SHARE
« Ceux qui croient que les produits génétiquement modifiés ne peuvent pas être casher, citent le très respecté rabbin kabbaliste du XIIIe siècle Moshe ben Nahman qui a déclaré que l’humanité ne devrait pas perturber la nature fondamentale de la création. »

OGMJÉRUSALEM – Israël est un centre international pour l’étude des organismes génétiquement modifiés (OGM), bien que les OGM ne puissent être cultivés qu’à des fins de recherche et avec de nombreuses restrictions.

Sont autorisées la vente et l’utilisation des produits GM, même si elles ne peuvent pas être cultivées dans le pays.

Les OGM sont largement utilisés dans l’industrie pharmaceutique et, comme dans beaucoup d’autres pays, plus de 80 % du soja et du colza produits, ainsi que des formules pour bébés, contiennent des éléments génétiquement modifiés.

Il n’y a pas d’exigence en matière d’étiquetage des OGM en Israël, donc la plus grande partie des consommateurs israéliens ne sont pas conscients qu’ils achètent des aliments GM.

Les organisations environnementales locales et internationales sont préoccupées par l’absence d’étiquetage et font activement du lobbying pour une législation de la Knesset (Parlement israélien) pour résoudre ce problème.

La recherche agricole est très développée en Israël. Les universités sont largement impliquées dans des projets de recherche sur les OGM financés par des gouvernements et des fondations, israéliens et internationaux. Les résultats de la recherche, cependant, ne peuvent pas être testés à grande échelle ou mis en œuvre en Israël en raison des restrictions locales sur les cultures OGM. Les tests sont effectués à l’étranger.

La recherche sur les OGM

Le ministère de l’Agriculture d’Israël régule la recherche sur les OGM pour enrayer leur contamination sur des cultures non OGM.

Un plan de recherche détaillé doit accompagner toute demande de croissance expérimentale de plantes génétiquement modifiées et leurs micro-organismes associés dans le laboratoire. Dr Yihiam Zeltz, qui étudie les OGM au Centre Volcani pour l’Organisation sur la Recherche en Agriculture (ARO), a expliqué que la recherche d’OGM ne peut être effectuée que dans des serres ou en pleins champs loin des zones agricoles.

La plupart des recherches menées sur les plantes génétiquement modifiées comprennent l’élaboration et l’amélioration de la résistance des plantes aux parasites, aux maladies et aux herbicides. Mais la recherche ne peut atteindre que le stade de «preuve du concept», en raison de la réglementation.

Comme la culture de la tomate se propage en Israël, les chercheurs mettent au point des variétés de tomates sans graine et résistantes aux virus, bien que cette recherche ne va pas aider les producteurs locaux de si tôt. La recherche récente de Zeltz implique la fusion de gènes pour modifier la quantité de graisse non saturée dans les plantes.

Beaucoup de chercheurs en Israël sont favorables aux OGM !!!

Menace sur la biodiversité

Les mouvements écologistes contre les OGM en Israël affirment que les semences génétiquement modifiées produisent des cultures stériles, donc la pollinisation croisée avec des plantes sauvages pourrait entraîner l’extinction rapide de ces variétés sauvages.

Israël a un climat varié : un climat de hautes montagnes et des montagnes verdoyantes dans le nord, les déserts dans le sud-est; sa flore est parmi la plus diversifiée au monde.

Zeltz a déclaré que les plantes génétiquement modifiées sont très faibles et «gâtées».

«Elles ont besoin d’irrigation et d’engrais, ou elles mourront dans des conditions naturelles, pas comme les plantes sauvages qui sont assez fortes pour surmonter même la sécheresse», a-t-il ajouté. Zeltz n’est pas inquiet au sujet de la contamination croisée, car il estime que les souches sauvages vont perdurer.

Les OGM sont-ils des produits casher?

La question de savoir si les produits, y compris les OGM, sont casher ou non est controversée, non seulement en Israël, mais aussi au sein des communautés juives du monde entier.

La question de la nourriture casher chez les juifs ne concerne pas seulement la viande, mais aussi les légumes.

L’autorité religieuse chargée de la cacheroute en Israël a statué que le génie génétique «n’affecte pas le statut casher», car le matériel génétique est «microscopique».

Mais il y a des groupes juifs qui contestent cette décision et considèrent les OGM comme une violation de l’interdiction biblique contre «Kilayim», les cultures mélangées à la fois dans la récolte et le cheptel.

Ceux qui croient que les produits génétiquement modifiés ne peuvent pas être casher, citent le très respecté rabbin kabbaliste du XIIIe siècle Moshe ben Nahman qui a déclaré que l’humanité ne devrait pas perturber la nature fondamentale de la création.

Les certificateurs de produits naturels (NFC) ont annoncé en Avril 2013, que leur Programme de Certification Casher K Apple n’acceptera plus les demandes pour les produits qui contiennent des OGM.

Epoch Times explore la question de la modification génétique, en particulier en ce qui concerne les produits alimentaires, avec une série intitulée «Les OGM, un débat mondial». Chaque article de cette série se concentre sur le rôle et la réception d’organismes génétiquement modifiés (OGM) dans différents pays.

Version originale : GMOs, A Global Debate: Israel a Center for Study, Kosher Concerns

SOURCE : http://www.epochtimes.fr

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email