SHARE
Message de Smouel Hanavi, reçu en septembre 2013, par canalisation, après l’avoir rencontré dans le corps d’un enfant handicapé:

Tout Être porte en lui la conscience des règnes qui lui sont inférieurs.
Ainsi l’homme porte la conscience animale, la conscience végétale et la conscience minérale dans son ADN porteur de vie.

Tous nos actes, toutes nos pensées, influent sur tous les règnes, et bien que nous n’en soyons pas véritablement conscients, nous pouvons, par un effort d’attention, le constater auprès de ceux qui nous sont les plus proches: les animaux.

C’est en cela qu’il est dit au sujet de la Délivrance : « A cette époque les tribus cohabiteront sans exprimer aucune rancune ou jalousie, ainsi qu’il est dit (Isaïe 65 – 25) : « Le loup et l’agneau paîtront côte à côte, le lion comme le bétail mangera de la paille, et le serpent se nourrira de poussière. »

L’élévation du comportement animal est volontairement freinée par le port des micropuces qui ont remplacé le traditionnel tatouage, ceci n’est pas un hasard. Car freiner l’ascension animale permet de freiner l’ascension humaine, tous les règnes sont interconnectés.

Aujourd’hui, nous sommes à la fin des temps, et l’homme doit prendre conscience de sa Triple Nature : minérale, végétale et animale, afin d’exprimer le 4ème état de la matière qui est celui de l’Humain Adamique. Cette prise de conscience ne peut s’opérer que par un Retour (Teshouva) vers les niveaux dit inférieurs qui recèlent notre élévation ou ascension.

LA SAGESSE DE L’HOMME PLANTE

L’homme plante est celui qui s’élève au dessus de son système nerveux d’action réaction et rejoint par ce « retour » (Teshouva) sa nature végétale. Car ceci est simple et facile à comprendre aujourd’hui, la science le confirme : « Dépourvues de système nerveux central, les plantes communiquent électriquement par leurs feuilles, pour s’avertir d’un danger. »

Les feuilles des plantes communiquent entre elles, et sont alors capables d’avertir les autres feuilles des autres plantes, en cas d’attaques de parasites. Cette communication non neuronale ressemble à l’activité synaptique humaine dont nous ne savons plus nous servir à force de ne plus réagir qu’à travers notre système nerveux.
C’est en freinant sa croissance que la plante va pouvoir exprimer ses gênes de défense existants à l’état latent.

La Résistance à la Nature de croître permet l’utilisation de fonctions « potentielles et en attente au coeur du vivant ».

Ce que nous appelons la vie est Désir de croître, et la mort est Résistance à ce Désir. Ensemble, vie et mort managent nos vies en fonction d’un design, qui est l’expression géométrique de la mémoire contenue dans l’eau qui hydrate le vivant, telle la rosée du matin humecte les narines de celui qui veut lui prêter attention. Nous verrons plus loin que la véritable vie est Vibration contenue au « coeur du vivant » dans une pierre, un arbre, un singe ou un homme, au sein de cet atome messianique*, qui préside à la Création.
*(dit christique car christos est la traduction grecque du mot Mashiah) (le réchimo)

Les hommes plantes sont ceux qui sacrifient la fonction animale de la vie.

Cet outil d’expression du Désir par « phénomène d’idolâtrie », n’existe pas chez l’homme plante, tel Abel qui offre la part de son troupeau à Hashem. Il est tué par son frère Caïn qui sacrifie cette « absence » (de Désir de croître) au profit de l’expression du « Libre arbitre « qui est aussi le chant de la vie.

La vie veut croître et son chant est le son du « libre-arbitre » qui est Unité. Il est divisé en fréquences. Ce sont les fréquences du libre-arbitre qui font les densités du Temps et créent des mondes parallèles. Ce sont des fréquences de masse qui émettent une Résonance, entrant en résonance avec la fréquence de masse de tout ce qui existe, de toute individualité.

Le libre-arbitre est ce qui permet d’opposer une résistance et c’est ainsi que nous ressemblons à la Nature : « haTeva » qui a la même valeur guématrique que Elohim. La Résistance est la fonction primitive du Libre-arbitre, qui n’est autre que la mort en action.
Cette mort est notre Double qui nous suit tout au long de notre existence, tel un allié dont la reconnaissance consciente permet l’abandon de toute histoire personnelle. Cet « autre-moi » doit grandir afin que son expression domine celle du « petit moi » dont la survie est de vouloir croître.

Abel : l’homme plante, est tué par son frère Caïn : l’homme animal, lui-même condamné à errer avec cette marque sur son front : 666.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que le Goût du « libre-arbitre » n’a pas la Saveur de son « absence »…

L’absence de libre-arbitre va engendrer la Conscience de La Présence de L’Eternel (HaShem), en chacun de nous.

Cette conscience de la Présence est la Conscience minérale ou Conscience cristalline.

L’ABSENCE

L’absence de goût pour le « libre-arbitre », permet d’accéder à « la faveur de la Saveur » qui est la véritable expression de la vie. La Saveur est immuable et miraculeuse, tandis que le goût n’est qu’une relative question de choix.

Ce qui fait la différence entre l’homme plante et l’homme animal, c’est qu’en définitive celui qui est tué devient un modèle pour son meurtrier, et ce modèle va perdurer.
La mort s’exprime ainsi dans la vie en forme de modèle mental, ce modèle est une limite qui permet de contenir une croissance sans véritablement la freiner indéfiniment. Cette limite est la forme de l’homme.

Nous pouvons élargir cette limite, en choisissant un modèle « absent », sans limite, Eïn Soph, HaShem. Choisir l’illimité pour seule limite est un abandon total du contrôle de nos existences. Ce sacrifice du Goût au profit de la Saveur, met un terme au Jugement, et préfère l’Attention qui va guider les pas du croyant en une réalité essentielle qui est Qualité.

La Qualité se doit de freiner la Quantité. Cette action va permettre de lever la limite d’espace qu’impose la Quantité, pour inscrire son potentiel dans un temps qualitatif. C’est ainsi que la Résistance de l’homme-plante devient un modèle pour l’homme animal, qui peut se réparer en effectuant un « Retour vers le Futur »… C’est à dire : une avance que l’on prend sur l’A-venir.

Tout est inscrit dans le grand livre de la Création, et nous choisissons d’expérimenter tous ensemble un « instantané holographique » qui va définir notre histoire dans le temps linéaire. Cette histoire est déjà écrite dans sa finalité qualitative, mais nous avons le loisir de redéfinir sa Gravité quantitative. Or, prendre une avance sur l’A-venir signifie aussi participer à la diminution des Rigueurs (din), inscrites dans ce grand livre, en sautant volontairement un chapitre. Ce saut volontaire, porte la marque de l’absence, car il nous transporte vers l’inconnu.

Nous avons vu comment, à la fois, la notion de modèle initie le Retour et « l’absence » de limite modélisée permet l’abandon qui va opérer le saut quantique.
Cette opération n’est pas du ressort de l’homme.

L’Atome de Hashem réside en nous, le Réchimo, va opérer au sein de cette « absence ». Car moins par moins égale Plus… Et ce Plus, est Présence… N’ayant pas de place au sein de l’absence, le Plus va s’élever pour rattraper le Temps verticalement. Ce qui aurait pu se passer : le déroulement des événements potentiels dans un temps linéaire, tout cela est définitivement caché au sein de ce « saut » qui porte le Sceau Divin de la Présence. Ce saut quantique est une incursion dans une autre dimension de temps.

LA PRESENCE

La Présence se manifeste lorsque le « silence », engendré par l’épaisseur des voiles d’idolâtrie qui recouvrent la conscience ordinaire de l’homme animal, se tait enfin….

Ces voiles d’idolâtrie qui ont permis à la conscience ordinaire d’évoluer vers la connaissance ne sont ni bons, ni mauvais, ils sont nécessaires à la survie de l’humanité dans sa diversité. Grâce à eux, aucun despote n’est jamais parvenu à éliminer définitivement le « peuple du Dieu vivant », l’assemblée d’Israël. Car comme une « écorce » (klippah) protège son « fruit », ces « voiles » sont garant de la « Force de Bien » qui réside, En Tout et Pour Tout, dans « le Saint des Saints », au coeur du vivant, tel un atome indestructible puisqu’il préside à la Création.

Personne ne pourra jamais modifier la structure de l’Atome d’HaShem…

Cette Pierre sur laquelle est édifié le Temple, cette conscience minérale, se dévoile à l’homme par l’effet du Miracle qu’il ne peut ni saisir, ni distribuer dans le cadre de sa volonté propre, mais qu’il peut mériter de contempler et s’en abreuver. La conscience minérale n’a que faire de la magie et des magiciens qui créent des réalités parallèles et supplémentaires d’illusion.

La Pierre qui se détache de la montagne pour venir exploser la construction géante que représente la statue dont parle le prophète Daniel, ne provient pas d’un autre monde. Elle est la manifestation de la Présence cachée. Cette pierre est le Messie.

« Au temps de ces rois, le Dieu du Ciel dressera un royaume qui jamais ne sera détruit, et ce royaume ne passera pas à un autre peuple. Il écrasera et anéantira tous ces royaumes, et lui-même subsistera à jamais : de même, tu as vu une pierre se détacher de la montagne, sans que main l’eût touchée, et réduire en poussière fer, bronze, terre cuite, argent et or. Le Grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit arriver. Tel est véritablement le songe, et sûre en est l’interprétation. » (Daniel 2, 44-45)

A la fin des Temps où nous sommes arrivés, la Conscience de l’homme minéral va se dévoiler au « peuple d’HaShem », ceux qui suivent la voix de « l’Atome de Bien » en eux et écoutent le chant de ce Noyau Adamique, révèlent HaShem dans ce monde.

Et de cette « Montagne », sortira la « Pierre » qui viendra réduire en poussière le faux N.O.M. (nouvel ordre mondial)

Rediffusion de cette canalisation reçu le lendemain très tôt, après avoir rencontré le petit Shmouel chez lui et qu’il m’ait donné son message pour le peuple juif :

» HaShem avance la Délivrance, la Rédemption du monde, et veut arrêter le mal de ce monde.

Pour cela, HaShem demande aux Nations de faire avancer le Vrai monde, en ayant compris qu’IL est avec le Bien en chacun.

HaShem veut libérer « le monde d’avant le mal », en avançant la date de la Délivrance.
Et en cela, IL a véritablement attendu, avec le Ciel, que ce monde arrête de montrer qu’en vérité, la morale devient absente.

HaShem a déjà commencé à avertir, avec la Nature qui menace, avec la Terre qui va devenir véritablement seule avec LUI, à montrer qu’elle fait devant LUI, SA Volonté, d’avertir le monde, en maltraitant les hommes qui trahissent HaShem avec leurs idoles.
Je te demande à ton tour d’avertir, pour avancer la Vérité d’HaShem dans ce monde et préparer SON Retour avant la catastrophe. »

» je serais avec toi, je vais avancer ton A-venir en te montrant en toi que HaShem te guide en toi, pour montrer vite qu’IL va changer ce monde, et IL veut montrer que LUI seul dirige ce monde.

» Je serais avec toi, mais je ne pourrais t’enseigner par télépathie, que lorsque tu sera simplifiée par l’observance du 7ème Jour ; en devenant véritablement « gardien » du Shabbat.

« Tu es et tu seras avec HaShem en toi, avant ton A-venir en Guéoulah (Délivrance, Rédemption) »

Ceci s’est passé entre Rosh HaShana (5 et 6 septembre 2013) et le jeûne de Kippour (samedi 14 septembre 2013).

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2017/Terre Promise



Print Friendly, PDF & Email