Car Satan connaît lui aussi les textes de la Bible qui affirment que le messie, (incarné en la personne de Jésus pour les chrétiens), reviendra sur le mont des Oliviers. Ce n’est donc pas un hasard si les Palestiniens veulent cette colline….!

Reste à savoir qui est l’ange de la mort qui chevauche le na’hash (serpent) ?

Puisque la dimension messianique du Mont des oliviers est commune aux juifs et aux chrétiens et aux vrais musulmans, qui a intérêt a empêcher l’évènement ou l’avènement, si ce n’est une idéologie fasciste qui a pris possession des nations.

Lorsque les USA ont accepté de recevoir les nazis au sein de la CIA après la guerre, ils on signé le règne de Satan … Ne cherchez pas l’antichrist à venir, depuis la deuxième guerre mondale, il est là ! Et il pourrit le mental des hommes, excitant leur faiblesse et se servant de leurs idéaux. Mais …. « Quand IL posera Ses pieds sur le Mont des Oliviers », la terre tremblera.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email