SHARE

Par David BRISSET

Qui sont ces Palestiniens qui refusent de boycotter Israël ? Tous !

C’est le message que clame Monsieur BASSAM EID à travers le monde et dernièrement en Afrique du Sud.

bassam« Je veux dire au monde que nous avons eu notre dose de guerre ici et aussi longtemps que le peuple Palestinien ne boycott pas Israël, je demande au monde de ne pas le faire en notre nom ! »

Son message a provoqué un tel tollé en Afrique du Sud, qu’il a fallu que les autorités Palestiniennes se fendent d’un communiqué pour affirmer que « ce Monsieur ne représentait en rien les Palestiniens ».

Qui est Monsieur BASSAM EID ? Quand on lui demande s’il est un agent de la CIA, un « collabo », il répond :

« Je suis né dans le quartier juif de la Vieille Ville de Jérusalem en 1958, j’ai grandi dans le camp de réfugiés de Shuafat, dans le nord de Jérusalem. J’ai emménagé il y a 15 ans à Beit Hanina à Jérusalem-Est et je suis un drôle d’oiseau ».

A fin des années 1980, aidé d’autres personnes, il fonde B’Tselem, une organisation humanitaire et y travaille pendant 7 ans. Ensuite, il met en place une nouvelle organisation des droits de l’homme : « le Groupe de contrôle des droits humains palestiniens ».

Contrairement à B’Tselem, cette nouvelle organisation se concentre uniquement sur les violations des droits humains perpétrées par l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et le régime du Hamas dans la bande de Gaza.

Il nous explique que :

« Il y a de nombreuses organisations des droits de l’homme qui surveillent Israël, mais très peu qui s’occupent de dénoncer les méfaits de l’Autorité palestinienne».

Les débuts de cette nouvelle organisation sont prometteurs. Elle reçoit des financements importants de nombreux pays européens. Il y a cinq ans, cependant, les choses ont changé, et le financement de l’Europe a pris fin.

Il affirme que :

« C’est arrivé parce que la politique européenne au cours des dernières années revient à attaquer violemment Israël et non l’Autorité palestinienne». « Les dirigeants Européens ont décidé que seul Israël était un obstacle au processus de paix et ils ont voulu soutenir l’Autorité palestinienne. Ils ont pensé qu’une des façons de montrer ce soutien, était d’arrêter les organisations qui critiquent les actions de l’Autorité palestinienne et qui critiquent également son financement ».

Incapables de survivre, son organisation ferme. Depuis, il voyage dans le monde, propose des conférences, donne des interviews, critique l’Autorité palestinienne, et explique au monde que les activités du mouvement BDS sapent le rêve d’un Etat palestinien.

Quels sont ses arguments ?

«Je suis opposé au boycott car il nuit aux Palestiniens eux-mêmes.
L’exemple le plus concret est celui de l’usine de Mishor Adumim SodaStream.
Aujourd’hui elle délocalise son activité à Be’er Sheva. ». « J’ai rencontré nombre de Palestiniens qui travaillent à l’usine. Ils me disent qu’ils gagnent en moyenne 5.000 NIS par mois là-bas. Aujourd’hui, très peu se voient offrir un travail, et le salaire moyen proposé est de 1.400 NIS ».

« Les gens vont se retrouver profondément endettés. Ils ont pris des engagements à long terme, fondés sur la certitude que leur travail à l’usine durerait ».

« Mais la réalité leur a sauté au visage. A cause des pressions créées par le mouvement BDS, le quotidien sera de courir entre les tribunaux et les bureaux d’huissiers. Qui du mouvement BDS se soucie d’eux ? Personne !».

Il affirme que :

« Les partisans du mouvement de boycott croient que la pression économique va contraindre Israël à parvenir à un règlement de paix avec les Palestiniens. Mais cet argument est fallacieux. Au cours de la période à venir, Israël va investir tous ses efforts dans la lutte contre le boycott, et la possibilité de négociations de paix ne sera plus du tout à l’ordre du jour.

Les partisans du boycott, soutenu par les Etats européens, ont ouvert un autre front dans le conflit, au lieu d’investir tous leurs efforts dans la chose la plus importante – les négociations ».

« Certes, il n’y a pas eu de négociations l’année dernière. Mais l’ouverture d’un nouveau front sous la forme d’un boycott ne fera que retarder l’ouverture des négociations pour au moins deux ou trois ans ».

Pour lui :

« Ceux qui prétendent qu’il y a de l’apartheid en Israël, et que donc, ce qui a fonctionné en Afrique du Sud peut fonctionner ici font une erreur fondamentale !
Car Israël n’est pas un Etat d’apartheid » !

Il continu et ajoute

« Par contre, je n’ai aucun doute qu’il y a beaucoup d’éléments antisémites qui ont grimpé dans le train en marche de BDS. Je me demande pourquoi ces mêmes personnes restent silencieuses quand les Palestiniens sont massacrés dans le camp de réfugiés de Yarmouk en Syrie. En vérité je sais pourquoi : Parce-que les Juifs n’y sont pour rien.
La chose qui me dérange le plus est le fait qu’il n’y pas de Juifs parmi les dirigeants du mouvement BDS ».

Monsieur BASSAM ne pense pas que le mouvement BDS ait la capacité de créer un effet domino qui conduirait à une intense pression internationale sur Israël.

«Regardez combien d’excuses et des clarifications ont été publiés depuis que le PDG d’Orange Stéphane Richard a parlé contre Israël, » dit-il. « Vous devez comprendre – l’équilibre des pouvoirs entre le mouvement BDS et Israël est exactement le même que l’équilibre du pouvoir entre le Hamas et Israël. Le Hamas ne vaincra jamais Israël. Et c’est la même chose pour le mouvement BDS.

« Il est certain que la presse Israélienne donne beaucoup plus de crédit et de pouvoir que ne le mérite le mouvement BDS » ajoute-t-il

Il conclut avec ses mots : « Rien ne dure éternellement. Israël devra cesser son occupation de la Cisjordanie. La pression internationale viendra à bout de cette situation. Je préférerais que ce soit la carotte que le bâton qui fasse céder le gouvernement Israélien. Il faut faire comprendre aux Israéliens qu’ils ont tout à gagner avec la paix et tout à perdre avec la guerre !

Aujourd’hui le peuple Israélien ne sait plus quoi croire.

Nous ne pourrons pas faire la paix sans le peuple d’Israël. Je voudrais qu’un million d’Israéliens manifestent tous les jours en Israël pour la paix. Et ce n’est certainement pas en les boycottant que nous les convaincrons de se battre à nos côtés pour la création d’un état Palestinien ».

David BRISSET

http://www1.alliancefr.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur Paypal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email