SHARE

Un documentaire indispensable pour comprendre pourquoi une partie de la gauche française a collaboré pendant la Seconde guerre mondiale. Le téléspectateur n’est pas au bout de ses surprises.

Quel est le point commun entre Jacques Doriot, Marcel Déat, Charles Spinasse, Jean Luchaire ou Marc Augier ? Avant de faire le grand écart et de choisir la collaboration avec l’Allemagne nazie, ils ont été des figures de la gauche de l’entre-deux-guerres, pacifistes, communistes ou socialistes.

Après la défaite de 1940, beaucoup d’hommes de gauche se fourvoient dans la collaboration par pacifisme et anticommunisme.

Les plus modérés soutiennent la politique de collaboration de Vichy, comme l’ancien ministre du Front populaire Charles Spinasse.

Mais c’est à Paris que se regroupent les partisans les plus durs de l’Allemagne.

Deux grands partis à la solde des Allemands émergent : le premier est le PPF de l’ex-communiste Jacques Doriot, le second celui du néo-socialiste Marcel Déat. A la Libération, les collabos sont traqués et jugés. Ou se font oublier. P

ascal Ory, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Olivier Wieviorka, historien et enseignant-chercheur à l’Ecole Normale supérieure de Cachan et Simon Epstein, professeur et chercheur à l’université hébraïque de Jérusalem, évoquent la question.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2017/Terre Promise



Print Friendly, PDF & Email