SHARE
Les prophètes d’Israël avaient annoncé un double retour: celui des descendants des Dix Tribus Perdues, qu’ils appelaient les «exilés d’Israël, les Israélites», ainsi que celui des Juifs, les descendants des deux autres Tribus (Juda et Benjamin) qui furent dispersés après la destruction du Temple et qu’ils appelaient »les dispersés d’Israël ».

Ainsi, la disparition mystérieuse des Dix Tribus d’Israël a consolidé la croyance selon laquelle leur localisation serait découverte dans le futur, et qu’elles reviendraient sur la terre d’Israël.

Après une période de division, les tribus sont unifiées parle roi Saül, auquel succèdent le roi David et enfin le roi Salomon.

Au temps de la Bible, le royaume d’Israël s’étendait en terre de Canaan habitée par les descendants des douze Tribus d’Israël, installés géographiquement par tribus : Asher, Dan, Ephraïm, Gad, Issacar, Manassé, Nephtali, Ruben, Siméon, Zabulon, Juda et Benjamin.

Après la mort du Roi Salomon (en 928 avant J.C), son royaume fut divisé en deux royaumes distincts : Au nord, le royaume d’Israël, centré sur 10 tribus et sa capitale, Samarie, au sud, le royaume de Juda, centré sur seulement 2 tribus (Benjamin, Juda et une partie des Lévites) avec sa capitale Jérusalem, tribus dont sont issus les juifs que nous connaissons aujourd’hui.

Les dix tribus du Nord sont en fait 11 :

Ruben, Siméon, Issacar, Zabulon, Dan, Nephtali, Gad, Acher, les 2 demi-tribus issues de Joseph : Ephraïm et Manassé, et une partie de la tribu de Lévi (tribu sacerdotale sans territoire). Ces tribus-là ont été dispersées et on les a crues perdues pendant des millénaires. Elles reviennent aujourd’hui progressivement en Israël.

Le royaume d’Israël a été créé en – 1005 avant l’ère courante, puis au bout de quelques dizaines d’années s’est scindé en 2 royaumes, Israël au Nord (en gros la Samarie) et la Judée au sud de Jérusalem. Le royaume d’Israël a disparu au début du 8ème siècle avant l’ère courante, provoquant la dispersion de dix tribus dans le monde et le royaume de Judée a perduré jusqu’en 70, lors de la destruction du 2ème Temple de Jérusalem par les légions romaines.

Le Royaume de Judée a ainsi duré plus de 11 siècles, plus ou moins indépendant. Et c’est la dispersion de ce Royaume qui a donné les Juifs de la Diaspora d’aujourd’hui. Depuis cette destruction de + 70, le pays a été occupé par de nombreux envahisseurs successifs. Ce pays a été appelé « Palestina » par les premiers envahisseurs, les Romains (4).

Les Juifs-Judéens n’ont pourtant jamais cessé de résider dans ce pays. Et la majorité des résidents étaient Juifs jusqu’à l’invasion arabe en 636.

carte royaumesLa dispersion du Royaume d’Israël a donné, elle, les « tribus perdues » dont certaines sont en train d’être retrouvées. On compte 10 tribus « perdues » du royaume d’Israël…

Où sont les tribus “perdues” d’Israël ?

La tribu de Joseph était divisée en trois éléments territoriaux et de population à des fins d’héritage terrien : Éphraïm et les deux subdivisions de Manassé. Par conséquent, les « dix tribus perdues » sont dix groupes terriens perdus et sont représentées comme suit :

Ruben
Aser
Éphraïm
Dan
Issacar
Demi-tribu de Manassé
Nephthali
Zébulon
Gad
Demi-tribu de Manassé (Makir)

Il est bien connu qu’il y a des indications claires que tous les membres des tribus citées ci-dessus n’ont pas été emmenés en captivité. Certains membres de ces tribus ont été laissés dans le pays, tandis que d’autres cherchaient refuge au royaume de Juda. ( 2 Chroniques 11:16– 17 ; 15:9 ; 30:1, 5–6, 10–11, 25.) En conséquence, les descendants de ces groupes tribaux « perdus » sont restés parmi les Juifs et se sont ainsi répandus dans le monde entier.

Le retour prophétique

Bien que de nombreuses prophéties aient été scellées « jusqu’au temps de la fin » (Daniel 12 :4), les prédictions au sujet des tribus d’Israël ont été données pour être comprises, juste avant l’avènement de Mashia’h. Ces prophéties remarquables sont en marche, aujourd’hui !

Il y a près de quatre mille ans, Dieu révéla à Jacob les caractéristiques qui identifieraient les descendants des douze fils de ce patriarche « dans la suite des temps » (Genèse 49 :1). Trois siècles plus tard, Moïse rapporta des prophéties similaires (Deutéronome 33).

Bon nombre de prétendus chrétiens affirment que ces prophéties de l’Ancien Testament n’ont plus de valeur, alors qu’il n’y a rien de plus actuel ! Yeshoua ben Yossef dit à Ses disciples : « Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël » (Matthieu 10 :6).

Le prophète Esaïe, en décrivant le retour à Jérusalem des tribus dispersées, a écrit : « Les voici, ils viennent de loin, les uns du septentrion et de l’occident, les autres du pays de Sinim » (Esaïe 49 :12).

Nous vivons à une époque où, considérant les événements du passé, il est possible de reconnaître que ces anciennes prophéties ont bel et bien été accomplies par des nations qui existent aujourd’hui !

Les prophéties ont prédit que le Messie appartiendrait à la tribu de Juda, que Juda serait un peuple connu pour sa foi dans les lois divines de l’Ancien Testament, et qu’il serait comme un lion sur le qui-vive, sur la nuque de ses ennemis (Genèse 49 :8-12) – une description appropriée des Juifs de la nation d’Israël moderne.

Mais qu’en est-il des autres tribus ?

tribusLes prophéties révèlent que les fils de Joseph – Manassé et Ephraïm – seraient les peuples israélites les plus importants à la fin des temps, à partir des années 1800 apr. J.-C., soit 2520 ans avoir été emmenés en captivité. I

Il a été prophétisé que les descendants de Manassé deviendraient une grande nation, et ceux d’Ephraïm un ensemble (ou une multitude) de nations (Genèse 35 :11 ; 48 :19). A eux deux, ils hériteraient des meilleurs endroits de la terre, ils posséderaient les portes de leurs ennemis, ils coloniseraient le monde et seraient un peuple généreux, contribuant au bien-être de l’humanité (Genèse 22 :17-18 ; 49 :22-26).

La tribu de Ruben devait devenir une nation très peuplée, possédant la puissance et la dignité d’un premier-né, mais elle serait « impétueuse comme les eaux », et encline à la satisfaction des passions sexuelles (Genèse 49 :3-4 ; Deutéronome 33 :6).

La tribu de Dan est « un serpent sur le chemin » (Genèse 49 :17)

Zabulon habite au bord de la mer, il est un « refuge pour les navires » (verset 13), et il se « réjouit […] dans [ses] courses [ou dans ses expéditions] » (Deutéronome 33 :18-19).

Gad « repose comme un lionne », et joue un rôle essentiel au sein des nations en tant que celui qui « a exécuté la justice » (versets 20-21).

Siméon et Lévi ont été dispersés parmi les tribus à cause de leur caractère violent et de leurs actions dictées par eux-mêmes (Genèse 49 :5-7). Mais les Lévites étaient les enseignants des statuts de Dieu parmi les tribus (Deutéronome 33 :8-11), et ils avaient été choisis pour servir dans le temple à cause de leurs talents musicaux (1 Chroniques 15 :16-22).

Aser est riche, il « fournit les mets délicats des rois » et fait des affaires avec le fer, l’airain et l’huile (Genèse 49 :20 ; Deutéronome 33 :24-25).

Issaccar est décrit comme « un âne robuste, qui se couche dans les étables » (Genèse 49 :14-15),

Nephtali comme « une biche en liberté » qui « profère de belles paroles » (verset 21),

et Benjamin comme « un loup qui déchire » (verset 27).

Les tribus perdues à travers le monde

par le rabbin Josy Eisenberg

Depuis leur exil en Assyrie, la trace des dix tribus de l’ancien royaume d’Israël semblait à jamais égarée. Un rabbin de Jérusalem affirme l’avoir retrouvée, parmi des peuples d’Asie centrale étrangement attachées à certaines coutumes juives.

Les « Chiang-Min »-Les « Shin-Lung » Les « Pachtounes »Les « Karenims » Les « Cachmiriens »35 millions d’individus, disséminés entre l’Afghanistan, le Pakistan, le Cachemire, le Nord-est de l’Inde, les montagnes chinoises du Sichuan et la Birmanie appartiennent à la lignée des dix tribus d’Israël.

Depuis quelques années, avec l’autorisation du ministère de l’intérieur et du grand Rabbinat, de petits groupes des Bnés Ménashé arrivent en Israël et doivent se convertir selon la « halah’a ». Ces groupes sont ceux qu,i en Inde, vivaient depuis longtemps comme juifs religieux, avant même d’avoir pris contact avec le Rav Avihaïl. Les signes du judaïsme qu’ils ont conservés du passé montrent qu’ils appartiennent au peuple d’Israël et qu’ils viennent de la tribu de Ménashé.

Selon leur tradition, ainsi que celle de leurs proches qui vivent en Birmanie et en Thaïlande se nommant « Carénim », ils sont venus de chine et ont perdu leur livre saint qui leur a été peut être pris de force par les chinois.

Un autre peuple à la même tradition, c’est le groupe appelé « Chiang-Min » qui se trouve à la frontière du Tibet, dans la province chinoise du Sichuan.Ces trois peuples faisaient des sacrifices et se référaient au D’…ieu unique. Ils désignent leurs prêtres par le nom de « Cohen ».

Le peuple Chiang comptait des millions de personnes et aujourd’hui il n’en reste que 250 000. Cela confirme l’hypothèse que les Carenim et les Shin-Lung (les Bné Ménashé) sont arrivés de Chine.

Dans le Tanach, il est écrit que le peuple d’Israël viendra aussi du pays des chinois.

Le cas des Pachtounes (Pathans) est encore plus troublant. Les origines juives de ces tribus établies en Afghanistan et au Pakistan avaient déjà été suggérées par le président de l’Etat d’Israël Itzhak Ben-Zvi, à partir des témoignages concordants fournis à leurs arrivée par les Juifs de ces régions.

Après avoir examiné le dossier , le rabbin Avihaïl attache sans hésiter les Pachtounes aux tribus perdues d’Israël. Il a d’ailleurs recensé un nombre impressionnant d’indices à l’appui de sa thèse .

Parmi les 21 nations et langues d’Afghanistan seuls les pachtounes se distinguent par leur physionomie « sémitiques » certains ont les yeux bleus, et beaucoup, outre la barbe, portent les papillotes. Parmi les usages religieux. : ils pratiquent la circoncision au huitième jour, se marient sous une forme de ‘houppa et les hommes sont habillés d’un vêtement appelé : Joy-Namez, couvrant la tête et dont les franges évoquent le talit.

Dans le passé, selon des témoignages, ces tribus ne travaillaient pas le chabbath, ne cuisinaient pas ce jour-là. Avant le chabbath, ils allumaient des bougies et buvaient du vin le vendredi soir, bien qu’ils soient musulmans. Certains portaient une amulette où était écrit le « Shema Israël » ( dans la tribu de Gad). Leur nom ancien était « enfants d’Israël ». Seuls, parmis les musulmans, ils portaient le nom de famille ou le prénom; « Israël », et certains noms des tribus d’Israël.

Le Rav Avihaïl a rencontré des Pathans en dehors de leur pays et a envoyé des messagers en Afghanistan et au Pakistan. Il espère que certains d’entre eux arrivent un jour en Israël pour créer des liens avec des Israëliens. Son prochain objectif, rencontrer en Chine les tribus de « Chiang-Min » et établir avec elles les premiers contacts. La mission de cette association AMISHAV est d’éveiller au judaisme ceux qui en ont été égarés par l’exil et les hasards de l’Histoire.

Dossier réalisé à partir de plusieurs sources

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur Paypal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email