La première communauté établie en Palestine a vu le jour il y a plus de cent ans, en 1909. Après avoir incarné l’utopie collectiviste rurale, la plupart des kibboutz ont pris le chemin de la privatisation et de l’industrie.

Alors à quoi ressemble maintenant la vie dans ces institutions ? L’explosion démographique et le capitalisme n’ont pas réussi à entamer leurs valeurs socialisantes. Au contraire, ils figurent une nouvelle alternative à la crise. Un kibboutz aujourd’hui c’est avant tout une communauté solidaire, un endroit ou il fait bon vivre, un oasis. Et un endroit qui attire de nouveau de plus en plus les Israéliens.


kibboutz 1Au kibboutz Samar, dans le Néguev, les jeunes ne manquent de rien, comme Avital et Ziv qui n’ont même pas besoin d’argent de poche puisque tout est pris en charge par la communauté.

L’espace à l’intérieur des kiboutzim a joui d’un traitement particulier qui témoignait des valeurs fondamentales d’égalité et de participation. Au cours des années s’est cristalisé un modèle d’aménagement fonctionaliste et verdoyant qui a conféré à la plupart d’entre eux une physionomie commune : services communautaires et administratifs au centre de la localité et en particulier la salle à manger commune; en périphérie les zones d’activités, élevage et/ou industrie; et enfin les zones d’habitations aux logements répondants à des critères de modestie et d’unité, tout cela dans un espace ouvert.

kibbutz samarEsquisse du plan d’aménagement du kiboutz Samar fondé en 1976.

kibbutz nahalKiboutz Nahal Oz: Zone d’habitation selon la planification classique avec jardinets et chemins piétons dans un espace ouvert (copyright Yad-Tabenkin)

Les changements culturels des vingt dernières années ont conduit à un traitement nouveau de l’espace intérieur au kiboutz, traitement qui reflète les valeurs dominantes aujourd’hui et le vent de privatisation qui les accompagnent. Alors que le paysage kiboutzique exprimait une justice sociale fondée sur l’égalité et la propriété collective dans sa répartition de l’espace, ce paysage s’est progressivement transformé, consacrant dorénavant la propriété privée, ressemblant de plus en plus à une petite banlieue cossue où chaque parcelle est bien délimitée par ses barrières et ses deux places de stationnement.


Le sionisme est une idéologie comportant une dimension utopique, en particulier dans la mesure où il s’inscrit en rupture avec une histoire juive diasporique faite de migrations et de déterritorialisations. La Palestine fantasmée devient le lieu possible mais assez abstrait d’une nouvelle identité se fondant sur la conception d’une société juive plus juste. Les « produits dérivés » de cette idéologie que sont le kiboutz et la « ville de développement » comportent de ce fait un caractère a-spatial, ou à tout le moins décontextualisant, leur conférant une affinité structurelle avec la notion d’utopie. Cependant, au fil des décennies et de la mise en oeuvre du jeune Etat, les idéaux initiaux d’une justice socio-spatiale vont se trouver affectés par la dimension nationaliste de l’idéologie sioniste, cela au détriment de la dimension sociale. Les idéaux utopiques ainsi piégés sont alors mis au service d’une société urbaine à plusieurs vitesses.

Le retour aux vrais valeurs

Reportage réalisé en 2008

Lire le pdf : Kibboutz et « villes en développement »

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Achetez vos livres sur Amazon via ce site

Votre aide est très Importante…
Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site de plusieurs façons, en achetant vos livres sur Amazon via le site, et/ou en faisant un don sécurisé sur PayPal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email