SHARE
goush katif1Gaza est sur tous les écrans et dans toutes les conversations. C’est pourquoi, nous vous recommandons d’aller visiter le Musée du Goush Katif à coté du shouk de Jérusalem.

Vous y découvrirez l’histoire de cette région et verrez à quel point c’était une région verte et prospère jusqu’au retrait israélien de 2005.

Gaza était une des premières régions agricoles du pays. Maintenant il semble que seuls les missiles et les grenades explosives poussent encore là bas. Une visite qui prendra tout son sens dans cette période particulière.

Personne en Israel, et ailleurs dans le monde, n’a oublié ces images du démantelement des implantations juives du Koush Katif, dans la Bande de Gaza, en été 2005. La mort du premier ministre Ariel Sharon, alors responsable de cette évacuation, a d’ailleurs remis ces images sur l’avant de la scène.

goush katif 5Il existe un petit musée à Jerusalem, non loin du shouk Mahané Yehuda, qui retrace l’histoire de cette région depuis les Hasmonéens jusqu’à son évacuation en 2005.

En effet, on comprend mieux en visitant ces quelques salles d’exposition que la présence juive dans cette partie d’israel ne remonte pas seulement à quelques dizaines d’années. Les juifs s’y sont d’ailleurs plusieurs fois implantés et retirés, de gré ou de force, tout au long des derniers siècles.

Mais le musée retrace surtout l’aventure que fut la dernière implantation en date des juifs dans ce qu’on appelle la bande de Gaza. De quelques caravanes à la construction de véritables petites villes, les vidéos et les photos retracent l’expansion et le développement de ces implantations. Des témoignages font également comprendre l’extraordinaire travail effectué dans cette région, qui transforma en quelques années seulement, ce bout de désert en grenier agricole d’Israel.

goush katif 2Mais la politique a rattrapé le Goush Katif, et Ariel Sharon signe son évacuation pour l’été 2005. Il est d’ailleurs fort intéressant aujourdhui de relire le facsimilé de sa déclaration expliquant à l”époque cette décision, qui, comme on le sait, a été douloureuse à prendre.

On revit les événements déjà vus à l’époque à la télévision, de l’armée israélienne venant déloger des familles de leur habitation et des synagogues. On revoit les soldats et les habitants pleuraient des mêmes larmes et sur certaines vidéos on ne sait plus dire qui console qui.

Les photos sont également très fortes comme celle de ce petit garçon venu offrir des gâteaux aux soldats qui vont le faire partir de sa maison.

goush katif 3D’autres objets complètent la collection, comme la Menorah de Netsarim qui fut transportée jusqu’au Kotel par les manifestants qui s’opposaient au démantelement et qui est devenue le symbole de ce retrait.

goush katif 4Des oeuvres d”art, tableaux et sculptures décrivent également le ressenti de ceux qui ont dû tout quitter du jour au lendemain.

Un dernier film revient sur les lieux abandonnés quelques années plus tard pour constater tristement que les synagogues ont toutes étaient détruites et que plus rien ne pousse sur cette terre qui était pourtant, quelques années plus tot, si verte et si fertile.

Il n’y a a pas de message politique dans ce musée, juste une envie de raconter une histoire, celle des habitants du Goush Katif. et c’est ce qui le rend si intéressant.

Musée du Goush Katif
Shaare Tsedek 5
Jerusalem
tél : 02 625 54 56
site www.katifshop.com

Heures d’ouverture
dim au jeudi de 9h à 17
vendredi de 9h à 13h

http://jerusalem-info.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email