SHARE

Qu’est-ce que Nathan Strauss, Natanya et le Titanic ont tous en commun?

Une Hachga’ha Pratit (Providence Divine) et un amour pour le peuple et la terre d’Israël.

Au début du vingtième siècle, deux des hommes les plus riches et célèbres d’Amérique étaient deux frères juifs nommés Nathan et Isidor Strauss. Propriétaires du R.H. Macy’s Department Store et fondateurs de la chaîne A & S (Abraham & Strauss), les frères étaient des multimillionnaires, réputés pour leur philanthropie et leur militantisme social.

Nathan et Isidor Strauss.
Nathan et Isidor Strauss.

En 1912, les frères et leurs femmes voyagent en Europe, quand Nathan, le sioniste le plus ardent des deux, a déclaré un jour avec impulsivité : « Pourquoi ne pas passer par Israël ? ».

A cette époque, Israël n’était pas un pays touristique comme il l’est aujourd’hui. Sa population était ravagée par la maladie, la famine et la pauvreté, mais Nathan et Isidor avaient un fort sentiment de solidarité envers leurs frères moins fortunés, et voulaient aussi voir les centres de santé et d’aide sociale auxquels ils avaient fait dons de millions de dollars.

Cependant, après une semaine de visites, Isidor Strauss en avait eu assez : « Combien de chameaux, de chantiers et de Yéchiva peux-tu encore aller voir ? Il est temps de partir », déclara-t-il à son frère avec une impatience nerveuse dans sa voix. Mais Nathan refusa de tenir compte du commandement impérieux de son frère. Il était conscient des difficultés et des conditions de vies de ce pays, et voulait donc y rester.

Après cette semaine d’immersion dans le pays, il réalisa les immenses défis auxquels ses frères juifs devaient faire face, et se senti responsable d’eux. « Nous ne pouvons pas partir maintenant !, protesta-t-il. Regarde tout le travail qui doit être fait ici. Nous devons aider. Nous avons les moyens d’aider. Nous ne pouvons pas tourner le dos à notre peuple. »

« Alors, nous enverrons plus d’argent, rétorqua son frère. Je veux juste partir de là. »

Mais Nathan ressentait que l’argent n’était pas suffisant. Il ressentait que les Juifs qui vivaient dans de si terribles circonstances en Israël avaient besoin de la présence de leurs frères : leur initiative, leur leadership et leurs idées. Isidor n’était pas d’accord.

Ils retournèrent la question dans tous les sens, et, finalement, Isidor déclara : « Si vous insistez, restez ici. Ida et moi retournons en Amérique, pays auquel nous appartenons », et les deux frères se séparèrent. Isidor et sa femme retournèrent en Europe, alors que Nathan et son épouse restèrent en Israël, voyagèrent dans le pays, et firent dons d’énormes sommes d’argent aux institutions d’éducation, de santé et de protection sociale pour les personnes nécessiteuses.

Pendant ce temps, de retour en Europe, Isidor Strauss se préparait à rentrer chez lui en Amérique à bord d’un paquebot pour lequel il avait aussi fait des réservations pour son frère, Nathan et sa femme. « Vous devez quitter Israël immédiatement, écrit-il en urgence dans un télégramme à son frère. J’ai fait des réservations pour vous, et, si vous n’arrivez pas ici très vite, vous manquerez le bateau. »

Nathan décida de rejoindre son frère pour retourner en Amérique, mais, alors qu’il visitait une institution de soupe populaire à Jérusalem, il tomba et se cassa la jambe, ce qui retarda son départ pour l’Angleterre.

Il arrive à Londres le 12 avril, mais le paquebot à déjà quitté le port de Southampton depuis deux jours, avec, à bord, son frère Isidor et sa belle-sœur Ida. Nathan était inconsolable, il avait raté le départ, comme l’en avait mis en garde son frère.

En effet, il ne s’agissait pas d’une expédition ordinaire, d’une croisière quotidienne courante qu’il avait perdue, mais du voyage inaugural du navire le plus célèbre du siècle. C’était le Titanic.

Nathan est effondré, accablé de chagrin par le deuil de son frère et sa belle-sœur, il ne pouvait se défaire du sentiment qu’il avait eu un rendez-vous avec l’Histoire.

Ce sentiment qu’il avait d’avoir été épargné par une intervention divine n’a pas quitté sa conscience pour le reste de sa vie. Il a poursuivi ses activités philanthropiques jusqu’au jour de sa mort, en 1931, avec une intensité inégalée dans le temps, et a consacré les deux tiers de sa fortune à aider les juifs d’Israël.

Parmi ses actions, il finance le développement d’une toute nouvelle ville sur les rives de la Méditerranée. Puisque son nom était Nathan et qu’il était le principal donateur de la ville, les fondateurs l’ont nommé après lui et l’ont appelé … Natanya, qui signifie aussi « Don de D.ieu ».

Aujourd’hui, Natanya est une station balnéaire pittoresque de 200 000 habitants, et un des sièges du commerce florissant en Israël, le diamant.

L’équipe Torah-Box en profite d’ailleurs pour saluer ses milliers de membres présents dans cette ville. Dans presque toutes les parties de la ville, il y a un petit rappel de la générosité de Nathan Strauss, de son humanité, et de son amour pour son peuple. Son héritage vit.

http://www.torah-box.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2017/Terre Promise



Print Friendly, PDF & Email