SHARE

Reproduction et adaptation en 2009 et le 8 juin 2015 d’un texte du Rav Haim Dynovisz*

Dans la Paracha (section de la Bible ), Chela’h lekha, qui sera lue chabat prochain, le rapport désastreux établi par les explorateurs après leur court séjour en Erets Israel affirme de manière péremptoire : « C’est une terre qui dévore ses habitants » (Bamidbar, les Nombres, 13,32).

caleb josué et les explorateursCette obscurité dans laquelle nous a plongé la faute de ces explorateurs laisse malgré tout entrevoir une lumière, qui nous permet de mieux comprendre l’importance de la Judée- Samarie.

Deux chefs de tribus surent éviter les pièges tendus par les explorateurs : Calev de la tribu de Yehouda, et Yeoshua (Josué) de la tribu de Ephraïm. A la différence des dix autres, ils incarnent l’amour véritable d’Eretz Israël, le courage et surtout la confiance totale dans la promesse divine de nous donner cette terre.

La tribu de Yehouda s’installa sur le territoire appelé aujourd’hui la Judée, et celle d’Ephraïm s’installa sur celui appelé aujourd’hui la Samarie.

Nous comprenons donc que la Judée et la Samarie sont des territoires donnés à ceux qui ne participèrent pas à la faute des explorateurs et qui ne sont donc pas responsables des deux destructions du Temple et des quatre exils d’Israël.

Yehouda et Ephraïm représentaient à l’époque biblique la partie du peuple juif possédant la force de surmonter toutes les épreuves qui tentent de nous faire rebrousser chemin et abandonner notre terre.

Malheureusement, la grande majorité du peuple (dix tribus ) avait été corrompue par l’esprit des explorateurs et n’avait pas pour la terre d’Israël le même attachement et le même amour. Ils s’installèrent ailleurs sur la terre.

Depuis cette époque, la Judée et la Samarie vont représenter le symbole de l’amour profond du Juif pour sa terre.

Aujourd’hui, rien n’a changé !

De la même manière qu’ à l’époque biblique , ce sont les Juifs de Judée Samarie ( Calev et Yeoshoua-Josué ) qui ont évité le désastre à Israël et lui ont permis de s’installer sur sa terre, aujourd’hui il ne peut y avoir de terre d’Israël sans le courage , l’amour et la Emounah ( la foi , la confiance en Dieu) des Calev et Josué des temps modernes.

Dans la Torah du Sod (de la compréhension profonde) Hévron (Hébron ) et Chekhem (en Samarie) sont appelés les yeux de la terre.

Hevron (Hébron ) est la ville de la royauté de David sur la tribu de Yehouda et Chekhem est la ville de Yossef (Joseph), père d’Ephraïm.

David et Yossef ont tous deux reçu la « bénédiction des yeux » .

Au sujet de David, il est dit dans Chmouël : « yaffé énayim » (il a de beaux yeux) et Yossef était « au-dessus de l’œil » (c’est-à-dire qu’il maîtrise la force et le pouvoir de l’œil)

Chekhem (capitale de la Samarie) et Hévron (capitale de la Judée) sont donc les yeux de notre terre. Si nous les perdons, nous serons comme un aveugle que le moindre coup fait tomber.

Malheureusement aujourd’hui, nous sommes borgnes, sans Chekhem; il ne nous reste plus que « l’œil » de ‘Hevron.

Alors, plus que jamais, renforçons ceux qui parmi nous se battent pour que nous puissions vivre partout sur notre terre , et si nous n’avons pas la force d’être vraiment à leurs côtés, alors au moins battons-nous de toutes nos forces contre l’esprit des explorateurs et ne nous laissons pas affaiblir.

Moshé Pierre Caïn, (23 sivane 5769, 15 juin 2009) (21 sivane 5775, 8 juin 2015)

* Source adaptée et reproduite :Rav Haim Dynovisz « La Terre d’Israël aimée et convoitée p.316

Tora et Nation Par Rav Haïm Dynovisz
8 juin 2004 – Paracha Chela’h Lekha **

La faute des explorateurs est considérée comme la plus grave de toutes, plus encore que celle du Veau d’or. Refuser la conquête d’Erets Israël est donc plus répressible encore que l’idolâtrie. La raison à cela est simple : tous les commandements de la Tora concernent (aussi) l’individu. Seule, la mitsva de conquérir la terre s’adresse à l’ensemble du peuple et ne peut en aucun cas être accomplie par un individu seul.

caleb josué et les explorateurs2Le refus de la conquête est une faute faite par tout le peuple juif, depuis les dirigeants jusqu’au simple citoyen (comme dans le cas des explorateurs), aussi, cette faute dépasse toutes les autres.

Le peuple est infiniment plus élevé que l’individu, fusse-t-il le plus grand de tous les Justes. C’est ce que D-ieu révéla à Moshé, précisément au moment de la faute du Veau d’or.

Il lui dit : « Descends de la montagne (Sinaï) car Je ne t’ai donné de la grandeur que pour Mon peuple. Puisqu’il a fauté, Je n’ai plus besoin de toi ! »

Même Moshé n’existe qu’en fonction du peuple et pour lui. Sans lui, même le plus grand des Justes n’est rien.

Aussi, lorsque le peuple faute dans la mitsva qui le concerne, le mal dépasse en intensité celui de toute autre faute. Il est important de remarquer aussi que la faute du peuple – le refus de la conquête – n’est pas une faute religieuse à proprement parler.

Les explorateurs étaient tous de ‘grands religieux’ qui n’ont nullement remis en cause l’un des principes fondamentaux de la religion juive (comme pour le Veau d’or, qui est un acte idolâtre remettant en cause l’essence même du judaïsme).

Explorateurs des temps modernes Par Rav Dynovisz
( La Terre d’Israël aimée et convoitée ) ***

La faute des explorateurs est considérée comme l’une des plus graves de toutes les fautes d’Israël. Plus encore que les révoltes contre Dieu et la Torah, le refus d’entrer en Erets Israël est à l’origine de tous les exils et de toutes les souffrances de notre peuple, comme l’explique Rachi dans notre paracha Chela ‘h Lekha: «Vous avez pleuré sans raison cette I! nuit-là (le 9 Av) et vous pleurerez le 9 Av dans toutes les générations.»

caleb-joshua-hebronMais quelle fut exactement la faute des Bné Israël? Finalement ils ne firent que dire la vérité! «Nous avons vu des géants, des villes fortifiées jusqu’au ciel… une terre qui dévore ses habitants …»

La réponse est qu’Israël doit être au-dessus de ce genre de vérité. Pour conquérir notre terre et y rester, nous devrons toujours nous battre contre des géants. Notre terre est appelée Erets ‘Hemda, ce qui signifie: la terre convoitée.

Tous les géants de ce monde la convoitent parce que tous sentent que
le but ultime de l’existence se trouve ici. C’est le peuple qui parviendra à y vivre qui deviendra le dépositaire du secret de l’existence. Et tous les géants de ce monde ne sont pas prêts à accepter que ce soit le petit peuple juif qui devienne le dépositaire de ce secret.

Il y a dans l ‘histoire des explorateurs un point capital à relever: deux tribus n’ont pas fauté, Yéhouda et Ephraïm (Kalev et Yéhochoua) . Cela signifie que ces deux tribus incarnent l’amour inconditionnel d’Erets Israël et le courage. Or leurs «territoires» en Erets Israël sont précisément ce que nous appelons aujourd’hui la Judée-Samarie !

Combien est surprenante notre Torah qui reste plus actuelle que
jamais. Dans la Judée-Samarie biblique se sont installés des Juifs qui
n’avaient peur de rien et qui étaient prêts à se battre contre des géants pour conquérir la terre.

Des millénaires après, se retrouvent à nouveau en Judée-Samarie des Juifs qui ne se laissent pas impressionner par les vérités des explorateurs des temps modernes.

Car n’oublions pas que les explorateurs étaient juifs! La Torah nous révèle que dans son ensemble (dix tribus contre deux), notre peuple ne se sent pas la force d’affronter les géants et que c’est précisément grâce à Yéhouda et Ephraïm, les Juifs de Judée-Samarie, que nous pouvons malgré tout vivre sur notre terre.

Le message de la Torah est aujourd’hui d’une actualité brûlante: si l’esprit des explorateurs l’emporte (qu’à Dieu ne plaise) et si l’on cède la Judée-Samarie, nous pouvons dire adieu à toute la terre d’Israël.

Si la Providence a voulu que toutes les revendications de nos ennemis se concentrent précisément sur la Judée-Samarie, c’est parce que notre présence partout en Israël dépend de notre courage et de notre ténacité face à ces territoires.

Le Proverbe dit: « Pour faire tomber quelqu’un il faut d’abord l’aveugler.» Comme nous l’avons déjà vu, si Jérusalem est le cœur de notre pays, Chekhem et ‘Hévron en sont les yeux; Chekhem en Samarie (territoire d’Ephraïm) et ‘Hévron en Judée (territoire de Yéhouda) sont les deux villes où Avraham s’installa dès son entrée en Erets Israël. Ces deux villes furent choisies par Avraham parce qu’elles sont les yeux de notre terre. Si nous les perdons, nous serons comme un aveugle que le moindre coup fera tomber.

Malheureusement aujourd’hui nous sommes déjà borgnes, nous avons perdu Chekhem (et plus précisément le tombeau de Yossef). Il n’y a pas si longtemps nous avions retrouvé notre oeil perdu, mais une fois de plus c’est l’esprit des explorateurs qui l’a emporté. Après des millénaires, nous refaisons cette même faute qui nous a valu deux
destructions du Temple et quatre exils.

Nous détruisons ce que la Providence nous donne sur un plateau d’argent

Mais il faut être optimiste, finalement ce sont les Juifs de Judée-Samarie qui feront tomber les géants et qui purifieront Israël de l’esprit des explorateurs qui (inconsciemment) préparent de l’intérieur une nouvelle destruction du Temple. Ce jour-là tout le monde comprendra où se trouve le vrai Israël

Les explorateurs ne se sont révoltés ni contre le Chabbat ni contre la casherout, ni contre aucune mitsva à caractère spirituel. Ils ont tout simplement refusé d’être des conquérants et de faire la guerre.

Plus encore, la non-violence et le refus de la guerre sont des idéaux qui vont souvent de pair avec la religion (du moins en théorie et dans les livres).

D’après certains Maîtres, la faute des explorateurs fut un excès de religiosité car ils préfèrent la vie spirituelle du désert plutôt que la réalité concrète et matérielle de la vie en Erets Israël.

En tous les cas, il est clair que cette faute ne fut pas directement une révolte contre D-ieu et sa Tora. Et malgré cela, elle est la pire de toutes.

L’idée de cette Paracha est donc claire : Le monde n’a pas été créé (uniquement) pour l’individu et la religion mais (surtout) pour qu’au moins un peuple sur terre assume son histoire avec courage et détermination dans un monde bien réel et concret.

Pour que ce peuple réussisse, il a besoin d’une terre qu’il soit le seul à habiter et qu’il impose par la force, s’il le faut, son pouvoir et son indépendance sur elle.

La Tora est alors à la terre ce que l’âme est au corps. Sans Tora, la nation juive meurt et pourrit malgré la force et la puissance de ses institutions politiques, sociales, économiques et militaires.

Cependant, la Tora n’est que l’âme. Sans le corps qui est le courage et détermination à installer toute la nation juive sur toutes les parcelles de sa terre, Israël n’est absolument pas vivant car la vie ne commence que lorsque l’âme s’incarne et se dévoile dans un corps.

Si la faute des explorateurs est la plus rare de toutes, il est possible d’affirmer qu’il est plus grave de commettre des fautes contre le ‘corps juif’ – la terre – que contre l’âme juive – la Tora.

La vraie Techouva d’Israël, de laquelle dépend notre Gueoula, n’est pas uniquement (bien qu’obligatoirement) le retour vers l’âme juive mais plutôt la descente de l’âme juive dans le corps juif, c’est-à-dire la révélation de la vérité de la Tora à l’intérieur d’une nation forte, puissante et courageuse installée sur toute sa terre, du Nil à l’Euphrate et sur les deux rives du Jourdain.

Que nous le comprenions ou non, c’est cette Techouva qui a commencé il y a plusieurs décennies déjà et c’est la raison pour laquelle toute tentative de faire marche arrière est d’avance vouée à l’échec, comme nous le constatons chaque fois davantage.

********************************************
Chabat Shalom
Le Rav Dynovisz

http://www.ravdynovisz.tv/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur Paypal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email