SHARE
Parmi les Juifs qui fuient l’Espagne pour cause de persécutions, un certain nombre choisissent le Portugal, pays voisin, sans frontière naturelle, très aisément accessible.

En 1492, année de l’édit d’expulsion (décret de l’Alhambra), le Portugal reste une terre d’accueil.

Ce pays n’avait pas eu de Vincente Ferrer, un prédicateur qui, dès 1391, avait commencé à porter gravement préjudice aux communautés juives d’Espagne.

83966063_o

A ce propos, nombreux sont ceux qui s’imaginent que les Juifs d’Espagne ont quitté le pays massivement, en 1492, alors que ce processus avait été initié presqu’un siècle auparavant avec, il est vrai, des périodes de répit.

Tout a commencé en 1399

Saint Vincent Ferrier, prêcheur de l’Apocalypse, d’après Hervé Ryssen – Histoire de l’antisémitisme (2010)

Vincent Ferrier (ou Ferrer) était un moine dominicain, originaire de Valence, qui avait refusé une situation élevée à la cour papale d’Avignon pour parcourir l’Europe pieds nus, en simple moine flagellant.

Pendant 20 ans, de 1399 à sa mort, il parcourut l’Espagne, l’Italie, la Suisse, [la France], et alla même jusqu’en Ecosse.

Il était connu pour l’austérité de ses mœurs, son mépris pour les richesses et son humilité. Il était souvent accompagné d’une quantité impressionnante de disciples, au point qu’il devait prêcher dans de grands espaces extérieurs pour pouvoir être entendu de toute la foule.

Plein de fougue, éloquent, d’une voix chaude et vibrante, il savait remuer les masses. Qu’il racontât en sanglotant la Passion de Jésus ou qu’il annonçât la destruction prochaine de l’Univers, il arrachait des larmes à tous les assistants et exerçait sur eux une domination absolue.

Partout où il paraissait, on l’accueillait comme un saint. Une foule de disciples l’accompagnait. A son arrivée dans une ville, la population entière abandonnait ses travaux et courait à sa rencontre.

Quand il commandait à la multitude de se couvrir les épaules et de se meurtrir la chair comme Jésus-Christ avait été flagellé par les juifs, des milliers d’auditeurs versaient des pleurs avec lui.

Les riches quittaient leurs biens pour vivre dans l’austérité, des femmes de grandes familles se retiraient dans les cloîtres. Les confesseurs ne pouvaient suffire pour entendre tous les aveux qu’on avait à leur faire : on voyait des criminels, des fripons, des courtisanes s’accuser hautement du scandale de leur vie passée.

Les notaires qui accompagnaient le dominicain dressaient les actes des restitutions des biens injustement acquis. Des réconciliations s’opéraient entre les familles, les partis ou les villes.

Ce missionnaire, vénéré comme un saint par les chrétiens, était redouté par les juifs.

Vincent Ferrier jouissait d’une très grande influence auprès des Rois d’Espagne, parce que plus d’une fois, il était parvenu à apaiser des émeutes populaires par la seule autorité qu’il exerçait sur la foule. Il lui fut donc facile d’obtenir de la famille royale l’autorisation de prêcher dans les synagogues et les mosquées, et de contraindre juifs et musulmans à venir écouter ses prédications.

Vincent Ferrier était hostile à toute violence physique contre les juifs et à tout baptême forcé. Mais soutenu par les autorités civiles, il obligeait les juifs à venir écouter ses sermons.

La croix à la main et un rouleau de la Loi sur le bras, au milieu d’une escorte de flagellants et d’hommes d’épée, il invitait les juifs à accepter le baptême.

anonym11Par la plume et par la parole, il entreprit une croisade implacable et la poursuivit pendant de nombreuses années. Il dirigea d’abord ses attaques contre les nouveaux chrétiens, qu’il accusa de n’être pas assez fervents.

Dans la crainte de se voir appliquer le terrible châtiment réservé aux relaps, peut-être aussi en partie sous l’impression de l’éloquence enflammée du dominicain, bien des marranes firent publiquement pénitence.

En 1412, avec Paul de Santa Maria, il détermina le gouvernement à édicter le statut de Valladolid, qui interdisant aux juifs de vendre ou d’offrir des aliments aux chrétiens, de faire labourer leur terre par eux, de raser leur barbe. Les juifs devaient naturellement porter un signe distinctif.

Beaucoup de juifs se convertissaient, au moment où ils s’attendaient en tremblant à voir renverser leurs synagogues.

Il n’aurait coûté qu’un mot à Vincent Ferrier pour que le peuple se jetât sur les juiveries en n’y laissant pas pierre sur pierre.

Partout où Vincent Ferrier prêchait, bien des juifs se faisaient baptiser et beaucoup de synagogues furent transformées en églises et bénies par le dominicain.

« Pendant les 4 mois que Vincent Ferrier séjourna en Castille (décembre 1412 – mars 1413), il fit tant de mal aux juifs qu’il ne purent s’en relever », écrit [l’historien juif] Graetz.

Appelé en Aragon, où plusieurs prétendants se disputaient la couronne, il réussit, en juin 1414, à faire nommer roi de ce pays l’infant castillan Don Ferdinand, qui, en récompense de ses services, s’empressa de le prendre pour confesseur et directeur de conscience.

Comme ses coreligionnaires de Castille, les juifs furent obligés d’aller écouter les sermons du moine dominicain, et dans bien des communautés, à Saragosse, Tortose, Valence et Majorque, les abjurations furent nombreuses.

On estime à 20 000 le nombre de juifs de Castille et d’Aragon qui acceptèrent le baptême à la suite de ses prédications.

Vincent Ferrier, décédé en 1419, fut canonisé en 1455. Il est fêté le 5 avril.

La question juive portuguaise

En 1492, le roi João II accorde le droit de résidence permanent à de riches familles juives moyennant le paiement d’une certaine somme.

Des artisans considérés comme utiles, voire indispensables, se voient également accordés ce privilège. Quant à la grande majorité des Juifs, ils obtiennent un permis de séjour de huit mois avant de devoir embarquer et quitter définitivement le royaume.

Les embarcations n’étant pas disponibles, nombre de Juifs ne peuvent quitter le pays à temps. Leur vie devient pénible, de plus en plus pénible, au cours des dernières années du règne de João II particulièrement.

Je passe sur les tracasseries qu’ils doivent subir. Que l’on sache simplement que de nombreux enfants juifs sont arrachés à leurs familles et envoyés sur l’île de São Tomé pour y être élevés dans la religion chrétienne.

Pour en savoir plus sur ce sujet :

L’histoire méconnue des « juifs de l’archipel »

Avec l’accession au trône de Manuel I, la condition des Juifs s’améliore.

Par exemple, le roi met fin à la condition d’esclave à laquelle avaient été condamnés par João II les Juifs dont le royaume estimait pouvoir se passer et qui n’avaient pu embarquer avant le délai de huit mois.

Le mariage de Manuel I avec la fille des Rois catholiques, l’infante Isabel de Aragón, va compliquer la situation des Juifs, de tous les Juifs présents dans le royaume du Portugal.

En effet, les Rois catholiques profitent de cette union pour faire pression sur la monarchie portugaise afin qu’elle expulse les Juifs du pays comme ils l’avaient fait en 1492, en Espagne. Manuel I finit par céder et signe l’édit d’expulsion le 5 décembre 1496, à contrecœur car les Juifs sont un atout de première importance dans un pays privé de classe moyenne.

Ainsi en vient-on à envisager une conversion massive et forcée des Juifs du royaume, en 1497, une procédure qui explique l’importance du crypto-judaïsme au Portugal, d’autant plus que les Juifs d’Espagne qui ont fui au Portugal l’ont fait par fidélité au judaïsme.

Ceux qui subissent cette apostasie forcée et massive reçoivent l’assurance que leurs pratiques religieuses ne feront l’objet d’aucune enquête durant vingt ans.

Nombre de Juifs embarqueront dès que possible afin de fuir l’apostasie, jusqu’à ce que Manuel I s’en inquiète et, en 1499, interdise aux Juifs de quitter le pays.

Au cours du XVIe siècle, des mesures sont prises afin d’obliger les Cristãos-novos à rester dans le pays. Ces derniers finissent par prospérer, notamment dans les secteurs de l’économie et de l’administration, provoquant le ressentiment des Cristãos-velhos.

La violence anti-juive connaît un paroxysme, à Lisbonne, en 1506. En 1507, le départ des Juifs est autorisé et ils sont des milliers à embarquer avant que l’autorisation ne soit suspendue.

Le crypto-judaïsme inquiète les autorités qui songent à mettre en place l’Inquisition. Dès 1516, la Couronne portugaise effectue des démarches à cet effet.

Bien représentés dans l’économie et l’administration, les Cristãos-novos parviennent à entraver le processus en faisant appel à la papauté. Mais la Couronne n’en démord pas et la papauté finit par autoriser la création d’une Inquisition, en 1535. Elle est établie pour une période de trois ans. Les Cristãos-novos parviennent toutefois à en ralentir le fonctionnement, jusqu’en 1547, année à partir de laquelle plus rien ne parvient à la contrarier.

Par l’Inquisition, Espagnols et Portugais obéissent aux mêmes motivations.

Toutefois les Juifs sont indispensables au Portugal, qui en a conscience. En Espagne, il existe une classe de Cristãos-novos depuis 1391 ; et ils remplissent les mêmes fonctions sociales que les Juifs. Ils sont bien insérés dans l’économie du pays, ce qui permet de faire passer au second plan d’éventuels problèmes d’orthodoxie religieuse.

Le Portugal décide donc de retenir les Juifs et de les convertir massivement afin de parvenir à l’uniformité religieuse.

Porto
Terre des crypto-juifs
Le crypto-judaïsme (appelé aussi marranisme) est un phénomène assez complexe.

En Espagne comme au Portugal, on distingue trois groupes : les convertis sincères qui deviennent de pieux chrétiens. A ce propos, un certain nombre de religieux et de saints espagnols ont des origines juives ; parmi eux, les deux plus hautes figures du mysticisme espagnol : Santa Teresa de Ávila et San Juan de la Cruz.

N’oublions pas l’étrange cas de Salomon ha-Levi, grand-rabbin de Burgos devenu évêque de cette même ville sous le nom de Pablo de Santa María, et celui de ses deux fils, Alfonso de Cartagena et Gonzalo de Santa María, deux grands intellectuels de l’Église devenus eux aussi évêques. (http://www.jewishvirtuallibrary.org/pablo-de-santa-maria)

D’autres se contentent d’une adhésion purement formelle au christianisme.

Pour d’autres enfin, les plus nombreux, au Portugal tout au moins, au cours des premières décennies consécutives à la conversion, la fidélité à la foi des ancêtres est primordiale.

Au fil du temps, le crypto-judaïsme va favoriser un comportement, une pratique et un système de croyances originaux du fait de sa rupture forcée avec le judaïsme normatif, rabbinique, l’oubli de l’hébreu et l’extrême difficulté voire l’impossibilité de respecter la plupart des prescriptions religieuses, considérant l’hostilité ambiante vécue au quotidien.

Seul l’Ancien Testament maintient ces Cristãos-novos en contact avec la source juive. Ainsi élaborent-ils à partir du Livre leurs rites, leur liturgie et leur credo.

Le crypto-judaïsme se transmettant exclusivement d’individu à individu et au sein de la famille, il finit pas élaborer une subculture spécifique qui lui assurera une exceptionnelle longévité due en grande partie à ses capacités d’adaptation.

Le courant messianique y trouvera une ambiance favorable, notamment au XVIe siècle. Voir David Reubeni (ou Reuveni) et le marrane Diego Pires (Salomon Molho). David Reubeni, une histoire plutôt fascinante que je me suis promis d’étudier. Ci-joint, un lien biographique (en anglais) mis en ligne par Jewish Virtual Library http://www.jewishvirtuallibrary.org/reuveni-david

Un autre lien (en espagnol) mis en ligne par Sfarad.es – Portal del judaísmo en España :

http://www.sfarad.es/david-reubeni-primer-sionista-historia/

L’Inquisition, tant en Espagne qu’au Portugal, s’acharne tout particulièrement sur les Cristãos-novos. 

Certains sont « hérétiques » (accusés de judaïser), d’autres non moins observants que les Cristãos-velhos avouent sous la torture et par peur du bûcher tout ce qu’on veut leur faire avouer.

La pression de l’Inquisition sur les Cristãos-novos a entre autres effets celui de confirmer les Crypto-juifs dans leur identité particulière au sein du vaste groupe des Cristãos-novos et de favoriser leur perpétuation.

L’identité des Cristãos-novos dans leur ensemble est si marquée, notamment au Portugal, qu’ils sont aussi appelés Homens da nação et perçus comme une nation dans la nation.

Les Cristãos-novos du Portugal ne tardèrent pas à quitter un pays toujours plus intolérant et à se disperser dans toute l’Europe et au-delà, mais de préférence en Espagne, le Portugal et l’Espagne formant un même pays de 1580 à 1640 (sous les règnes respectifs de Felipe II, Felipe III et Felipe IV).

Parmi les Cristãos-novos portugais se rendant en Espagne, des descendants des expulsés d’Espagne et dans une proportion importante.

Ainsi le marranisme qui en Espagne tendait à s’effacer se trouva réactivé par le marranisme portugais, donnant du travail à une Inquisition qui commençait à s’assoupir, préoccupant l’Église et la Couronne et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Les conséquences

Bien que de nombreux Marranes ibériques renoncèrent à leur religion, bon nombre d’entre eux s’en furent et inondèrent l’Europe et le Nouveau Monde (Amérique) en tant que Juifs qui étaient en mesure de passer pour des Chrétiens, à savoir « les crypto-juifs ».

Selon Prinz, ils ont prospéré partout où ils allaient.

Leur richesse était «stupéfiante … A Bordeaux, Avignon, Nantes et Marseille, cela devint un compliment pour caractériser un homme d’affaires chrétien de «riche comme un juif.»

En Angleterre, il n’y avait que 100 familles marranes au début du 17ème siècle, mais «elles étaient parmi les marchands les plus prospère de Londres.»

En Allemagne, 40 familles Marranes participèrent à la fondation de la Banque de Hambourg en 1619.

La fortune des Marranes d’Altona près de Hambourg, était estimé à près de six millions de marks et quelques-unes des plus belles maisons dans les environs d’Amsterdam appartenaient à des Marranes nouvellement arrivés.»

Tout le monde savait qu’ils étaient Chrétiens par commodité.

«La fiction de leur allégeance chrétienne était un arrangement d’affaires… [Leurs] établissements bancaires était une institution Chrétienne avec laquelle les Empereurs, les Ducs, les Évêques, et les chefs de gouvernement pouvaient faire des affaires en toute sécurité.»

Inévitablement, ces banquiers Marranes et les commerçants agissaient de concert.

Prinz raconte l’histoire du banquier Marrane (de la Maison de Mendès) Joseph Nassi (1524-1579) qui contrôlait l’Empire Ottoman en tant que conseiller du Sultan Souleymane et plus tard de son fils, Salim.

Il essaya de créer un foyer national juif près de Tibériade, mais aucun Juif ne voulait s’y installer. Plus tard, il conçu la «Stratégie Marrane». Il ferait boycotter ou ruiner quiconque persécutait les Marranes.

Lorsqu’un incendie a détruit le port de Venise en 1571, beaucoup soupçonnaient la Maison Mendes d’avoir payé des pyromanes pour y mettre le feu. «Et tandis que la plupart de la ville était encore en flammes, Joseph Nassi conseillait au Sultan d’occuper l’île vénitienne de Chypre, la déclarant une possession turque.»

Quelques crypto-juifs célèbres :

Sainte Thérèse d’Avila

L’une des plus célèbres est Sainte Thérèse d’Avila. Son grand père était un commerçant Juif de Tolède converti au christianisme. Elle fut élevée dans un couvent et c’est sous son impulsion que « les chemins de la perfection » de l’ordre des carmélites aboutira à sa béatification en 1614 et à sa canonisation par Rome.

Cervantès

En Espagne Cervantès l’auteur de Don Quichotte (1547-1616) descendrait de Juifs convertis dans les deux branches de sa famille, et pour certains historiens Don Quichotte serait le roman d’un Juif masqué où on retrouverait dans ses mésaventures la métaphore du chevalier errant propre aux destins de certains Marranes.

Montaigne

En France le célèbre écrivain Montaigne auteur des Essais avait une ascendance Juive marrane par sa mère Antoinette Lopez de Villanueva fille de Pierre Lopez converti au christianisme et descendant direct de Pablo Lopez de Villanueva brulé vif par l’inquisition espagnole en 1491.

Dans les écrits de Michel de Montaigne transparait ses origines et ses convictions profondes comme quand il affirme que Dieu est le seul qui est, s’éloignant ainsi de la conception chrétienne de trinité et se rapprochant de l’unité divine propre au judaïsme. De même, il combattra toute sa vie l’intolérance sous toutes ses formes, et sa conception de la vision du monde s’accorderait mieux avec la conception pragmatique de la religion Juive.

Lors de ses voyages en Italie en 1580 juste après la publication de ses essais, il visita plusieurs synagogues. Il décrit avec beaucoup de bienveillance leurs offices religieux. C’est avec beaucoup de courage pour l’époque qu’il décrit le judaïsme dans « l’essai de la gloire » comme l’unique religion ayant valeur de vérité.

Les nouveaux chrétiens au Brésil

Isaac-Aboab-da-Fonseca
Isaac Aboab da Fonseca

Obligés de renier la foi de leurs pères, les premiers Juifs du Brésil cachent leur fidélité à la religion juive qu’ils continuent de pratiquer en secret.

Pour cette raison, on les appelle plus couramment crypto-juifs ou marranes. Ils sont originaires du Portugal ou des Pays-Bas.

Leur fief historique est établi sur la côte du Pernambuco, au Nord-est. Rabbins mais aussi juristes, médecins, diplomates, officiers, certains sont aussi écrivains et poètes. Tous témoignent de cet attachement fort au judaïsme.

Isaac Aboab de Fonseca, rabbin de la première synagogue de Recife de 1642 à 1653, est traducteur des textes cabalistiques. Ce professeur respecté et charismatique est aussi un poète de premier plan (Dan Kohn-Sherbok, The Dictionary of Jewish Biography, Londres, 2005).

Jacob Lagarto est le premier écrivain talmudique de l’Amérique du Sud (Jewish Encyclopedia). Vers 1680, il est hakham (sage ou rav) dans l’île de Tamarica (près de Recife) connue pour être la première communauté juive du Brésil (Bruno Feitler, Inquisition, Juifs et Nouveaux-Chrétiens au Brésil, Louvain 2003).

Parce qu’ils pratiquent le shabbat en famille et sont souvent dénoncés pour cette raison, les marranes sont arrêtés, renvoyés au Portugal où ils sont emprisonnés et torturés.

Plusieurs centaines sont condamnés à mort et brûlés en public (Henri Méchoulan, Les Juifs du silence au siècle d’or espagnol, Paris 2003).

Certains d’entre eux ont laissé leur nom dans l’histoire du pays.

Bento Teixeira Pinto est le premier poète brésilien. Il est l’auteur du prosopopéia, (1601) considéré comme un chef-d’œuvre de la littérature épique portugaise qui raconte la conquête du Pernambouc. Professeur de grammaire à Bahia, il a une vie romanesque dont on sait peu de choses. Accusé d’être un mauvais chrétien, il reconnait pratiquer le judaïsme devant le tribunal de l’Inquisition qui le pourchasse. Il est mort, semble-t-il, au Portugal (en prison ?).

Ambrose Fernandes Brandão est lui aussi inquiété par le Saint-Office pour pratique illégale du judaïsme. Installé dans le Paraïba, il devient planteur mais se fait connaître par ses six Diflogos das Grandezas do Brasil (Dialogues de la grandeur du Brésil, 1618). Il y décrit avec réalisme et précision la vie et les mœurs de la société brésilienne de l’époque.

Son témoignage est particulièrement précieux sur les conditions de vie des Indiens et des esclaves noirs d’Afrique sur fond de critique acerbe et sans concession des mentalités coloniales de ses compatriotes. Il vante les richesses naturelles de l’Amazonie dont il décrit la découverte digne « d’un nouvel Eden ».

Isaac de Castro, marrane portugais né en France, à Tartas en Gascogne, vit à Amsterdam puis à Bahia. Accusé de vouloir enseigner la Torah et renvoyé au Portugal, ce jeune homme de 23 ans refuse pendant un long procès de deux ans de se convertir au catholicisme.

Il est condamné au bûcher avec cinq autres Juifs sur la Terreiro do Paço (Place du Palais) à Lisbonne, le 15 décembre 1647 (Arnold Wiznitzer, Isaac de Castro, Brazilian Jewish martyr; American Jewish historical society, 1957). De célèbres sermons commémoratifs en sa mémoire ont été publiés à l’époque par Manasse ben Israël, fondateur de la première maison de presse hébraïque et ami de Rembrandt.

António José da Silva est un autre grand dramaturge marrane brûlé à Lisbonne par l’Inquisition en 1739, à l’âge de 34 ans. Avocat et poète très populaire, il a écrit des satires mordantes et des pièces d’opéra. Un film (de Jom Tom Azulay, 1995) et une pièce de théâtre (de Bernardo Santareno, autre grand dramaturge juif portugais du XXème siècle) lui ont été consacrés sous le même titre « O Judeu » (le Juif), surnom qu’il portait de son vivant.

Il a fallu attendre 1810, pour que la liberté de culte soit enfin accordée au Brésil…

100 millions de marranes (Bnei anoussim) sur le chemin du retour

Sources :

Olivier Ypsilantis – http://zakhor-online.com/
https://bibliothequedecombat.wordpress.com
Jean-Paul Fhima – http://www.tribunejuive.info/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email