SHARE
On parle beaucoup du Messie, du ‘Machiah’, comme d’une évidence mais rappelons que le terme Machiah exprimé dans la Torah écrite concerne l’onction du Cohen.

Par Patrick Aknine.

Machiah veut donc dire oint selon la traduction littérale en français, messie ou en grec, christ.

La future chrétienté va se construire autour d’un Messie sauveur – libérateur ayant le pouvoir de transformer le monde en bien, évidemment.

psaumes et mashiahRappelons cependant que les premières synagogues étaient séparées en leurs milieux, non pas pour séparer les femmes des hommes, mais bien pour distinguer ceux qui pensaient que Jésus (rabbi Ychou ha notsri) était le Machiah et que donc le monde était en train de changer, et ceux qui pensaient que Jésus ne remplissait pas les conditions nécessaires pour être reconnu comme le Messie.

A présent un peu d’histoire…

C’est durant l’exil babylonien que les Enfants d’Israël démoralisés par la perte du 1er Temple commencent à espérer en un futur maître de justice qui les sauvera de l’exil et les ramènera en Israël.

Plus tard, durant la Pax Romana avec Israël qui durera 97 ans, les Cohanim se pervertissent et un individualisme forcené se répand dans le peuple. Les Juifs mangent comme les Romains, s’habillent comme eux, bref essayent de devenir résolument romains.

A cette époque quelques groupes se forment, les Esséniens, les Pharisiens et d’autres et chacun à sa manière s’oppose à cette assimilation. Désormais, on ne parle plus de maître de justice mais de Messie, sauveur et libérateur. Nos maîtres construisent alors une doxa messianique.

Il faut remonter à Loth, le neveu d’Abraham qui se retrouve veuf avec ses deux filles juste après la destruction par le souffre et le feu de cinq villes de la région de Sodome. Estimant qu’ils sont les seuls survivants de l’humanité, ses deux filles saoulent leur père et tombent enceintes. De ces unions naîtront deux garçons, Amon et Moab, qui formeront deux peuples distincts, les Ammonites et les Moabites.

Beaucoup plus tard, une femme moabite se convertira au Judaïsme et se nommera Ruth. De Ruth naîtra plus tard, le roi David. Aujourd’hui tout le monde attend le Messie, fils et descendant du Roi David.

Le sauveur, le rédempteur

Rappelons tout de même que le roi David, ayant vu Batcheva (Bethsabée) nue, sortant du bain rituel, fit tuer son mari et l’épousa. De cette union naîtra une descendance messianique.

On se plait toujours à qualifier les principaux personnages de notre histoire de Justes, de Grands de la Torah, bref de références incontournables. J’ai voulu, de façon très résumée, rappeler l’origine difficile du Messie avec une succession d’incestes, de conversions, de meurtres etc.…

Mais si l’on se trompait et que le Messie ne serait pas vraiment ce à quoi tout le monde s’attend.

Ce résumé historique démontre que le respect des commandements divins n’a pas du tout été appliqué. Aussi gardons-nous de toute prétention à être gardien de ces commandements divins et de mépriser ceux qui le sont moins.

En effet, nous assistons à une sectarisation de la société israélienne entre religieux cacher, religieux, religieux badats, religieux mehoudar, laïc, athée. Notre unique force repose sur l’unité quelles que soient nos croyances ou degré d’application des commandements divins. Et enfin souvenons-nous que Moïse quelles que soit les fautes des Hébreux fut toujours l’avocat indéfectible des enfants d’Israël. Il est important et naturel que chacun d’entre nous se fasse l’avocat des Enfants d’Israël.

Ye’hezkel dans une vision prophétique nous aide à comprendre que l’unité du peuple d’Israël est primordiale (Ye’hezkel 37.15/37.28).

A la mort de Salomon, son fils Re’havam lui succède et le peuple lui demande d’alléger les impôts. Re’havam, malgré ses conseillers, ne baisse pas les impôts ce qui provoquera le schisme du royaume d’Israël.

Deux tribus resteront fidèles à Re’havam, Yéhouda et Binyamine (descendants de David, donc de Yéhouda) les autres tribus choisissant comme roi, Yarov am Ben Nevat, qui était de la tribu d’Ephraïm, donc un descendant de Joseph, Yossef.

Le Royaume des 10 tribus fut dispersé par San’heriv, roi d’Achour. Le Royaume du sud fut dispersé par Nabuchodonosor, roi de Babel. Cette prophétie fait suite à une autre vision célèbre, celle des ossements desséchés. D… révèle à Ye’hezkel, lors de cette vision, la résurrection des morts au cours de laquelle les squelettes retrouvent leurs formes charnelles avant d’être à nouveau animés d’un souffle divin.

D… lui ordonne alors de prendre deux bâtons et d’écrire sur le premier « pour Yéhouda et pour les enfants d’Israël, ses amis » et sur le second « pour Yossef, le bois d’Efraïm et toute la maison d’Israël, ses amis ». Il devra les rapprocher jusqu’à ne former qu’un seul bâton et ainsi les enfants d’Israël comprendront le symbole de le réunification. D… dira « Voilà que je retirerai les enfants d’Israël de parmi les Nations dans lesquelles ils sont allés. Je les rassemblerai et les ramènerai vers leur terre. J’en ferai un seul peuple sur la terre, dans les monts d’Israël et un seul roi régnera sur eux » …

Remarquons en premier lieu que Ye’hezkel reçoit l’ordre d’écrire le bâton de Yéhouda avant celui de Yossef. Nos maîtres pourtant nous enseignent que le Messie issu de Yossef précédera celui de Yéhouda. Cela car après le destruction du 1er Temple, la maison de David rentra en Israël avant les autres tribus.

Plus tard le 2ème Temple sera détruit par les Romains et alors commencera le long exil dans lequel nous nous trouvons encore. La restauration de la monarchie aura lieu à la fin de cet exil sera à l’initiative de Yossef. Le Messie, fils de Yossef, ramènera les dix tribus du nord éga­rées. Ce rassemblement est symbolisé par le deuxième bâton.

Seulement à ce moment, le Messie fils de David régnera sur “Israël réunifié”.

http://israelmagazine.co.il/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2015/Terre Promise



Print Friendly, PDF & Email