SHARE
Dans le cadre de la série sur les scientifiques juifs, après les scientifiques du 19ème siècle, et l’article consacré à Einstein, j’évoque dans cet article les principaux scientifiques juifs du début du 20ème siècle.

Emmy Noether (1882-1935)

emmy-noether

Mathématicienne allemande, spécialiste d’algèbre et aussi de physique théorique. Elle est décrite par Albert Einstein comme le génie mathématique créatif le plus considérable depuis que les femmes ont eu accès aux études supérieures.

En 1933, chassée par les nazis, elle émigre aux États-Unis où elle meurt à l’âge de 53 ans, quatre jours après l’opération d’un kyste.

En 1935, Norbert Wiener lui rend cet hommage : « La plus grande femme scientifique tous domaines confondus et une savante du même niveau au moins que Mme Curie. »

Niels Bohr (1885-1962)

niels-bohr

Physicien danois, juif par sa mère, Ellen Adler, c’est un pionnier de la mécanique quantique, ce qui lui valut le prix Nobel en 1922.

Parmi ses étudiants, on compte Werner Heisenberg, qui n’est pas juif (prix Nobel en 1932) et qui sera responsable d’un projet de bombe atomique allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, et Wolfgang Pauli, prix Nobel en 1945, considéré par Einstein comme l’un des plus grands espoirs de la physique.

Le fait que Pauli s’est converti au christianisme n’a rien changé pour les nazis, qui considéraient qu’il était resté juif.

Einstein voyait en lui son successeur intellectuel. Pauli et Bohr sont partis aux États-Unis, mais le premier, citoyen autrichien, n’a pas pu participer au projet Manhattan de mise au point de la bombe atomique, alors que Bohr, s’étant échappé du Danemark en 1943, a pu y travailler.

Lors d’un débat, Niels Bohr se disputait avec Einstein à propos de la réalité de la physique quantique. A un moment, Einstein, excédé, lui jeta : « Dieu ne joue pas aux dés ! », ce à quoi Bohr répondit : « Qui êtes-vous, Einstein, pour dire à Dieu ce qu’il doit faire ! »

L’histoire de la mesure de la hauteur d’un immeuble, attribuée à Bohr, est une caricature des savants qui se prennent au sérieux, au lieu de rester simple, et qui amuse les scientifiques depuis un siècle : comment déterminer cette hauteur à l’aide d’un baromètre à mercure ?

La méthode évidente consiste à appliquer les résultats de Torricelli sur le baromètre à mercure, trouvés en 1644 : on mesure la hauteur du mercure en haut et en bas de l’immeuble.

Les autres méthodes, utilisant effectivement un baromètre, relèvent du canular.

  1. On jette le baromètre depuis le toit, et on chronomètre la durée de la chute. Les lois de la gravitation permettent d’en déduire la distance parcourue.
  2. Une deuxième méthode consiste à attacher le baromètre à une corde, de le laisser descendre jusqu’au sol et de le remonter. Il n’y a plus qu’à mesurer la corde.
  3. On place le baromètre sur le toit un jour ensoleillé. On compare la longueur de son ombre à celle de l’immeuble. Il suffit donc de connaître la hauteur du baromètre.
  4. On peut monter le long de l’immeuble et marquer des repères correspondants à la hauteur du baromètre. Il reste à compter les repères.
  5. On attache le baromètre à une corde et on le balance comme un pendule. On mesure la période des oscillations.
  6. Cette méthode est très pragmatique : on rencontre le gardien de l’immeuble et on échange le baromètre contre le renseignement demandé.

Bien entendu, toutes ces méthodes sont valables, mais seule la dernière utilise la spécificité du baromètre. Dans les autres cas, tout morceau de bois de 80 cm ferait l’affaire.

Après la Seconde Guerre mondiale, il retourne à Copenhague accueilli en héros, en reconnaissance de son génie et de ses qualités humaines. Il milite pour une utilisation pacifique de l’énergie nucléaire. Il participé à la création du CERN (Centre européen pour la recherche nucléaire) à Lucerne.

Paul Lévy (1886-1971)

paul-levy

Mathématicien français. Reçu premier à l’École normale supérieure et deuxième à Polytechnique, il choisit cette dernière. Il y a été professeur pendant quarante ans, sauf pendant les années de guerre, où il a dû se cacher.

Il est parmi les fondateurs de la théorie moderne des probabilités, commencée par Pascal au XVIIème siècle.

Sa fille Marie-Hélène a épousé le mathématicien Laurent Schwartz, évoqué dans le prochain article .

Norbert Wiener (1894-1964)

norbert_wiener

Mathématicien américain mort à Stockholm. Fondateur de la cybernétique, étude des processus de commande et de télécommunication.

Enfant prodige, il a su lire à un an et demi. En 1945, il a failli renoncer à la recherche scientifique, faute de pouvoir contrôler les usages qui en étaient faits. Cependant, il a travaillé sur la DCA.

Leo Szilard (1898-1964)

leo-szilard

Physicien hongrois, naturalisé américain. Il s’intéressa à la biologie moléculaire, à la base de la pharmacie actuelle.

Il a fait des prédictions étonnantes : enfant, il avait prévu la Première Guerre mondiale. Il avait pressenti que les nazis contrôleraient l’Europe entière.

A l’hôtel, il avait l’habitude de tenir sa valise prête, et disait qu’il fallait savoir prendre le train le bon jour. Il a quitté Vienne le jour de l’incendie du Reichtag, conscient du danger.

En 1930, il a mis au point avec Einstein un réfrigérateur à absorption.

En 1939, sachant que les nazis travaillaient sur les armes nucléaires, il a incité Einstein à écrire la célèbre lettre au président Roosevelt pour fabriquer la bombe atomique.

Il a fait une carrière politique peu connue, mais il est l’instigateur du téléphone rouge.

Martine Ménard

https://hakeshet.wordpress.com
martine-mc3a9nart1

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2017/Terre Promise



Print Friendly, PDF & Email