SHARE

Par le Rav Haim Dynovisz

DvarMalkout 30 aout 2003/ 2 elloul 5763

A l’intérieur de l’être Juif se retrouvent et s’unissent deux réalités: l’âme et le corps. En ce sens, l’homme Juif est à la fois dans la nature et au-dessus d’elle. Le corps, en effet, lui permet d’évoluer à l’intérieur des limites étroites de ce monde, alors que l’âme, elle, l’élève au – dessus de ces limites.

Le service divin authentique consiste à trouver le point d’équilibre subtil (et fragile) entre ces deux réalités. L’homme doit faire attention de ne suivre que son âme, c’est-à-dire vivre complètement en dehors et au-dessus de la réalité de ce monde; mais en même temps, il doit refuser de s’enfermer et de se soumettre aux limites de la nature.

Son projet révèle de l’ordre du miracle: dévoiler la sur-nature (l’âme) à l’intérieur de la nature (le corps).

Nous faisons allusion à ce projet dans la prière  » Acher yatzar «  qui se termine par les mots « Ou mafli Laassot » ! (l’action de D.ieu qui réunit l’âme et le corps est un Pélé – prodige).

Il y a, en vérité, une différence entre le Ness (miracle) et le Pélé. ( prodige).

Le miracle dévoile uniquement la sur-nature et annule (pendant tout le temps du dévoilement) la nature. Comme, par exemple, le miracle de la traversée de la mer: Dieu annula les lois de la nature et l’eau se comporta alors d’après d’autres lois, et c’est pour cela que les eaux se dressèrent comme une muraille.

Ces « autres lois » qui changèrent la nature (connue) de l’eau, proviennent du « monde du Ness » (miracle); mais, au niveau du Ness, il ne peut y avoir en même temps nature et sur-nature. Ou les eaux coulent, ou elles se dressent comme une muraille. Pour cette raison, le Ness ne peut être que provisoire, car, dans ce monde, seules les lois de la nature sont constantes.

C’est pour cette raison aussi que le Ness ne peut véritablement attacher l’homme à son Créateur puisqu’après le Ness l’homme « retombe » dans un monde où « il ne voit plus rien ».

Cela explique toutes les « révoltes » d’Israël dans le désert, malgré les nombreux miracles qu’ils virent. La véritable Emouna ne se construit pas sur des « yeux de paille spirituels ».

A la différence, le Pélé (prodige) n’annule pas la nature. Bien au contraire, il dévoile le miracle à l’intérieur des règles et des lois de ce monde.

Pour cette raison, le Pélé provient d’un « endroit » plus élevé encore que le Ness.

Plus une force descend bas, et plus sa racine est élevée.

Concrètement, vivre au niveau du Pélé signifie vivre à l’intérieur de la même réalité que « l’homme profane », mais réussir là où les autres échouent.

C’est dans la Paracha Ekev que nous retrouvons cette notion: la Torah affirme, en effet, que les Cananéens étaient plus puissants qu’Israël. D’après les règles de l’histoire et les lois de la guerre, ils ne pouvaient être vaincus. Cependant, Israël réussit à conquérir la terre sans avoir besoin de miracles du type « la traversée de la mer ».

C’est pour cela d’ailleurs que la conquête fut l’oeuvre de Yéhochoua et non de Moché.

Moché était, en effet, au niveau du Ness. A son niveau, la nature s »annulait complètement. La matière n’avait plus aucune prise devant lui.

A la différence, Yehochoua était lui plus proche de la nature mais Malgré cela, il réussit l’imposslble : la conquête de la terre. Pour cela, il avait besoin du Pélé (qui est plus haut que le Ness.

D’après cette explication, c’est justement parce que Yehochoua n’avait pas le niveau spirituel de Moché, qu’il réussit à attirer dans ce monde des forces (le Pélé) que même Moché ne « réussit pas » à atteindre.

Cela nous permet de répondre à une question bien connue :

Comment la Guéoula: est-elle possible aujourd’hui, plus que dans les générations précédentes, alors que notre génération est peut-être « la plus basse » de toutes sur le plan spirituel ? !

C’est encore dans la Paracha Ekev que nous trouvons la réponse:

Ekev signifie le Talon, la partie la plus basse du corps qui est en contact avec le sol (la matière) et qui est la plus éloignée de la tête (le spirituel).

Mais, en même temps, Ekev fait aussi allusion au Machia’h (les Talons du Messie) et à la Guéoula (Ekev signifie aussi « ‘à la fin »).

ekevComment la matière (Ekev – le talon) peut-elle faire allusion au Machia’h et -à la Guéoula !:

C’est justement la « génération du talon » qui parviendra à attirer et à dévoiler dans ce monde les forces spirituelles les plus élevées (le Péle), car « plus une force vient de haut et plus elle descend bas ».

Moché et Yehochoua sont l’âme et le corps, mais c’est précisément le corps (Yehochoua) qui rend possible la Guéoula (l’entrée en Eretz Israël). Yehochoua (le corps) était l’élève de Moché (l’âme), mais comme ils étaient encore deux êtres différents, la Guéoula véritable n’arriva pas.

Le Machia’h est, lui, « l’âme de Moché » dans le « corps de Yehochoua », c’est-à-dire qu’il réunit en lui, dans un seul être, la nature et la sur-nature. Sa force est le Pélé qui permet le dévoilement du miracle sans annuler la nature.

Il est le « talon » qui « a les pieds sur terre » mais en même temps la puissance spirituelle (Guéoula – talon) qui ramènera la royauté divine sur terre.

Parasha Eqev : Le fer (l’Occident) et l’argile (l’Islam)

Rav Haim Dynovisz

La Terre d’Israël aimée et convoitée

«Et lorsque (vous arriverez) au talon, vous observerez mes Lois» (Ekev 7:12).

Le mot Ekev (talon), fait allusion à la fin de l’histoire, à la fin de l’exil (Baal Hatourim) et plus précisément à la fin de la civilisation d’Edom, dernier exil d’Israël.

L’allusion au talon (Edom, quatrième exil d’Israël) est mentionnée dans la paracha Toledot (25:26) :

«Et après lui (Essav) sortit son frère (Ya’akov) et sa main tenait le talon d’Essav …»

Le Baal Hatourim explique ce verset : «Et sa main tenait le talon d’Essav.»

Au moment de la naissance de Ya’akov, fut décidée la chute de la civilisation d’Edom..

La civilisation d’Edom représente les pieds et les talons de la statue évoquée dans le rêve de Nabukodonosor.

statue-of-Daniel-2Dans le livre de Daniel, la Torah rapporte que Nabukodonosor, le roi babylonien qui détruisit le Premier Temple, rêva d’une statue qui avait une tête en or, une poitrine et des bras en argent, un ventre en-cuivre, les jambes en fer et les pieds en fer et en argile. Puis il vit qu’une pierre lancée contre la statue la frapperait à ses pieds et qu’elle s’écroulerait.

Daniel lui, interpréta le rêve de la façon suivante :

Les quatre métaux – or, argent, cuivre et fer – représentent les quatre civilisations qui asserviront Israël: la Babylonie, la Perse, la Grèce et Rome (Edom). Cependant, bien que la civilisation d’Edom soit la plus forte et la plus terrible (le fer qui détruit tout) elle s’affaiblira, elle aussi, à la fin de l’exil (c’est pour cela que dans ses pieds de fer il y aussi de l’argile, qui désigne son affaiblissement).

C’est à ce moment-là, lorsque le fer sera mélangé à l’argile, qu’une pierre (Israël) fera tomber la statue.

Ce passage dans Daniel nous révèle une notion importante : les quatre exils d’Israël ne sont pas déconnectés les uns des autres. Il existe un fil conducteur, une même notion qui les relie au point qu’ils forment une seule entité, telle qu’elle est représentée par la statue.

Chaque exil est la suite et la continuation du précédent, il poursuit le même but.

Globalement, les quatre grandes civilisations sont animées d’un même désir : empêcher Israël de s’exprimer en tant que nation indépendante sur sa terre. C’est pour cela qu’elles nous tiennent en exil.

Le rêve de Nabukodonosor est porteur d’un message essentiel : les quatre peuples – babylonien, perse, grec et romain (Edom) – représentent la civilisation de la statue. C’est-à-dire la mort de l’humain.

La statue est en effet à l’extrême opposé de la vie, qui est le symbole de la mouvance et du changement.

L’homme dans la Torah est appelé celui qui avance (à la différence des anges appelés «ceux qui sont immobiles»).

C’est pour cette raison que le Judaïsme déteste les statues, car elles incarnent le monde du silence et de la mort.

A la fin de l’histoire, lorsque les grandes civilisations non juives seront presque parvenues à transformer 1’homme en statue (les jambes et les pieds représentent Edom) c’est alors qu’elles s’affaibliront (l’argile) et qu’Israël (la pierre lancée) les fera tomber.

Que représente l’argile qui s’infiltrera dans le fer et l’affaiblira ?

Cet argile est la civilisation d’Ichmaël (l’Islam).

Le lien entre le monde arabe et la terre est évoqué dans la paracha Vayikra (18:4). Rachi explique pourquoi Avraham demanda aux trois visiteurs de se laver les pieds avant d’entrer dans sa tente : Il pensait qu’ils étaient des Arabes qui se prosternent devant la poussière qui recouvre leurs pieds.

«La poussière (la terre) qui est sur leurs pieds» : Cette nation est celle évoquée dans le rêve de Nabukodonosor (la statue); «les pieds seront de fer mélangé à de l’argile (la terre).»

Nous avons à présent le signe clair de la fin de la civilisation d’Edom : lorsque l’Occident sera infiltré par l’Islam et que tous les pays seront envahis par une immigration incontrôlable, alors la statue s’écroulera.

En attendant la chute, c’est Israël qui souffre le plus de ce mélange entre le fer et la terre, qui provoque nécessairement une communion d’esprit et d’idées au point que l’Occident s’identifie à l’Islam dans sa lutte contre Israël.

Cependant, c’est précisément ce mélange d’identité qui précipitera la chute d’Edom, car en jouant la carte islamique, l’Occident se dénature et corrompt son identité propre.

Le temps n’est plus loin où la pierre fera tomber la statue.

La délivrance voilée

Adapté par Moché Pierre Caïn

Torah et actualité 2eloul 5765 3sept 2005

Les événements que nous vivons à présent ne peuvent être compris sans une approche profonde de la Torah. Tout ce qui concerne la Guéoula (délivrance) d’Israël est enveloppé d’un mystère qui rend incompréhensible, à nos yeux, l’Action de Dieu dans Son monde.

Le Talmud enseigne : la Guéoula vient « au-dessus de la compréhension » (bé issa’h ha daat).

C’est-à-dire que les voies prisent par la Providence échappent à toute explication logique et rationnelle.

La meilleure manière de cacher quelque chose est de la mettre là où personne ne s’attend à la trouver. De même, la meilleure manière de cacher les étapes de la Guéoula est de les dissimuler à l’intérieur d’événements et de personnages qui semblent aller en sens contraire de cette même Guéoula. (…)

Jusqu’à aujourd’hui la Guéoula est à ce point cachée que nombreux sont ceux qui continuent à ne rien voir.

Les non religieux voient dans le retour d’Israël sur sa terre un simple élan nationaliste et certains religieux attendent toujours que se réalisent les prophéties bibliques.

Le voile joue véritablement son rôle.

Le doute est dans tous les esprits et plus personne ne sait vraiment si nous vivons les débuts de notre Guéoula ou s’il s’agit d’une nouvelle hérésie comme nous en avons connues tant dans notre histoire et qui finira dans l’oubli comme toutes les autres.

Pourquoi Dieu voile-t-Il à ce point les étapes de la Guéoula ?

Il y a deux raisons essentielles à cela, l’une céleste et l’autre terrestre.

Pour mériter véritablement la Guéoula, nous avons besoin de mérites spirituels et moraux qui nous font défaut. Il y a « dans le ciel » des « accusateurs » qui empêchent notre Gueoula. Afin de les contourner, Dieu est « obligé » de cacher Son Action et de voiler toutes les étapes de la Guéoula.

Lorsque les « accusateurs » voient qu’Israël revient sur sa terre grâce à Herzl et au sionisme, ils ne peuvent en aucun cas imaginer qu’il s’agisse du début de notre Guéoula et ils ne s’y opposent pas. C’est ainsi que le mécanisme de la Guéoula peut être mis en marche, caché de l’œil des « accusateurs ».

Sur terre aussi les obstacles sont presque insurmontables. Le Christianisme et l’Islam ne peuvent en aucun cas accepter le retour d’Israël sur sa terre, car ce retour signifie la fin de leur croyance. La Providence voile notre retour sous un masque qui effraie le moins possible ces deux religions.

Grâce au sionisme laïque, les Chrétiens sont persuadés que notre peuple va perdre son identité réelle et que nous deviendrons un peuple comme les autres. Si nous cessons d’être le peuple de la Bible, ils n’ont plus aucune raison d’être véritablement inquiets de notre retour, puisque nous ne sommes plus le peuple juif.

Au contraire, cela confirme qu’ils sont eux le « nouvel Israël ».

Sans le vouloir vraiment, le sionisme est l’allié principal de l’Eglise dans sa volonté de faire disparaître le peuple juif biblique.

Une fois de plus, notre Guéoula est bien cachée et les Nations tombent dans le piège et ne s’opposent plus vraiment à notre retour.

Ce point nécessite de très nombreux éclaircissements, car malgré tout, les Nations sont conscientes de ce qui se passe et font tout pour détruire l’Etat d’Israël. Cependant les choses auraient été pires encore s’il avait été clair que nous vivons le retour promis par les prophètes.

L’Islam, lui aussi, redoute plus que tout le retour biblique d’Israël et pour l’instant, il se rassure encore en espérant que nous ne sommes que des envoyés du diable occidental.

Ce n’est pas la dimension juive de notre retour qui effraie l’Islam pour l’instant, mais sa dimension occidentale. Eux aussi sont aveuglés par le voile et personne ne voit vraiment ce que signifie notre retour sur notre terre. Il ne faut donc absolument pas paniquer devant les nombreux voiles qui ne cessent d’obscurcir notre retour.

Les derniers événements dans le Gouch Katif font malheureusement partie de l’inévitable processus de la Guéoula où tout se voile au point de faire douter les plus solides d’entre nous.

Mais attention !! Plus le voile s’épaissit et plus il cache une lumière prodigieuse qui finalement se dévoilera.

Et alors, lorsque plus personne ne pourra plus s’opposer à notre Guéoula, Dieu déchirera le voile et tous verront que toutes les prophéties bibliques se sont réalisées.

Rav Dynovisz
Le groupe Hai (le club des vivants) est le fer de lance du site
Notre révolution a besoin de forces, vos dons sont notre oxygène.
Kaatei Mar- Rav Haim Dynovisz
Yossi Ben Yoezer 15
Jerusalem, 93600

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email