Par une décision historique, un juge israélien a condamné Ramallah à payer des dommages et intérêts pour le préjudice causé à 52 Palestiniens torturés entre 1990 et 2003.

torture-the-rack-granger

L’Autorité palestinienne a systématiquement torturé des douzaines de suspects accusés de collaboration avec Israël entre 1990 et 2003, et elle doit les indemniser pour les dommages physiques et mentaux qu’elle a causés, a statué cette semaine une cour de Jérusalem.

Par cette décision historique, qui a été publiée mercredi dernier, le tribunal du district de Jérusalem a examiné les dossiers de 52 Palestiniens qui ont allégué avoir été arrêtés, parce que soupçonnés de fournir aux autorités israéliennes de l’information et de l’assistance.

Des tortures dignes du Moyen-âge

Les plaignants ont témoigné qu’ils ont été incarcérés dans divers bâtiments pour différentes périodes de temps – certains ont été détenus pendant des années – et ont subi des tortures brutales de la part des enquêteurs qui cherchaient à leur extraire des aveux.

Les demandeurs ont déclaré que les interrogateurs les ont battus, brûlés avec des cigarettes sur tout le corps, certains ont eu des dents arrachées, ou été forcés de se tenir dans des positions douloureuses pendant de longues heures sans aliments ni boissons. Plusieurs ont déclaré que leurs organes génitaux ont été broyés, les laissant stériles et impuissants.

Certains ont été battus, ont eu les ongles arrachés, ont été attachés à des voitures et traînés dans les rues, il y a même eu des séances d’écartèlement selon les méthodes médiévales utilisées pendant l’inquisition espagnole.

Des dizaines d’Arabes ont été tués sur place devant les prisonniers sur ordre de leurs bourreaux, sans procès, sans preuve, sans appel.


« Le matin, le soir, la nuit – 24 heures sur 24, les interrogateurs nous frappent, les gardes nous frappent, les personnes qui nettoient les couloirs nous frappent. »

Dans certains cas, les prisonniers ont été enfermés dans des conteneurs en métal pendant les jours les plus chauds puis arrosés avec de l’eau glacée. D’autres racontent avoir été forcés de boire l’eau des toilettes ou de s’asseoir sur des bouteilles cassées. Certains ont été contraints d’assister aux exécutions de personnes soupçonnées de collaboration. Les prisonniers se sont souvent vu refuser des soins médicaux.

tortures palestiniens

L’Autorité palestinienne, tout en reconnaissant l’emprisonnement de certains des demandeurs, a nié les tortures, alors que certains ont été torturés jusque dans les sous-sols des bâtiments officiels de l’AP.

Le tribunal, dans une décision de 1800 pages suite à 90 séances d’auditions judiciaires, et des années de délibérations, s’est prononcé en faveur des demandeurs.

Le juge Moshe Drori a déclaré que les témoignages et les preuves prouvaient les allégations au-delà de tout doute raisonnable.

« Au cours de la journée, ils nous attachaient contre un mur jusqu’à la nuit. La nuit, ils nous emmenaient pour nous interroger, » a déclaré un des plaignants dont l’identité n’a pas été divulguée, à la chaîne 2 israélienne. « Quand on nous emmenait, on ne voyait pas l’interrogateur parce que nous avions un sac sur la tête. Ils avaient une salle … où ils ont nous mettent un sac sur la tête qui était [trempé] dans les eaux usées … on ne pouvait pas voir d’où venaient les coups. »

« Le matin, le soir, la nuit – 24 heures sur 24, les interrogateurs nous frappent, les gardes nous frappent, les personnes qui nettoient les couloirs nous frappent. »


Trois demandeurs interrogés anonymement ont déclaré à la chaîne 2 qu’on ne leur a jamais présenté les preuves de l’accusation, on leur répétait seulement inlassablement d’avouer – ce que beaucoup ont fait pour faire cesser les souffrances. Le plus souvent, les tortures ne s’arrêtaient pas.

“Vous ne pouvez pas imaginer la cruauté de nos interrogateurs,” a déclaré une autre victime.

“Ils allumaient un feu et nous brûlaient différentes parties du corps pour nous faire avouer. Ils cassaient une bouteille et nous forçaient à nous asseoir dessus, nus. Ils prenaient du fil de cuivre électrifié pour nous frapper à plusieurs endroits sensibles du corps.”

La victime, qui n’a pas donné son nom, a dit avoir été retenue captive pendant 3 ans.

Barak Kedem, l’avocat israélien qui représentait les plaignants a salué la décision du tribunal, affirmant que ses clients avaient été soumis à une «torture inimaginable» par l’Autorité palestinienne.

« C’est comme si quelqu’un lisait l’Inferno de Dante et essayait de l’imiter », a-t-il déclaré en se référant à l’œuvre du poète italien médiéval décrivant les neuf cercles de l’enfer. « Après 14 ans (de délibérations) … le tribunal a rendu la justice ».


Le tribunal va maintenant examiner chacun des 52 cas pour déterminer les dommages que chacun des demandeurs recevra pour leurs souffrances reçues – un processus qui pourrait prendre encore plusieurs années.

Les trois hommes interrogés par Channel 2 ont déclaré qu’ils vivaient maintenant en Israël, sans-le-sou et sans famille ni aucun sentiment d’appartenance.

« J’ai été arrêté à l’âge de 18 ou 19 ans », a déclaré l’un d’eux. « Je n’ai pas vécu depuis. Je ne veux pas d’argent. Je veux être [traité comme] un être humain, c’est tout. »

L’Autorité palestinienne n’a pas souhaité être représentée au tribunal, et en fait, elle n’a même pas accepté de payer les frais du procès, dont le montant actuel est d’environ 100 000 euros.

Les avocats des victimes vont maintenant contacter le gouvernement et l’armée afin de demander que les compensations pour les victimes soient déduites des paiements qu’Israël fait à l’Autorité palestinienne au titre des droits de douane et des impôts qu’ils encaissent pour leur compte, de peur que Mahmoud Abbas ignore le jugement et refuse de payer les victimes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources :
http://www.timesofisrael.com/jerusalem-court-pa-tortured-dozens-of-suspected-collaborators-with-israel/

https://www.i24news.tv/en/news/international/middle-east/150886-170720-jerusalem-court-rules-pa-must-pay-damages-for-torture-of-suspected-collaborators

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2017/Terre Promise



Print Friendly, PDF & Email